AccueilLa UNETunisie : Chahed opte pour le combat en refusant de modifier son...

Tunisie : Chahed opte pour le combat en refusant de modifier son gouvernement

Vendredi 26 août 2016 sera un grand jour pour Youssef Chahed, le chef du gouvernement fraîchement désigné par le président de la République. Droit dans ses bottes, Youssef Chahed a décidé de garder le gouvernement inchangé. Il semble qu’il ait voulu se soustraire aux tiraillements politiques! Dans une déclaration faite ce mercredi aux médias, Chahed a officiellement annoncé qu’aucune modification ne sera apportée à la composition de son gouvernement, dévoilé samedi dernier à Carthage. Une décision qui pourrait le mettre dans une situation très difficile, notamment durant la séance de vote au gouvernement, surtout face au refus de certains partis politiques de voter en faveur du gouvernement dans sa version actuelle.

- Publicité-

La décision de ne pas apporter de modification à la composition actuelle du gouvernement a certainement surpris certains partis politiques, notamment ceux qui avaient rencontré Youssef Chahed et avaient déclaré que ce dernier avait réagi positivement à leurs demandes de changer certains portefeuilles. Mais la surprise est là, les négociations auraient pris fin ce mercredi et le chef du gouvernement désigné aurait quitté le palais de Dhiafa pour rencontrer le président de la République, Béji Caid Essebsi, au palais de Carthage.

Il est à rappeler par ailleurs que certains membres du nouveau cabinet ministériel ont provoqué un déluge de critiques sur les réseaux sociaux et ont soulevé un tollé, un ressentiment sans précédent ; citons le cas de Majdouline Cherni qui vient d’être désignée ministre de la Jeunesse et des Sports, Samir Bettaieb qui a été mis à la tête du ministère de l’Agriculture ou encore Abidi Briki, un ancien porte-parole de l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), chargé de piloter le ministère de la Fonction publique, de la Gouvernance et de la Lutte contre la Corruption.

Le courant Al-Mahaba et le parti de l’Unité ont appelé les élus du peuple à “assumer leur responsabilité historique en cette période difficile que traverse le pays”, les exhortant à ne pas accorder leur confiance au gouvernement de Youssef Chahed. Le courant Al-Mahaba a estimé que ce gouvernement de “complaisance” caractérisé par des “calculs partisans étriqués” n’a rien à voir avec la notion d’union nationale. “Il s’agit, également, d’un gouvernement voué à l’échec et incapable de réaliser les objectifs de la révolution”, soutient le parti qui a réitéré son appel à “l’organisation d’élections législatives et présidentielle anticipées afin que le peuple puisse décider de son sort et choisir ses dirigeants par les voies légales et pacifiques”.

Le parti de l’Unité a, de son côté, exhorté les députés à ne pas voter la confiance au gouvernement Chahed, qu’il a qualifié de “gouvernement du Fonds monétaire international”. “La politique de complaisance, de rassemblement de partis et d’organisations et de règlement de comptes entre eux ont été déterminants dans la composition du nouveau gouvernement”, soutient le parti.

Quant à lui, le président de l’UPL, Slim Riahi, a annoncé, lors d’un point de presse mardi à Tunis, que le groupe parlementaire de l’UPL ne votera en faveur du gouvernement Chahed qu’après la modification de la composition actuelle de l’équipe, assurant que l’UPL a émis des réserves concernant certains membres du gouvernement. En l’état actuel des choses, l’UPL censurera donc le gouvernement Chahed…

Il est à rappeler à ce propos qu’une séance plénière exceptionnelle consacrée au vote de confiance au gouvernement de Youssef Chahed se tiendra vendredi 26 août 2016 à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP).

Le vote de confiance est un vote unique sur l’ensemble des membres du gouvernement et la mission assignée à chaque membre. Pour obtenir la confiance de l’Assemblée, il est nécessaire d’obtenir l’approbation de la majorité absolue des membres (109 voix).

Par ailleurs, selon l’article 89 de la Constitution, dans le cas où le gouvernement obtient la confiance de l’Assemblée, le Président de la République procède sans délai à la nomination du Chef du gouvernement et de ses membres.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,459SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles