AccueilLa UNETunisie : Appuyé par la BERD, Chedli Ayari lance la nouvelle courbe...

Tunisie : Appuyé par la BERD, Chedli Ayari lance la nouvelle courbe des taux des BTA et annonce…

Lancement officiel, jeudi 21 décembre 2017, de la courbe de taux des émissions souveraines domestiques. «Un moment historique» pour la place financière tunisienne, comme le dira le gouverneur de la BCT, vu l’importance d’une telle référence pour les banquiers, les assureurs, les caisses de retraites et autres gestionnaires de fonds pour la valorisation de leurs portefeuilles d’actifs, de passifs, d’investissements et autres instruments financiers.

- Publicité-

Chedly Ayari a ainsi expliqué que cette «courbe de taux ou la structure par terme des taux d’intérêt sert pour les financiers à pricer ou à valoriser une large palette d’actifs financiers : obligations, actions, titres de créances négociables, produits dérivés et aussi à tirer profit des opportunités d’arbitrage entre différentes échéances et divers marchés. Elle sert aussi à accroitre les transactions sur les marchés secondaires des titres de l’Etat, des titres négociables et aussi des instruments de couverture contre le risque de change, de taux d’intérêt voire même le risque de crédit.

Pour les économistes, la courbe de taux servira à mieux lire les anticipations des marchés sur la trajectoire future des taux d’intérêt, sur les perspectives de croissance, d’inflation, etc. »

Le même jour, la BERD sortait un communiqué d’appui à la BCT du lancement de la nouvelle courbe de taux pour les bons de trésor qui sera mise à jour quotidiennement. «La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) soutient la nouvelle modélisation de la courbe des taux des emprunts d’Etat en Tunisie, élément essentiel pour le développement des marchés financiers en dinar tunisien. Cette évolution majeure met le marché en conformité avec les normes internationales (…). Cette initiative favorisera la croissance et la liquidité du marché des obligations d’État et servira de référence pour l’évaluation des instruments obligataires publics et privés libellés en dinar tunisien, dit le communiqué de la BERD.

«La courbe des taux des emprunts d’État permet aux acteurs du marché de se positionner et de valoriser leurs portefeuilles et leurs instruments financiers», a souligné Christelle Fink, en charge à la BERD du Développement des devises et marchés financiers locaux dans la partie méridionale et orientale du bassin méditerranéen. Et Mme Fink d’ajouter que «avec la publication de cette courbe des taux, l’ensemble des acteurs du marché disposent désormais d’un point de référence, qui contribue à la transparence dans la valorisation des instruments financiers».

Au cours de la même cérémonie de lancement de la nouvelle courbe des taux pour les BTA qui prendra effet dès le 1er janvier 2018, le gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie a aussi indiqué que «la BCT s’est engagée dans un nouveau programme de modernisation du secteur bancaire. Objectif, accroître sa solidité, sa compétitivité et sa capacité de résilience face aux multiples chocs auxquels il peut faire face à l’avenir. Dans le même sillage, la réforme du marché des titres de créances négociables, a été engagée et est en cours de finalisation, pour mettre fin au dysfonctionnement de ce marché, en l’occurrence la pratique de la surenchère sur les taux offerts aux gros déposants.

Notre système bancaire a intérêt à sortir des sentiers battus, en privilégiant les solutions de facilité dans la facturation du risque, dans l’octroi du crédit ou dans la rémunération des dépôts». Pour le 1er responsable de la banque des banques en Tunisie, «avec l’existence de nouvelles références de taux  d’intérêt, le Tunibor pour les taux courts et la courbe des taux pour les échéance longues, les banques de la place doivent proposer à leur clientèle de nouveaux modes de facturation des crédits et de rémunération des dépôts en mettant fin à l’utilisation du TMM». Il explique cela par le fait que «le TMM a montré certaines insuffisances (…) et se soucie peu du risque de contrepartie» alors que «toutes les composantes des marchés des capitaux doivent traduire une perception du risque qu’on peut aisément extraire du pricing». D’où l’idée, on le comprend, de mettre en place cette nouvelle courbe de taux, grâce à quoi «les investisseurs en quête de rentabilité pourraient former à leur tour d’autres références». Et Ayari de mettre l’accent sur «le rôle combien important que peut jouer la courbe de taux dans l’analyse de la structure par terme des taux servant ainsi d’appui important pour la Banque Centrale pour mener sa politique monétaire avec une meilleure efficacité», rappelant que «une telle courbe constitue un outil fondamental pour les institutions financières dans leur gestion actif-passif en vue d’estimer les risques financiers et de fixer les marges d’intérêts. Ce n’est qu’à ces conditions qu’on pourrait espérer l’émergence d’un marché des produits dérivés et le renforcement de notre système financier tout entier, ouvrant la voie à une plus grande libéralisation financière».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,570SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles