Tags Posts tagged with "Fadhel Kraiem"

Fadhel Kraiem

par -

Mohamed Fadhel Kraïem a été nommé président de l’opérateur télécom Maltais GO et filiale de l’opérateur historique tunisien «Tunisie Télécom », en remplacement de Nizar Bouguila qui démissionne avec effet au 22 novembre, annonce Times Of Malta .
Kraïem est président et directeur général de Tunisie Télécom (TT) qui, par l’intermédiaire de sa filiale TTML Limited, est l’actionnaire majoritaire de GO plc. Kraiem avait rejoint Tunisie Telecom en juillet 2010, en était sorti pour la société Magasin Général en 2016, d’où il a été rappelé courant 2017.

par -

C’est dans une ambiance conviviale et chaleureuse dans l’un des hôtels des berges du Lac que l’opérateur de téléphonie, Tunisie Telecom et la Fondation Almadanya, ont annoncé, le mercredi 15 novembre 2017, le renouvellement de leur convention de partenariat et de parrainage. La convention a été signée par le PDG de TT, Fadhel Kraiem et le président de ladite association, Lotfi Maktouf et ce, en la présence d’un bon nombre de journalistes. L’idée de ce projet, baptisé “Fatma”, vient en hommage à une fillette qui fait des kilomètres pour aller à l’école.

En vertu de ce partenariat, TT s’engage annuellement à cofinancer les campagnes des rentrées scolaires durant les années scolaires 2017/2018, 2018/2019 et 2019/2020 et à assurer le transport scolaire de 2000 élèves par an, répartis sur 13 gouvernorats, à savoir Béja, Bizerte, Jendouba, Kasserine, Kairouan, Kébili, Le Kef, Mahdia, Nabeul, Siliana, Sidi Bouzid, Manouba et Zaghouan.

Lors de cette cérémonie de signature, le PDG de TT a tenu à préciser que cette convention de partenariat répond à des ambitions fortes et à des défis que tout leader économique se doit de relever, à savoir garantir un meilleur avenir à l’enfance et lutter contre l’abandon scolaire : “Le droit à l’éducation doit être accessible à toute l’enfance tunisienne où qu’elle soit, car son avenir en dépend ; c’est un défi que nous devons relever pour le bien être de nos enfants“, a-t-il dit.

Par ailleurs, il a assuré que dans le cadre de ce programme, 1300 élèves répartis sur 8 gouvernorats seront quotidiennement transportés vers leurs écoles. TT envisage également de soutenir les familles nécessiteuses pour acquérir les fournitures scolaires pour leurs enfants. Des cartables seront gratuitement distribués à un bon nombre d’élèves. “L‘objectif pour les prochaines années“, a annoncé Kraiem, est de toucher 2000 élèves répartis sur 13 gouvernorats.

Fadhel Kraiem a en outre indiqué que Tunisie Telecom s’est concentrée sur le secteur de l’enseignement, assumant sa responsabilité sociétale mais qu’elle pense toucher d’autres secteurs comme la santé.

Le PDG de TT a profité de cette occasion pour annoncer que la société a remporté l’appel d’offres du ministère des Technologies de l’information visant à couvrir par le téléphonie mobile : “Ce projet devrait être exécuté d’ici le mois de juin prochain“, a-t-il ajouté.

Quant à lui, le président de l’Association signataire de cette convention a fait remarquer que cette initiative vise en priorité à lutter contre l’absentéisme et l’abandon scolaire, soulignant à ce propos que chaque année, plus de 155 mille cas d’abandon scolaire sont enregistrés en Tunisie.

Il a ajouté que grâce à ce projet “Fatma”, le taux d’absentéisme des élèves dans les écoles a baissé à seulement 3% contre 45% auparavant. “Nous sommes fiers et heureux de ce partenariat conclu avec l’opérateur public TT qui assume pleinement sa responsabilité sociétale, tout en assurant son rôle d’acteur économique national et de pionnier technologique“, a-t-il dit.

Il est à noter que le partenariat entre TT et l’association Almadanya visant à assurer le transport des écoliers habitant dans les zones rurales remonte à l’année 2014. Depuis dette date, les deux acteurs ont facilité l’accès à 3900 écoliers.

par -

Le Conseil d’Administration de Tunisie Telecom, réuni le mardi 17 octobre 2017, a approuvé la nomination de Mohamed Fadhel Kraiem au poste de PDG de Tunisie Telecom.

Mohamed Fadhel Kraiem a occupé jusqu’à sa nouvelle nomination à la tête de Tunisie Telecom le poste de Directeur Général de Monoprix depuis le mois de février 2016.

Il a rejoint Tunisie Telecom, en juillet 2010, en tant que Directeur Général Adjoint, en charge des activités commerciales et financières, poste qu’il a occupé jusqu’à fin 2015.

Fadhel Kraiem a commencé sa carrière en France avec le groupe CAP GEMINI Telecom et après 4 ans il a rejoint le groupe Vivendi où il a occupé plusieurs postes de responsabilité : d’abord chez l’opérateur téléphonique SFR en tant que Directeur de Programmes puis chez Maroc Telecom en tant que Directeur des Systèmes d’Information.

En 2006, il a intégré INWI le troisième opérateur privé au Maroc pour occuper le poste de Directeur Exécutif en charge du Réseau et des Systèmes d’Information.

Fadhel Kraiem est diplômé de l’Ecole Polytechnique et de l’Ecole Nationale des Télécommunications de Paris. Il est âgé de 50 ans, marié et père de trois enfants.

par -

Dans une semaine, jour pour jour, se tiendra le conseil d’administration de Tunisie Télécom. L’instance dirigeante de l’opérateur public devrait ainsi adopter la décision du ministre des TIC de nommer un nouveau PDG chez TT. Lundi prochain donc, Nizar Bouguila quittera définitivement Tunisie Télécom et peut-être aussi la Tunisie pour laisser place à Fadhel Kraïem, qui quittera Monoprix et reprendra en main l’opérateur historique en matière de télécommunication, celui par qui tout a commencé et celui par l’infrastructure duquel le secteur peut encore se développer.

Kraïem, lui-même ancien DGA du même opérateur, sera le 6ème PDG de TT depuis la révolution de 2011. Nommé en août 2015 après la démission de Salah Jarraya, Nizar Bouguila laissera une entreprise qui vit désormais dans un marché tunisien des télécommunications caractérisé par une concurrence rude entre les opérateurs. Une concurrence acharnée, qui se manifeste notamment par une guerre des prix qui a fait régresser la valeur du marché en rongeant ses marges. Cela, d’autant plus que l’entrée sur le marché d’un nouvel opérateur a entrainé la perte des parts de marché des acteurs exerçant à son profit durant la période allant de 2011 à 2016.

  • TT a perdu des PDM, mais a augmenté ses revenus

Côté chiffre d’affaires, Nizar Bouguila aura réussi à réaliser une croissance des revenus de 1,6% pour TT, en 2016 par rapport à 2015. Soit la première croissance significative de son chiffre d’affaires depuis 2010. Année suivant une Révolution qui a laissé, par les grèves, Sit-In et le bras de fer entre l’actionnaire émirati et l’UGGT, une forte empreinte sur les revenus de l’entreprise.

Selon le dernier rapport de l’Instance Nationale des Télécommunications, le chiffre d’affaires de Tunisie Telecom n’a enregistré qu’une baisse de 1%, entre le 3ème trimestre de 2015 et le 1er trimestre de 2017, alors que le marché a baissé de -4,8% sur la même période.

Tunisie Telecom, qui est un opérateur global, opère aussi bien sur les segments du Mobile, du Fixe et du Broad Band. Sur l’activité Mobile, Tunisie Telecom a enregistré une augmentation de 1,7 % contre une baisse du marché Mobile de -7,1%  sur la  période  entre  le  quatrième  trimestre    2016  et  le  premier  trimestre  2017,  toujours selon  le dernier rapport  de  l’INT.

Tunisie Télécom demeure néanmoins l’acteur majeur du marché du fixe, ce qui le rend plus explosé au niveau de son chiffre d’affaires à la baisse importante des usagers, expliquée par la substitution du fixe par le mobile et l’entrée d’autres concurrents sur cette activité.

Sur l’activité de l’internet haut-débit, Tunisie Telecom a réussi avec ses partenaires (FSI,…) à réaliser une croissance solide de son activité, se traduisant par une augmentation de près de 10 % du parc d’abonnés sur les derniers 24 mois.

  • Des résultats, rongés par la masse salariale, le fisc et le plan social

L’opérateur historique pouvait certes mieux faire, si ce n’était l’augmentation de ses charges d’exploitation sur la période allant de 2011 à 2016. Force est cependant de constater qu’elle est essentiellement due aux augmentations générales des charges salariales du secteur public, ainsi qu’à la hausse des charges règlementaires (les frais des fréquences ont plus que doublé sur ces 5 ans, les plages de numérotation…), sans oublier l’impact du change suite à la dévaluation du Dinar. Pour pallier cette augmentation, Tunisie Telecom a entamé en 2016 un programme de réduction des charges d’exploitation. Un plan qui a permis une réduction de l’ordre de 7% courant de l’année 2016.

Les résultats nets de l’opérateur ont été impactés, durant les dernières années, par des opérations ponctuelles telles que le contrôle fiscal en 2015 (87 MDT) et l’Offre de Départ Volontaire, mise au profit du personnel de Tunisie Telecom. Cela a induit un coût de 129,8 MDT en 2015, et 22,1 MDT en 2016.

Malgré tout cela, l’entreprise a de toutes les façons toujours pu soutenir sa dette. D’ailleurs, le niveau d’endettement du Groupe Tunisie Telecom répond aux ratios financiers d’endettement comparables dans le secteur. Selon nos informations, en dehors du prêt contracté pour l’acquisition de l’opérateur « Go PLC », la dette de Tunisie Telecom est restée stable entre 2010 et 2017 et ce, malgré le  financement  de  la  licence  4G  ( 155 MDT  en  2016).

On constatera aussi une baisse de la trésorerie de l’opérateur. L’explication par ailleurs logique dans un schéma d’expansion normal se trouve dans les importants investissements, dans les réseaux très haut-débit fixe et mobile, réalisés par Tunisie Telecom durant les dernières années pour accroitre la couverture et la qualité de ses services fournis à la clientèle (Fibre optique, 3G, 4G….).

Sinon, comme tous les prestataires de services de l’Etat et de ses entreprises, dont les créances se montent par ailleurs à 300 MDT clients, le niveau des créances nettes, nous dit-on, est resté maîtrisé sur la période, ce qui traduit l’effort de recouvrement important réalisé par la société malgré un contexte général difficile marqué par une baisse des liquidités dans le pays.

  • Un groupe régional en pleine expansion…

Quoiqu’on puisse dire de l’opération qui avait irrité plus d’un, Bouguila laissera aussi à Kraïem un groupe qui a conforté sa dimension internationale. En effet, grâce à la consolidation de GO p.l.c à Malte et de sa filiale Cablenet à Chypre, Tunisie Telecom a réussi à devenir un groupe régional en pleine croissance ayant réalisé un revenu de l’ordre de 1.700 MDT et un EBTIDA au niveau de 600 MDT en 2016. De fait, durant cette année, le groupe Tunisie Telecom a augmenté son chiffre d’affaires consolidé de 33% et son EBTIDA de 20%.

Alliée au retour à la croissance de sa filiale mauritanienne, cette performance a été confirmée durant le premier semestre 2017 puisque les revenus du Groupe ont continué à croitre de façon solide réalisant un taux de croissance à deux chiffres par rapport à la même période de l’année précédente.

  • …et en transformation

Outre ces éléments financiers, Tunisie Telecom a entamé depuis fin 2015 un vaste programme de transformation. Tunisie Telecom a ainsi obtenu plusieurs distinctions. Il a été sacré «Marque de l’Année 2017 en Technologie et Service» et «Annonceur de l’Année 2016». Le centre d’appel de Tunisie Telecom a été sacré meilleur centre d’appel du secteur en 2016. La certification ISO 27001 du Data Center Carthage a été confirmée pour la deuxième année consécutive.

Le changement de l’identité visuelle de Tunisie Telecom afin de rapprocher davantage la société de ses clients, le déploiement de plus de 800 sites 4G dans toutes les délégations du pays permettant de couvrir plus de 70%  de la population, le renforcement de la couverture 3G de plus  de 11% notamment dans les zones frontalières sur 2016/201, le déploiement de la fibre optique pour les Entreprises dans toutes les régions et pour les résidentiels au Grand Tunis, Sousse et Sfax s’insèrent dans cette dynamique.

Mais il y a aussi, la modernisation du réseau fixe et le déploiement du service VDSL2+ (Rapido) dans toutes les délégations du pays qui ont permis d’offrir un débit internet pouvant atteindre les 100 Mo, le développement du réseau commercial dans tout le pays à travers l’augmentation du nombre des Espaces TT (24 Espaces ont été ouverts durant les deux dernières années) et le relookage de la majorité des espaces de Tunisie Telecom pour offrir une expérience fluide et agréable aux clients. Et pas que !

  • TT, «la patte des experts» !

TT a aussi été derrière la réalisation de la première expérience en Afrique et au Moyen-Orient de la mutualisation de l’infrastructure mobile (RAN Sharing) à Zaghouan et Siliana. Elle a lancé le premier MVNO, obtenu une licence IOT (Internet des Objets), augmenté la capacité des axes du Backbone Internet de 10 Gb/s vers 100 Gb/s, et déployé plusieurs centaines de KM de FO sur les axes nationaux pour atteindre 23.000 km à travers tout le pays. Tunisie Telecom a aussi et surtout confirmé son statut d’opérateur citoyen en étant le seul soumissionnaire et adjudicataire de l’appel d’offres national pour la couverture des zones blanches et a été la première entreprise à adopter le système de la facture électronique, en partenariat avec Tunisie TradeNet.

C’est tout cela que remettra, lundi prochain à la passation, Nizar Bouguila à Fadhel Kraïem. Loin d’être un étranger au secteur, ce dernier ne manquera certainement pas de conforter et de développer tous ces atouts dont dispose TT. Des atouts engrangés au fil des années, grâce à ses cadres et au bout de sa dizaine de PDG qu’elle a connus depuis, à commencer par Hssoumi Zitoune et sans oublier feu Ahmed Mahjoub qui avait laissé plus de 3 Milliards DT dans les caisses de l’Etat à l’introduction d’un partenaire stratégique chez l’opérateur historique.

D’après Communiqué TT

par -

Comme il a toujours essayé de le cacher, le ministre tunisien des TIC, Anouar Maaroufi, a fini par «avoir la tête» de Nizar Bouguila avec qui les relations n’ont jamais étaient sereines. Bouguila, qui part en vacances et qui ne devrait pas réintégrer TT dont il est pourtant issu, a été remplacé par un haut cadre de «la boîte», en l’occurrence Tunisie Télécom, qu’est Fadhel Kraïem, qui n’est pas inconnu chez l’opérateur historique. Il en a, en effet, été le Directeur Général Adjoint (poste rattaché à EIT, qui est encore dans le capital de TT) et a même occupé provisoirement le poste de PDG par intérim en 2015, en remplacement de Mohamed Salah Jarraya. Son dernier poste, avant cette nomination, a été à la société Monoprix où il avait surtout mis au point un programme de transformation et de restructuration. De retour à TT, Kraïem aura surtout à confirmer la reprise de Mattel en Mauritanie et GO à Malte. Pour l’instant, il restera à Monoprix jusqu’à fin octobre, le temps pour l’entreprise privée où il a été débauché par le Public de trouver un nouveau DG qui continuerait son travail à Monoprix. C’est ce qu’on nous a affirmé chez cette dernière.

par -

Fadhel Kraïem a pris ses fonctions à Monoprix en mars 2016 avec deux priorités. D’abord maîtriser les charges et ensuite ramener le chiffre d’affaire vers la croissance. Il y a quelques jours, il tenait sa première communication financière, avec l’ingrate tâche d’expliquer aux intermédiaires boursiers le déficit inédit de l’entreprise, une première dans les annales de cette entreprise cotée. En effet, les états financiers intermédiaires du 1er semestre 2016 font apparaître un total bilan de 240,468.510 MDT et un résultat déficitaire de 1, 185.872 MDT.

Contre un total produit d’exploitation de 261,3 MDT, l’entreprise enregistrait des charges d’exploitation dépassant les 262,6 MDT. Sa trésorerie reste cependant positive de plus de 1,456 MDT en fin de période. La société a aussi subi un contrôle fiscal approfondi, au titre des exercices 2011 à 2014. Elle a adressé en janvier 2016 et en août 2016 son opposition à certains éléments de redressement. Cependant, une provision d’un montant de 810 MD a été constatée depuis 2015 pour tenir compte des éléments de redressement jugés fondés par la société.

  • Le programme de transformation et de restructuration «SNMVT2020».

Pour expliquer le déficit semestriel, Fadhel Kraïem évoque d’abord la conjoncture générale du marché de la distribution dont il dit qu’elle est «sous pression, d’abord du fait de la situation de crise de l’économie nationale qui impacte le pouvoir d’achat du citoyen et partant de toutes les sociétés commerciales». Le DG de Monoprix n’oublie pas de pointer du doigt «le commerce parallèle et la rude concurrence avec certains opérateurs du commerce non structuré». Et d’ajouter que «ce résultat du 1er semestre 2016 n’est pas intrinsèque, mais celui d’une tendance observée depuis 3 ans».

Et lorsqu’il se résout à évoquer les causes endogènes de ce déficit, F. Kraïem évoque «des problématiques d’efficacité opérationnelle et de productivité, sur lesquelles nous sommes en train de travailler et qui vont, nous l’espérons, inverser la tendance». Il rappelle aussi qu’il met en place, depuis son entrée à Monoprix qui l’avait débauché chez Tunisie Télécom, un plan de transformation et de redressement, validé par le Conseil d’Administration et qui devrait être sa marque de fabrique et sa touche chez le leader du secteur de la distribution.

Ce plan de transformation a déjà ramené 6 nouveaux directeurs, dont il dira que c’est autant de «sang neuf» dans l’entreprise au niveau des finances, des ressources humaines, du marketing, achat, systèmes d’information et performance et qualité, une sorte de «tour de contrôle qui va piloter le plan de transformation», dira aussi Fadhel Kraïem. Cela sans compter l’ancien directeur de Monoprix France, venu prêter main forte à cette nouvelle équipe de la SNMVT (Société Nouvelle Maison De La Ville De Tunis). «Ce plan vise d’abord l’amélioration de notre performance, en plus d’un programme de développement, déjà entamé cette année et qui va continuer jusqu’à 2020», précise à cet effet le DG de Monoprix.

  • Investir plus, mais avec une recherche de la meilleure rentabilité

 Certes, l’entreprise a définitivement abandonné 4 magasins (El Ahmadi, région Bizerte, Denden et Djerba Houmet Souk), les magasins Feryana, Redeyef et Mateur demeurent fermés, en plus du magasin de «Djerba Houmet Souk [qui] a été fermé à la fin du mois d’aout pour des raisons de rentabilité», pouvait-on lire dans le bilan du 1er semestre. Mais il y a aussi de nouvelles ouvertures. Entre janvier et juin de cette année, la chaîne a ouvert 5 nouveaux points de vente, à Sidi Hassine, La Soukra, Ksar Helal, Mahdia et Le Bardo, ce qui indique une continuité de la politique d’expansion, mais avec un meilleur redéploiement basé sur la recherche de la meilleure rentabilité. «Monoprix a fait le choix de l’investissement, du développement et de la croissance sur tout le territoire tunisien, avec 7 ouvertures en moyenne par an. Pour les cas de Chihiya à Sfax et le magasin de Djerba, ils ont été fermés après une longue observation de leur rentabilité, impactée par leurs mauvais emplacements et nous sommes déjà à la recherche de meilleurs emplacements dans ces régions et voulons doubler l’espace de vente, comme nous comptons le faire à Sfax avec la 2ème partie de Sfax Center qui sera prête d’ici le début 2017», explique Kraïem, qui assure que «ce n’est, en aucun cas, un signe de réduction de notre réseau ou de désinvestissement. On a commis des erreurs par le passé et on est en train de les corriger», précise-t-il encore.

Malgré cette explication, de ce qui s’avère n’être qu’un incident de parcours et le dommage collatéral d’un plan de transformation et de redressement, Fadhel Kraïem reste optimiste et confiant, même à court terme. «D’ici la fin de l’année, le résultat va aller vers l’équilibre et nous finirons l’exercice 2016 avec un résultat équilibré. Nous avons, de plus, observé quelques signes positifs dans la croissance du chiffre d’affaire, avec une tendance assez encourageante pour les 3 derniers mois de l’année qui nous met en confiance», rassure ainsi le DG de la SNMVT.

 

par -

“C’est pour la première fois de son histoire que Monoprix enregistre un résultat négatif, reflétant l’ampleur des difficultés exogènes et endogènes rencontrées par l’entreprise”. C’est avec ces propos que le directeur général de la chaîne de grande distribution Monoprix, Fadhel Kraiem, a ouvert la communication financière de la société, qui s’est tenue ce jeudi 24 novembre 2016 à la Bourse de Tunis. Une situation qui s’explique, selon lui, par le contexte général du pays et la crise du secteur de la distribution en Tunisie qui vit, depuis la Révolution, des moments très difficiles. “Le contexte économique n’a pas évolué par rapport au début de cette année : Croissance faible, dépréciation du dinar, économie parallèle non maîtrisée et une concurrence déloyale forte”, a-t-il ajouté.

Le DG de Monoprix a, dans le même contexte, indiqué que depuis l’année 2013, le rythme de croissance des charges d’exploitation de la société, et plus particulièrement de la masse salariale, est supérieur à celui du chiffre d’affaires. C’est dans cette optique que 2016 a été, selon lui, inscrite l’année de la transformation. “C’est à partir de cette année là que nous avons fixés un ensemble d’objectifs bien déterminés, dont principalement la maîtrise des charges et la reprise du chiffre d’affaires et la croissance”, a indiqué Fadhel Kraiem. Il a fait savoir que ce plan de transformation a été défini et validé par le conseil d’administration de Monoprix afin de revenir à des fondamentaux de gestion et de redresser, dans la durée, la situation financière de l’entreprise.

En revanche, afin de sécuriser le déploiement de la nouvelle stratégie, Monoprix n’est pas resté les bras croisé, il a procédé au renforcement de son équipe managériale par l’intégration de nouveaux profils et la mise en place d’un système de gouvernance adopté aux enjeux de transformation. D’autres initiatives stratégiques ont été déjà entamées et vont se poursuivre pour les années prochaines. Il s’agit, selon lui, du lancement d’une démarche qualité orientée vers le client, une nouvelle définition des assourdissements et la mise en avant du concept “place de marché” : offre de services élargie sur les produits frais.

S’agissant de son réseau, le DG de l’enseigne a annoncé que que les deux magasins de Monoprix à Djerba et Sfax seront définitivement fermés. À Djerba, la fermeture a eu déjà lieu alors qu’à Sfax, le processus est en cours. Il a fait savoir à ce propos que la société a déjà procédé à plusieurs fermetures, notamment suite aux événements violents et troubles qui ont suivi la Révolution, mais ces deux nouvelles fermetures s’inscrivent dans le business plan de Monoprix visant à garantir une meilleure orientation des magasins et maîtriser l’activité opérationnelle de la gestion des magasins. “Il faut bien choisir l’endroit où on s’implante”, a-t-il dit.

S’agissant des nouvelles ouvertures, Kraiem a précisé que Monoprix ouvrira d’ici la fin de l’année en cours deux nouveaux points de vente, un à Gabes et l’autre à Zaghouan. Pour l’année prochaine, la société table sur l’ouverture de 5 nouveaux points de vente et la rénovation de 5 autres. Au total 7 nouveaux points de vente occupant près de  5000m2 ont vu le jour durant l’année 2016.

Évoquant les perspectives, il a indiqué que la société veut également, durant cette année, maintenir le niveau de marge, maîtriser les charges et la masse salariale, améliorer le résultat d’exploitation et les bénéfices et corriger, entre autres, les erreurs commises auparavant, selon ses dires.
Malgré ce contexte très difficile, Kraiem s’est dit optimiste par rapport à l’avenir de cette entreprise, soulignant que des signes de reprise ont été constatés au niveau du CA appuyé par les nouvelles ouvertures. “2016 est l’année du début de la transformation, ses retombées seront ressenties en grande partie en 2017, et pleinement à partir de 2018”.

Interrogé sur l’internationalisation, Fadhel Kraem a fait remarquer que l’enseigne ne peut pas actuellement donner l’exemple ailleurs : “On ne peut pas s’attaquer à l’international et donner l’exemple alors qu’on n’a pas pu le faire en Tunisie suite aux difficultés que traverse notre pays”, a-t-il dit.

Il a toutefois indiqué, dans le même contexte, que la mise en place de la stratégie de Monoprix à l’international, surtout l’Afrique, est possible à partir du deuxième semestre de l’année 2017.

Et pour conclure, il a indiqué que l’effort se concentre actuellement pour maîtriser l’évolution de l’effectif à travers la normalisation des taux d’encadrement et la réduction des frais de fonctionnement et moyens généraux (sous traitances, telecom, location..), la promotion et la mobilité interne sur la base de critères de mérite et de performance, la définition d’un nouveau système de motivation adapté aux fonctions commerciales à partir de 2017, le développement de la communication interne à travers la création du centre de formation interne pour les différents métiers de la grande distribution. D’autres chantiers seront lancés dans les semaines à venir.

par -

Interrogé sur l’internationalisation, le directeur général de la chaîne de grande distribution Monoprix, Fadhel Kraem, a fait remarquer que l’enseigne n’est pas en mesure actuellement de donner l’exemple ailleurs. “On ne peut pas s’attaquer à l’international et donner l’exemple alors qu’on n’a pas pu le faire en Tunisie suite aux difficultés que traverse notre pays”, a-t-il dit.

Il a toutefois indiqué, dans le même contexte, que la mise en place de la stratégie de Monoprix à l’international, surtout l’Afrique, est possible à partir du deuxième semestre de l’année 2017.

par -
La société Monoprix a tenu

Le directeur général de la chaîne de grande distribution Monoprix, Fadhel Kraiem, a affirmé, lors de la communication financière de la société qui se tient actuellement au siège de la bourse de Tunis, que la marque table sur un chiffre d’affaires en progression de 10% en 2017.

Il a par ailleurs indiqué que la société veut également, durant cette année, maintenir le niveau de marge, maîtriser les charges et la masse salariale, améliorer le résultat d’exploitation et les bénéfices et corriger, entre autres, les erreurs commises auparavant, selon ses dires.

S’agissant des nouvelles ouvertures, Kraiem a précisé que Monoprix ouvrira d’ici la fin de l’année en cours deux nouveaux points de vente, un à Gabes et l’autre à Zaghouan. Pour l’année prochaine, la société table sur l’ouverture de 5 nouveaux points de vente et la rénovation de 5 autres.

par -
L’athlète Habiba Ghribi commence à se retrouver.Elle vient de terminer le 3000m steeple au meeting de Stockholm en deuxième position

L’enseigne Monoprix Tunisie et la championne tunisienne Habiba Ghribi ont signé vendredi 13 mai 2016 dans les locaux de Monoprix à la Charguia 1, un accord de partenariat et de sponsoring à long terme. Un partenariat placé sous la bannière de la promotion du bien-être au quotidien.
En vertu de cet accord, Monoprix s’engage à apporter son soutien et ses encouragements à notre championne nationale Habiba Ghribi, tout en l’accompagnant dans sa participation aux compétitions sportives et notamment les jeux olympiques de Rio 2016.

Ce partenariat s’inscrit dans une nouvelle stratégie de sponsoring de Monoprix Tunisie. «Nous sommes fiers de concrétiser notre soutien à notre championne Habiba Ghribi et aux valeurs d’excellence portées par le sport de haut niveau, nous l’encourageons tous et lui souhaitons beaucoup de succès pour les JO de Rio 2016», a déclaré Fadhel Kraiem, Directeur Général de Monoprix Tunisie.

Pour sa part, Habiba Ghribi a affirmé :«Je me félicite de cette nouvelle alliance que j’espère fructueuse pour les deux parties. J’ai également l’intime conviction que les valeurs d’excellence communes au monde du sport de haut niveau et à celui de l’entreprise nous permettront d’accomplir de belles choses ensemble.»

par -

La Société Nouvelle Maison de la Ville de Tunis (Monoprix) porte à la connaissance de ses actionnaires que son conseil d’administration, réuni le 1er mars 2016, a accepté la démission de Mr. Adel Ayed, Directeur Général de la société et lui donne quitus pour sa gestion antérieure. Le Conseil d’Administration de la SNMVT décide de nommer Mohamed Fadhel KRAIEM en tant que nouveau Directeur Général et ceci à partir du 1er mars 2016. Le nouveau DG de Monoprix était jusque là DGA de l’opérateur historique Tunisie Télécom. Il entame ainsi un nouveau challenge dans un des plus importants groupes tunisien et dans une autre branche de la même activité de distribution, mais cette fois de la grande distribution.

Le meilleur des RS

Dans un récent statut sur sa page officielle, l’économiste Ezzeddine Saidane dit «Non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas de reprise économique»....

INTERVIEW

Le président de la Conect (Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie), Tarek Cherif, a accordé à Africanmanager une interview exclusive dans laquelle il a...

AFRIQUE

Le président français, Emmanuel Macron, était parti d'une bonne intention en faisant une virée dans le 10e arrondissement de Paris pour voir de ses...

Reseaux Sociaux

SPORT

Résultats et buteurs à l'issue des matches de la 11ème journée du championnat de la Ligue 1 du football professionne, joués mardi et mercredi: Mercredi: A...