AccueilLa UNELes pertes des boulangers, estimées à 1000 MD par an, ne passent...

Les pertes des boulangers, estimées à 1000 MD par an, ne passent plus…

Les propriétaires de boulangeries ont décidé d’entrer en grève générale ouverte à partir du samedi 30 septembre 2017 sur tout le territoire tunisien. La menace est réelle, l’est encore plus le danger qui plane sur le secteur, d’où la nécessité d’agir vite pour trouver les solutions idoines et éviter de vivre le calvaire d’une ou plusieurs journées sans pain.

- Publicité-

Les boulangers avaient observé à maintes reprises des mouvements de protestation pour appeler le gouvernement à mettre fin à la prolifération des boulangeries illégales, implantées un peu partout depuis les événements de la Révolution.

Dans une déclaration accordée ce mercredi 27 septembre 2017 à Africanmanager, le président de la Chambre nationale des boulangers, relevant de l’UTICA, Mohamed Bouanane, a fait savoir qu’environ 1000 boulangeries clandestines opèrent dans les diverses régions du pays et que seules 3200 unités possèdent des autorisations.

Il a affirmé que cette grève ouverte est le dernier recours des propriétaires de ces unités pour faire entendre leur voix et mettre fin à l’anarchie dans le secteur.

Bouanane a ajouté que 300 mille employés sont menacés de chômage du fait de la prolifération des boulangeries clandestines, de la marginalisation du secteur, des problèmes d’endettement, de l’incapacité à payer les salaires des employés…

Les « clandestins » font de sacrés dégâts!

Le président de la Chambre nationale des boulangers a, en effet, précisé à Africanmanager qu’une perte annuelle estimée à 1000 MD est enregistrée en Tunisie à cause des boulangeries anarchiques, ajoutant dans le même contexte que 900 mille baguettes finissent chaque jour dans les poubelles.

Et d’affirmer qu’une réunion urgente sera organisée ce vendredi 29 septembre entre tous les professionnels du métier relevant de plusieurs gouvernorats afin d’appeler à l’application des lois de fermeture visant le sauvetage du secteur en question.

Sur un autre volet, il a ajouté que « suite au manque d’interaction du ministère de l’Industrie et du Commerce avec les propriétaires des boulangeries, nous avons décidé de contacter la présidence du gouvernement afin de sauver nos besognes et préserver l’économie nationale », a-t-il dit.

2 Commentaires

  1. je ne comprend pas l’équation : celui qui achète compensé perd de l’argent et celui qui n’as pas d’agrément en gagne et continue à travailler

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,565SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles