13 C
Tunisie
vendredi 26 février 2021
Accueil La UNE Lesquels des secteurs d'activité sont prêts à la libéralisation ? (Étude)

Lesquels des secteurs d’activité sont prêts à la libéralisation ? (Étude)

L’ouverture sur le marché européen préconisée par l’Accord de Libre échange complet et Approfondi (ALECA) pose inévitablement la question du degré de libéralisation que le secteur privé en Tunisie est prêt à supporter face à la concurrence internationale. Dans ce cadre l’Institut Arabe des Chefs d’Entreprises (IACE) a élaboré un indice de perception qui a pour objectif de déterminer quels sont les secteurs d’activité qui sont prêts à la libéralisation et dont la compétitivité sera préservée et quels sont ceux pour lesquels cette ouverture constitue une menace face à la concurrence que représente le marché européen. En effet, la Tunisie les gaps de compétitivité des trois secteurs demeurent différents rendant nécessaire de les considérer individuellement dans un contexte de libéralisation.

- Publicité-

L’indice se base sur d’autres piliers majeurs permettant de déterminer des scores pour chaque secteur d’activité. Chaque pilier mesure un aspect différent de l’avis du secteur privé vis-à-vis de l’ALECA. Il s’agit de la position concurrentielle, la connaissance de l’Aleca, l’impact perçu et l’adoption de l’Aleca. Pour assurer une bonne représentativité de la population des entreprises, l’IACE a eu recours à un échantillonnage stratifié proportionnel par taille et par secteur d’activité.

Résultat, la majorité des chefs d’entreprise affirment avoir eu connaissance de l’ALECA par les médias (presse, radio, télé) avec une part de 51,60%, suivis par les associations professionnelles avec 35,50%, et enfin les structures gouvernementales avec 9,70%. Avec un score global de 44 , le secteur agricole se prononce contre l’adoption de l’ALECA en Tunisie. Avec un score de 53, le secteur des services est celui qui s’avère être le plus informé du stade d’avancement de l’ALECA, suivi par l’industrie avec un score de 50 et enfin l’Agriculture avec un score de 33. Les entreprises du secteur agricole sont celles qui connaissent le moins le stade d’avancement de l’ALECA. L’étude a également signalé qu’avec un score de de 31, les entreprises du secteur agricole sont celles qui perçoivent l’impact de l’ALECA sur leur activité plutôt négativement alors qu’avec un score de 91, les entreprises industrielles sont celles qui perçoivent le plus favorablement l’impact de l’ALECA. Les entreprises industrielles se classent en première position avec un score de 100, ce qui signifie que les répondants du secteur industriel sont favorables à l’adoption de l’ALECA. D’ailleurs c’est ce qui explique que l’industrie possède le score le plus élevé dans le troisième pilier : impact positif perçu de l’ALECA, à court terme et davantage à long terme.

Toujours selon l’étude de l’IACE, les scores de cette 2ème édition montrent que la perception des chefs d’entreprise par rapport à l’ALECA s’est dépréciée, à l’exception du secteur agricole. Et c’est le secteur des services qui enregistre la plus grande dépréciation, avec une baisse de l’indice de 8 points, passant de 59 en 2016 à 51 en 2017.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,421FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,392SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles