AccueilLa UNE"TICAD" : Tunis aura sa part dans les 20 Milliards $ que...

« TICAD » : Tunis aura sa part dans les 20 Milliards $ que le Japon décaissera

Le secteur privé japonais investira 20 milliards de dollars sur trois ans en Afrique, a promis mercredi le Premier ministre nippon, Shinzo Abe.

- Publicité-

Abe, qui s’adressait aux dirigeants africains réunis à Yokohama lors de la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD), a déclaré que le Japon s’intéressait aux infrastructures et au développement humain sur le continent.

 » Le gouvernement japonais déploiera tous les efforts possibles pour que la puissance de l’investissement privé japonais, de 20 milliards de dollars sur trois ans, soit de nouveau dépassée  » a-t-il déclaré dans son discours d’ouverture à la TICAD.

« Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour aider le développement des entreprises japonaises en Afrique« , a-t-il ajouté.

Le Japon cherche également à former 3 000 personnes sur une période de six ans dans le cadre d’un programme de développement des ressources humaines pour l’Afrique, afin que davantage de personnes du continent puissent contribuer à la promotion des relations commerciales entre le Japon et l’Afrique.

Pourquoi l’Afrique?

Le Japon n’est pas nouveau dans l’investissement en Afrique. Depuis plus de 30 ans, le pays concentre ses efforts sur l’aide économique aux pays africains.

En avril, il a débloqué 1,5 million de dollars pour financer des activités de stabilisation communautaire dans le nord-est du Nigeria, déchiré par la guerre.

Et au Kenya, par le biais de la subvention d’assistance pour les projets de sécurité humaine à la base, il finance divers centres d’acquisition de compétences et de formation à travers le pays.

À présent, il souhaite un partenariat qui implique plus que de l’aide: l’ajout d’infrastructures et le développement des ressources humaines.

Lors de la conférence TICAD 2016 au Kenya, Abe a indiqué que le Japon souhaitait que les pays africains le considèrent comme un partenaire plutôt que comme un donateur.

Jonathan Berkshire Miller, chercheur principal à l’Institut japonais des affaires internationales, a déclaré que le Japon augmentait ses investissements sur le continent car il souhaitait une alliance plus holistique qui créerait une infrastructure essentielle pour les pays africains.

« Le Japon veut que ses milliards d’aide au continent soient utilisés pour un développement durable bénéfique à la vie de l’Afrique et des Africains – et pas seulement aux intérêts étroits d’une seule puissance », a déclaré Miller à CNN.

« En outre, Tokyo veut utiliser ses relations historiquement fortes en Afrique pour soutenir les intérêts politiques et sécuritaires en évolution dans ce pays », a-t-il ajouté.

Concurrence avec la Chine

Selon le ministère japonais des Affaires étrangères, le pays a investi 20 milliards de dollars sur le continent entre 2016 et 2018. Mais les chiffres ne correspondent pas à ceux de la Chine, qui investit également beaucoup sur le continent.

La Chine est l’un des principaux investisseurs de l’Afrique, dépassant la France, l’Inde et les États-Unis avec des investissements dans l’infrastructure et dans l’industrie.

Selon un rapport de l’Organisation japonaise du commerce extérieur, l’investissement direct étranger du Japon en Afrique s’élevait à 9 milliards de dollars en 2017, soit une fraction seulement des 43 milliards de dollars investis par la Chine sur le continent la même année.

En 2018, le volume du commerce chinois en Afrique était de 204 milliards de dollars, selon le ministère chinois du Commerce. Le volume total des importations et des exportations du Japon s’est élevé à 17 milliards de dollars.

Relation de longue date

Miller, qui est également directeur adjoint de l’Institut Macdonald-Laurier, un groupe de réflexion basé au Canada sur la politique étrangère, a déclaré que le Japon était davantage axé sur la promotion de relations saines avec le continent que sur la lutte directe contre les investissements étrangers directs avec la Chine. .

« Le Japon ne voit pas l’Afrique comme un terrain de compétition à somme nulle avec Pékin – mais cherche plutôt des moyens de renforcer son engagement de longue date en faveur d’une gouvernance saine et d’un commerce durable« , a-t-il déclaré.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,453SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles