AccueilLa UNETunisie : Les rapports lus par Marzouki étaient faux. Les services de...

Tunisie : Les rapports lus par Marzouki étaient faux. Les services de sécurité étaient-ils dépassés ?

Il y a quelques jours, le président provisoire tunisien Moncef Marzouki, entrait fièrement dans son bureau de la salle Hannibal à la Présidence de la république tunisienne. On voyait, chez «Essaraha Raha» [qu’on ne retrouve d’ailleurs plus sur le site d’Hannibal TV] un majordome entre, lui remet quelques dossiers prioritaires, ceux dont il avait quelques minutes auparavant, dit qu’il lisait au commencement de chaque jour d’un travail pénible.

- Publicité-

L’animateur Samir Wafi demande au Président de lire à haute voix. Il tint à rester discret sur le contenu de ces rapports sur l’état général du pays, écrits par les différents services de sécurité, connus et moins connus. Un à un Marzouki passe alors en revue les noms de plusieurs gouvernorats de la Tunisie. Une à une défilaient les remarques de ses services de sécurité, avec un seul mot que répétait le Président provisoire : R.A.S !!!

Quelques jours à peine après ces fameux rapports des services de sécurité, ministère de l’intérieur et de la défense compris, éclataient les violences dans différentes régions de la même Tunisie dont parlaient ces rapports !!!

Cela, on s’en doute même si on l’oublie dans le tourment des douloureux évènements que vit la Tunisie du gouvernement de la troïka (Ennahdha, CPR et Ettakattol) appelle quelques remarques et met à la lumière plusieurs hypothèses :

– Marzouki ne lisait pas les vrais rapports.

Tous les Tunisiens, ou presque, ayant vécu les nuits de braise et de violences qu’étaient celles du lundi et du mardi, se demandent maintenant si Marzouki parlait bien de la même Tunisie qu’avaient vécu les juges dont les tribunaux ont été incendiés, les policiers dont les postes ont été détruits et les citoyens qui étaient obligés de se terrer à 21 heures du soir chez eux ?

On se demande aussi, si Marzouki lisait bien des rapports d’honorables instances de sécurité comme le ministère de l’intérieur et le ministère de la Défense, ou est-ce qu’il était simplement dans sa campagne électorale qui lui imposerait de faire croire que «tout va très bien Madame la Marquise» et de mentir aussi délibérément au peuple dont il espère les voix pour les prochaines présidentielles ?

– Marzouki lisait bien de vrai rapport, mais avec un autre contenu.

Comme tous les Tunisiens, qui reviennent maintenant comme nous sur cette fameuse publicité préélectorale de Moncef Marzouki, nous nous demandons aussi, si ce n’était pas bel et bien de vrais rapports, mais que le président provisoire avait préféré en cacher le vrai contenu et ne dire au peuple que ce qu’il voulait entendre ou ce que le Président de la république voulait qu’il entende de celui à qui il fait confiance ?

On se demanderait alors quelles sont les raisons de ce mensonge politique ? Sont-ce uniquement de simples raisons électoralistes qui auraient poussé le Président à cacher la vérité à son peuple ? Aurait-il oublié que «la corde du mensonge est courte» comme le dit un proverbe tunisien ? Marzouki avait bien dit connaître des choses que ne connait pas la presse. Que seraient alors ces vérités que le Président de la république voulait cacher ?

– Marzouki lisait de vrais rapports où il n’y avait rien d’alarmant !

Ne restera alors que cette hypothèse, par ailleurs très dangereuse, que Moncef Marzouki disait bien la vérité en affirmant que tout allait bien dans toutes les régions de la Tunisie, d’après les rapports qu’il lisait en Boustrophédon. Hypothèse, très dangereuse, car elle signifierait deux choses.

La première est que tous les services de sécurité étaient HS, hors réseau, déconnectés de la réalité d’un pays qu’ils disaient surveiller. Avec toute leur puissance, humaine et matérielle, ces services de sécurité, de renseignement et d’intelligence, n’auraient pas ainsi pu prévoir ce qui allait se passer et donc anticiper, ce qui devrait être l’essence même de tout service de renseignement. Et donc, n’est-il pas impropre de compter sur tous ces réseaux pour gouverner un pays encore en forte effervescence ?

La seconde est que tous ces services, de sécurité et de renseignement, du ministère de l’intérieur avec ses deux composantes de police et de garde nationale, du ministère de la Défense dernier bastion de l’Etat et dernier rempart contre tout danger, savaient des choses qu’ils ne mettaient pas dans les rapports, remis chaque jour au Commandant supérieur des forces armées de la Tunisie. On se demanderait alors, plus inquiets que jamais, POURQUOI ?

Qui répondra à toutes ces questions ? Marzouki lui-même ? Ali Larayedh ministre de l’Intérieur ? Abdelkrim Zbidi ministère de la Défense ? Ou aucun ?!!

Khaled Boumiza

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,576SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles