Tags Posts tagged with "progression"

progression

par -

Le rythme de progression de l’endettement extérieur n’a cessé d’augmenter depuis l’année 2010, passant de  11,6% en 2014  à  14,9% en 2015 et enfin à 18,6% en 2016. C’est que l’endettement extérieur de l’Etat, qui demeure prépondérant avec une part de plus de 75% du total, a évolué, au terme de l’exercice sous-revu, dans une proportion comparable à celle de l’année 2015 (20,2% contre 19,4%)“. C’est ce qui ressort du rapport annuel de la Banque centrale de Tunisie (BCT), portant sur l’année 2O16.

En raison de l’accroissement des besoins en ressources, essentiellement d’origine extérieure pour combler son déficit budgétaire, l’Etat Tunisien a eu à mobiliser, en 2016, des ressources étrangères sous forme de tirages sur prêts extérieurs  accordés, notamment, par la BAD (448 MEUR) dans le cadre d’un programme de soutien du Budget de l’Etat, le FMI (653 MDT) au titre du «mécanisme élargi de crédit (MEDC)» ainsi que l’emprunt obligataire garanti par les Etats-Unis (500 MUSD) encaissé au mois d’août. Toutefois, malgré l’importance des ressources mobilisées qui ont largement couvert les dépenses engagées au titre du remboursement de la dette extérieure publique, ces dernières demeurent conséquentes et supérieures à celles décaissées en 2015.
“S’agissant des bons du Trésor assimilables (BTA) souscrits par les étrangers et/ou les non-résidents qui représentent aussi un financement extérieur du Budget de l’Etat, leur encours demeure très faible avec un taux de participation aux adjudications pour l’acquisition de ces titres de 0,0056% ou l’équivalent  de 0,1 MDT à fin 2016 contre 0,06% et 1,207 MDT, respectivement en 2015“, explique le rapport.

Il est à signaler que le taux maximum des BTA pouvant être souscrits par  les  étrangers et/ou les non-résidents est de 20% du  montant global indicatif des émissions semestrielles.
L’envolée du rythme de progression de l’endettement extérieur des autres agents économiques non financiers en 2016 (13,9% contre 3% en 2015) est imputable, notamment, à la mobilisation d’un emprunt syndiqué contracté par Tunisie Télécom auprès du «Crédit Suisse» dans le cadre du financement de l’acquisition de l’opérateur de télécommunication GO Malta (195,5 MEuros, soit 455 MDT).

Le ratio d’endettement total par rapport au PIB  aux prix courants a continué sur sa  lancée haussière entamée depuis trois ans, en passant de 131,7% en 2014 à 138,2% en 2015 et 146,8% en 2016. Cette évolution reflète l’augmentation simultanée des ratios de l’endettement intérieur et extérieur par rapport au PIB qui sont passés, d’une année à l’autre, de 95,2% et 43% à 99% et 47,8%,  respectivement. L’analyse par agent économique laisse apparaître également un accroissement des ratios d’endettement aussi bien de l’Etat (59,2% contre 53,3%) que des autres agents économiques non financiers (87,6% contre 84,9%).

Par ailleurs, le ratio de l’endettement extérieur par rapport au RNDB s’est accru de 4,7 points de pourcentage en passant, d’une année à l’autre, de 42,2% à 46,9% et ce, suite à l’accélération du rythme de progression de l’endettement extérieur à une cadence supérieure à celle du RNDB. Il est à signaler que le niveau de ce ratio demeure soutenable permettant ainsi à l’Etat de recourir, en cas de besoin, à l’endettement extérieur pour financer son déficit budgétaire au titre de l’année 2017.

par -

La compagnie d’assurance Tunis Ré a clôturé l’année 2016 avec un chiffre d’affaires en progression de 13% par rapport à l’année dernière, pour atteindre 113,434 MDT. La part de l’activité Ratakaful ne cesse de croître (+37%) pour atteindre 9036 MDT, représentant ainsi 8% contre 6,5% en 2015. C’est ce qui a été indiqué lors de l’Assemblée générale ordinaire (AGO) de la compagnie, qui se tient actuellement à Tunis.

Par rapport aux prévisions 2016, le chiffre d’affaires a dépassé l’objectif avec un taux de réalisation de 101%.

Par nature d’acceptation, le chiffre d’affaires a enregistré des hausses satisfaisantes aussi bien au niveau des acceptations conventionnelles, +6%, que facultatives, +26%.

Ainsi, l’évolution du chiffre d’affaires de Tunis Ré durant les 5 dernières années a été notable, passant de 70,029 MDT en 2012 à 97,634 MDT en 2014 et à 113,434 MDT, soit une évolution moyenne de 10,2%.

par -

Le  chiffre  d’affaire  global  du  quatrième  trimestre  de la société SOMOCER a  connu  une  progression  de  13,69%  par  rapport  à  la  même  période  de  2015,  provenant   essentiellement  de l’augmentation  du  chiffre d’affaire à l’export de 666,38% reflétant ainsi la stratégie tracée par la société visant a développer le marché export.
Le  Chiffre  d’Affaires Total  de  l’année  2016  s’établit  à  66,806  millions  TND,  enregistrant  ainsi une légère augmentation de (+0,46%) par rapport à la même période de l’année 2015, arrêté à 66,499 millions TND.
Le  Chiffre  d’Affaires  Local est  passé  de  63,985  millions  TND  au  31  décembre  2015  à  60,359 millions TND pour la même période en 2016, soit une baisse de (-5,67 %).

Le Chiffre d’Affaires Export au 31 décembre 2016 a augmenté de (+156,44 %) passant de 2,514 millions TND au 31 décembre 2015 à 6,448 millions TND pour la même période en 2016  ce  qui  confirme  la  stratégie  retracée  par  la Direction  Générale  en  ce  qui  concerne  le  développement de l’activité export. Nous prévoyons la continuité de cette tendance haussière du chiffre à l’export durant l’année 2017.

La  production a  enregistré  au  31  décembre  2016  une  légère  augmentation  de  (+0,80  %)  par rapport à la même période de l’année 2015.
Les investissements au 31 décembre 2016 totalisent 5,610 millions de dinars contre 12,193 millions de dinars au 31 décembre 2015.

Les  engagements  bancaires (engagements  bilan)  au  31  décembre  2016  s’établissent  à  61,840  millions  de  TND  contre  un  total  de  63,
253  millions  de  TND  à  la  même  période  de  2015. Les dettes à long et moyens termes représentent (33,1%) du total engagement au 31
décembre 2016 (y compris l’engagement hors bilan).

par -

Les investissements industriels déclarés auprès de l’Agence de l’Industrie et de l’Innovation (API) ont progressé de 45,7 % en 2016, d’après les dernières statistiques dévoilées à Africanmanager.
Malgré la conjoncture difficile que connait la Tunisie depuis quelques années, les projets déclarés ont atteint 3854, totalisant ainsi 3821.2 millions de dinars permettant de générer 57205 postes d’emplois.
Par secteur, une hausse de 111.4% a été enregistrée dans le secteur des industries mécaniques et électriques, avec des investissements de l’ordre de 693.7 MD.
Le secteur des industries agroalimentaires a aussi le vent en poupe. Les investissements déclarés ont déjà atteint 1472.1 MD, ce qui représente une hausse de 75%.
S’agissant des investissements relatifs aux projets dont le coût est supérieur à 5 MD, ils ont enregistré une hausse de 82.3%, passant de 1266.8 MD au cours de l’année 2015 à 2308.8 MD durant l’année 2016.
Aussi, les investissements industriels à 100% étrangers ont progressé de 36.6%, passant de 783.2 MD en 2015 à 1070.1 MD durant l’année 2016. Cette hausse est imputable essentiellement à l’augmentation enregistrée au niveau des projets 100% étrangers dont les investissements ont augmenté de 77.2%.
Cette tendance haussière a été aussi affichée au niveau des industries totalement exportatrices. Selon les statistiques, les investissements déclarés ont évolué de 32.9% atteignant 1166.0 MD.
En ce qui concerne les industries dont la production est orientée vers le marché local, elles ont augmenté de 52.1% passant de 1745.7 MD à 2655.2 MD durant la même période.
Dans le même ordre d’idée, les investissements déclarés dans les zones de développement régional ont augmenté de 64.6% totalisant ainsi 2093.2 MD. La part de ces zones dans l’ensemble des gouvernorats est passée de 48.5% à 54.8% durant l’année 2016. Idem pour les déclarations des projets de service où le montant d’investissement déclaré est passé de 1406.8 MD en 2015 à 1628.9 MD en 2016, affichant ainsi une hausse 15.8%. Le nombre des projets déclarés est passé de 9292 à 10012 en 2016, soit une hausse de 7.7%, générant 40629 postes d’emploi.

par -
Le service de transfert électronique d’argent provenant de l’étranger a progressé de 2,8%, lit-on dans le dernier rapport de la Poste Tunisienne pour l’exercice 2015.
En effet, le nombre d’opérations de transfert d’argent de l’étranger a atteint 1 108 000 contre 1 091 000 en 2014, soit plus de 670 millions de dinars. Toujours selon la même source, les transferts effectués via le réseau Western Union ont constitué 90% du nombre total des mandats internationaux.

par -

Le groupe Bouchammaoui a organisé jeudi une visite de presse sur le site de construction du gazoduc Nawara, dont les travaux sont réalisés en association de la société allemande Max Streicher pour le compte de l’entreprise tunisienne ETAP et la compagnie autrichienne OMV.

Il s’agit d’un ouvrage reliant la station Nawara et la station de traitement de gaz de Gabès, sur 374 kilomètres, traversant les gouvernorats de Tataouine, Médenine, Gabès et Kébili.

Les travaux ont progressé à hauteur de 65%. Le  mégaprojet, une fois achevé, produira 2 millions de mètres cubes de gaz par jour, soit plus de 17% de la consommation nationale et épongera un part importante du déficit énergétique du pays.

Le projet offre des centaines d’emplois directs et indirects et fait appel à de nombreuses sociétés et entreprises de travaux publics, d’approvisionnement, de services logistiques, de transport…

Dans le cadre de ce projet, une enveloppe de plus de 7 millions de dinars est allouée au programme de responsabilité sociétale destiné à appuyer la société civile et les diplômés de l’enseignement supérieur en chômage.

par -

En 2006, de grandes réserves de gaz ont été découvertes dans le sud de la Tunisie. Elles seront exploitées par l’entreprise publique tunisienne ETAP et  la compagnie autrichienne OMV dans le cadre du projet Nawara. Il est prévu que le gaz produit fournira environ 11% de la consommation de gaz en Tunisie.

Les deux sociétés ont attribué au groupement Max Streicher/ BouchamaouiIndustries la construction d’un gazoduc long de 374 kilomètres.  Max Streicher SpA réalise des travaux de l’ouvrage pour le compte de la société mère. Dans le cadre du projet, Streicher et Bouchamaoui sont responsables de l’exécution, de l’ingénierie et de l’approvisionnement. Près de la moitié du projet a déjà été réalisée.

Le gazoduc de 24 pouces  (1 pouce = 2,54 centimètres) reliant la station de  traitement de gaz dans le sud de la Tunisie à Gabés sur la côte est, devrait être achevé en 2017. Les activités sur le terrain ont commencé en avril 2015. En plus de la construction de l’ouvrage,  le contrat comprend la réalisation de  stations de pompage  intermédiaires, des installations de lancement et de réception de racleurs et des interconnexions avec les nouvelles installations et celles existantes – y compris l’installation de la centrale de traitement du gaz  dans le  champ de gaz de Nawara.

Des conditions de travail particulières

Afin d’effectuer simultanément les travaux et  donc permettre un processus de travail rapide, trois camps ont été installés le long de la route. Dans le sud, le tracé du gazoduc traverse principalement  le désert.

«Les conditions de travail sont complètement différentes de celles de l’Europe,” a déclaré Giovanni Muriana, Directeur Général de Max Streicher. “En été, la température atteint jusqu’à 45 degrés, en hiver, les tempêtes de sable peuvent soudainement éclater.”

Ainsi, la journée de travail commence très tôt, vers quatre heures en été, et les employés sont protégés contre le sable et le bruit en utilisant des équipements spéciaux. Comme il n’y a pratiquement pas de limitations d’infrastructure dans le sud, les activités ont progressé rapidement.

Cependant, dans le nord, la route traverse un environnement agricole. Par conséquent, des progrès devraient ralentir vers le nord, en se rapprochant de la ville de Gabès.

Avec le développement de ce projet, Max Streicher vient d’entrer dans un nouveau marché. “Le projet Nawara en Tunisie est une expérience essentielle pour nous en Afrique du Nord», a souligné  Muriana. “Le pays s’achemine vers un développement important du secteur du pétrole et du gaz, bien que le bas prix actuel du pétrole ralentisse certains investissements. Nous allons garder un œil sur les possibilités de développement des affaires et de l’investissement dans cette région à l’avenir “, a-t-il indiqué.

 

par -

Le directeur général de l’Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation (APII), Samir Bechouel, a déclaré que le secteur de l’industrie a enregistré au cours des 5 premiers mois de 2016 des résultats positifs qui confirment la dynamique affichée depuis le début de cette année.
Il a dans le même contexte ajouté que cela s’est traduit notamment par une amélioration des principaux indicateurs économiques.

Lors d’une interview accordée ce mardi 7 juin à Africanmanager, il a précisé que les investissements déclarés dans le secteur industriel ont atteint 1429.6MD à la fin de mai dernier contre 1181.7MD durant la même période de 2015, enregistrant ainsi une évolution de 21%.
Le nombre des projets déclarés a aussi affiché un accroissement de 9.5%, a encore dit le responsable, faisant savoir que ces projets permettront la création 25165 postes d’emploi, soit une progression de 7.7%.

Samir Bechouel a par ailleurs signalé que les investissements déclarés dans le secteur des industries mécaniques et électriques sont montés en flèche avec une hausse de 120% durant les cinq premiers mois de 2016. La tendance haussière a aussi touché le secteur des industries agroalimentaires. D’ailleurs, les investissements déclarés ont progressé de 51.1%

Le DG de l’APII a d’autre part indiqué une évolution de 85.4% au niveau des investissements étrangers, alors que les investissements locaux ont progressé d’à peine 8.8%.

par -
Le mouvement Daech prône des idées insidieuses et extrémistes qui seront dévastatrices à une très grande échelle pour les pays du monde arabe

C’est un moment que le gouvernement et les militaires irakiens attendaient depuis deux ans. Des soldats qui entrent dans les faubourgs de Falloujah, libérés de la présence des islamistes de Daech. Depuis 24 heures, les combats font rage et les troupes de Bagdad progressent mètre par mètre, retardées par les attaques kamikazes, les voitures piégées et les snipers de Daech.

Appuyées par les frappes de la coalition internationale, les forces irakiennes s’approchent par trois axes différents du centre de cette ville, bastion de Daech, située à environ 50 km de Bagdad. Les quelques milliers de civils qui ont réussi à fuir la ville assiégée ont été accueillis dans des camps de réfugiés. Tous racontent l’enfer qu’ils ont vécu sous la coupe des islamistes. Toutefois, des centaines de familles sont encore sur place au milieu des combats.

par -

Les ventes effectuées par les concessionnaires automobiles en Tunisie ont connu une évolution considérable de 31% durant les deux premiers mois de 2016, a déclaré Mehdi Mahjoub, président de la Chambre nationale des concessionnaires automobiles dans une interview accordée ce mardi 12 avril 2016 à Africanmanager.

Il a toutefois indiqué que les ventes réalisées auprès du marché parallèle ont chuté de 8,6%.

Pour 2015, le responsable a fait savoir que le bilan a été positif avec la vente de 54 mille voitures, ce qui correspond à une hausse de 1,6%. Les ventes effectuées auprés du marché parallèle ont toutefois chuté de 0,7%.

Il est à rappeler que le ministère du Commerce fixe annuellement un quota d’importation estimé à 50 mille voitures pour l’ensemble des concessionnaires et ce, dans le but de préserver l’équilibre du marché et gérer les flux en devises étrangères.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Le président français, Emmanuel Macron, est décidément très actif sur le contient africain. Après avoir parrainé la force conjointe anti-djihadiste des pays du Sahel,...

Reseaux Sociaux