Tunisie : Le KO avant le combat de 2019, le vieux briscard...

Tunisie : Le KO avant le combat de 2019, le vieux briscard y travaille…

par -

La joute électorale de 2019 a déjà commencé. On y est depuis le 06 septembre 2017, avec la publication de l’interview accordée à La Presse et Assahafa par le président de la République, Béji Caïd Essebsi. Ce dernier avait déversé sa bile sur le régime qui préside actuellement aux destinées de la Tunisie : Le régime dit parlementaire, avec les nombreux ratés et dérives qu’on lui connait sous le ciel tunisien. Le 11 septembre 2017, un peu avant le rendez-vous du vote de confiance à l’ARP, c’est Abdessatar Messaoudi qui s’y colle pour dégommer le même régime. Hier mercredi, le chargé des affaires politiques de Nidaa Tounes, Borhen Bsaïes, est monté au front, pour la même entreprise de démolition, en règle, avec une nouveauté en plus, et pas des moindres : Un référendum pour défaire ce que la Troïka, très péniblement, a fait (il a fallu tout de même près de 3 ans pour tricoter cette “merveille”, d’octobre 2011 à janvier 2014!). Le costume présidentiel a été taillé par Ennahdha, à sa mesure, il l’a ensuite offert à Moncef Marzouki. Ce dernier s’est plutôt accommodé de son statut de chef d’Etat d’apparat, qui se contente d’Inaugurer les chrysanthèmes et de régir, très vaguement, l’armée et la politique étrangère. Bon, de temps en temps il vociférait, comme quand on lui a fait le coup du renvoi de Baghdadi Mahmoudi en Libye, dans son dos. Mais voilà, dans l’ensemble il est resté dans le périmètre qu’on lui a tracé. Mais pas Essebsi. L’oeil rivé sur le costume de Habib Bourguiba, qui régentait tout, ou presque, BCE n’a jamais été très à l’aise dans ses habits de président, très étriqués. Il en est sorti très régulièrement, a fait des incursions sur des terrains qui ne sont pas les siens, constitutionnellement parlant. Alors il a décidé, tout bonnement, de changer le costard. Et il va manifestement y mettre les moyens !

La politique c’est aussi une histoire de coups… politiques. La Troïka, mais surtout Ennahdha, en a fait un très gros après les élections de 2011. La majorité confortable que les islamistes avaient eue, en l’absence de toute autre force politique digne de ce nom, leur avait offert un boulevard pour confectionner un système politique qui leur sied. N’ayant pas de présidentiable à l’époque – ils n’en ont toujours pas d’ailleurs malgré les acrobaties de leur chef de file Rached Ghannouchi -, ils avaient embarqué la Tunisie vers un régime parlementaire dans lequel ils pouvaient mieux se défendre avec leur implantation dans les localités. Depuis de l’eau a coulé sous les ponts. Nidaa Tounes s’est imposé comme une alternative aux islamistes, avec certes les errements, couacs et tragédies que l’on sait, mais le fait est que eux au moins ont des présidentiables. Si on est certain que BCE ne rempilera pas en 2019, d’autres pourraient très bien faire l’affaire. A commencer par l’actuel chef du gouvernement, Youssef Chahed, à qui d’ailleurs Ghannouchi, effrayé par le potentiel du bonhomme, a tenté de barrer la route. Bon, il faudra entre temps que Chahed remporte la bataille économique, et c’est pas gagné ! A part lui il y a le fringuant ex-ministre de l’Education, Néji Jalloul, actuel patron de l’ITES. Nidaa Tounes pourrait également recycler et “labelliser” un des anciens collaborateurs de Ben Ali, cooptés dans le gouvernement “Chahed 2”. Et vu le plébiscite qu’ils ont eu lors du vote de confiance, l’affaite passera comme une lettre à la poste auprès de l’opinion publique. BCE a bien envie d’offrir de la stabilité politique à la Tunisie, de se l’offrir à lui, pour la postérité, pour les livres d’histoire, avant de tirer sa révérence. A presque 91 ans et à deux ans du prochain scrutin, ça urge…

Le tapis avant la mosquée

La Tunisie, incontestablement, s’est offert un système politique dont elle n’a pas les moyens. Si elle était la seule en Afrique et au Moyen Orient – mises à part les particularités d’Israël et du Liban – à avoir le niveau de citoyenneté et de maturité politique pour se doter d’un régime parlementaire ça se saurait. Dans nos contrées c’est le régime présidentiel qui a cours, ou à tout le moins un régime mixte, avec des hommes ou femmes forts pour indiquer la voie. C’est enfoncer une porte ouverte que de le dire, mais nous y allons quand même : La Tunisie a beau être le berceau du “printemps arabe”, elle n’est pas pour autant la Suisse, l’Allemagne, l’Angleterre, etc., en termes de démocratisation des esprits, entendons-nous bien. Et même dans une démocratie éprouvée comme la France, il arrive que le président ou le Premier ministre passe en force, par ordonnance ou décret, sur la base du fameux article 49-3 de la Constitution, si ses projets de loi risquent d’être pris en otage par les députés, avec d’interminables débats et amendements, juste pour amuser la galerie parfois. On aurait pu s’accommoder des sempiternels facéties et shows de Samia Abbou et Ammar Amroussia à chaque fois qu’ils ont un ministre sous la main, on aurait pu passer l’éponger sur l’indolence et l’insouciance des députés, lesquelles pourtant bloquent des projets clés pour le pays, on aurait même pu pardonner aux élus leurs absences massives si la situation du pays n’était pas aussi catastrophique, politiquement et économiquement.

Les Tunisiens tiennent au fond à leur démocratie naissante. Bon, il leur arrive parfois, quand les temps sont durs et que les horizons paraissent bouchés, de regarder dans le rétroviseur et d’avoir des pointes de nostalgie pour la main de fer du dictateur, mais personne n’a réellement envie de retourner sous la chape de plomb. Cependant il y a un os : Tous ces changements de gouvernement en si peu de temps, personne n’a l’outrecuidance de les présenter comme un signe de bonne santé démocratique. BCE a bien envie de laisser autre chose au pays. Et si le vieux briscard peut au passage faire payer à son allié de circonstance, Ennahdha, quelques trahisons, comme ce fut le cas avec la loi sur la réconciliation nationale, il ne bouderait pas son plaisir. Pour rappel, les islamistes s’étaient engagés à la voter les yeux fermés, pour se raviser ensuite en exigeant des amendements, sentant le vent de l’opinion publique tourner. Ce qui au final a réduit la loi comme une peau de chagrin, excluant les hommes d’affaires de ce projet cher à Essebsi. Il ne leur a certainement pas pardonné cet affront…

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire