L’équipe de Chahed, les ministères, la STEG, Tunisair… Majoul sort l’artillerie lourde...

L’équipe de Chahed, les ministères, la STEG, Tunisair… Majoul sort l’artillerie lourde ! (Vidéo)

par -

Le président de l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA), Samir Majoul, a été très offensif lundi 5 mars 2018 chez Myriam Belkadhi, sur El Hiwar Ettounsi. Il a taclé sévèrement le chef du gouvernement, Youssef Chahed, notamment l’équipe qu’il pilote.
«Nous exigeons que les meilleures compétences nous gouvernent !», a-t-il asséné, puis s’est demandé si Chahed a eu toute la latitude pour «former en toute liberté son équipe».

Majoul a ensuite tiré en direction de toute la classe politique, en déclarant que la Tunisie doit ses difficultés actuelles à la cupidité de «certaines» formations politiques. «La situation sera encore plus compliquée si une analyse exhaustive n’est pas faite ! Il faut saisir l’importance du respect, de la négociation et le fait de laisser les meilleurs d’entre nous diriger», a-t-il indiqué.

Au sujet du Pacte de Carthage, que l’UTICA avait menacé de quitter pour cause de tour de vis fiscal dans la loi de finances 2018, le patron des patrons est d’avis que c’est une avancée ; il en a souligné «les résultats positifs“, qui “sont aujourd’hui palpables». Toutefois il a appelé de ses voeux un plan de sauvetage économique. «Il y a des dossiers gelés dans tous les ministères. Le secteur privé est en quelque sorte bloqué. Le secteur de l’énergie solaire est étouffé par la STEG, la production de phosphate est en panne, plombée par des mécontents et l’Open Sky est bloqué par Tunisair» a-t-il affirmé. «Il faut ouvrir les cieux pour sauver le tourisme autrement ce sont les portes de l’enfer qui s’ouvriront», a-t-il lâché Majoul.

Enfin il a évoqué la crise de la CPG, se réjouissant de la décision de Youssef Chahed de trainer en justice les individus qui sabotent la production. Puis, à la stupeur générale, Majoul dégaine un sifflet rouge et lance : «Il faut siffler la fin de la récréation, il faut arrêter de rigoler et passer aux choses sérieuses ! »

 

1 COMMENTAIRE

  1. Oui si Majoul. Il faut redémarrer sur de bons pieds. Il est temps de réorganiser l’administration Tunisienne en comptant sur les plus efficaces, les plus travailleurs et les plus innovants. Sachons que les Tunisiens peuvent améliorer leurs conditions sociale et économique avec beaucoup mois de personnes mal utilisées dans leurs fonctions. Le nombre peut être réduit au maximum avec un tri basé sur l’efficacité, la motivation au travail, le degré d’intelligence et le courage pour innover, la possibilité de travailler en groupe et pour le groupe, ainsi que d’autres critères de bonne volonté. Nombre de fonctionnaires font des activités commerciales souvent illégales ou camouflées en dehors de leurs fonctions. Ainsi, faire un bon tri, bien rémunérer et protéger l’élite qui va servir peuple avec honnêteté, recycler les récupérables et remercier les superflus en les encourageant par certains avantages en formation en capital financier pour qu’ils travaillent à leurs propres comptes. De ce fait, la corruption et la paresse seront réduites à leurs maximums et la population des vrais travailleurs Tunisiens va se sentir nettement mieux.
    Les capitaux humains et financiers trouveront un chemin d’entente sur les vraies valeurs du travail et du plaisir de vivre avec la bonne volonté de partager sueurs et argent.

Laisser un commentaire