Tunisie : Comment ne pas se sentir, de bon matin, d’une humeur...

Tunisie : Comment ne pas se sentir, de bon matin, d’une humeur massacrante ?

Ancien responsable à différents postes en matière de communication, enseignant en journalisme et journaliste, Fethi Houidi est ce matin d’humeur massacrante. Beaucoup le comprendraient facilement, car la cause est encore une fois le retard des avions de Tunisair. Il écrit :

Comment ne pas se sentir, de bon matin, d’une humeur massacrante ? Aéroport de Tunis-Carthage, 6 heures. Vol Tunis-Djerba. Départ prévu à 7h15. Vous avez un rendez-vous important à midi. Réservation faite depuis la veille, vous arrivez devant le guichet d’enregistrement. On vous répond avec un sourire mi- contrit, mi-narquois : désolé, monsieur, l’avion a du retard et ne partira qu’à…11h, soit 4 heures de retard ! N’attendez aucune explication car on ne vous en fournira point. La veille, deux ou trois départs (on ne compte plus) Tunis-Djerba avaient été annulés, officiellement pour panne technique.
Qu’il s’agisse de Tunisair ou de sa cadette Tunisair Express (lignes intérieures), c’est toujours la même pagaille, la même incurie, la même incompétence et la même impuissance assumées, le même scandale qui continue. Une pléthore de personnels, des retards records sur toutes les lignes, des vols d’effets de voyageurs et le mammouth, toujours indifférent, n’arrête pas de s’engraisser sur le dos du contribuable. La compagnie et ses employés semblent arc-boutés sur leurs avantages, leur situation de rentiers, comme un naufragé accroché à sa planche de salut.
Des ministres et des PDG qui se sont succédé depuis 7 ans pour gérer le transport aérien on ne retient que le passage de fantômes. Privatiser la compagnie ? Ligne rouge idéologiquement et socialement infranchissable vous répondent notamment les syndicats. Trop d’intérêts en jeu, trop de situations assises. Dégraisser le mammouth et taper un bon coup de pied dans la fourmilière ? Interdit également. Alors que faire ? Apparemment rien puisque la situation ne change pas et même empire de jour en jour.
Ce matin, j’imagine que le ministre de tutelle et le PDG ont pris comme d’habitude leur petit déjeuner, fiers d’eux-mêmes comme Artaban, sans se soucier d’un retard de quelques heures entre Tunis et Djerba ou Tunis et Casablanca. Quant au chef du gouvernement, on vous répondra sans doute qu’il a d’autres chats à fouetter et que celui-là ne figure pas parmi les priorités. Certains disent de nos gouvernements successifs qu’ils ont les mains qui tremblent. Dans le cas d’espèce, ils semblent être carrément manchots.
Pour le reste, Citoyens, circulez, y a rien à voir ni à espérer. Ici, c’est la culture de l’irresponsabilité et de l’impunité. Ici, personne ne rend compte à personne, surtout pas au bon peuple. Après tout, ne sommes-nous pas dans un pays de Cocagne, le pays de Tararani ? Mais rassurez-vous et prenez patience, il paraît que demain, on va raser gratis !

1 COMMENTAIRE

  1. Si Fethi malheureusement c’est notre république bananière que les révolutionnaires de la brouette l’on défigurés la où ils sont passer

Laisser un commentaire