AccueilActualitésHRW : En Tunisie, un prisonnier coûte à l’État 21 dinars par...

HRW : En Tunisie, un prisonnier coûte à l’État 21 dinars par jour

La directrice du bureau de l’ONG, Human Rights Watch à Tunis, Amna Guellali, a déclaré lors de son passage ce mercredi 3 février 2016, sur Express Fm, que le nombre de détenus de la loi 52 s’élève à 7451 selon l’administration pénitentiaire.

- Publicité-

Concernant le nouveau projet de loi sur les stupéfiants, Amna Guellali a indiqué que toute personne incitant à la consommation de drogue risque 6 mois de prison et 500 dinars d’amende en précisant que le texte est vague dans le sens où la loi pourrait punir toute personne qui défend publiquement la légalisation du cannabis.

Dans un communiqué rendu public hier mardi 2 février 2016, HRW a appelé la Tunisie à réformer en profondeur la « loi 52 ». Il s’agit d’un texte controversé qui rend systématiquement passible de peines d’emprisonnement la consommation de stupéfiants, essentiellement du cannabis, a estimé HRW.

Promulguée en 1992 du temps de la dictature de Ben Ali, cette disposition prévoit une peine minimale d’un an de prison pour consommation de drogues. Elle interdit, en outre, aux magistrats de prendre en compte des circonstances atténuantes, ajoute HRW.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,565SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles