Tags Posts tagged with "Foreign Office"

Foreign Office

par -

A un mois du procès qui commencera en janvier 2017 suite à une plainte d’une vingtaine de familles de touristes britanniques tués dans l’attentat de Sousse en juin 2015, le gouvernement britannique et la partie civile n’en finissent pas d’en découdre au sujet de la responsabilité du Foreign Office pour ne pas avoir déconseillé à ses ressortissants de se rendre en Tunisie alors que les menaces d’un attentat terroristes étaient réelles dans la foulée de l’attaque contre le musée du Bardo perpétrée trois mois plus tôt.

Dernier développement en date des préliminaires de ce procès, le gouvernement britannique a demandé que les détails des enquêtes de ses services sur l’attentat de Sousse qui a fait en juin 2015 un trentaine de tués parmi ses ressortissants en villégiature à El-Kantaoui, soient revêtus du sceau de la confidentialité, invoquant des préoccupations que la divulgation au public des informations sur la sécurité puissent aider les terroristes à perpétrer d’autres attaques à l’avenir, rapporte le quotidien londonien « The Guardian ».

Bien qu’il ait été décidé que toutes les données disponibles seront communiquées aux familles des victimes, le tribunal saisi de l’affaire a confirmé que certaines d’entre elles ont été jugées par les responsables gouvernementaux trop sensibles pour être rendues publiques. Les enquêtes doivent se poursuivre le mois prochain.

Clive Garner, un avocat dans un cabinet représentant un grand nombre de familles de victimes, a souligné la nécessité qu’un équilibre soit établi entre les préoccupations ayant trait à la sécurité et l’importance qui s’attache à la préservation d’une enquête transparente.

“Le gouvernement veut que certains éléments de preuve soient présentés à huis-clos alors que nous reconnaissons la nécessité de protéger les informations cruciales concernant la sécurité nationale, cela doit être contrebalancé par le droit des familles à un procès transparent et public», a-t – il dit.

Selon le juge Nicholas Loraine-Smith, « autant que possible, tout sera plaidé en audience publique », mais « la dernière chose au monde que veulent les familles est d’aider tous ceux qui forment le projet de perpétrer des attaques à l’avenir à commettre de semblables atrocités “, indique The Guardian.

Rétention d’information « sélective »

Lors d’une audience préliminaire au palais de justice de Londres, le magistrat avait affirmé que toutes les informations seront portées à la connaissance des familles des victimes et qu’aucune ne leur sera retenue.

Une décision sera prise concernant la requête du gouvernement exigeant que certains éléments de preuves ne soient pas divulgués au public.

Andrew O’Connor, agissant au nom du gouvernement, a dit au juge qu’il était «dans l’intérêt de la sécurité nationale” de faire en sorte que certaines informations ne tombent pas dans le domaine public, ajoutant que « ce risque est jugé très réel par les experts en sécurité ».

Mais Andrew Ritchie, représentant les 20 familles qui se constituées partis civile, a déclaré que ces dernières estiment qu’une enquête « complète et audacieuse » est nécessaire pour être en conformité avec le principe de «justice ouverte». Il a ajouté que « les citoyens britanniques voyageant à l’étranger courent ce genre de risque, non seulement en Tunisie mais partout dans le monde» et qu’il est de son rôle du coroner de « révéler tous les faits ».

Lors d’une audience en septembre, Ritchie avait affirmé que de nombreuses familles craignent que le Foreign and Commonwealth Office (FCO) puisse avoir échoué dans ses responsabilités à l’égard de milliers de touristes britanniques.

Il a ajouté que les familles étaient aussi potentiellement préoccupées par le fait que le Foreign Office “ait eu des conversations à la bonne franquette » avec des sociétés de voyage soucieuses avant tout de la rentabilité de leurs activités «  à la lumière des conseils alors en vigueur du Foreign Office accréditant un risque élevé d’activités terroristes, y compris dans les zones touristiques ».

par -

La diplomatie tunisienne multiplie les efforts afin de convaincre le Foreign Office de lever les restrictions de voyage vers la Tunisie, imposées depuis l’attentat de Sousse. C’est ce qu’a annoncé la ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Salma Elloumi Rkik.

Rencontrée lors de l’ouverture de « Yatch Med Festival », la ministre s’est montrée optimiste, affirmant que son département n’épargne aucun effort pour atteindre cet objectif, dont les répercussions seront positives sur le secteur touristique.

La précision vient à un moment où le quotidien britannique ” The Gardian” a annoncé une levée progressive de ces restrictions de voyage, qui sera appliquée par étapes.

Pour certains observateurs, cela est tout à fait envisageable, notamment avec l’amélioration de la situation sécuritaire ces derniers temps.

par -

Une série de mesures ont été prises afin de sécuriser davantage les aéroports et avions tunisiens. Ces mesures ont concerné essentiellement le renforcement du contrôle des entrées des avions, les fouilles des bagages et l’installation d’équipements pour l’entretien des avions ainsi que la fouille systématique de tous les employés….

À l’entrée des parkings, de l’aérogare, les policiers fouillent minutieusement les passagers et les bagages. La forte présence des forces de sécurité, qui n’en suscite pas moins l’agacement des voyageurs, est à mettre en rapport avec un dispositif de dissuasion et de prévention d’éventuelles attaques terroristes. Rien d’inquiétant à priori, juste des mesures pour faire face à toute tentative d’attentat…

10 détecteurs d’explosifs dans les aéroports

Un mémorandum d’entente sur la livraison de 10 détecteurs d’explosifs, sous forme de don, a été signé entre la Tunisie et la Grande Bretagne. Ces appareils, d’une valeur de 400.000 dinars,  seront bientôt installés dans tous les aéroports tunisiens et serviront à renforcer le système de sécurité au sein des points aéroportuaires tunisiens. La coopération tuniso-britannique touche plusieurs domaines dont notamment la formation, le recyclage, l’appui logistique et l’échange d’experts. Le but est de renforcer le potentiel opérationnel des agents sécuritaires et militaires dans la lutte contre les menaces non conventionnelles, telles que le terrorisme.

On rappelle, dans ce contexte, que le Daily mail, un journal britannique,  avait annoncé en 2015 que  l’aéroport de Tunis Carthage fait partie des aéroports où la menace terroriste est la plus élevée. En se basant sur les informations publiées par le “Foreign Office”, ce journal a publié une carte des aéroports à risques.

D’après cette carte, outre l’aéroport de Tunis Carthage, les aéroports où la menace terroriste est la plus présente sont les aéroports de Marrakech, d’Alger, de Sharm-El-Sheikh, de Jeddah et Riyad, d’Istanbul et de Daka.

La même source avait dévoilé que cette liste a été actualisée après le crash d’un avion russe dans le désert du Sinaï, acte revendiqué par l’État islamique. Après cet accident, les autorités sécuritaires tunisiennes ont relevé le niveau de sécurité dans leurs aéroports suite au crash de l’avion russe dans le désert égyptien ayant fait 224 morts.

par -

Dans une déclaration accordée à Africanmanager, la ministre du Tourisme, Salma Elloumi Rkik, a indiqué que ” le Foreign Office a promis de revoir sa décision relative aux restrictions de voyage imposées contre la Tunisie”.

Rencontrée lors de la cérémonie qui a eu lieu hier dimanche à l’occasion du premier anniversaire de l’attaque terroriste revendiquée par le groupe de l’Etat Islamique et qui a causé la mort de 38 touristes, Salma Elloumi Rkik a précisé que la révision aura lieu après le mois de Ramadan.

D’après elle,  la décision a été prise à la suite d’une réunion  qui a eu lieu avec le responsable du Foreign Office pour le Moyen Orient et l’Afrique du Nord, Tobias Ellwood.

Pour plusieurs observateurs, cette démarche est cruciale puisque les Britanniques semblent éviter la Tunisie depuis le mois de juin dernier. En effet, les tours opérateurs britanniques dont notamment Thomas Cook UK ont déprogrammé la Tunisie au départ de la Grande Bretagne jusqu’au 17 mai 2017. Cette décision a beaucoup affecté l’économie tunisienne et plus précisément l’activité touristique, qui a affiché un recul considérable.

Il est à noter qu’une cérémonie a été organisée dimanche 25 juin 2016 sur la plage de Sousse où 38 touristes ont trouvé la mort dans une attaque terroriste.
Une minute de silence a été observée. La ministre tunisienne du Tourisme et le représentant du Foreign Office pour le Moyen Orient et l’Afrique du Nord, Tobias Ellwood, ont déposé des gerbes au pied de la pancarte à la mémoire des victimes plantée au bord de la mer à Port El Kantaoui.

Cette cérémonie placée sous haute sécurité a été également marquée par la présence des diplomates de l’Allemagne, du Portugal, de l’Irlande, de la Belgique et de la Russie, pays qui perdu des ressortissants lors de cette attaque

par -

Tarek Aouadi, directeur de l’Office national du tourisme tunisien au Royaume-Uni, a  affirmé que  la Tunisie ne mérite pas d’être punie de la sorte par le gouvernement britannique à la suite de l’attaque de Sousse.

S’exprimant devant l’Association de la presse britannique, il a ajouté que «La Tunisie ne devrait pas être pénalisée de cette manière  parce que  d’odieux et méchants criminels voulaient nuire à son économie ».

«Ils réussissent parce que si le tourisme est banni du marché britannique, cela leur  donne un très bon signal qu’ils sont du côté des vainqueurs.”

Les voyagistes britanniques ont cessé de vendre des vacances en Tunisie en application des  conseils de voyage émis par le Foreign Office  (FCO) qui  avertit que “d’autres attaques restent très probables”.

Tarek Aouadi a déclaré qu’aucun autre pays n’a émis les mêmes conseils que le Royaume-Uni. Un porte-parole du FCO a déclaré la sécurité est sa «principale préoccupation» et son alerte voyage est sous «contrôle permanent».

Les chiffres de l’ONTT pour les quatre premiers mois de 2016 montrent que le nombre de visiteurs britanniques en Tunisie a chuté de 93% par rapport à la même période de l’année  dernière.

Le tourisme  en provenance de s autres grands pays  européens n’a pas baissé autant, avec des flux  en provenance d’Allemagne en baisse de 57% et de France en baisse de 32%.

Aouadi a indiqué que la Tunisie  comprend que «la sécurité vienne  en premier lieu », ajoutant cependant que ”  ce  que nous demandons  est un assouplissement de  cette interdiction alors que nous travaillons à retrouver   la meilleure situation possible en matière de sécurité ».

Quelques 440.000 touristes britanniques  ont visité la Tunisie en 2014, selon le Bureau national des statistiques de Grande-Bretagne. L’ONTT  a rappelé que la demande était encore plus élevée l’année suivante, jusqu’à l’attaque de Sousse.  192 hôtels – un tiers du parc hôtelier de  la Tunisie – ont fermé depuis.

par -

Des vacanciers britanniques ont expliqué à la  BBC pourquoi ils persistent à se rendre en Tunisie faisant fi du conseil de voyage négatif du gouvernement du Royaume-Uni, sauf pour les voyages essentiels.

Les responsables tunisiens rongent leur frein et viennent d’exhorter le gouvernement de Londres d’assouplir son avertissement déconseillant aux Britanniques tout déplacement en Tunisie depuis l’attaque de Sousse qui a fait 31 morts parmi les touristes britanniques, l’année dernière.

Depuis, le nombre des visiteurs du Royaume-Uni a chuté de 90%, découragés aussi par le fait que suite à l’avertissement actuel en place, la plupart des polices d’assurance voyage sont  invalides pour ceux qui envisagent de visiter le pays.

BBC a interviewé plusieurs touristes britanniques qui ont bravé l’interdiction du Foreign Office pour savoir pourquoi ils continuent de se rendre en Tunisie.

« Les Tunisiens  font réellement honneur à leur pays »

James Merriman, de retour d’un voyage de quatre nuitées en Tunisie, a affirmé que tout au long de son séjour, il s’est senti totalement en sécurité. « Il y avait quelques barrages de police, mais je ne me sentais nullement menacé ni inquiet pour ma sécurité », a-t-il dit.

«Le manque de touristes était certainement perceptible tout au long de ma visite dans les différentes régions du pays. Il y avait quelques touristes russes et une poignée de touristes chinois, mais je n’ai pas rencontré de touristes anglais ».

_89781434_james-merriman_kairouran_2

« Les Tunisiens  font réellement honneur à leur pays », a-t-il ajouté, notant qu’ « ils  étaient si heureux d’avoir rencontré un touriste anglais et se dépensaient en  excuses à moi personnellement pour les terribles événements de l’année dernière ». «J’espère sincèrement que le Foreign Office assouplira ses conseils et ses mises en garde ». «Mon voyage a été merveilleux, et je recommande à tout le monde de profiter de ce merveilleux pays. »

Matt Sullivan est un citoyen du  Royaume-Uni, mais vit à Sousse depuis septembre 2015, avec sa femme et ses trois enfants. Il a constaté que la chute du tourisme a eu un grand impact sur l’économie de la Tunisie. « Je l’ai relevé à travers la population locale qui  souffre de la régression massive de l’activité touristique », a-t-il dit. «  Cela affecte tout le monde dans notre ville ;  je rencontre des gens qui ont perdu leur emploi, presque tous les jours ».

_89781440_13120898_10153924857485743_1721589312_o

“Il n’y a pas d’attitude négative  envers le gouvernement britannique pour ses conseils de voyage, mais je pense qu’il serait légitime pour eux d’être en colère ».

“D‘expérience, je sais que les touristes comprennent les conseils de voyage comme une injonction signifiant à peu près que vous ne pouvez pas venir ici, et les touristes, dans leur majorité, présument qu’ils ne seront pas couverts par l’assurance voyage », a-t-il expliqué ajoutant que « les touristes qui  viennent ici me disent qu’ils se sentent très en sécurité et que l’on prend bien soin d’eux ».

“La présence policière a été sensiblement renforcée et je me sens totalement en sécurité ici avec ma famille », a-t-il affirmé, ajoutant que « le conseil de voyage empêche effectivement les touristes de pouvoir venir en Tunisie, mais ce dont nous avons besoin, c’est de leur fournir une information appropriée et les laisser faire des choix éclairés ». Sinon, les terroristes gagneront, a-t-il dit.

« Déchirant » !

Jane Dutton se rend régulièrement en Tunisie  depuis plus de 20 ans. Elle continue de le faire au mépris du conseil de voyage du  Foreign Office, mais alors qu’elle avait l’habitude de visiter la Tunisie  jusqu’à six fois par an, elle y va maintenant moins souvent en raison de préoccupations au sujet de l’assurance pour ses enfants.

“J’y vais avec des amis, mais évidemment je ne me fais pas accompagner de mes trois enfants. “C’est rigoureusement pour des considérations liées à l’assurance: si je glissais et me cassais la jambe, je prendrais l’avion pour rentrer chez moi et me soigner dans un hôpital au Royaume-Uni, mais il serait irresponsable de ma part d’embarquer à bord un de mes enfants alors qu’il est souffrant », a-t-elle souligné.

«La Tunisie est un pays fantastique et les Tunisiens sont les plus agréables que j’aie connus tout au long de ma vie entière ».

” Il a été déchirant de voir, lors d’une visite en novembre dernier, que seulement  30 personnes se trouvait dans un hôtel qui aune capacité de 1.500 lits ».

“Actuellement, je vais en vacances avec mes enfants dans d’autres endroits, et aussi beaux qu’ils soient et agréables ses habitants,  je ne ressens aucun sentiment de fidélité envers ces autres hôtels ou leurs personnels.

«  Nul pays ailleurs dans le monde un pays n’a autant conquis mon cœur comme la Tunisie », a-telle avoué.

 

par -

La Tunisie a exhorté le gouvernement britannique à  assouplir son alerte voyage déconseillant à ses ressortissant de se rendre dans le pays, entraînant une chute de 90% des flux touristiques britanniques vers la Tunisie au cours des 4 premiers mois de 2016.

L’ambassadeur de Tunisie au Royaume-Uni, Nabil Ammar,  a déclaré que le gouvernement de Londres devrait prendre en compte les améliorations enregistrées en matière de sécurité depuis l’année dernière.

Les voyagistes britanniques ont suspendu tous les voyages à forfait vers la Tunisie dès juillet 2015 suite à un changement des conseils de Voyage du Foreign Office , qui soutient  encore que d’ autres attaques terroristes sont «hautement probables».

Cependant, le diplomate tunisien, lui-même originaire de Sousse où avait eu lieu l’attentat de l’Imperial Palace, a déclaré à la BBC qu’il  y a maintenant un écart entre la «perception du niveau de sécurité, et l’état réel de la sécurité sur le terrain”.

” Chaque semaine, des  cellules terroristes sont démantelées. Les terroristes sont arrêtés ou neutralisés. Cela devrait donner une image positive, et point négative. “Si vous prenez les statistiques, vous avez beaucoup moins de chance de mourir en Tunisie ou de subir un préjudice que dans bien des pays voisins.”

L’ambassadeur tunisien a déclaré qu’il respectait le Foreign Office du Royaume-Uni, mais que ce dernier  ne devrait pas donner « l’impression que ce n’est pas un pays sûr, et doit prendre en compte tous les progrès accomplis” en matière de sécurité », affirmant au demeurant qu’il n’avait jamais vu les plages de Tunisie autant désertées par les touristes.

“Une partie de la solution contre la violence et le terrorisme est d’avoir une bonne économie”, a-t-il dit, ajoutant qu’il voulait que la tragédie vécue tant par le Royaume-Uni que  la Tunisie à la suite des attentats terroristes  ” fasse  de nous deux peuples plus proches l’un de l’autre et guère séparés “.

Les chiffres de l’Office national du tourisme tunisien font état d’une chute de plus de 90% des touristes britanniques au cours des  quatre premiers mois de cette année par rapport à la même période il y a un an.

Entre janvier et avril 2015, il y avait 84,225 visiteurs britanniques en Tunisie, mais seulement 5980 durant les quatre premiers mois 2016.

D’après les mêmes chiffres de l’ONTT,  le nombre des séjours effectués en Tunisie par les Britanniques est passé de 360.000 en 2011 à 440.000 en 2014. Ce chiffre est tombé à 275.000 visites en 2015, soit une baisse de 165.000 ou 38% par rapport à l’année précédente.

La Tunisie est un pays sûr

Alors que l’avertissement du Foreign Office est toujours en vigueur, la plupart des polices d’assurance Voyage n’ont pas cours pour ceux qui envisagent de se rendre dans le pays. Un porte-parole de l’Association des assureurs britanniques a déclaré que les vacanciers britanniques devraient toujours suivre les conseils du gouvernement.

“Si vous décidez d’aller en Tunisie contre l’avis du gouvernement, alors vous ne pouvez pas attendre de  votre assureur Voyage qu’il couvre votre déplacement “, a-t-il dit.

Raouf Jaiem, qui dirige l’entreprise tunisienne « Eden Tours », a déclaré à la BBC que les conseils de Voyage ont eu un “impact énorme” sur l’économie du pays.

“De nombreux hôtels travaillaient principalement avec le marché britannique. Cela signifie que depuis l’été dernier, ils ont perdu 70% de leur clientèle sur toute l’année et cela a un impact énorme sur tous ces hôtels,” a-t-il souligné.

Peter Kirk, qui dirige l’entreprise « Tunisia First » (La Tunisie d’abord), a déclaré à la BBC que ses activités ont chuté de 50%, ajoutant cependant que ses clients réguliers, qui étaient au courant des conseils de Voyage, réservent encore des voyages sur la Tunisie. «Ils ne sont nullement  inquiets, affirme-t-il. “Ils connaissent le peuple tunisien, ils aiment le pays, ils se sentent tout à fait en sécurité dans les stations touristiques où ils vont.”

Une journaliste de BBC News, Emily Unia, dans un reportage à  Sousse, a déclaré: « Me trouvant ici, je me suis sentie en sécurité ; il y a une présence policière assez visible à Sousse, les gens disent que la sécurité s’est beaucoup améliorée ».

« La plupart des grands édifices tels que les hôtels et les magasins sont maintenant dotés de points de  contrôle et de fouille de sacs et prennent leurs responsabilités très au sérieux ». « Mais, il est vrai que les hôtels et les plages sont à moitié vides.”

Une porte-parole du Foreign Office, citée par le journal « The Sun » a déclaré, de son côté : “Nous savons que nos conseils de Voyage peuvent  avoir un effet d’entraînement sur les considérations commerciales et politiques, mais nous faisons en sorte que cela  n’influe pas sur les conseils que nous émettons. La sécurité des ressortissants britanniques est notre principale préoccupation ».

«Nous travaillons en étroite collaboration avec les Tunisiens pour mieux comprendre la menace terroriste et les aider à renforcer les mesures visant à accroître la protection des touristes », a-t-il souligné avant d’indiquer que « notre conseil Voyage est constamment soumis à examen  et nous  le changerons  dès que la situation sécuritaire le permettra.»

par -

Pour avoir duré plus que de raison, l’alerte du Foreign Office déconseillant aux Britanniques de se rendre en Tunisie ne fait qu’ajouter à l’amertume des autorités tunisiennes qui ayant longtemps rongé leur frein semblent décidées à passer à l’action et même à l’offensive, diplomatiquement et sur le terrain. La ministre du Tourisme Salma Rekik, flanquée de ses collègues des Affaires étrangères et de l’Intérieur,  a rencontré ce jeudi 18 février 2016, les ambassadeurs européens, pour leur exposer tous les efforts déployés par la Tunisie au niveau de la sécurité et des services hôteliers, ainsi que les préparatifs pour garantir la réussite de la prochaine saison touristique. La ministre du Tourisme en a appelé au sens de la solidarité européenne avec l’expérience  démocratique de la Tunisie.

Sur place, en Grande-Bretagne où l’interdiction faite aux touristes britannique est toujours maintenue en l’état, les fonctionnaires de l’Office national du tourisme tunisien (ONTT) se démènent pour obtenir la levée de cette alerte, alors  que les deux géants de l’industrie du voyage, Thomas Cook et TUI ont annulé la totalité de leurs programmes d’été en Tunisie.

« C’est bien dommage », c’est en ces termes que  Tarek Aouadi, directeur de la représentation de l’Office national du tourisme tunisien (ONTT) en Grande-Bretagne,  qualifié la décision du gouvernement britannique. Et c’est peu dire, ajoute, pour sa part, « Tavel Trade Gazette » (TTG) l’hebdomadaire référence britannique de l’industrie du voyage dans une interview que lui a accordée le responsable tunisien.

Avant l’attaque de Juin, il a révélé que le Royaume-Uni était en passe de devenir le plus grand marché touristique pour la Tunisie, et coiffer au poteau  l’Allemagne et la France, le marché numéro 1 de la Tunisie.

Il a rappelé que  2010 avait été une “année record” pour le tourisme tunisien, mais depuis la révolution de 2011, le nombre des touristes allemands et français avait chuté, contrairement à celui des Britanniques, lesquels n’ont pas été découragés d’aller en Tunisie.  425.000 vacanciers britanniques ont visité le pays en 2014, une année record. “Le marché britannique se rapprochait de plus en plus de ceux  français et allemand”, a-t-il  déclaré à TTG.

«Ils étaient sur  le point de dépasser le marché allemand. Ils auraient atteint les mêmes chiffres que le marché français dans environ deux ou trois ans ». Et comme on pouvait s’y attendre, cependant, la croissance a piqué du nez après l’attaque de Sousse.

Bien que l’attaque terroriste ait  eu lieu en juin, en milieu d’année, elle  a affecté le secteur à un point tel que seuls 207.000 Britanniques se sont rendus dans le pays en 2015, soit une baisse de 51%.

La baisse est appelée à s’accentuer suite aux  dernières décisions des deux géant du voyage en Grande-Bretagne,  Tui et Thomas Cook qui organisent  90% de toutes les visites britanniques dont ils prennent en charge les réservations en Tunisie.

« C’est bien dommage ! »

“Il est évident que nous comprenons les raisons de l’interdiction, mais nous avons les mains liées. Nous sommes impuissants devant les autorités “, a déclaré Aouadi. “Il est vraiment dommage, bien que nous n’en sous-estimions pas les raisons. L’ensemble de l’industrie a été mise en veilleuse, mais malgré les problèmes de terrorisme, les Britanniques étaient toujours désireux de se rendre en Tunisie cette année.

Il  a souligné qu’avant l’annulation des programmes des deux TO, quelque 17.750 Britanniques avaient réservé sur la Tunisie pour l’été 2016. Il pense  que ce nombre aurait grimpé à 40.000 à l’horizon du mois d’avril  2016 si les réservations étaient encore disponibles, et estime que le nombre record de 2014 pourrait avoir été atteint dans les quatre à cinq ans à venir.

“Les Britanniques  me disent ‘nous reviendrons dès que les problèmes seront réglés’,” a-t-il ajouté. Le problème réside bien sûr dans la décision du gouvernement britannique de ne pas modifier ses conseils, et ainsi  il est presque impossible pour les vacanciers britanniques d’obtenir l’assurance Voyage, ce qui signifie qu’aucune entreprise de voyage au  Royaume-Uni ne peut en pratique offrir un programme pour le pays. En revanche, les touristes en provenance de la France, de l’Allemagne et de l’Italie continuent de se rendre en Tunisie.

« Nous ne baisserons pas les bras »

Le pays travaille dur pour améliorer sa sécurité et  convaincre le Royaume-Uni de lever son interdiction. Un accent particulier a été mis sur le renforcement de la sécurité dans les hôtels, mais aussi dans les restaurants. Des précautions supplémentaires incluent une formation supplémentaire pour le personnel, en plus de l’installation de caméras de vidéosurveillance et de détecteurs de métaux.

La Tunisie a également achevé  la première étape d’une barrière de 250 kilomètres comprenant des tranchées remplies d’eau et des bancs de sable,  le long de sa frontière avec la Libye, pour empêcher les infiltrations de terroristes. La semaine dernière, Martin Schulz, président du Parlement européen, a inspecté les hôtels à Sousse.

Il a affirmé que  la Tunisie avait pris «toutes les mesures de sécurité préventives nécessaires pour assurer que les vacances se passent  en toute sécurité”. Il a également appelé les autorités internationales à visiter le pays “le plus tôt possible pour se rendre compte de visu de  la situation sécuritaire”. La directrice adjointe de l’ONTT en Grande-Bretagne, Mounira Derbel, a déclaré qu’elle s’attendait à ce que l’alerte du Foreign Office fût levée  l’année dernière.

Maintenant, la représentation de l’ONTT prévoit que ce sera le cas en mars ou en avril  de cette année. “Le gouvernement tunisien travaille en étroite collaboration avec les autorités britanniques  sur la mise en place d’un plan de sécurité,” dit-elle. Malheureusement, ce sera trop tard pour les deux grands TO               . Naturellement, la campagne de publicité au Royaume-Uni  pour 2016, a également été mise en veilleuse.

«Depuis que nous avons été frappés par cette  interdiction, nous ne pouvons pas promouvoir la destination [auprès des consommateurs] mais nous sommes en train de redéfinir notre approche de la stratégie de marché”, a insisté Derbel. “Nous devons garder l’optimiste”, a-t-elle ajouté. “Nous ne pouvons pas baisser les bras, car si nous le faisons, les terroristes gagneront et nous ne sommes pas prêts à leur donner cette opportunité.

 

par -
Le Foreign Office a averti  les touristes que les manifestations prévues aujourd'hui en Tunisie pourraient être

Le Foreign Office a averti les touristes que les manifestations prévues aujourd’hui en Tunisie pourraient être “imprévisibles”. Le ministère britannique des Affaires étrangères a actualisé ses recommandations Voyage et souligne que les forces de police et de sécurité devraient organiser une manifestation pour protester contre la décision de les exclure du vote aux prochaines élections.

L’ampleur et l’impact de la manifestation prévue aujourd’hui devant l’Assemblée nationale constituante à Tunis sont qualifiés par les responsables d’ “imprévisibles”. L’avertissement est lancé suite à l’annonce par l’annonce du ministère de l’Intérieur qu’un groupe a été arrêté et des explosifs saisis près de la frontière sud avec la Libye, dimanche, ayant des plans pour attaquer les sites industriels et les zones touristiques. Dans la nuit du 27 mai, des hommes armés ont attaqué une maison appartenant au ministre de l’Intérieur, tuant quatre policiers.

Le Foreign Office a déclaré que “Il ya une possibilité que de nouvelles protestations éclatent. Elles ne sont pas normalement dirigées contre les étrangers, mais les événements internationaux peuvent déclencher des manifestations anti-occidentales. ”

Le meilleur des RS

Il a été ministres, de l’industrie, de la Défense nationale, de la Santé publique et surtout illustre ministre de l’Economie et des finances en...

INTERVIEW

Habib Karaouli, PDG de la Banque d'affaires de Tunisie (BAT), récemment rebaptisée Capital African Partners Bank, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où...

AFRIQUE

Le gouvernement angolais a revu à la hausse sa prévision de croissance pour le pays en 2018 selon le projet de budget de l’Etat....

Reseaux Sociaux

SPORT

L'entraîneur de l'ES Sétif, Kheïreddine Madoui s'est dirigé dimanche pour la Tunisie afin de rejoindre son futur club de l’Etoile sportive du Sahel, a...