Tags Posts tagged with "mesures"

mesures

par -

La compagnie aérienne Tunisair a annoncé dans un communiqué rendu public ce vendredi 24 mars 2017 que de nouvelles mesures seront imposées aux passagers en partance vers les aéroports du Royaume Uni.

A partir de samedi 25 mars 2017 et, conformément aux exigences de sécurité des autorités britanniques, il n’est plus autorisé à bord des avions les ordinateurs, tablettes et téléphones portables dont les dimensions sont supérieures à :

*Longueur 16 cm

*Largeur 9.3 cm
*Epaisseur 1.5 cm

par -

La chute d’une quantité de neige a été enregistrée, dimanche matin, dans plusieurs zones du gouvernorat du Kef notamment sur les hauteurs et au niveau des délégations de Neber et Sakiet Sidi Youssef, avec une importante baisse de température.

Les autorités régionales ont pris les mesures préventives nécessaires pour faire face à la vague de froid, avec la distribution des aides au profit des familles nécessiteuses.

Il s’agit notamment de la distribution des produits alimentaires, des couvertures en laine et des vêtements.
Une quantité suffisante de gaz, de pétrole et de bois pour chauffage ont été également favorisés dans la région au profit des zones rurales et montagneuses.
Aucune interruption du trafic routier n’a été enregistrée à l’exception de certaines difficultés de circulation dans certaines zones, notamment à Sakiet Sidi Youssef au niveau de la route reliant la ville à celle de Touiref, a constaté de le correspondant de la TAP dans la région.
Les services météorologiques avaient annoncé, dans des bulletins météo, une chute de neige durant la journée de dimanche.

par -

Le ministère de l’Intérieur a annoncé ce vendredi 13 janvier 2017 une série de mesures routières à l’occasion de la commémoration du 6ème anniversaire de la Révolution.
Dans un communiqué rendu public, ce département indique qu’il est interdit aux véhicules de circuler à l’avenue Habib Bourguiba et ce, à partir d’aujourd’hui à 18h00 jusqu’au samedi 14 janvier au soir à la fin des festivités. La circulation sera aussi interdite de la place d’Ennasr jusqu’au croisement des avenues Habib Bourguiba et de la République, a ajouté la même source.
Le parking de l’avenue Mohamed V a été mis à la disposition des automobilistes, sachant que la partie allant du croisement Avenue du Ghana – Avenue Mohamed V à la place de la Révolution sera réservée aux piétons.

par -

A l’occasion du 6ème anniversaire de la Révolution, le chef du gouvernement, Youssef Chahed, devrait annoncer une série de mesures importantes et qui seraient d’ordre économique et social.
Citant des sources bien informées, le quotidien «Assarih», dans son édition de ce mardi 10 janvier, a ajouté que Chahed saisira cette occasion pour présenter une vision globale et un plan bien précis pour la période à venir.
L’annonce de ces mesures viendrait à un moment où le président de la République, Béji Caïd Essebsi, a choisi de se rendre à Gafsa le 14 janvier pour commémorer le sixième anniversaire de la chute du régime de Ben Ali, qui constitue le grand tournant de la Révolution tunisienne.

par -

Un Conseil ministériel aura lieu bientôt pour dresser un état des lieux du secteur de l’information en Tunisie, selon des « sources officielles informées » citées samedi par le quotidien « Al Maghreb ».

Toujours selon la même source, plusieurs mesures seront prises lors de ce Conseil, en faveur des journalistes ainsi que les différents supports médiatiques.

par -
Houcine Abbassi

Le secrétaire général de l’UGTT, Houcine Abassi, a déclaré que la lutte contre la corruption n’est pas moins importante que la lutte contre le terrorisme, rapporte Mosaïque fm.
Dans une allocution à l’occasion de la tenue du Congrès national de la lutte contre la corruption sous le thème « Unis contre la corruption, en faveur de la croissance, de la paix et de la sécurité », le syndicaliste a fait valoir qu’une meilleure application des mesures prises par le gouvernement permettrait de mettre fin à ce phénomène .

par -

Le ministre de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche, Samir Bettaieb, prendra prochainement une série de mesures en faveur de la prochaine saison des olives, lit-on dans le quotidien « Achourouk ».
La mise en place de ces mesures demeure utile étant donné que ce département prévoit une baisse de la production des olives de 20% en comparaison avec la dernière saison, oscillant entre 500 et 550 mille tonnes, soit l’équivalent en huile d’olive de 100 à 110 mille tonnes. La production sera répartie comme suit : 40 % au Nord, 28% au Centre, 17% au Sud, 12% à Sfax et 7% au Sahel.
Ces dispositifs viennent en adéquation avec le plan national récemment adopté et visant à planter 10 millions oliviers dans tous les gouvernorats tunisiens durant les trois prochaines années.
Pour cette saison, la récolte des olives de la saison 2015-2016 a atteint environ 700.000 tonnes d’olives, soit l’équivalent de 140.000 tonnes d’huile, dont prés de 98.000 tonnes ont été exportées, rapportant des recettes de l’ordre de 137 millions de dinars, selon des statistiques publiées le mercredi 07 décembre par le ministère de l’Agriculture.

par -

Le Conseil des ministres, réuni vendredi sous la présidence du chef du gouvernement, a adopté le projet de la loi des finances pour 2017. Dans un communiqué, la Primature a précisé que le  budget de l’Etat a été fixé à  32, 705 milliards de dinars, en augmentation de 3 milliards DT par rapport à celui de 2016, alors que les dépenses publiques ont été arrêtées au montant de 6500 millions de dinars contre 5300 MDT pour l’exercice actuel. Les dépenses de compensation, elles, passeront de 2200 MDT en 2016 à 2700 MDT dans le projet de la LF 2017.  Pour ce qui est de la masse salariale, elle sera de 13700 millions de dinars contre 13150 MDT.

Le projet de la loi des finances 2017 vise à limiter le taux d’endettement à 62% du PIB et celui du déficit budgétaire à 5,5%, avec un taux de croissance estimé à 2,5%. Le porte-parole du gouvernement, Iyed Dahmani, a indiqué que le projet de la LF 2017 délivre un ensemble de messages importants consacrant les principes de justice sociale, de réduction de la pression sur les finances publiques, l’investissement, l’emploi, et le dialogue avec les partenaires sociaux, soulignant  que  l’élaboration du projet de la LF a été opérée dans un court laps de temps, après la révision de précédent projet pour le mettre en adéquation et symbiose avec le « Document de Carthage ».

Police fiscale

Le porte-parole a ajouté que le projet vise aussi à réviser le barème  de l’impôt en vue d’atténuer la pression fiscale sur les classes pauvre et moyenne dont le revenu net ne dépasse pas les 1400 dinars, de même qu’il prévoit des mesures pratiques de nature à résoudre les problèmes liés au devoir fiscal de certains métiers et professions. Le Conseil des ministres a mis l’accent sur le principe de la justice fiscale à travers la LF 2017 et sa mise en œuvre par le biais de la création du corps de la police fiscale qui a vocation à faciliter la récupération des fonds publics auprès  des  évadés fiscaux, outre la mesure relative à la levée du secret bancaire , ce qui est de nature à faciliter le contrôle des comptes financiers par le Contrôle fiscal et à moderniser les règle de gouvernance, de transparence et la lutte contre la corruption financière et l’évasion fiscale.

Le Conseil des ministres a décidé, s’agissant de l’enregistrement des propriétés, que l’opération de la légalisation de signature sera effectuée dans les recettes des finances lors de l’aliénation immobilière, ce qui permet à l’Etat d’obtenir toutes les données nécessaires y afférentes. Le projet de la LF 2017 vise aussi à s’assurer des éléments de fortune et du train de vie, lesquels n’ont pas été revus depuis plus de 30 ans. Le Conseil des ministres en a décidé la révision outre l’institution d’une taxe sur les piscines privées.

Révision du barème de l’impôt sur le revenu

En ce qui concerne les finances publiques, le projet de la LF2017 prévoit une série de décisions relatives notamment au rééquilibrage des finances publiques  à la lumière de la  hausse du taux d’endettement, et ce en œuvrant à la stabilité du budget de l’Etat et des finances publiques ainsi qu’à la maîtrise du déficit à l’horizon 2018. De même, la LF 2017 comprend une batterie de décisions relatives   à la balance des paiements et aux recrutements dans le souci de conjurer tout dysfonctionnement des finances publiques, et de renforcer la notation souveraine de la Tunisie tout en attirant les investisseurs étrangers. Encore, le projet de la LF2017 s’attache à sauvegarder le pouvoir d’achat des classes pauvre et moyenne par le gel des prix des produits de base, le maintien en l’état  du taux de la TVA et l’orientation vers l’institution d’une contribution exceptionnelle de 7,5% sur les entreprises et la révision du barème de l’impôt sur le revenu.

Le Conseil des ministres a souligné qu’en dépit  des difficultés financières, le gouvernement d’union nationale a choisi de poursuivre l’impulsion du processus de développement et d’investissement à travers de nombreuses mesures visant l’augmentation du budget de développement, la création de nouveaux emplois et l’amélioration du pouvoir d’achat du citoyen, tout en soulignant l’importance de la question de l’emploi par le biais des mesures annoncées par le chef du gouvernement, notamment la mise en place du contrat de la dignité en faveur de 25 000 demandeurs d’emploi en 2017 parmi les diplômés de l’enseignement  supérieur et l’institution d’une ligne d’investissement de financement de 250 millions de dinars pour l’encouragement à la création de microprojets.

Le Conseil des ministres a affirmé que le gouvernement d’union nationale est déterminé à poursuivre et enrichir le dialogue  avec les partenaires sociaux au sujet du projet de la LF 2017 et d’autres dossiers à l’instar de la proposition de reporter d’une année les augmentations salariales au cas où le taux de croissance s’élèverait à 3% en 2017, soulignant que nombre de mesures stipulées pat la LF 2017 répondent aux propositions des partenaires sociaux.

par -

Avant-goût des « mesures douloureuses » que le nouveau chef du gouvernement rumine bien avant même de prendre ses quartiers à la Kasbah, la loi des finances pour 2017, au stade pré-final  de son processus, tient pour ainsi dire ses promesses. Ayant vocation à fixer les ressources et les charges de l’Etat  et leur équilibre financier pour  la prochaine année civile, elle déborde immanquablement de mesures fiscales alors que le gouvernement affirme sans contredit se trouver en face d’une mauvaise situation économique et financière , une chute des ressources fiscales,  une détérioration du déficit budgétaire et une explosion inédite de l’endettement d’une année à l’autre. Dans son projet de la LF 2017, l’Etat se plaint de « ne pas pouvoir répondre aux besoins des différentes parties et des forces économiques et sociales, ni renouer avec la cadence de la croissance, réduire le chômage et développer les régions défavorisées ».

Un constat dont il a tiré la nécessité de « maîtriser le déficit du budget de l’Etat, le taux d’endettement, et de rechercher l’équilibre entre une fiscalité qui contribue à rétablir le taux de croissance par le soutien de l’entreprise, l’incitation à l’investissement privé , d’une part,  et la consolidation des ressources fiscale, l’amélioration du recouvrement de l’impôt et la lutte contre l’évasion fiscale en tenant compte du pouvoir d’achat du citoyen , d’autre part ».

Le tout-impôt ou presque !

Des objectifs  qui seront jumelés à d’autres de nature purement fiscale, singulièrement celles élargissant l’assiette de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et réduisant la liste des exonérations sur la TVA pour certains produits et services. Il en sera ainsi des médicaments et des produits pharmaceutiques importés dont les similaires ne sont pas produits localement, qui seront assujettis à une TVA de 6%, autant que pour les produits de la même nature fabriqués localement où ce taux est appliqué aux termes de la LF 2016. Idem pour la location des établissements meublés destinés à l’hébergement des étudiants ( foyers privés) à l’instar des services des jardins d’enfants, de l’enseignement, et des cantines scolaires et les restaurants universitaires. Au même taux seront taxées l’importation et la vente des livres, ouvrages et publications assimilées, ainsi que produits servant à l’impression des journaux, des publications périodiques, des brochures et plaquettes publicitaires et touristiques, à l’exclusion du papier  pour journaux.

Passeront également à la moulinette, mais au taux de 18%, l’importation et la vente des équipements et produits relatifs aux activités culturelles, comme ceux de la sonorisation et l’éclairage, les instruments de musique, les produits utilisés dans les arts plastiques, de même que les opérations liées à la production, la distribution et les représentations théâtrales,  les manifestations musicales, littéraires et cinématographiques. S’y ajoutent l’importation et la vente des équipements et produits destinés aux activités sportives, et à l’animation  éducative et sociale, la production de films cinématographiques et télévisuels.

Au rang des mesures destinées au renforcement des ressources budgétaires et à l’amélioration du recouvrement de l’impôt, il a été décidé d’instituer une contribution exceptionnelle au profit du budget de l’Etat pour l’exercice 2017, applicable aux personnes morales et physiques,  aux salariés et  aux bénéficiaires de pensions , à hauteur de 1% des revenus annuels bruts équivalents ou supérieurs à 20.000, 15.000 et 10.000 dinars, selon la catégorie. Egalement, il a été décidé de réviser l’imposition auxquels sont assujettis les forfaitaires, et d’élargir l’assiette de la taxe sur les voyages aériens à ceux  par voie maritime. Et cerise sur le gâteau, la vignette concernant les voitures particulières utilisant l’essence augmentera de 25%, alors que les  mesures d’acquittement des amendes au titre des infractions routières seront  revues de  façon à ce que leur recouvrement soit lié à celui de la vignette.

Un millionnaire est un milliardaire qui vient de payer ses impôts !

La loi des finances 2017 fera la part belle aux contribuables férus d’évasion fiscale, et ils ne sont pas peu nombreux eu égard à la forte rentabilité de cet exercice comme en témoigne la boutade selon  laquelle « un millionnaire est milliardaire qui vient de payer ses impôts ». Ainsi, la LF 2017 prévoit la création de commissions de réconciliation, nationale et régionales, chargées des dossiers de contrôle fiscal, et requises pour donner leur avis sur ses résultats préalablement à la décision de taxation d’office, et ce suite à la requête de l’assujetti ou à l’initiative de l’administration fiscale , moyennant l’annulation de l’étape de la réconciliation judiciaire. D’autres mesures moins consensuelles et répressives sont également à l’ordre du jour pour atténuer un tant soit ce sport national nommé évasion fiscale.

par -

Fournir une source de revenu avant la fin de ce mois à la veuve de Wissem Nasri, le cafetier qui s’est immolé par le feu, Ouvrir une enquête sur sa mort et mettre en œuvre une série de mesures pour impulser le développement dans la délégation de Fernana, c’est ce qui a été décidé à l’issue de la session extraordinaire de la délégation spéciale du Conseil régional du gouvernorat de Jendouba tenue, dimanche, au siège du gouvernorat, suite aux dernières tensions survenues à Fernana.
A pris part à la réunion, une délégation gouvernementale composée du ministre de l’agriculture, Samir Taieb, du ministre des affaires locales et de l’environnement, Riadh Mouakhar, du secrétaire d’Etat aux ressources hydrauliques, Abdallah Rabhi et du porte-parole du gouvernement, Iyed Dahmani. Des députés et des représentants de la société civile ont, également, assisté à la réunion.
Les participants ont, par la suite, rendu visite à la veuve de Wissem Nsiri, puis ils se sont dirigés vers le marché et l’abattoir municipaux, ainsi que la zone industrielle et le village des métiers.
Les décisions annoncées à l’issue de la réunion visent notamment à :
régulariser la situation de la veuve de Wissem Nasri et lui fournir une source de revenu avant la fin du mois de septembre,
ouvrir une enquête sur la mort de Wissem Nasri par une commission régionale et l’inspection générale au ministère des affaires locales et de l’environnement,
lancer les travaux d’aménagement d’une maison des services publics à Fernana avant la fin de l’année,
élaborer immédiatement les dossiers d’appels d’offres pour l’assainissement de trois quartiers populaires à Fernana,
Avancer la réalisation du projet d’assainissement de la cité Beni Mazen à Fernana à l’échéance 2017 au lieu de 2018 (coût 950 mille dinars),
doter toutes les municipalités d’équipement d’hygiène avant la fin de 2016,
créer un bureau local de l’Office national de l’assainissement à Fernana,
élaborer des études pour le raccordement de la localité de Souani à l’eau potable avec l’avancement du projet des grands axes dans un délai ne dépassant pas le 10 novembre 2016,
financer les projets d’abattoir et de marché municipaux à Fernana par le biais du Fonds des crédits et subventions aux collectivités locales,
élaborer des études d’extension de la zone industrielle de Fernana,
démarrer les études d’extension des périmètres irrigués de Fernana avant la fin du premier trimestre 2017,
élaborer un projet d’amendement du code des forêts avant la fin de l’année 2016 par le ministère de l’agriculture.

par -

Une coupure d’eau potable a eu lieu dans la soirée du mercredi 31 août 2016 dans la ville de Kairouan.

Le directeur de distribution au centre de la Sonede, Adel Belaïd, a affirmé lors de son passage mercredi 31 août 2016 sur Jawhara Fm qu’une panne imprévue est survenue dans la soirée de mercredi sur le canal principal de transmission d’eau, reliant le barrage de Jaouada à celui de la ville de Kairouan.

Il a ajouté que la distribution d’eau potable sera de ce fait perturbée dans la ville de Kairouan jusqu’à ce que l’origine de la panne soit élucidée et réparée par les équipes.

par -
La Caisse nationale de retraite et de prévoyance sociale (CNRPS) a

Ridha Zghondi, député de Zaghouan à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), a appelé, ce vendredi 26 août 2016, lors d’une séance plénière consacrée au vote de confiance, le gouvernement de Youssef Chahed a prendre des mesures courageuses et audacieuses pour résoudre la crise des caisses sociales.

Lors de son discours d’ouverture ce vendredi à l’ARP, le chef du gouvernement désigné, Youssef Chahed a fait savoir que les caisses sociales souffrent de plusieurs difficultés enregistrant ainsi un déficit équivalent à 1648 Millions de dinars

par -

Dans une note publiée cette semaine, la Banque centrale de Tunisie a analysé les principaux facteurs ayant conduite à la chute sans précédent du Dinar et esquissé les mesures pratiques et urgentes qu’il importe de prendre pour mette fin à la dégringolade  de la monnaie nationale.

Elle a expliqué que cette baisse est due en partie à l’évolution des cours des principales devises mondiales, notamment le Dollar US et l’Euro, d’une part, et au creusement du fossé entre l’offre et la demande des devises sur le marché local , consécutif à la détérioration des échanges extérieurs.

L’Institut d’émission pointe l’élargissement du déficit commercial à 5,1 milliard de dinars durant les 5 premiers mois de l’année en cours, la chute des rentrées touristiques de 44,6%, celle des revenus de travail de 9,3%, la détérioration du déficit courant qui représente 4,3% du PIB, et le recul tangible des flux des investissements étrangers, qu’il s’agisse des investissements de portefeuille ou des investissements directs étrangers.

Ainsi, le déficit de la balance des paiements a dépassé les 2 milliards de dinars au cours de la période en question, alors que les réserves en devises ont baissé à 109 jours d’importations, fin mai 2016, contre 121 jours, un an plus tôt  et 128 jours, fin 2015. Ce faisant, le marché des changes est soumis à des pressions inédites qui ont gagné en acuité depuis le début du mois de juin 2016, se reflétant sur la valeur du Dinar qui a enregistré un important recul vis-à-vis des principales devises étrangères.

Ces développements jugés « préoccupants » par la BCT appellent un diagnostic précis s’agissant de leurs causes et des mesures préventives urgentes qu’il y a lieu de prendre sur le court terme pour en limiter les effets, et prévenir les dangereuses dérives qui menacent la situation économique et les grands équilibres financiers au cas où la situation extérieur continuerait de se détériorer au cours des mois à venir.

Pour 2016, la BCT prévoit que le déficit courant se stabilisera autour de 7205 millions de  dinars, soit 7,9% du PIB, en raison de l’évolution des exportations de biens et services à hauteur de 3,1% malgré les difficultés structurelles et conjoncturelles auxquelles continuent de se heurter certains secteurs, dont notamment  les industries extractives et manufacturières ainsi que les  services. Quant aux transferts des expatriés tunisiens, ils demeurent en deçà de ce qui est escompté en dépit de leur augmentation de 5,1%.

L’endettement monte à 51,1%

S’agissant des financements  extérieurs sous forme de prêts à moyen et long termes à mobiliser pour financer le déficit courant et le service de la dette, ils s’élèveront à 7,3 milliards de dinars, ce qui portera le taux de l’endettement national à 51,1% du PIB. Pour leur part, les investissements étrangers ne dépasseront pas les 2 milliards de dinars, ce  qui  représente un niveau jugé médiocre.

Comparé aux résultats des 5 premiers mois de 2015, ce scénario  est jugé quelque peu optimiste par la Banque centrale qui note qu’il a été retenu dans le cadre du programme des réformes élaboré par le gouvernement visant l’accélération du rythme de croissance et  la maîtrise des équilibres économiques globaux dont celui des paiements extérieurs. Un scénario susceptible de révision sur un trend négatif eu égard aux pressions qui continuent de s’exercer en lien avec la vulnérabilité de la plupart des secteurs exportateurs et une reprise économique qui se fait encore attendre à  l’échelle mondiale, singulièrement à celle de l’Union Européenne.

La réalisation des objectifs ainsi fixés est considérée en soi comme un grand défi nécessitant un ensemble de mesures pour maîtriser le déficit courant dans les limites de 7,9% du PIB , et la maîtrise des dépenses en devises, ainsi que la maîtrise des importations et l’amélioration des exportations, souligne la BCT qui prévient qu’en l’absence de ces mesures , le déficit courant  grimperait à 10%, exigeant des financements extérieurs supplémentaires de l’ordre de 2 milliards de dinars.

Durant les 5 premiers mois de l’année en cours, le Dinars s’est déprécié de 3,9% par rapport au Dollar et de 5,8% vis-à-vis de l’Euro, soit en moyenne une baisse de 4,6% par rapport aux deux monnaies. Les évolutions enregistrées au niveau de la valeur du Dinar reflètent la réalité de l’offre et de la demande sur le marché des changes

Restrictions sur les transferts en devises

Pour remédier à la situation et à la dégringolade du Dinar, la Banque centrale de Tunisie a pris un certain nombre de mesures, surtout celles destinées à rationaliser les dépenses et les transferts en devises. Il s’agit de :

  • S’en tenir aux plafonds fixés  pour les dépenses au titre des opérations courantes et des opérations d’investissement, et s’abstenir d’octroyer des autorisations exceptionnelles au titre du tourisme, des études, des voyages d’affaires, des voyages de groupe (outgoing) et l’Omra
  • La coordination préalable entre les ministères concernés et la BCT sur les dépenses des artistes, des joueurs et des entraîneurs étrangers
  • Surseoir à certaines mesures que la BCT projetait de prendre en vue de conférer de la souplesse aux dispositions régissant les changes, notamment celles relatives à l’ouverture  de compte capital
  • Renforcement du contrôle sur les opérations courantes par les autorités concernées (à travers les frontières et le système de change) en ce qui concerne le contrôle technique, le règlement des opérations de commerce extérieur et le rapatriement des revenus en devises au titre de l’exportation
  • Rationalisation des crédits à la consommation en lien avec les importations des produits de consommation par la révision des conditions de financement par les établissements de crédit
  • Inciter les banques tunisiennes à utiliser les ressources de lignes de financement étranger disponibles aux fins de financement des opérations d’importation.

par -

De nombreuses associations et organisations spécialisées dans les droits de l’homme ont dénoncé la situation des prisons tunisiennes et ont appelé à la mise en place d’une nouvelle stratégie visant l’amélioration des lieux de détention. Les conditions d’incarcération en Tunisie sont alarmantes et ne  répondent pas aux standards internationaux.

Le taux de population carcérale monte jusqu’à 170%, provoquant la dégradation de l’état de santé des prisonniers.

L’encombrement des prisons et leur non conformité aux standards constituent les principales lacunes qui handicapent tout effort de réforme du secteur.

Selon le rapport de l’Organisation des Nations Unies (ONU) pour l’année 2015, toutes les prisons tunisiennes vivent cette situation de surpopulation, comme celles de Messaâdine, Jendouba, Kairouan, Kasserine, Gafsa, Sfax.

La chambre 8 de la prison de Houareb héberge 125 détenus alors qu’elle est faite pour en accueillir seulement 50. Certaines autres accueillent jusqu’à “16 fois” le seuil toléré, dit le rapport.

Selon le même document, la prison civile du Kef est un centre de détention regroupant 111 condamnés, 422 détenus bien qu’elle ne doive accueillir que 414 lits, alors que celle de Mornaguia, équipée de  5021 lits, accueille 6308 prisonniers, soit plus de 1600 personnes supplémentaires dans les deux prisons en question. Une situation qui aboutira forcément à la propagation des maladies de la peau ainsi que l’augmentation des violences.

C’est ainsi que le bureau de l’ONU, section Tunisie, a appelé à la nécessité de réviser la législation pénale se rapportant à la durée des détentions préventives, la condamnation ainsi que la possibilité de gradation de la sanction pour le crime de consommation de drogue.

De nouvelles mesures garantissant le respect des droits de l’Homme

Le gouvernement et les autorités de tutelle planchent actuellement sur de nouvelles mesures et dispositions importantes visant à renforcer l’infrastructure carcérale et améliorer les conditions de détention dans les prisons tunisiennes. Parmi ces mesures, le ministre de la Justice, Omar Mansour, a annoncé, ce jeudi 30 juin 2016, la mise en place de lignes téléphoniques dans certaines prisons en tant qu’expérience pilote, et ce pour permettre aux détenus de communiquer avec leurs proches. Il s’agit aussi de mettre à la disposition des détenus des webcams. Cette opération sera contrôlée par la direction de la prison.

par -

Les mesures sont prises pour assurer le bon déroulement du travail dans la délégation de Medjez El Bab et pour interdire au délégué limogé de perturber l’ordre public, a indiqué le gouverneur de Béja, Hassine Hamedi dans une déclaration à la correspondante de la TAP dans la région.

Le délégué limogé, qui refusait de remettre les clefs du siège de la délégation et de mettre fin à ses fonctions dans cet établissement, sera interdit d’accéder à la délégation, a précisé le gouverneur, rappelant que le délégué de Goubollat a été nommé, délégué de Medjez El Bab par intérim.

La réaction du délégué révoqué est contraire aux procédures administratives ce qui prouve son irresponsabilité, a-t-il souligné.

Le gouverneur de Béja s’est dit étonné de la réaction du délégué révoqué, signalant à ce propos, que les autorités régionales avaient demandé à la présidence du Gouvernement de limoger le délégué de Medjez EL bab, Kamel Labidi et la mutation du chef du district de la sûreté Lassad Yahmadi en raison de la détérioration des relations entre les représentants de l’autorité locale ce qui entrave le processus de développement dans la région.

Le délégué de Medjez El Bab, Kamel Labidi, a menacé, vendredi, de s’immoler par le feu devant le district de la sûreté, pour contester la décision de sa révocation après une visite inopinée qu’a effectuée Habib Essid, jeudi après-midi, dans la délégation de Medjez-El-Bab.

Le délégué a affirmé qu’il ne remettra pas les clés du siège de la délégation et suivra de près les mouvements de protestation des citoyens, appelant à juger les corrompus dans la région.

 » J’ai été révoqué pour avoir critiqué le laxisme envers les marchands ambulants et l’application de la politique des deux poids deux mesures dans ce domaine « , a-t-il estimé dans une déclaration à la correspondante de l’Agence TAP.

Des mouvements de protestation sont observés, depuis lundi dernier, à Medjez El Bab, par des commerçants et des marchands ambulants. Les marchands ambulants revendiquent le droit de s’installer, à l’Avenue Habib Bourguiba au centre-ville, durant le mois de Ramadan.

 

par -

La présidence du gouvernement prendra des mesures exceptionnelles et draconiennes pour maîtriser les dépenses de fonctionnement et réduire celles des rémunérations.

Dans un document officiel cité par hebdomadaire Assabah Ousbouii, l’accent est mis sur les mesures relatives aux primes et indemnités avec une réduction des primes des heures supplémentaires et à la rationalisation de la prime de rendement qui sera liée effectivement aux prestations livrées.

De même, la présidence du gouvernement a décidé de prendre des mesures exceptionnelles concernant essentiellement l’arrêt des recrutements à l’exception de ceux des diplômés des  écoles de formation , la réduction du nombre des élèves des établissements de formation  et le non recours au remplacement des fonctionnaires ayant fait valoir leur droit à la retraite, outre la décision de ne pas pourvoir à la vacance des postes due à la démission de leurs titulaires, leur décès ou leur détachement.

Selon le document de la Primature, la masse salariale devra être ramenée à 12% du PIB à l’horizon 2020 contre 14% actuellement.

Il est à rappeler à cet égard que la Directrice générale du FMI, Christine Lagarde, avait vivement critiqué, lors d’une réunion tenue en présence du gouverneur de la Banque centrale de Tunisie et du ministre des Finances, à l’occasion de sa dernière visite en Tunisie, l’augmentation de la masse salariale dans le pays qui compte parmi les plus élevées au monde, comme elle avait reproché au gouvernement de ne pas avoir utilisé les fonds induits par la baisse des cours mondiaux du pétrole à des fins d’investissement mais pour augmenter les salaires dans la fonction publique.

par -
L’Egypte a annoncé

Un grand nombre de pêcheurs ont exprimé ce vendredi 6 mai 2016, leur mécontentement au sujet de la non application des mesures prises en mars dernier en faveur de ce secteur.

Lors d’un congrès national qui se tient actuellement à Gammarth sur  » le secteur de la pêche et de l’aquaculture », l’un des pêcheurs a appelé le gouvernement à intervenir pour accélérer l’application effective des mesures décidées.

Il est à rappeler à ce propos que le gouvernement avait décidé en mars dernier un ensemble de mesures urgentes en soutien aux pêcheurs. Parmi ces mesures, on cite l’augmentation de la prime des hydrocarbures au profit des marins-pêcheurs.

par -
Au cours de l’assemblée générale de la fédération tunisienne de football tenue samedi soir à Hammamet et consacrée au football professionnel en présence de 28 clubs sur les 36 appartenant aux ligues 1 et 2

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Maher Ben Dhia, a affirmé mardi que « le ministère attendra les résultats de l’audit comptable et financier relatif aux opérations de la Fédération Tunisienne de Football (FTF), et prendra les mesures nécessaires en cas d’existence de preuves sur une mauvaise gestion au sein de cette instance ».

Il a affirmé, dans une déclaration à l’agence TAP que « le ministère sera ferme dans l’application de la loi, suivant les résultats de l’audit interne qui a débuté en décembre dernier au sein de la FTF, comme ce fut le cas avec les fédérations de taekwondo, de boxe et de karaté », ajoutant que « toutes les structures internationales gérant ces disciplines ont été compréhensives après la décision de dissolution de ces bureaux fédéraux ».

« Le ministère a choisi de ne pas intervenir dans les travaux de l’Assemblée générale élective de la fédération tunisienne de football puisque ce dossier fait l’objet d’un contentieux juridique, donc on a préféré rester neutre en attendant une décision finale », a indiqué le ministre. Il a rappelé que « le décret loi 66 de l’année 2011 relatif aux associations sportives met l’accent sur l’indépendance des structures et sur la non-ingérence dans la gestion des fédérations, outre les lois internationales qui interdisent l’intervention de l’Etat dans les affaires de ces structures ».

« Le ministère de la Jeunesse et des sports n’est pas la partie qui doit être chargée de l’exécution des décisions du Tribunal Administratif, et cela prouve l’existence d’un vice de forme », a souligné Ben Dhia qui a indiqué qu’une loi relative aux structures sportives sera soumise en mai prochain à l’ARP pour adoption et devra inclure un mécanisme de règlement des différends sportifs selon une loi décrétée par l’Etat ».

par -

La maintenance immédiate des canaux d’évacuation des eaux usées avoisinant le lac de Tunis-Nord par le désherbage et le curage, telles sont les principales mesures décidées lors d’une réunion de travail tenue mardi à Tunis, entre toutes les parties prenantes dans ce dossier, sous la présidence du ministre de l’Environnement et du Développement Durable, Néjib Derouiche.

Le département de l’environnement a décidé, selon un communiqué, d’élaborer une charte portant sur un programme d’intervention permanent fixant les responsabilités et les interventions et de créer une commission de suivi chargée de la maintenance des canaux et du suivi de l’intervention immédiate.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Les craintes n’ont pas lieu d’être et l’Etat n’est pas au bord de la faillite, a assuré le ministre conseiller auprès du chef du...

AFRIQUE

Il est impératif que les gouvernements africains adoptent des stratégies cohérentes et des plans de développement nationaux qui répondent aux défis de la croissance,...

SPORT

L’équipe nationale des Comores a décroché son billet pour la phase de groupes des qualifications pour la CAN-2019 de football après son match nul...