Tags Posts tagged with "hopital"

hopital

par -

Selon une information, rapportée par «Maghreb Confidentiel », le ministre tunisien de la santé, Imed Hammami, «ne semble guère pressé de relancer le contrat d’IHG (International Hospitals Group). Il chercherait même à le supplanter par un projet financé par la Corée du Sud, ce qui ferait la joie de Daewoo». La même source rapporte que le groupe britannique avait pourtant «paraphé un accord pour la conception, la construction et l’équipement de deux hôpitaux pluridisciplinaires à Gabès et Béja avec la ministre de la Santé d’alors, Samira Merai-Friaa (…) en marge de la conférence Tunisia 2020, le 30 novembre 2016″ et que ce dossier «s’est ensuite enlisé dans les couloirs de l’administration» avec le départ de Merai-Friaa du gouvernement. Nous avons, de notre part, essayé de connaitre le sort du projet d’IHG, en contactant le ministre Hammami par voie téléphonique (portable et professionnel). Ce dernier est aux abonnés absents.

par -

Les services de police ont mis la main, hier lundi 25 décembre 2017, sur un caissier de l’hôpital El Fawar à Kébili. Le prévenu est accusé d’avoir détourné l’argent de l’établissement, rapporte Shems FM.
Une source officielle de la direction régionale de la santé du gouvernorat a confié que le directeur de l’hôpital s’est rendu compte, en procédant à l’inventaire des recettes de l’hôpital, qu’il y avait un écart entre ce qui est mentionné sur le registre des paiements et la somme dans la caisse.

La même source a indiqué que le directeur a saisi la direction régionale de la santé, laquelle a alerté le contrôleur des Dépenses publiques. Après vérification des anomalies, ce dernier a informé la police. Les investigations sur cette affaire se poursuivent…

par -

Neuf personnes ont été blessées, lundi 25 décembre 2017, dans une collision entre un bus relevant de la société régionale de transport et un taxi rural, à l’entrée de Ras Jbal dans le gouvernorat de Bizerte, rapporte Mosaïque Fm.

Les blessés ont été transportés à l’hôpital régional où ils ont reçu les soins nécessaires.

Par ailleurs, le conducteur du taxi, victime de plusieurs fractures, a été pris en charge, indique la même source.

par -

Lorsque Mike Butler, directeur qualité à l’unité de production de Cologne, en Allemagne, a été admis à l’hôpital pour le traitement d’un cancer, celui-ci a réalisé que certaines méthodes qu’il employait à l’usine Ford pourraient être bénéfiques au processus de traitement des patients.

Avec l’aide d’une douzaine de collègues, Mike Butler a, dans un premier temps, proposé une liste d’aménagements qui pourraient accélérer le flux des traitements, améliorer les transmissions et réduire le stress des patients.

Un grand nombre de ces propositions sont actuellement en cours d’implémentation dans le service d’oncologie du CHU de Cologne, qui ambitionne de devenir l’un des plus pointus d’Europe en matière de traitement contre le cancer.

Des idées simples pour des améliorations significatives

C’est en 2008 que, pour la première fois, des technologies inédites et des process optimisés ont permis à l’usine Ford de Cologne, qui produit la nouvelle Fiesta, de devenir l’une des usines automobiles les plus efficaces du monde (avec une Fiesta produite toutes les 68 secondes). Une quinzaine d’ingénieurs Ford ont rencontré les responsables de l’hôpital, mais aussi les patients, les infirmières et les médecins pour mettre en place une collaboration à double sens.

Par exemple, les sols et couloirs de l’hôpital ont été repeints en utilisant un système de couleurs vives, pour guider le personnel ainsi que les patients et faire en sorte qu’ils se repèrent mieux au sein de l’établissement ; de grands écrans ont également été installés pour faciliter les transmissions lors des rotations du personnel de l’hôpital ; des chambres à l’aménagement adaptable ont été mises en place afin de mieux s’adapter aux flux de patients et optimiser l’espace à disposition. Au sein du service de cancérologie, cette nouvelle organisation a contribué à améliorer de 30% des flux de patients.

par -

Le service d’urgence à l’hôpital local de Souk Jedid (gouvernorat de Sidi Bouzid) est entré en fonction, mercredi, a indiqué le directeur régional de la santé Mohamed Zaher Ahmadi.
Le service est resté fermé pendant 7 ans après l’achèvement des travaux de construction en 2010 et ce pour manque de cadres médicaux et paramédicaux, a-t-il précisé.
Bien équipé, ce service permettra de rapprocher les prestations de santé et de soins pour 20 mille habitants dans la délégation de Souk Jedid et les localités avoisinantes, a affirmé la même source.

par -

Le service de gynécologie-obstétrique et de maternité à l’hôpital local de Menzel Temine sera opérationnel en janvier 2018, a affirmé, mardi, le directeur régional de la santé à Nabeul Sami Rekik.
Ce projet permettra de réaliser un saut qualitatif en matière de prestations et services de soins dans la région, a-t-il indiqué, précisant que ce service est composé d’un bloc opératoire, une salle d’accueil (capacité de 20 lits) et d’une salle stérilisée pour les nouveau-nés.
Le coût de ce projet, programmé depuis 2011, a atteint 3 millions de dinars, a ajouté la même source, rappelant que le budget alloué au secteur de la santé à Nabeul dépasse 30 MD dont un taux de 26% destiné à fournir des médicaments.

par -

Des mesures urgentes ont été prises en faveur de l’hôpital La Rabta de Tunis, lors d’une séance de travail tenue jeudi au ministère de la santé, en présence du ministre, Slim Chaker et la Secrétaire d’Etat de la Santé, Sonia B’Chikh.
Ces mesures seront mises en œuvre par la direction de l’hôpital et par les directions centrales du ministère, lit-on dans un communiqué publié jeudi par le ministère.
Lors de cette séance de travail, le ministre de la Santé, Slim Chaker, a appelé à la nécessité d’améliorer la qualité de services offerts dans cet établissement.
Il a également mis l’accent sur l’impératif de poursuivre les projets en cours et qui concernent notamment l’instauration de la bonne gouvernance, le développement des systèmes d’information visant à contrôler la gestion et la mise en place de la médecine économique.
Il s’agit également d’instaurer un système de sécurité au profit des malades, du cadre médical et paramédical et de l’ensemble du personnel de l’hôpital qui accueille quotidiennement 4 mille personnes.

par -

Des membres du personnel de l’Hôpital régional de Tozeur (cadres médicaux et paramédicaux et agents administratifs) ont observé, lundi matin, un sit-in, dans le hall de l’hôpital, pour réclamer une présence policière permanente dans l’établissement.
Ce mouvement fait suite à l’agression de deux cadres paramédicaux du service d’urgence perpétrée, au cours du week-end dernier, par un citoyen qui accompagnait un malade. L’une des deux victimes de l’agression a été grièvement blessée.
Selon le secrétaire général de la Fédération générale de la santé, section de Tozeur, Boubaker Mlik, ce genre d’incident est devenu fréquent à l’hôpital à cause du manque de présence policière.

par -

Le directeur régional de la santé de Sousse Boujemaa Fertani a indiqué qu’un cas de Malaria a été enregistré à Sousse.

Il a en outre indiqué, dans une déclaration à Mosaïque Fm, que la personne en question a résidé pendant quelques temps au Cameroun et qu’il est admis actuellement à l’hôpital Farhat Hached.

Pour information, le paludisme ou la malaria est une maladie infectieuse due à un parasite du genre Plasmodium, propagée par la piqûre de certaines espèces de moustiques anophèles.

Avec 207 millions de personnes malades et 627 000 décès en 2012, le paludisme demeure la parasitose la plus importante et concerne majoritairement les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes. 80 % des cas sont enregistrés en Afrique subsaharienne.

Le parasite du paludisme est principalement transmis, la nuit, lors de la piqûre par une femelle moustique du genre Anopheles, elle-même contaminée après avoir piqué un individu impaludé. Le parasite infecte les cellules hépatiques de la victime puis circule dans le sang, en colonisant les hématies et en les détruisant.

par -

Le tribunal de première instance de Tozeur a condamné aujourd’hui, mercredi 29 mars 2017, une gynécologue de nationalité étrangère travaillant à l’hôpital de Tozeur à quatre mois de prison.

Un citoyen avait porté plainte contre la gynécologue en 2015 suite à une erreur médicale qui a causé le décès d’un bébé.

Selon la correspondante de Mosaïque fm, elle travaille encore dans cet hôpital. Son avocat a fait appel de la condamnation.

par -

Des agents de la santé et représentants de syndicats au sein d’établissements hospitaliers dans la région de Manouba ont dénoncé la multiplication des agressions verbales et physiques lors de l’exercice de leur métier dans les services d’urgence ou dans les bureaux d’inscription. Ils ont fait état d’une moyenne de 15 agressions par an, à l’occasion d’une visite effectuée, vendredi, dans la région, par la ministre de la Santé Publique, Samira Merai.
Les représentants du syndicat relevant de l’UGTT et de la fédération régionale de la santé, ont dénoncé une situation “précaire” de la santé dans la région, que ce soit au niveau des équipements ou des ressources humaines de des infrastructures.
“Ceci a rendu médiocre la qualité des services médicaux et partant entraîné une mauvaise relation avec les patients”, a expliqué le secrétaire régional de la santé et membre de la fédération générale de la santé, Zouhaier Nasri.
Et d’ajouter que le gouvernorat de Manouba est constitué, en grande partie, de quartiers populaires qui souffrent de problèmes sociaux spécifiques (violence, consommation de la drogue…), ce qui expose le personnel des services d’urgence à des agressions verbales et physiques.
Les parties syndicales et les représentants de l’UGTT et de la société civile et des partis ont estimé, lors d’une rencontre avec la ministre de la Santé, que l’agression est un résultat du manque de médecins spécialistes à l’hôpital local de Tébourba.
La ministre a déclaré que son département envisage de mobiliser des fonds pour assurer la sécurité au sein des services d’urgence, la nuit, dans la plupart des régions, à travers des contrats avec des entreprises privées de sécurité.

par -

191 cas d’intoxication ont été enregistrés chez des étudiants dont trois ont été gardés à l’hôpital à cause de la hausse de leurs températures alors que les autres ont pu regagner l’internat.

Ces cas d’intoxication ont été confirmés à Shems Fm par le secrétaire de l’administration régionale de la santé environnementale à l’administration régionale de la santé à Gabes, Yahia Hamdi, ainsi que par le directeur régional de la santé, Tarek Barhoumi.

Les étudiants continuent d’affluer vers l’hôpital. À noter que ces cas d’intoxication ont eu lieu suite à un dîner donné au restaurant universitaire les Oasis. 30 cas d’intoxication ont été récences au début avant que ce chiffre ne soit revu à la hausse atteignant les 191 cas.

Un échantillon de la nourriture présentée au restaurant a été prélevé et une enquête a été ouverte par les autorités compétentes.

par -

Des consultations auditives ont été effectuées, mercredi 8 mars 2017, au profit de 130 citoyens, à Béja, dans le cadre des journées portes ouvertes organisées, à l’Hôpital régional, à l’occasion de la Journée mondiale de l’audition (3 mars).

Trois médecins et techniciens supérieurs en ORL et audioprothèse, ainsi que de nombreux infirmiers ont été mobilisés pour pratiquer des tests de dépistage auditif, souligne dans une déclaration à l’agence TAP, Hafedh Dakhlaoui, directeur de l’hôpital.

Cette initiative a connu une forte affluence des citoyens, ainsi que d’une vingtaine d’affiliés de l’association régionale des personnes âgées, outre ceux de l’association des sourds.

par -

Un chômeur de la délégation de Sbeïtla à Kasserine s’est immolé par le feu dans la journée du dimanche 4 décembre 2016 pour protester contre sa situation sociale, rapporte Mosaïque Fm.

L’individu a été transporté à l’hôpital régional de Kasserine pour y recevoir des soins, indique la même source.

par -

Stupeur et tremblements au Japon où une série de décès étranges a été enregistrée à l’hôpital de Yokohama, au sud de Tokyo. Les questions fusent après la mort de deux patients de 88 ans récemment suite à l’inoculation d’une substance chimique, peut-être par perfusion intraveineuse, ont rapporté lundi 03 octobre les médias. Ces morts viennent s’ajouter aux 46 autres signalés depuis juillet dernier.

L’autopsie des dépouilles des deux hommes révèle la présence d’une substance chimique présente dans des antiseptiques et selon les médias, les services de police suivent la piste d’un poison sciemment administré aux patients. Du coup les enquêteurs ont exhumé les dossiers d’une quarantaine de décès, quasiment dans les conditions. « Nous voyons beaucoup de gens mourir ici en raison de la nature de notre établissement mais il nous semble que leur nombre augmente un peu », a confié un responsable de l’hôpital à l’agence Kyodo, précisant le chiffre de 46 autres décès suspects de patients hospitalisés, qui plus est dans le même étage!

Mais les policiers se heurtent à un écueil, de taille : La plupart des corps ont déjà été incinérés, ce qui rend périlleuse la recherche d’indices sur les motifs de ces décès, indiquent les médias. Toutefois il y a des éléments intéressants pour la police : Le personnel de l’hôpital a noté des traces de perforation sur dix poches de perfusion intraveineuse aux abords du local des infirmières, d’après la presse. La police et l’hôpital ont refusé de commenter ces informations…

A signaler que cette affaire a été précédée par une autre, il y a un peu plus de deux mois : 19 individus avaient été assassinés dans un centre pour handicapés mentaux, la pire tuerie en série au Japon depuis des décennies.

par -

Selon l’Organisation mondiale pour la santé (OMS) , les combats dans la partie orientale de la ville d’Alep, assiégée par les troupes du régime, ont fait près de 350 morts en une semaine, rapporte ce samedi 1er octobre le site français Le Monde.fr.

Par ailleurs, la Syrian American Medical Society (SAMS) a précisé que le plus grand hôpital des quartiers rebelles de la ville a été une nouvelle fois la cible, ce samedi 1er octobre 2016, d’au moins deux barils d’explosifs.

« Il y a des informations sur l’utilisation d’une bombe à fragmentation », a précisé Adham Shaloul, de l’ONG sise aux Etats-Unis, qui gère cet hôpital. Cet établissement médical, ainsi que d’autres à Alep, a déjà été la cible de bombardements ces derniers jours. « La situation est vraiment inextricable », souligne l’OMS.

par -

15 victimes de l’accident survenu mercredi, 27 septembre 2016, au niveau d’El Fahs, gouvernorat de Zaghouan, ont été transférées au Centre de traumatologie et des grands brûlés de Ben Arous.

Dans une déclaration à Shems Fm, le médecin résident, Aziz Kallel, a affirmé que les patients arrivés au centre ont besoin de passer un scanner alors que cet appareil n’est plus disponible depuis deux mois déjà.

De son côté, le médecin résident, Eya Azzouz, a indiqué que le ministère de la Santé est au courant de ce problème, faisant savoir que l’appareil en question est saisi depuis environ un mois auprès des services douaniers, pour un litige d’ordre commercial.

par -

Selon Amnesty, une bombe de fabrication américaine a détruit un hôpital soutenu par MSF et fait 19 morts le 15 août 2016 au Yémen. Une révélation qui pourrait appuyer une initiative d’élus américains opposés à la vente d’armes à l’Arabie Saoudite, rapporte le site « RT ».

D’après des experts en armement consultés par l’organisation de défense des droits de l’Homme et qui ont pu examiner des photos, une bombe aérienne à guidage de précision de type Paveway a servi dans cette attaque.

Le raid contre l’hôpital d’Abs (nord du Yémen) avait fait 19 morts et 24 blessés, selon Médecins sans Frontières. Il avait entraîné l’ouverture d’une enquête par la coalition arabe sous commandement saoudien qui intervient au Yémen en soutien au gouvernement contre les rebelles à majorité chiite alliés à l’ancien président yéménite Ali Abdallah Saleh. Ces rebelles contrôlent de vastes portions de territoire dont la capitale Sanaa, a précisé la même source.

par -

Le directeur des services de santé au sein du ministère de l’Intérieur, Dr Kacem Zahri, a déclaré ce samedi 17 septembre 2016 sur Mosaïque fm qu’un grand hôpital ouvrira bientôt ses portes dans la localité de Boumhal, relevant du  gouvernorat de Ben Arous.

Il a ajouté que 5 centres de santé dans cinq gouvernorats seront aussi construits pour fournir des services de santé aux sécuritaires et soulager l’hôpital des forces de sécurité intérieures de la Marsa, qui fête ses 25 ans, a ajouté la même source.

par -

Seuls quatre blessés dont deux touristes russes ont été maintenus à l’hôpital suite à l’accident survenu, jeudi après-midi, sur l’autoroute Tunis-Sousse, à un kilomètre de Hammamet ayant fait un mort et onze blessés.
Les deux touristes russes ont été transférés à l’hôpital Charles Nicolle pour des examens médicaux supplémentaires (sources sécuritaires). Ils faisaient partie des 26 passagers du bus de touristes qui a eu un accident avec deux autres voitures, l’après-midi, sur l’autoroute Tunis-Sousse. Deux passagers qui étaient à bord de l’une des voitures accidentées ont été transférés au Centre de traumatologie et des grands brulés, à Ben Arous.
Les autres passagers du bus, des touristes russes, sont retournés à leurs hôtels respectifs à Sousse et à Hammamet après avoir subi les examens nécessaires dans des hôpitaux à Grombalia, Nabeul et Hammamet.
Les causes de l’accident demeurent imprécises.

Le meilleur des RS

Le 5 février 2016, la Secrétaire d’Etat au Transport, Sarra Rjeb, racontait dans un Post sur sa page officielle l’incident qui aurait pu lui...

INTERVIEW

Il est agronome de formation, fils d’un agriculteur et qui s’était essayé, en 2011, au syndicalisme agricole où il a été membre du comité...

AFRIQUE

Un tribunal nigérian a publié dimanche la liste de 475 personnes suspectées d'être membres de Boko Haram qui doivent réhabilitées, selon Reuters. La décision...

Reseaux Sociaux

SPORT