AccueilLa UNETunisie : Le gazoduc du Sud réalisé à 50%. Il sera prêt...

Tunisie : Le gazoduc du Sud réalisé à 50%. Il sera prêt en 2017

En 2006, de grandes réserves de gaz ont été découvertes dans le sud de la Tunisie. Elles seront exploitées par l’entreprise publique tunisienne ETAP et  la compagnie autrichienne OMV dans le cadre du projet Nawara. Il est prévu que le gaz produit fournira environ 11% de la consommation de gaz en Tunisie.

- Publicité-

Les deux sociétés ont attribué au groupement Max Streicher/ BouchamaouiIndustries la construction d’un gazoduc long de 374 kilomètres.  Max Streicher SpA réalise des travaux de l’ouvrage pour le compte de la société mère. Dans le cadre du projet, Streicher et Bouchamaoui sont responsables de l’exécution, de l’ingénierie et de l’approvisionnement. Près de la moitié du projet a déjà été réalisée.

Le gazoduc de 24 pouces  (1 pouce = 2,54 centimètres) reliant la station de  traitement de gaz dans le sud de la Tunisie à Gabés sur la côte est, devrait être achevé en 2017. Les activités sur le terrain ont commencé en avril 2015. En plus de la construction de l’ouvrage,  le contrat comprend la réalisation de  stations de pompage  intermédiaires, des installations de lancement et de réception de racleurs et des interconnexions avec les nouvelles installations et celles existantes – y compris l’installation de la centrale de traitement du gaz  dans le  champ de gaz de Nawara.

Des conditions de travail particulières

Afin d’effectuer simultanément les travaux et  donc permettre un processus de travail rapide, trois camps ont été installés le long de la route. Dans le sud, le tracé du gazoduc traverse principalement  le désert.

«Les conditions de travail sont complètement différentes de celles de l’Europe, » a déclaré Giovanni Muriana, Directeur Général de Max Streicher. « En été, la température atteint jusqu’à 45 degrés, en hiver, les tempêtes de sable peuvent soudainement éclater. »

Ainsi, la journée de travail commence très tôt, vers quatre heures en été, et les employés sont protégés contre le sable et le bruit en utilisant des équipements spéciaux. Comme il n’y a pratiquement pas de limitations d’infrastructure dans le sud, les activités ont progressé rapidement.

Cependant, dans le nord, la route traverse un environnement agricole. Par conséquent, des progrès devraient ralentir vers le nord, en se rapprochant de la ville de Gabès.

Avec le développement de ce projet, Max Streicher vient d’entrer dans un nouveau marché. « Le projet Nawara en Tunisie est une expérience essentielle pour nous en Afrique du Nord», a souligné  Muriana. « Le pays s’achemine vers un développement important du secteur du pétrole et du gaz, bien que le bas prix actuel du pétrole ralentisse certains investissements. Nous allons garder un œil sur les possibilités de développement des affaires et de l’investissement dans cette région à l’avenir « , a-t-il indiqué.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,741FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,472SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles