AccueilLa UNELe Foreign Office alerte les entreprises britanniques sur «les risques qu’elles courraient...

Le Foreign Office alerte les entreprises britanniques sur «les risques qu’elles courraient en Tunisie»

Le Foreign Office (FCO), le ministère des Affaires étrangères  de Grande-Bretagne, a rendu publique une note  sur « les principaux risques sécuritaires et politiques auxquels les entreprises britanniques peuvent être confrontées lorsqu’elles opèrent en Tunisie.

Il commence par rappeler que la Tnisie est entrée dans une nouvelle phase de la transition politique post-2011 , depuis que, le  25 juillet 2021, le président Kais Saied a annoncé une série de mesures visant à limoger le chef du gouvernement,  à assumer tous les pouvoirs exécutifs et à suspendre les travaux du parlement pendant 30 jours. Depuis, il a prolongé indéfiniment la suspension du Parlement et a légalement formalisé cette règle par décret.

La Tunisie souffrait déjà d’une situation socio-économique difficile, même avant l’apparition de variants  supplémentaires de la pandémie de Covid-19. Les frustrations liées aux niveaux élevés de chômage continuent d’alimenter les protestations, ajoute La note, qui souligne que la  Tunisie est confrontée à de nombreux défis économiques, avec des niveaux élevés de chômage, en particulier chez les jeunes, et des déficits de dépenses publiques.

En ce qui concerne le Royaume-Uni, il est perçu positivement comme un ami de la Tunisie, ce qui offre la possibilité d’accroître les opportunités de commerce bilatéral post-Brexit.

Avant les attaques terroristes de 2015 à Sousse et au Bardo, le nombre de touristes britanniques qui visitaient la Tunisie avait augmenté à plus de 400 000 par an. Les attaques terroristes ont eu un impact majeur sur le nombre de touristes visitant le pays. Les efforts du gouvernement britannique et de la communauté internationale pour améliorer la sécurité en Tunisie ont vu la confiance revenir et le nombre de touristes britanniques ayant visité la Tunisie a atteint plus de 350 000 en 2019.

En outre, le Royaume-Uni reste un bon marché pour les exportations tunisiennes, car le commerce bilatéral continue d’être en faveur de la Tunisie. Le commerce total de biens et de services entre le Royaume-Uni et la Tunisie s’est élevé à 430 millions de livres sterling au cours des quatre trimestres jusqu’à la fin du troisième trimestre 2020. Les textiles, les dérivés du pétrole et les machines figurent souvent parmi les principales exportations du Royaume-Uni vers la Tunisie.

Malgré le fait que la Tunisie reste un marché difficile pour faire des affaires comme le montre le rapport de la Banque mondiale sur la facilité de faire des affaires, les entreprises britanniques ont continué à montrer un fort intérêt pour la recherche d’opportunités dans des secteurs tels que l’énergie, les TIC, l’éducation et les services financiers et professionnels.

Pour surmonter une partie des difficultés que présente le marché, les entreprises britanniques peuvent obtenir le UK Export Finance (UKEF), qui dispose de 2,5 milliards de livres sterling réservés au marché tunisien. L’UKEF est l’agence gouvernementale qui fournit des garanties aux banques offrant des prêts aux acheteurs étrangers de biens et services britanniques et une assurance aux exportateurs contre le risque de ne pas être payés. Ces fonds peuvent être utilisés pour accroître les exportations britanniques vers la Tunisie. 3. Désobéissance civile et agitation ouvrière

12 000 mouvements de protestation en 2021

En raison de l’incertitude politique et des problèmes socio-économiques de longue date de la Tunisie, la désobéissance civile et les troubles du travail restent une réalité dans le pays. Plus de 12 000 actes de protestation ont été enregistrés en 2021.

Un problème notable de troubles du travail de longue date concerne la production de pétrole et de gaz à Al-Kamour, dans le sud de la Tunisie. En 2020, les manifestants ont arrêté la production parce que les investissements et les emplois – promis par le gouvernement central en 2017 pour mettre fin à une précédente série de protestations – ne s’étaient pas matérialisés. L’arrêt de la production a coûté à l’État 260 millions de livres sterling en pertes de revenus et n’a pris fin qu’avec de nouvelles promesses d’emplois et d’investissements. Cela a à son tour déclenché des protestations ailleurs, les chômeurs d’autres régions tentant d’imiter l’exemple d’El-Kamour, qui consiste à paralyser l’activité économique locale pour arracher des offres d’investissement au gouvernement.

D’autres protestations provoquant des perturbations localisées se produisent avec peu ou pas d’avertissement. À la fin de l’année 2020, une grève sauvage dans une usine de remplissage de bouteilles de gaz domestique avait provoqué une pénurie généralisée de gaz de cuisine et de chauffage pendant l’hiver, entraînant de grandes files d’attente, un marché noir florissant et des pertes économiques importantes.

L’industrie des phosphates a été la plus touchée par les manifestants en quête d’emploi depuis la révolution. La production a été réduite de moitié en 2012 et les niveaux de production restent déprimés, privant le gouvernement d’une source majeure de revenus. Le gouvernement a déclaré son intention de doubler les niveaux de production de phosphate, de 3,9 millions de tonnes en 2021 à un objectif de 8 millions de tonnes en 2024.

De vastes réformes requises en matière de droits de l’homme

La Tunisie a fait des avancées significatives en matière de droits de l’homme depuis la révolution de 2011, avec de nombreux droits civils, politiques, sociaux, économiques et culturels inscrits dans la Constitution de 2014. Toutefois, de vastes réformes sont nécessaires pour mettre la législation en conformité avec la Constitution, et la Cour constitutionnelle, habilitée à invalider les lois qui ne sont pas conformes aux droits inscrits dans la Constitution, doit encore être mise en place.

Depuis 2018, le FCO n’a pas identifié la Tunisie comme un « pays prioritaire en matière de droits de l’homme », mais il existe toujours des préoccupations permanentes en matière de droits de l’homme : torture et mauvais traitements ; impunité des forces de sécurité ; arrestations arbitraires ; périodes de détention prolongées et conditions de détention.

Pour ce qui est de la corruption, le FCO rappelle que la Tunisie a été  classée au 69e rang sur 180 pays en 2021 dans l’indice de perception de la corruption, son score ayant augmenté (c’est-à-dire qu’elle est moins corrompue) d’un point depuis 2019.

Malgré les efforts déployés après la révolution pour s’attaquer aux affaires de corruption sous le régime de Ben Ali, aucune affaire n’a été poursuivie avec succès devant les tribunaux. 8. Menace terroriste

S’agissant enfin de la menace terroriste , le Foreign Office estime qu’il est  toujours très probable que des terroristes tentent de perpétrer de nouveaux attentats en Tunisie, y compris contre des intérêts britanniques et occidentaux. Les attaques pourraient être aveugles, y compris dans des lieux visités par des étrangers. Cependant, ajoute-t-il, depuis les attaques terroristes du Bardo et de Sousse en 2015, qui ont eu un impact majeur sur l’économie touristique, le gouvernement tunisien a fait preuve d’engagement et a progressé dans l’amélioration de ses capacités de sécurité. Cependant, la menace terroriste et les attaques continues contre les forces de sécurité tunisiennes restent un risque majeur pour la stabilité de la Tunisie. L’extrémisme endogène, y compris le retour des  terroristes étrangers, dans les prisons et les communautés marginalisées, reste une réelle préoccupation, et l’instabilité de la Libye voisine place la Tunisie en première ligne dans la lutte contre les influences extrémistes violentes, conclut le FOC.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,007SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -