Tags Posts tagged with "internet"

internet

par -

Une opération d’hameçonnage (phishing en anglais) a touché ces derniers jours un grand nombre d’utilisateurs des services de messagerie sous la forme d’un mail envoyé par un contact qui vous conseille de changer immédiatement  votre mot de passe au motif qu’ il a été piraté par des hackers. Une manipulation très sophistiquée qui a même piégé des utilisateurs expérimentés !

Le contact prétend détenir des images compromettantes du destinataire et demande de l’argent afin que les images ne soient pas publiquement divulguées.

Tenter de manipuler les victimes en prétendant avoir des images compromettantes est connu sous le nom d’extortion, et elle a été utilisée pendant des années. La nouveauté avec cette escroquerie sur internet, c’est qu’elle rajoute un paramètre : elle contient un vrai mot de passe utilisé par la victime…

par -

Le chiffre d’affaires total du secteur des télécommunications (ORPT, MVNO & FSI) a enregistré une légère baisse de 0,1% au cours du premier trimestre de 2018 par rapport au trimestre précédent, (soit 0,5 MDT en moins) et une hausse de 8,2% par rapport au premier trimestre de 2017 (soit 53,7 MDT supplémentaires en un an).

L’INT précise, dans un rapport trimestriel sur l’état du secteur, que «le chiffre d’affaires correspond au total des ventes et/ou des prestations effectuées par l’entreprise. Il représente le montant hors taxes de l’ensemble des transactions réalisées par l’entreprise avec des tiers, dans le cadre de son activité normale et courante. Les chiffres d’affaires trimestriels de chaque acteur du marché sont communiquées par les différents acteurs du marché (ORPT-MVNOFSI) dans le cadre du tableau de bord».

Tous les acteurs ont enregistré une baisse de leurs chiffres d’affaires à la fin de ce trimestre par rapport au trimestre précédent, à l’exception de Topnet et Lycamobile qui affichent une croissance proportionnellement à leurs chiffres d’affaires respectivement de 35,1% (soit 4,5 MDT de plus) et 15,4% (soit 0,3 MDT de plus). Néanmoins, en comparant ce trimestre au premier trimestre de 2017, on observe une hausse du chiffre d’affaires enregistré par tous les acteurs dont la plus importante est celle de Lycamobile (soit un taux de croissance significatif de 63,6%), suivi de près par Topnet (soit un taux de croissance significatif de 56,6%).

Une croissance du chiffre d’affaires a été enregistrée pour les services de data fixe et autres services respectivement de 7,2% et 1,7% au cours du premier trimestre de 2018 par rapport au trimestre précédent. Par contre, une décroissance du chiffre d’affaires de la téléphonie fixe, de la data mobile et de la téléphonie mobile a été observée respectivement de 13,0% et 1,1% et 0,2% à pareille période. En revanche, l’analyse des chiffres d’affaires de ce trimestre par rapport au premier trimestre de 2017 nous mène à conclure une hausse des revenus de tous les services de télécommunication sauf celui de la téléphonie fixe (soit un taux de décroissance de 9,4%).

  • TT championne historique

L’opérateur historique (Tunisie Télécom) a enregistré une croissance du CA de la téléphonie mobile de l’ordre de 6,1% (soit 7,4 MDT supplémentaire) ainsi que la data fixe de l’ordre de 7,8% (soit 3,8 MDT supplémentaires) contre une baisse du CA des autres activités durant la période (TR4-2017/TR1-2018). Par contre, en étalant la comparaison au TR1-2017 on observe une hausse des CA de toutes les activités à l’exception de la téléphonie fixe (soit 4,9 MDT en moins en un an).

A l’instar du trimestre précédent, au cours de la période (TR4-2017/TR1-2018), Ooredoo Tunisie a enregistré une augmentation des CA des autres revenus, de la data fixe et de la téléphonie fixe respectivement de 6,8 MDT, 1,9 MDT et 0,2 MDT contre une baisse considérable des CA de la data mobile (soit 5,6 MDT en moins) et de la téléphonie mobile (soit 3,0 M.TND en moins). En comparant ce trimestre au quatrième trimestre de 2016, on observe une hausse du CA de toutes les activités sauf pour la téléphonie mobile (soit 7,3 M.TND en moins). Orange Tunisie a enregistré une baisse des CA de toutes les activités à l’exception de la data fixe (soit une hausse de 4,9 MDT) et de la téléphonie fixe (soit une hausse légère de 0,03 MDT) au cours de la période (TR4- 2017/TR1-2018). Néanmoins, une hausse du CA de toutes les activités a été enregistrée à la fin de ce trimestre par rapport au TR1-2017 sauf pour les autres revenus (soit 1,5 MDT en moins en un an).

Il ressort de ce qui précède que contrairement au trimestre précédent, Tunisie Télécom a enregistré une baisse de son CA de la téléphonie fixe de 6,7 MDT (soit un taux de décroissance de 13,9%) au cours de ce trimestre, en faveur des opérateurs Ooredoo Tunisie et Orange Tunisie qui ont enregistré une hausse de leurs CA de la téléphonie fixe respectivement de 0,2 MDT (soit un taux de croissance très important de 99,5%) et de 0,03 MDT (soit un taux de croissance de 1,8%). Néanmoins, les trois opérateurs ont connu une baisse des revenus de data mobile au cours de ce trimestre par rapport au trimestre précédent. La plus importante de ces baisses a été enregistrée par Ooredoo Tunisie avec 5, 6 M.TND en moins (soit un taux de décroissance de 7,0%), suivi par Orange Tunisie avec 2,0 MDT en moins (soit un taux de décroissance de 4,7%). Pour sa part, Ooredoo Tunisie a enregistré une hausse des autres revenus pour le quatrième trimestre consécutif avec 6,8 MDT supplémentaires (soit un taux de croissance significatif de 24,8%), au cours de ce trimestre par rapport au trimestre précédent, en défaveur des deux autres opérateurs Tunisie Télécom et Orange Tunisie qui ont connu une baisse respectivement de 3,8 M.TND (soit un taux de décroissance de 17,7%) et 1,4 M.TND (soit un taux de décroissance de 15,7%).

par -

Le nombre d’abonnés en data mobile, ou Internet sur Mobile, était en juin dernier de 7,819.353 millions, à plus de 6,691 millions grand public et dont la quasi-totalité est en offres data 3G/4G. Le parc d’abonnéS baisse depuis avril dernier. Sur l’année, il a cependant progressé de 2,3 % selon les chiffres de l’INT

Comme pour le Mobile, en termes de parts de marché (PdM), la répartition des abonnements aux offres data 3G/4G laisse voir une domination du marché par Ooredoo, qui affichait une PdM de presque 41 %, loin devant les 24,8 % de l’opérateur historique et à un peu plus de 6 points seulement d’Orange Tunisie

Orange Tunisie dépasse d’ailleurs tous les opérateurs locaux, en nombre d’abonnements 3G /4G sous forme de clés avec une PdM de 46,9 % sur un total national de 672.679 abonnements.

par -

La Tunisie est en tête du classement des pays africains de l’internet mobile. Selon Speedtest Global Index sur le site www.speedtest.net/global-index (données Juin 2018), le pays affiche la connexion mobile la plus rapide sur le continent. Un indicateur parmi d’autres qui montre que la Data mobile se porte bien en Tunisie. En effet, sur ce segment le nombre d’abonnés s’élève après de 7,65 millions; soit un taux de pénétration de 66% (Mai 2018), indique un communiqué.

Le classement de Speedtest se base sur la vitesse de download dont la moyenne mondiale et de 23.54 Mbps. L’internet mobile en Tunisie enregistre une vitesse proche de cette moyenne ; soit 18.54 Mbps (70ème rang mondial/ 124 pays).

La deuxième place du classement de Speedtest Global Index revient au Maroc (75ème rang), suivi par Kenya (79ème rang mondial).

Le Top 3 du classement global de l’internet mobile est occupé respectivement par Qatar (63,22 Mbps), Norvège (62,14 Mbps) et Union Arabe des Emirates (54,67 Mbps).

Pour l’internet fixe, la Tunisie accuse un retard remarquable Selon Speedtest Global Index qui la classe en bas de peloton ; n’est que 14ème à l’échelle africaine et 123ème à l’échelle mondiale (133 pays) avec une vitesse de download de7,48 Mbps seulement largement au-dessous de la moyenne mondiale (46,25 Mbps). Le nombre d’abonnés de la Data fixe n’est que de 920 milles; soit un taux de pénétration de 31% (Mai 2018).

En Afrique, c’est le Ghana qui l’emporte avec une vitesse de download de 22,66 Mbps, suivi de Kenya (15,33 Mbps), l’île Maurice (14,71 Mbps) et le Maroc (12,56 Mbps).

Le Top 3 du classement global de l’internet fixe est occupé respectivement par Singapour (180,57 Mbps), Hong Kong (150,7 Mbps) et Island (148,95 Mbps).

par -

Avec son offre Tedallel, Ooredoo sort des sentiers battus en proposant la 1ère offre digitale la plus complète sur le marché qui permet aux clients de composer leurs options selon leurs besoins.

Et ce n’est pas tout ! Ooredoo casse aussi les prix en proposant les forfaits internet les moins chers et le prix minute le plus compétitif du marché.

En effet, et tout en poursuivant sa stratégie de digitalisation de ses services, l’opérateur propose une offre qui est parfaitement dans l’air du temps en créant un univers purement digital avec des services multimédias. Le simulateur ‘’Zid Edallel’’ permet de combiner entre les appels locaux ou internationaux, les SMS ou encore l’internet mobile. Il suffit de bouger le curseur à la forme d’un Smiley J sur les services choisis pour en profiter instantanément et en un seul clic.

Et encore plus d’avantages ! Outre la simplicité d’utilisation et l’accès au forfait internet le moins cher 100Mo à 400 millimes, l’offre Tedallel propose plusieurs services exclusifs et gratuits de streaming, de sport, de musique et de jeux ! Cet univers digital est accessible gratuitement via l’application MyOoredoo (Android & IOS).

Promo de bienvenue : Pour toute acquisition ou migration vers l’offre Tedallel, Ooredoo offre un accès gratuit à l’ensemble de ses services à contenu. Qu’ils soient mélomanes, cinéphiles, gamers ou amateurs de sports ou de VOD, tous les abonnés trouveront leur bonheur grâce à une multitude de services tels que Mixtape, Mobile TV, Straz Play Xtreme ou CR7.

Pour bénéficier de l’offre Tedallel, il suffit d’accéder à l’application Mobile MyOoredoo ou de composer *140# ou de se rendre à la Boutique Ooredoo la plus proche.

par -

Présidant l’ouverture du second sommet «Tunisie Numérique», le chef du gouvernement Youssef Chahed a annoncé un certain nombre de mesures, de facilitation administrative et en faveur des jeunes.

C’est ainsi qu’à partir du 16 avril 2018, il sera possible de faire extrait de naissance, gratuitement via Internet, faire extrait du RC (Registre du commerce) via internet aussi, mais par paiement électronique. Cela évitera peut-être les interminables queues devant les municipalités. Par ailleurs, à partir du 16 avril 2018, le transfert d’argent, à partir des comptes de toutes les banques et de la Poste, deviendra possible via les trois opérateurs téléphoniques. Ce service concernera, en juin 2018, toutes les transactions commerciales quotidiennes, ce qui devrait entamer l’opération de de-cashing. Chahed a aussi annoncé le début de l’utilisation du QR Code en lieu et place de la copie conforme et aussi le lancement de la carte «E-Dinar Jeune» par la Poste, qui devrait permettre l’accès des jeunes aux différentes manifestations culturelles.

par -

MainOne et Tizeti ont annoncé aujourd’hui l’achèvement d’un projet de développement conjoint avec Facebook pour permettre l’expansion des services Internet à Lagos. Ce partenariat tirera parti de la connectivité par fibre optique de MainOne, des vingt nouvelles tours alimentées à l’énergie solaire de Tizeti et de l’Express Wi-Fi de Facebook. Grâce à ce projet, les services Internet seront plus accessibles partout à Lagos Terre, y compris Ajao Estate, Surulere, Ikeja, Omole, Magodo, Gbagada, Oworonshoki, Bariga, Anthony Village, Ogudu, Ojota, Ketu et Alapere.

S’exprimant au sujet du partenariat, le directeur général de Tizeti, Kendall Ananyi, a déclaré : « Depuis trop longtemps, l’accès à une connectivité Wi-Fi illimitée, rapide et fiable est un problème pour la plupart des clients résidentiels et des petites entreprises nigérianes. Avec ce partenariat, l’objectif est de présenter une solution durable et rentable pour les zones mal desservies de l’État de Lagos grâce à nos tours Wi-Fi alimentées à l’énergie solaire, à nos tours Wi-Fi en continu et à la bande passante Internet robuste de MainOne ».

Tizeti a construit et exploitera les tours Wi-Fi alimentées par l’énergie solaire à travers Lagos, tandis que MainOne fournira une bande passante Internet à plusieurs Gb/s aux tours extérieures via une combinaison de connexions par fibre optique et micro-ondes. Ce service Internet sera fourni aux utilisateurs finaux via Wi-Fi, y compris via les hotspots Express Wi-Fi déployés par Tizeti à Lagos. Ce partenariat soutient l’objectif commun des trois partenaires, qui est de connecter davantage de personnes à des services Internet de haute qualité de la manière la plus rentable possible.

La PDG de MainOne, Mme. Funke Opeke, a salué l’engagement de Tizeti et de Facebook à améliorer la qualité et à réduire les coûts des services Internet à Lagos. En évoquant ce partenariat, elle a ajouté : « Ce projet tire parti de notre capacité Internet, des investissements dans l’infrastructure de fibre optique terrestre et des points de présence pour la fourniture de services dans tout l’État de Lagos. Nous nous engageons à améliorer la qualité de l’accès et à accélérer la transformation numérique des petites entreprises ».

Ibrahima Ba, Programmes de connectivité Facebook, a déclaré : « Nous sommes déterminés à travailler avec des partenaires dans toute l’Afrique et ailleurs pour soutenir les initiatives associées à la connectivité et développer une meilleure infrastructure Internet dans les communautés qui ne disposent pas d’un accès fiable et abordable ».

par -

Ooredoo Tunisie et Sagemcom viennent de lancer le premier réseau tunisien dédié à l’internet des objets (IoT) basé sur la technologie LoRa™. Ce réseau permet aux objets d’échanger des données de faible taille avec une autonomie qui peut aller jusqu’à 10 ans avec une batterie standard.

Ce réseau IoT permet également de développer plusieurs solutions dans différents domaines à savoir Smart City (parking intelligent, détection des personnes…), Smart Industry (suivi de machines, localisation d’équipements…), Smart Environnement (détections d’incendies…), ainsi que d’autres usages dans le domaine de la santé, le transport, l’agriculture, etc…

Ce lancement vient renforcer les activités de Ooredoo dans l’internet des Objets. « Après la commercialisation du premier objet connecté en 2014, le lancement de la première offre de connectivité managée M2M en 2015, et le succès des premiers tests sur différentes technologies longue portée et basse consommation, Ooredoo lance aujourd’hui le premier réseau IoT en Tunisie et ceci grâce à la licence délivrée par le Ministère des Technologies de l’Information et des Communications en juin dernier », a déclaré Youssef El Masri, Directeur général de Ooredoo Tunisie. « Nous sommes fiers de devenir le premier opérateur en Tunisie à déployer cette technologie, reconnue mondialement comme la plus aboutie dans le domaine de l’internet des objets », a-t-il ajouté.

De son côté Sagemcom estime que « cette collaboration étroite avec Ooredoo, renforce d’une part notre vision et notre stratégie dans l’Internet des Objets industriels, grâce à nos produits et solutions SICONIA™, et d’autre part notre présence et accompagnement de longue date en Tunisie, ainsi que dans la Région. » déclare Eric RIEUL, CEO de Sagemcom Energie et Telecom. Il tient aussi à souligner que « Sagemcom est ravi de pouvoir soutenir et accélérer les ambitions d’Ooredoo sur l’IoT en Tunisie, et ainsi contribuer à l’essor économique du pays.»

Le groupe français de haute technologie de dimension internationale, Sagemcom opère sur les marchés du haut débit (décodeurs, gateways multi-gigabit), de la ville intelligente et de l’Internet des Objets (membre fondateur de l’Alliance LoRa). Avec un chiffre d’affaires d’environ 1,7 milliard d’euros, Sagemcom emploie 4 000 personnes sur les cinq continents.

Sagemcom a pour ambition de rester un leader mondial des terminaux communicants à forte valeur ajoutée.

par -

De nombreux pays africains ont fait des progrès significatifs en ce qui concerne la création d’un secteur d’activité de l’Internet, avec de vastes réformes axées sur l’augmentation du réseau à haut débit. Un nouveau rapport lancé aujourd’hui par l’Internet Society, une organisation mondiale à but non lucratif dédiée au développement ouvert, à l’évolution et à l’utilisation d’Internet, indique que plusieurs pays ont réussi dans le développement de plateformes en ligne, favorisant ainsi la croissance des entreprises locales en les incitant à aller davantage en ligne.

« Promouvoir l’économie Internet africaine » (“Promoting the African Internet Economy”) (http://APO.af/DSZ9xx) souligne comment une plus large utilisation d’Internet et la numérisation de l’économie traditionnelle stimuleront la croissance économique en Afrique. Le rapport examine en outre l’adoption et l’utilisation d’Internet par les entreprises et les gouvernements de la région, identifiant les obstacles à surmonter pour créer une économie d’Internet offrant des services innovants, des opportunités d’emploi et une croissance des revenus à travers le continent.

Les entreprises et les citoyens peuvent bénéficier de l’économie d’Internet. Les entreprises de tous les secteurs ont accès à un marché mondial de milliards de personnes et les citoyens des zones rurales et urbaines bénéficient de meilleures possibilités d’éducation ou de formation et d’un accès à de nouvelles possibilités d’emploi.

Le rapport décrit également ce que l’on devrait faire pour que l’Afrique profite pleinement de l’opportunité numérique offerte par Internet. Il met en évidence les succès locaux ainsi que les défis plus larges, en proposant des recommandations pour les décideurs politiques en Afrique.

« L’économie d’Internet présente une opportunité majeure pour l’Afrique. Cependant, l’Afrique a besoin d’une infrastructure Internet sécurisée et fiable, à laquelle les utilisateurs font confiance, pour que les grandes et petites entreprises, les gouvernements et les autres services sociaux soient présent en ligne », explique Dawit Bekele, directeur du Bureau Région Afrique de l’Internet Society.

L’Internet Society, en collaboration avec l’Union africaine, a récemment introduit des lignes directrices sur la sécurité de l’infrastructure Internet pour l’Afrique, (http://APO.af/xR79GR) pour aider les États membres de l’UA à renforcer la sécurité de leur infrastructure Internet locale par des actions au plan régional, national, ISP/opérateur et organisationnel.

Au Kenya, l’économie de l’Internet représente déjà 3,6% du PIB du pays et dans les autres pays en développement, 1,3% du PIB provient de l’économie d’Internet (http://APO.af/sghl4E). Le McKinsey Global Institute prédit qu’en plus des contributions au PIB, Internet va générer des gains de productivité à travers l’Afrique (http://APO.af/K4Ntfg). Ces gains de productivité dans six secteurs d’activité clés : les services financiers, l’éducation, la santé, la vente au détail, l’agriculture et les administrations publiques devraient être évalués entre 148 milliards et 318 milliards de dollars d’ici 2025.

Cependant, une économie d’Internet florissante en Afrique pourrait être mise en péril par le nombre croissant de coupures d’Internet dans la région. Rien qu’en 2016, il y a eu au moins 56 coupures d’Internet dans le monde. Ces coupures affectent les individus et les organisations qui dépendent d’Internet pour leur vie quotidienne et ont des effets négatifs sur l’économie.

« En plus des coûts économiques, les coupures d’Internet affectent également la confiance. Si les gens ne sont pas sûr de compter sur leur connexion, ils perdent leur confiance en la création d’entreprises basées sur Internet. Cela touchera les entrepreneurs qui ont le plus besoin de l’innovation numérique pour leur propre avenir, ainsi que pour l’avenir de l’économie d’Internet en Afrique », a ajouté M. Bekele.

par -

Au troisième trimestre, les ventes sur internet en France ont accéléré leur croissance par rapport à la première moitié de l’année. Le chiffre d’affaires des sites e-commerce progresse de 16,2% sur un an.

Selon les données rapportées par le site ouest-France, cette belle performance portée par l’embellie de la consommation des ménages s’explique aussi en partie par la date tardive des soldes d’été qui a reporté une partie du chiffre d’affaires sur juillet.

Au total, les ventes sur internet du trimestre ont atteint 19,8 milliards d’euros, contre 17 milliards d’euros au 3ème trimestre 2016,  avec une hausse de + 18% sur le mois de juillet.

Le volume des transactions augmente de + 20,4 % soit plus de 300 millions de transactions sur le trimestre contre 250 millions de transactions au 3e trimestre 2016. Le montant moyen de la transaction continue de baisser de 3,4 % sur un an à 66 euros. Le nombre d’acheteurs et la fréquence d’achat continuent eux de progresser, a ajouté la même source.

par -

Le député et membre de la commission des finances à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) Houssem Bounenni s’est opposé à l’augmentation des prix des abonnements Internet qui devraient subir, selon lui, une forte hausse avec l’approbation du projet de la loi de finances 2018, actuellement en discussion au niveau de la commission financière. “On n’a pas de problème avec l’augmentation des prix des cartes de recharge téléphonique, mais pour les tarifs internet c’est illogique dans un pays qui fait de la numération une de ses priorités“, a-t-il dit.

S’agissant de la TVA imposée sur le secteur immobilier et qui s’élève à 19%, Bounenni a proposé d’instaurer une TVA entre 7 et 13% au maximum : “19% c’est insupportable à la lumière de la crise que vit actuellement le secteur de l’immobilier“, a-t-il déclaré.

Il y a lieu de rappeler à ce propos que le projet de la loi de finances 2018 prévoit l’augmentation des prix des cartes de recharge téléphonique. Pour une carte de recharge téléphonique, le Tunisien payera 5700 millimes contre 5500 actuellement, soit une hausse de 200 millimes. En effet le PLF 2018 prévoit l’augmentation de la valeur du timbre fiscal appliqué aux services de téléphonie (de 0,100 d à 0,140 d) et son extension aux services de l’internet, et également la révision de la valeur du timbre fiscal imposé sur certains contrats et documents administratifs.

Dans son premier draft, le PLF 2018 propose aussi de soumettre les logements commercialisés par les promoteurs immobiliers à une TVA de 19%.

par -

Orange a inauguré aujourd’hui deux Points de Présence (PoP) IP et IPX de très grande capacité en Afrique du Sud. Ces nouveaux points d’accès, situés respectivement au Cap et à Johannesburg, sont d’ores et déjà opérationnels et permettront d’améliorer la connectivité Internet et mobile dans la région grâce à des connexions plus rapides et plus fiables pour les clients du marché wholesale.

Les Points de Présence IP et IPX sont des infrastructures techniques qui abritent l’équipement nécessaire pour permettre aux opérateurs locaux d’accéder aux services Internet et mobile via un point d’interconnexion avec les réseaux longue distance.

Les clients du marché wholesale et notamment les opérateurs télécoms et fournisseurs d’accès Internet de la région se connectant aux PoP IP et IPX d’Orange bénéficient des avantages suivants :

  • Grande capacité
  • Résilience et haute disponibilité : 3 itinéraires avec réseau backbone sécurisé (y compris l’accès aux câbles sous-marins SAT3 et EASSY/SMW5 ; accès à ACE bientôt disponible)
  • Fonctionne par le biais d’installations internationales qui sont propriété d’Orange
  • Qualité de service améliorée en faisant en sorte que le contenu soit livré au plus près des clients
  • Qualité des services mobile optimisée
  • Amélioration de l’itinérance : permet d’éviter tout trafic inutile à destination et en provenance d’Europe grâce à la gestion en  local.

Avantages clients

Orange est le premier opérateur capable de proposer une offre de connectivité fiable, sécurisée et de grande qualité sur le marché wholesale en Afrique, accompagnant ainsi la très forte croissance du trafic IP et IPX sur le continent africain. Ces Points de Présence IP et IPX redondés offrent une solution sécurisée qui permettra de favoriser le développement de la région. Orange peut désormais proposer des connexions fiables et de qualité aux pays d’Afrique proches de l’Afrique du Sud.

Orange bénéficie déjà d’une position stratégique dans ce domaine en Afrique et au Moyen-Orient grâce à ses PoP IP et IPX à Amman et Abidjan. Avec le lancement de ces deux nouveaux PoP IP et IPX en Afrique du Sud, Orange peut maintenant répondre à tous les besoins du marché. Orange propose ainsi une large gamme de services aux clients qui souhaitent se connecter aux PoP IP et IPX d’Afrique du Sud, avec notamment la possibilité de bénéficier de services de qualité à forte valeur ajoutée.

« En se connectant à ce PoP de très grande capacité, les clients du marché wholesale, les opérateurs régionaux et les fournisseurs d’accès Internet, bénéficieront d’une solution compétitive et d’un accès à un opérateur Tier 1. De plus, l’expérience client sera améliorée grâce à ce Point de Présence qui rapprochera les fournisseurs de contenu des internautes. » se réjouit Pierre-Louis de Guillebon, Directeur Opérateurs internationaux, Orange.

Grâce à l’uverture de ces nouveaux PoP, Orange renforce sa position d’acteur majeur de la connectivité Internet et mobile en Afrique du Sud, où la capacité est en constante augmentation.

par -

L’Agence nationale de la sécurité informatique alerte contre l’hameçonnage à travers lequel, des arnaqueurs usurpent la qualité des opérateurs de téléphonie mobile pour faire croire à leurs victimes qu’ils vont participer à des jeux concours fictifs.

Dans un communiqué rendu public mardi 26 septembre 2017, l’ANSI a informé les utilisateurs du réseau Internet et notamment des réseaux sociaux que l’hameçonnage vise avant tout, à voler les données privées dont les mots de passe et le numéro de carte bancaire, appelant ainsi les citoyens à plus de vigilance.

Dans un statut posté sur sa page Facebook, l’ANSI a également indiqué que ces arnaques n’ont pas seulement visé les opérateurs de téléphonie mobile mais aussi les clients de plusieurs banques.

 

par -

Il y aurait en Tunisie, selon des chiffres datant de 2015, un peu plus de 4,142 millions d’internautes, représentant un public de 38,81 % de la population et un classement, en nombre d’internautes, de 9 sur 54 pays africains et de 61 sur 195 pays. En 2011, selon le «journaldunet.com», les chiffres étant absents du site de l’ATI qui était la référence officielle en la matière, le taux de pénétration du haut débit n’était que 5,14 % en Tunisie, classée 80ème dans le monde. Selon des chiffres de l’INT, pour le 1er trimestre 2017, la bande passante tunisienne avait une capacité de 225 Gb/seconde, pourtant en évolution de 18,4% par rapport au trimestre précédent.

En avril dernier, il y avait 37.588 noms de domaines enregistrés en Tunisie, c’est-à-dire en .tn. Un mois plus tard, ils étaient 38.123, en évolution de quelque 535 autres inscriptions en .tn. En juin dernier, les noms de domaines proprement tunisiens n’étaient plus que de 38.097. Que s’est-il passé ? La Tunisie n’attirerait même plus ses propres créateurs de sites ? L’INT (Instance Nationale des télécommunications) ne donne aucune explication à cela. Quant à l’ATI, agence qui gère ce domaine du .tn, on y retrouve plus les activités de ses dirigeants que des études sur l’évolution de l’Internet en Tunisie

 

par -

Pourtant, à notre sens, plus stable, le nombre d’abonnements data fixe se présente au mois de juin 2017 totalisait 732.807 avec une évolution de 0,2 % seulement en juin par rapport à mai 2017. L’évolution du taux de pénétration de la data fixe au cours des 3 derniers mois tel que calculé sur la base des données communiquées par les opérateurs et les fournisseurs de services Internet (FSI), était d’uniquement 25,2 % en juin, inchangé depuis mai dernier. Le nombre d’abonnement ADSL était de 513.734 , en baisse même de 1,8 % par rapport à mai.

Dans l’ADSL, Topnet, filiale de Tunisie Télécom, accaparait une part de marché (PdM) de 53,6 % et fait figure de leader absolu du marché, suivi d’Orange Internet avec une PdM de 14,9 %, Ooredoo qui n’a que 4 %, derrière TT (Tunisie Télécom) la maison-mère de Topnet et qui prend 7,4 % du marché.

Ce qui a pris le pas sur la Data fixe, c’est la Mobile et plus précisément la Box Data. Petit à petit, cette nouvelle technologie de connexion, prend le pas. A juin 2017, le parc comptait 152.186 abonnements. Un chiffre en hausse de 5,7 % par rapport à mai dernier. Et dans ce domaine, c’est Orange Tunisie qui règne, avec une PdM de 52,4 %, assez loin des 45,6 % d’Ooredoo qui est pourtant née bien avant elle et encore très loin de l’opérateur historique Tunisie Télécom qui n’avait qu’une PdM de 2,1 % en juin dernier. Et pourtant, la consommation moyenne par abonnement, est le plus importante chez Ooredoo avec 25,5 GO et de 20,3 GO chez TT et de seulement 19,4 GO chez Orange. En attendant, les centres publics d’Internet semblent être une race en voie de disparition. Ils étaient 234 en avril 2017, ils ne sont plus que 230.

par -

En seulement deux ans, Angonix – un point d’interconnexion Internet (IXP) basé à Luanda – a connu une croissance exponentielle pour devenir le troisième plus grand IXP en Afrique. Avec un pic de trafic à 10,8 Go/s (tel qu’enregistré en juillet 2017), Angonix est devenu une force compétitive en Angola et dans la région sub-saharienne.

Géré par Angola Cables, Angonix permet aux réseaux mondiaux et locaux, tels que les fournisseurs de service Internet (ISP) et les réseaux de diffusion du contenu (CDN), de s’interconnecter directement pour échanger le trafic Internet. Angonix compte actuellement 17 membres, y compris des institutions financières leaders, des sociétés de câble et de satellite, des ISP, des opérateurs de téléphonie mobile et divers fournisseurs de services de communication opérant sur le continent. Un infographique interactif à propos d’Angonix est disponible ici (http://APO.af/MJkW1S).

Darwin Costa, gestionnaire de projet chez Angonix, explique ce qui rend IXP unique. « Nous fournissons un point d’accès physique par lequel les principaux réseaux peuvent se connecter et échanger le trafic avec leur propres Numéros de système autonome. En tant qu’IXP neutre, Angonix permet au contenu d’être localisé à des coûts de livraison par octet fortement réduits et offre une meilleure efficacité de routage. Ses offres commerciales incluent des ports d’appairage Ethernet d’1 Go et d’Ethernet 10 Go, avec des vitesses de 1 000 Mbps et 10 000 Mbps respectivement. »

Fier de l’impact de l’organisation sur l’amélioration de l’accès Internet en Afrique, Costa ajoute : « Avec une suite d’atouts stratégiques de communication sur le continent, Angonix est connecté à des multiples porteurs et systèmes qui permettent les réseaux des Amériques et de l’Europe à la troisième plus grande plateforme en Afrique. Les services d’appairage à distance seront bientôt lancés par lesquels Angonix sera disponible sur d’autres marchés. »

Il a ajouté que la croissance d’Angonix a dépassé même les prévisions les plus optimistes. « Notre croissance est une indication que le continent est fin prêt pour la croissance digitale. »

par -

L’achèvement du premier lien direct entre l’Afrique et l’Amérique du Sud a pris de l’ampleur aujourd’hui lors d’un lancement officiel à Sangano, en Angola. L’installation du système de câble de l’Atlantique Sud (SACS) – un câble sous-marin avec une capacité de 40 tbps qui s’étendra sur plus de 6 500 km à Fortaleza, au Brésil – a commencé sur la côte angolaise dans la municipalité de Quissama. Le système SACS est en cours de construction par NEC Corporation.

José Carvalho da Rocha, le ministre angolais des Télécommunications et Technologies, les chefs d’entreprise locaux et internationaux, ainsi que les actionnaires et invités de d’Angola Cables ont assisté au lancement. L’installation de SACS est considérée comme un projet stratégique pour l’Angola faisant progresser l’économie numérique de la région et améliorant les communications mondiales.

Lorsque l’ensemble du réseau sera terminé, ainsi que des éléments associés tels que les centres de données et les points d’échange d’Internet, le SACS offrira un changement de paradigme dans le secteur des télécommunications d’Afrique.

par -

TOPNET vient d’annoncer la concrétisation de son partenariat avec le prestigieux festival « Jazz à Carthage » dans sa 12ème édition, qui se déroulera du 31 Mars au 09 avril 2017, indique un communiqué.
A cette occasion, Topnet offrira à ses clients une fenêtre ouverte sur ce festival qui, au fil des éditions, a acquisses lettres de noblesses aussi bien à l’échelle nationale qu’internationale.
Outre le fait de pouvoir consulter le programme complet, les clients de Topnet auront la possibilité de découvrir les moments forts du festival en accédant à ses coulisses via des extraits des prestations des artistes qui se produiront sur la scène de Jazz à Carthage ainsi que des photos et des reportages vidéo qui seront disponibles sur l’ensemble des supports digitaux de Topnet, notamment le portail www.topnet.tn.
Le programme de cette 12ème édition de « Jazz à Carthage », riche et éclectique comme à l’accoutumée, promet de faire le bonheur des mélomanes aguerris : une pléiade d’artistes talentueux à l’instar de Liam Bailey, Tom Odell, Ben l’oncle Soul, Moragne Ji, Aaron, ou encore Pink Martini, Jay Jay Johanson, Cocoo, Sabry Mosbah et Hindi Zahra y prendront part pour offrir au public un voyage musical haut en couleurs et riche en émotions.
A travers ce partenariat, TOPNET se dit fière de soutenir l’un des évènements culturels majeurs du pays. Un partenariat qui dénote de son engagement à promouvoir la Tunisie en tant que destination touristique et culturelle.

par -

Au cours du mois de novembre 2016, le parc de la Data Fixe a enregistré une croissance de 0,8%, soit une augmentation de 4,1 mille abonnements. Cela revient à l’augmentation du nombre d’abonnements résidentiels de 5,8 mille, en contrepartie d’une diminution de celui des professionnels de 1,7 mille. Quant à la Data mobile, le nombre d’abonnements a diminué de 75,9 mille au cours de ce onzième mois de l’année 2016. Cela est dû à la diminution enregistrée dans le nombre d’abonnements grand public avec 98,9 mille abonnements en moins, et ce malgré l’augmentation du parc d’abonnements B2B de 23,0 mille abonnements supplémentaires au cours de ce mois.

En résumé, avec 7,304.943 millions d’abonnements, la Data mobile (tout abonnement actif à Internet et/ou Data via réseaux cellulaires mobiles. il comprend les abonnements clé 3G/4G, les abonnements Box Data, les abonnements M2M et les abonnements offre Data 3G/4G) supplante désormais en Tunisie la Data fixe qui n’enregistre que 540.927 abonnements.


Côté ADSL, le nombre d’abonnements a enregistré une importante augmentation de 2,4 mille abonnements au cours du mois de novembre 2016 (soit un taux de croissance mensuel de 0,5%). Il est à noter que ce parc constitue 59% du parc RTC de la téléphonie fixe, et que 7% du parc total des abonnements ADSL sont utilisés à des fins professionnelles.

Dans ce secteur où 65,5 % du marché ne dépasse pas le volume des 4 Mbs/S et où le fameux 8 Giga ne représente que 17,4 % des abonnements, c’est Topnet, filiale de Tunisie Télécom, qui reste leader absolu du marché. Au cours du mois de novembre 2016, Topnet a été le seul FSI privé à enregistrer une augmentation dans son parc d’abonnement ADSL (soit 3,6 mille abonnements supplémentaires), contrairement aux autres FSI privés qui ont enregistré des diminutions dans leurs parcs respectifs. De ce fait, Topnet a boosté sa part de marché de 0,5 point supplémentaire, et accumule ainsi à lui seul 51,7% de parts de marché à la fin du onzième mois de l’année 2016. Il est suivi par Globalnet avec une part de 17,5%, et en troisième position par Orange Internet avec une part de 16,1%.

par -

L’attaque DDoS du vendredi 21 octobre 2016, qui a mis hors service une bonne partie de la toile à l’échelle du globe (Twitter, Spotify, SaneBox, Reddit, Box, Github, Zoho CRM, PayPal, Airbnb, Freshbooks, Wired.com, Pinterest, Heroku Netflix PlayStation Network et Vox Media), prouve à quel point notre existence dépend de choses très fragiles finalement. Cette frappe, qui a visé le fournisseur de DNS Dyn, a rendu inopérant des ténors du Web mondial, durant plusieurs heures.

C’est ce qu’on appelle dans le jargon technique une attaque de type “déni de service” (son modus operandi : assaillir un service avec des requêtes pour le déboussoler et le mettre KO). Dyn, qui a fait les frais de cette frappe, fournit des services de DNS (Domain Name System), une sorte de routage d’Internet qui oriente les internautes vers le site qu’ils insèrent dans leur barre d’adresse.

Dyn a subi deux attaques. La première, en milieu d’après-midi, a été rapidement repoussée, mais a semé la panique du fait de sa puissance. Le second assaut s’est produit en fin d’après-midi et a carrément paralysé Dyn, jusqu’au milieu de la nuit. Le FBI et le département de la sécurité intérieure américain ont fait savoir qu’une enquête a été ouverte. “Dyn a été visé par des gens préparés. Cette attaque est sans doute le résultat d’une préparation importante, minutieuse”, commente un expert du secteur, cité par Le Monde.

“Ce qui est particulier dans cette attaque, c’est sa durée, qui est assez exceptionnelle. C’est très préoccupant, car ces infrastructures sont censées être les plus robustes”, indique Matthieu Bonenfant, directeur produit chez Stormshield…

FOCUS 🔍

Aures Auto, distributeur officiel de DS Automobiles en Tunisie, a organisé mardi 4 décembre 2018 un point de presse pour annoncer le lancement de...

Le meilleur des RS

Un statut, en une seule image, circule depuis peu sur les réseaux sociaux tunisiens, comme une réponse à la conférence de presse des dits...

PRESSE LOCALE

INTERVIEW

Africanmanager était, samedi 8 décembre 2018, le 1er arrivé sur le site des JES et il n’y avait nul autre journaliste sur place et...

AFRIQUE

Selon les données avancées par le ministère de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, le secteur de l'agriculture algérien réalise, aujourd'hui, une valeur...

Reseaux Sociaux

SPORT

Le défenseur brésilien de l'Atlético de Madrid Filipe Luis souffre d'une lésion musculaire aux ischio-jambiers après s'être blessé à Valladolid (2-3) samedi en Liga,...