AccueilActualitésLa demande sur les exportations tunisiennes demeure importante (Habib Essid)

La demande sur les exportations tunisiennes demeure importante (Habib Essid)

« La Tunisie pourrait porter la valeur de ses exportations à 100 milliards de dinars par an au cours de la prochaine décennie » a affirmé, jeudi, à Tunis, la présidente de l’union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA) Wided Bouchamaoui. Lors d’une allocution, prononcée à l’occasion de la présentation de la stratégie nationale dans le domaine des exportations, élaborée par le ministère du commerce, la présidente de la centrale patronale a affirmé que la valeur des exportations tunisiennes s’est élevée en 2015 à 40 milliards de dinars répartis entre produits (28 milliards de dinars) et services (12 millards de dinars). Bouchamaoui a précisé que la réalisation de cet objectif (100 millards de dinars) nécessite de faire de l’exportation une priorité nationale. Il s’agit également, a-t-elle ajouté, d’établir un partenarait entre les secteurs public et privé, soulignant l’impératif pour le gouvernement de continuer à soutenir les exportateurs. Elle a estimé que la stratégie est un bon départ pour une vision future dans le domaine de l’exportation, relevant la nécessité d’accorder l’importance requise aux aspects logistiques liés à l’exportation, principalement « les situations dans les ports ».
La présidente de l’UTICA a critiqué la situation dans certains ports laquelle nuit à l’exportation et porte atteinte aux réalisations de la Tunisie, qualifiant cela d' »inacceptable », doù la nécessité d’y remédier, a-t-elle
dit. Ne pas placer l’exportation en tant que priorité nationale dans le projet du code de l’investissement, comme le demande l’UTICA, figure parmi les carences auxquelles il faut remédier, a soutenu Bouchamaoui.
Le président de l’union tunisienne de l’agriculture et de la pêche Abdelmajid Ezzar, a pour sa part, mis l’accent sur l’impératif de considérer l’exportation comme « un choix stratégique de la Tunisie » et non conjoncturel afin d’écouler les excédents de certains produits. L’UTAP, a-t-il dit, oeuvre à ancrer la culture de la production pour l’exportation, ce qui nécessite la mobilisation d’investissements importants en vue de la mise à niveau des exploitations agricoles et d’adopter les systèmes de traçabilité afin que les produits agricoles répondent aux normes internationales de la qualité. Ezzar a mis en exergue l’importance de subventionner directement les produits agricoles lors de l’exportation afin qu’ils soient plus compétitifs aux plans de la qualité et du prix et puissent accéder à de nouveaux marchés.
Le président de l’UTAP a recommandé d’accorder l’importance requise à la logistique, notamment en matière de transport et de promouvoir la diplomatie économique afin de mieux faire connaître les produits agricoles.

- Publicité-

TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,564SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles