Tags Posts tagged with "déficitaire"

déficitaire

par -
0

La Société tunisienne de fabrication du fer, dite « al Fouledh », a terminé l’exercice 2015 avec des revenus équivalents à 145,052 MDT. Un chiffre en hausse par rapport aux 110,044 MDT de l’exercice précédent. Là s’arrêtent les bonnes nouvelles.
Al Fouledh a aussi terminé l’année dernière avec un déficit de plus de 31, 542 MDT qui faisait suite à une perte de 23,681 MDT en 2014. Une perte en hausse et qui s’approche dangereusement du capital social de l’entreprise ,qui n’est que de 53,339 MDT. Et alors que les revenus baissent de 26 %, les charges suivent, non par affort de compression mais à cause du recul de l’activité de l’entreprise qui voit ses stocks prêts à la production passer de 2,5 à 15,99 MDT d’une année à l’autre. A la fin de l’exercice 2015, la trésorerie de fin de période d’Al Fouledh était négative de plus de 12,35 MDT.

⦁ Déficitaire, lourdement endettée et garantie par l’Etat

L’entreprise, qui croule sous l’endettement (197,859 MDT en hausse de 20 MDT en une année), est aussi un véritable gouffre d’argent. Elle avait bénéficié en 2015 de deux crédits sans intérêts et d’un montant de 145 MDT. Ils furent engloutis par les salaires et le paiement de ses fournisseurs. Elle avait aussi fait un premier tirage de 5,8 MUSD sur le crédit Mourabaha avec l’entreprise islamique de financement du commerce (BID/IFC). Elle avait reçu 13,4 MDT de la STB, 45,4 MDT de la BH et 53,1 MDT de la BNA, tous avec garantie de l’Etat pour un total de plus de 155,9 MDT. Autant d’eau versée dans le sable du désert. Al Fouledh restait incapable de payer les cotisations CNSS, les impôts et taxes au fisc, ni même la STEG (40 MDT). L’entreprise «est à ce jour, dans l’incapacité de payer les 42 MDT de la CNSS, les 17 MDT de dettes fiscales et les 45 MDT qu’elle doit à ses fournisseurs», pouvait-on lire dans le compte rendu de ses états financiers pour l’exercice 2015.
Et les deux commissaires aux comptes (CC) d’Al Fouledh d’écrire que «tous ces indicateurs, ajoutés au retard de mise en chantier du plan de restructuration financière, jettent un doute sur la possibilité de continuation des activités», pour l’entreprise.

⦁ UN PDG à 4.110 DT par mois et des frais de déplacement & réception à plus de 245 mDT

Son compte client, qui recense les impayés, passait de 21,288 à 24,793 MDT en 2015, dont plus de 16,109 MDT semble carbonisés et leur récupération hautement improbable entre les mains de 12 clients, dont un grand nombre de privés. Avec tout cela, Al Fouledh se permet de garder 11 participations financières dont la valeur brut de 1.209.175 DT se déprécie et n’est plus que de 433.610 DT.
Dernière information : La charge du personnel de cette entreprise, endettée, déficitaire et véritable gouffre d’argent public, était de 34,208 MDT. Son PDG touche 4.110 DT, sans compter les 450 litres d’essence par mois pour la voiture de fonction. Dans ses charges, on constate 245.096 DT (frais de bouche non inclus) consacrés aux déplacements et aux réceptions et 1.171.551 Dt au titre d’«autres charges ordinaires».
On ne passera pas sans retenir ces remarques des CC que l’entreprise n’a toujours pas régularisé la situation foncière de nombre de ses actifs, 1,13 MDT de réserves non concernés par l’inventaire, et 1,75 MDT de crédits aux employés non justifiés, selon les CC.

⦁ Qu’a décidé Chahed la semaine dernière ?

«Al Fouledh avait lancé un appel d’offre, pour l’entrée d’un partenaire stratégique dans son capital, par voie d’augmentation du capital. L’entreprise n’avait reçu qu’une seule demande. Une note en a été faite à la Primature pour présentation à un CMR qui devra prendre la décision concernant cette offre». C’est ce qu’annonçait l’entreprise dans le rapport de ses états financiers 2015.
Avant la publication de ces états, l’information circulait que «le groupe italien «Alfa Acciai», serait intéressé par l’acquisition de 49 % du capital d’El Fouledh et ce dans le cadre d’un projet d’ouverture du capital de l’entreprise à un partenaire stratégique». Avec la mine des mauvais jours, le 21 décembre 2016, Youssef Chahed tenait CMR sur «la restructuration d’Al Fouledh». Trois photos et une ligne, pour ne rien dire de l’issue de cette offre étrangère pour l’entrée dans le capital d’une entreprise dont les fonds propres affichaient à fin 2015 un chiffre négatif de 143,674 MDT.

par -
0

-La compagnie nationale « TUNISAIR » a enregistré un résultat déficitaire au titre de l’année 2015, de 71 millions de dinars (MD) contre un gain de 42 MD, une année auparavant, selon l’intermédiaire en Bourse MCP.
La direction générale de la compagnie a respecté sa promesse et son engagement de tenir en 2016, son Assemblée Générale ordinaire (AGO), statuant sur les comptes de l’exercice 2015. A cet effet, la compagnie devrait respecter, à partir de 2017, les délais réglementaires de la tenue de ses Assemblées annuelles.
En outre, la compagnie a reporté à 2020 et 2021, la livraison des avions prévue pour 2017 et 2018, ce qui permettra d’améliorer les ratios financiers de la compagnie durant ces deux exercices. A cela, s’ajoute l’impact positif sur la trésorerie de la compagnie du produit de la vente de l’avion présidentiel A340 de Ben Ali à la compagnie Turkish Airlines pour un montant de 73 millions d’euros (181 millions de dinars).

par -
0

Le taux de couverture des importations par les exportations des produits alimentaires a diminué à 72,1% au cours des neuf premiers mois de l’année actuelle, contre 110,9% pendant la même période de 2015 ce qui porte le déficit de la balance commerciale alimentaire à 758,5 millions de dinars (MD), soit 8,1% du déficit total de la balance commerciale, contre un excédent de 298,4 MD au cours des neuf premiers mois de l’année 2015.
Cette régression est due à la chute des exportations de 35,3% (environ 1964,8 MD, contre 3034,6 MD en septembre 2015) contre une stabilité des importations (-0,5% par rapport à septembre 2015, avec une valeur de 2723,3 MD), selon un communiqué publié jeudi, par le ministère de l’Agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche.
S’agissant des exportations, la régression est due, essentiellement, à la baisse des recettes de l’huile d’olive de 65% (596,6 MD contre 1697 MD), contre la hausse des recettes de la plupart des autres produits alimentaires, à savoir les produits de la mer frais (1%), les conserves de légumes et de fruits (11%), les légumes frais (39%).
En revanche, les recettes des dattes demeurent inchangées par rapport à l’année dernière, malgré l’amélioration des quantités exportés de 9%, et ce, en raison de la baisse des prix à l’exportation de 7% (4,1 dinars/ kg contre 4,4 dinars/kg durant la même période de 2015).
Il est à noter que la valeur des exportations alimentaires, du janvier à septembre 2016, représente 9,4% du total des exportations des biens du pays, contre 14,9% en 2015.
Pour ce qui est des importations alimentaires, certains produits de base ont enregistré une régression au niveau de leur valeur à l’importation au vu de la baisse de leur prix à l’échelle internationale, à l’instar du sucre (25%) et du blé dur (17%).
La valeur des importations alimentaires a représenté, en septembre 2016, 9% de la totalité des importations du pays contre 9,2% en 2015. Le taux de couverture de la balance alimentaire devrait atteindre à la fin de 2016, 72%, contre 98% en 2015, en raison de la baisse des exportations alimentaires de 30% et des importations de 5% par rapport à 2015.

par -
0

La balance commerciale alimentaire a enregistré un déficit de 310,6 millions de dinars(MD), au cours des 4 premiers mois de 2016, alors qu’elle était excédentaire de 184,1 MD, pendant la même période de 2015, selon les statistiques du ministère de l’Agriculture, des Ressources Hydrauliques et de la Pêche, publiées mardi.
Le taux de couverture de la balance commerciale alimentaire a fortement reculé, de 113,6%, à 75%, entre 2015 et 2016 (4 mois), suite à la chute des exportations de 39,7%, alors que les importations n’ont diminué que de 8,6%.

Baisse des exportations de l’huile d’olive
Les exportations des produits alimentaires ont baissé de 40% par rapport à 2015, à cause de la régression des recettes de l’huile d’olive (-66% en valeur et -71% en quantité), bien que les prix se soient améliorés de 18% (7 dinars/le kilo, contre 5,9 D/K en 2015).
Les exportations des produits de la mer ont dégringolé de 25% en raison d’un recul de la production de 14%, de même que celles des agrumes (-13%) et des conserves de légumes et fruits (-26%).
En contrepartie, les exportations des autres produits alimentaires ont évolué, à l’instar des dattes (+ 7% en valeur et +20% en quantité) dont les ventes ont progressé vers tous les marchés ciblés, à l’exception de l’Amérique du Nord.
Idem pour les légumes frais dont les exportations ont cru de 11% et notamment, les tomates (12 mille tonnes contre 6,9% mille tonnes), provenant des projets exploitant les eaux géothermales et les pommes de terre (2700 tonnes contre 178 tonne au cours de la même période de 2015) ainsi que les conserves de poissons (+29%).
A noter la valeur des exportations alimentaires ont représenté 9,8% des exportations globales de biens du pays contre 15,8%, au cours de la même période de 2015.
Baisse des importations de certains produits de base
La valeur des importations alimentaires a atteint de Janvier à Avril, 926,2 MD, en hausse de 8,6% par rapport à la même période de 2015. La décélération du rythme de l’importation résulte de la baisse des achats de blé tendre (-48%), de l’orge (-23%), des huiles végétales (-18%), du sucre (-53%), du fait de la diminution des quantités importées et des prix mondiaux. Les importations de blé tendre ont, aussi, régressé de 27%.
Par contre, la valeur des importations d’autres produits alimentaires tels que les produits de la mer frais et
congelés, les conserves de poissons et les bananes ont augmenté respectivement de 20%, 90% et 38%.
Les importations alimentaires ont représenté 9,2% des importations globales du pays au cours des quatre mois de 2016, contre 10,2%, en 2015.

TAP

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE