AccueilActualitésARP : Mise en garde contre un éventuel rejet du projet de...

ARP : Mise en garde contre un éventuel rejet du projet de la Loi de finances 2021

Les parlementaires intervenant, dimanche, à la plénière consacrée à la poursuite de l’examen du projet de la Loi de finances 2021, ont mis en garde contre le risque de rejet de ce projet de loi.

- Publicité-

Le bloc parlementaire du parti « Qalb Tounes » a proposé plusieurs solutions alternatives, dont la révision de certaines dépenses, la mise en place des grandes réformes, la diversification des sources de financement et l’appui des interventions sociales, a indiqué le député Oussama Khelifi, dans son intervention.
Le député Hassouna Nasfi, du bloc parlementaire « La Réforme », estime, lui que de le projet de la loi de finances 2021 sera adopté, mais le gouvernement se retrouvera dans l’obligation de concevoir une loi de finances complémentaire avant la fin de 2021.

« Le peuple tunisien attend des décisions courageuses de la part du gouvernement, en vue de protéger les richesses du pays et booster le développement au sein des régions intérieures », a déclaré, pour sa part, le député Noureddine Bhiri (Parti Ennahdha). Le parlementaire estime, par ailleurs que le projet de LF 2021 a « marginalisé les régions défavorisés et a oublié les chômeurs ».

Le représentant du bloc démocrate, Salem Labiadh, a mis en garde contre le risque de rejet du projet de LF 2021, au vu de la pression en raison des délais constitutionnels.

D’après lui, le Bloc démocrate avait proposé d’introduire un article supplémentaire au projet de LF, stipulant la déduction de 0,5% des bénéfices réalisées par les établissements financiers, les grands centres commerciaux et les compagnies pétrolières, comme ressources pour assurer l’emploi de personnes en chômage depuis plus de dix ans, et ce, conformément aux dispositions de la loi n ° 38/2020.
De son côté, le député Mabrouk Kourchid (Bloc national) s’est interrogé sur l’avancement des démarches de récupération des biens confisqués de Marouen Mabrouk, gendre du président déchu.
Le député, Mustapha ben Ahmed (Bloc Tahya Tounes), a appelé l’Etat à alléger les restrictions administratives et la bureaucratie, à réviser le système de subvention et à veiller à la numérisation de l’administration. Il a fait savoir que son bloc tient à lancer la réforme du secteur public.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,565SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles