AccueilActualitésTrès mauvais pour l'image de Hamma & Co

Très mauvais pour l’image de Hamma & Co

Résolument engagé à défendre le processus de la justice transitionnelle, même après la fin du mandat d’exercice de l’Instance Vérité et Dignité, le Parti des travailleurs ne cherche pas systématiquement réparation, selon un communiqué rendu public vendredi par le parti.
Taxé de vouloir obtenir réparation à la suite de la correspondance qu’il avait adressée à l’Instance Vérité et Dignité, le Parti des travailleurs a affirmé qu’il cherche plutôt à réaliser les principaux objectifs de la justice transitionnelle.

- Publicité-

A la suite du lancement officiel de la réception des dossiers de violations subies à l’époque de la dictature, tous les partis et toutes les organisations et associations concernées avaient présenté des dossiers similaires à l’IVD, a-t-il tenu à rappeler.
L’instrumentalisation de cette correspondance sous prétexte que le Parti des travailleurs réclame réparation, a-t-il souligné, n’est qu’une manœuvre abjecte pour occulter des revendications beaucoup plus importantes, en l’occurrence la révélation de la vérité, la préservation de la mémoire, la reddition de comptes, l’obtention des excuses de l’Etat, la prévention de la récidive, la préservation de la dignité des victimes et la réconciliation.
Toutefois, les victimes de la dictature et de la tyrannie sont en droit de réclamer réparation, a affirmé le Parti des travailleurs. Il s’agit là d’un droit garanti par les conventions internationales et qui a été appliqué particulièrement dans les pays qui avaient vécu sous la dictature, a-t-il argué.

Critiqué au sujet des dédommagements, le dirigeant du Parti des travailleurs Djilani Hammami ne figure pas sur la liste des militants qui avaient été condamnés dans les affaires soumises par le Parti des travailleurs à l’Instance Vérité et Dignité, dans la mesure où il n’était pas jugé pour appartenance au parti.
Tous ces remous provoqués par la question de la réparation des victimes de la tyrannie, a-t-il souligné, sont en réalité une tentative visant à empêcher la révélation de la vérité sur les violations commises à l’époque de la dictature et à entraver le processus de reddition de comptes.
Il s’agit également, a-t-il ajouté, d’une tentative visant à saboter le processus judiciaire des affaires soumises à la justice spécialisée et à perturber la conférence qui sera organisée, les 15, 16 et 17 décembre 2018, par l’Instance  » Vérité et Dignité « .
 » Cette conférence pourrait révéler des vérités sur les violations commises dans le pays, six décennies durant « , a-t-il dit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,440SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles