Sénégal : il n’en reste que 4 à la présidentielle, face à...

Sénégal : il n’en reste que 4 à la présidentielle, face à Macky Sall

par -

Le système de parrainages (53 000 signatures de citoyens) pour avoir le droit de participer à la course présidentielle a dégarni le paysage au Sénégal : Seuls 4 candidats pourront se présenter face à l’actuel président, Macky Sall, le 24 février 2019, rapporte Jeune Afrique. Ainsi en ont décidé les 7 juges du Conseil constitutionnel, ce 14 janvier 2019. Sall avait promis ce dispositif pour élaguer le scrutin, mieux l’organiser en le débarrassant des candidatures farfelues et opportunistes mais surtout éviter aux contribuables des dépenses inutiles. L’opposition au départ avait applaudi, avant de réviser sa position et de se dresser contre face aux modalités d’application…

Jusqu’à aujourd’hui 7 candidatures était encore sur la table des Sages  du Conseil constitutionnel sénégalais, le temps d’étudier les recours et litiges liés aux signatures pour les parrainages. Ils seront 5 à l’arrivée, pour 27 dossiers au départ : le président sortant Macky Sall (coalition “Benno Bokk Yakaar“), Issa Sall (PUR), Ousmane Sonko (“Pastef”), Madické Niang (dissident du PDS) et Idrissa Seck (“Rewmi“).
Ce sont les disqualifications de l’ex-maire de Dakar, Khalifa Sall (“Taxawu Senegaal“) et de Karim Wade (PDS), fils de l’ex-président, qui font le plus jaser. Acceptés dans un premier temps, ils ont finalement été recalés. En effet la condamnation de Khalifa Sall, à 5 ans de prison pour détournement de fonds publics, confirmée par la Cour de cassation le 3 janvier, lui a été fatale. Wade bute sur le Code électoral, presque pour les mêmes raisons : Un séjour de 7 ans derrière les barreaux, pour enrichissement illicite…

Enfin sachez qu’on n’a pas vu si peu de challengers à la présidentielle depuis 1888, seulement 4 à l’époque dans un contexte politique délétère. A l’élection de 2012 ils étaient 14, 15 en 2007 et 8 en 2000 et en 1993.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire