AccueilLa UNESalaires et TVA: Des questions et l'opacité dans toute sa splendeur!

Salaires et TVA: Des questions et l’opacité dans toute sa splendeur!

D’habitude, les services du ministère des Finances (MF) prennent leur temps. C’est cette fois, juste quelques jours après avoir mis en ligne les résultats de l’exécution du budget 2021 à février qu’il  rend publics les résultats jusqu’à mars 21.

- Publicité-

Le « super » ministre était de passage chez Bruno Lemaire, son homologue français de l’Economie, des finances et de la relance [Ndlr : La relance, un truc qui manque à AK], pour un tout petit entretien de 15 minutes [Ndlr : Selon l’agenda du ministre mis chaque jour en ligne. Un autre truc qui manque à Kooli Jr], dont on pourrait dire que c’était « l’hôpital qui se moque de la charité ». On suppose donc qu’il n’était pas au courant de ce que la publication de février a soulevé comme critiques, et ceux de mars aussi.

En effet, les chiffres du ministère des Finances relevaient plus de l’opacité que de la transparence que promettait le chef du gouvernement depuis sa toute première déclaration à Dar Dhiafa à Carthage. Une attitude somme toute compréhensible, lorsqu’on sait que ces revues mensuelles des résultats de l’exécution des budgets auraient dû rester secrètes, si ce n’était la demande du FMI depuis la 1ère convention d’aide financière.

  • L’envolée lyrique des DD et de la TVA !

Commençons par faire remarquer que les recettes budgétaires qui étaient en baisse de 2,4 % en février 2021 par rapport au même mois de 2020, ont brusquement augmenté de 1,7 % en mars de cette année, où elles ont totalisé 7,859 Milliards DT. Le MF explique cela par une hausse, en mars dernier, de 13 % des recettes fiscales (+10 % en IR, et +9,1 % en IS).

On était pourtant dans une année de crise économique, qui suivait une autre année de crise, où le Covid-19 sévissait partout et impactait fortement les recettes de toutes les entreprises de presque tous les secteurs !

Et pourtant. Selon les chiffres du MF, les recettes en droits de douane (DD) qui étaient en baisse de 10,8 % en février 2021 par rapport à février 2020, rebondissaient et enregistraient en mars dernier une hausse de 9,7 % sur l’année. Cela pourrait trouver explication dans les chiffres de l’INS qui assurent que le volume des échanges commerciaux de mars 2021 a connu « des niveaux ratrappant ceux observés avant la pandémie ». Les exportations auraient ainsi augmenté de 16,8 % et les importations de 2,9 %. Cela expliquerait-il la hause de 10 % des DD après une baisse de 10,8 % ?

La même question se pose s’agissant de cette envolée, en mars dernier, du montant de la TVA récupéré par le Trésor. Une hausse de 21,5 % de la TVA et une hausse de 12,4 % des droits de consommation en mars.

Cela voudrait dire que les Tunisiens ont consommé et acheté plus qu’en février, alors que les prix à la consommatin augmentaient de 1,1 % (+6 % pour l’habillement, +1,6 % pour l’alimentaire dont +12,5 % les huiles, +10 % pour les légumes et 0,7 % pour le transport. Plus masochiste que le consommateur tunisien, qui consomme encore plus lorsque les prix augmentent, on ne trouverait pas ! C’est en définitive ce que voudrait dire une telle hausse de la TVA en temps de crise aiguë!

  • Pourquoi les salaires font-ils le Yoyo ?

Les chiffres du ministère des Finances sur les salaires sont plus étranges. Selon les chiffres de l’exécution du budget 2021 à mars dernier, en effet, les dépenses en salaires et autres rémunérations n’étaient que de 3,345 Milliards DT en février 2021 et même en baisse de 4 % par rapport à février 2020. Une baisse que le MF n’explique guère dans son document, et que personne ne pourra vous donner puisque tout le monde travaille en distanciel au MF.

Ces dépenses en salaires et autres rémunérations auraient pourtant augmenté de 4,7 % en mars 2021 par rapport à mars 2020. Et là non plus, aucune explication n’a été donnée à ce gradiose Yoyo que faisait la masse salariale d’un mois à l’autre et d’une année à l’autre.  Ainsi, pour le seul mois de janvier dernier, l’Etat aurait déboursé 1,634 Milliard DT en salaires. Un mois après, c’est 1,711 Milliard DT, et 1,803 Milliard en mars. On se poserait donc la question de savoir ce qui se serait passé pour que la masse salariale augmente de 77 MDT en février par rapport à janvier, et de 92 MDT en mars par rapport à février ?

L’explication pourrait notamment résider dans l’augmentation des salaires des magistrats ainsi que d’autres régularisations de situations salariales, jamais officiellement dites en chiffres. Pourquoi ?

Il faut dire, en réponse, que ce n’est pas la transparence qui étouffe ministre et gouvernement complet de Mechichi. Ni lui, ni son ministre n’ont, par exemple, daigné tenir conférence de presse pour expliquer au peuple ce qui s’était passé à Washington. Bien avant, experts et néophytes ne découvriront le document discuté avec le FMI que fuité en messagerie privée. Et bien avant encore, le « super » ministre Kooli Jr ne disait rien sur son voyage au Qatar, comme il n’a rien dit sur sa rencontre de 15 minutes avec le ministre français Bruno Lemaire !  La transparence dans toute sa splendeur !

1 COMMENTAIRE

  1. Bande d’incompétences et de mafia, le jour « j » du jugement viendra bientôt. Ceux qui cachent la vérité aux tunisiens sont des traîtres.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,433SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles