AccueilAfriqueBurkina: «dialogue entre gouvernement et combattants locaux»

Burkina: «dialogue entre gouvernement et combattants locaux»

Le gouvernement burkinabè soutient les comités locaux de dialogue mais dément toute négociation avec des groupes jihadistes.

Selon Yéro Boly, ministre d’Etat, ministre de la Cohésion sociale et de la réconciliation nationale, le gouvernement soutient « les comités locaux de dialogue pour la restauration de la paix, les initiatives endogènes de dialogue avec les combattants locaux souhaitant déposer les armes », selon Apanews.

« Les comités locaux de dialogue pour les restaurations de la paix sont des initiatives endogènes encourageant le retour des jeunes, des Burkinabè qui ont rejoint les groupes armés terroristes et qui aujourd’hui souhaitent déposer les armes », a expliqué le ministre.

Cette initiative du gouvernement burkinabè a été prônée par l’ISS Africa dans ses recherches, « si la législation l’autorise, les autorités peuvent encourager une atténuation des peines pour certains condamnés. Une fois démobilisés, les individus devraient également pouvoir bénéficier d’un plan d’insertion social rigoureux » a indiqué Hassane Koné, chercheur principal à l’institut d’études et de sécurité en Afrique (ISS Africa), dans un entretien avec APA News.

Hassane Koné est convaincu que « l’essentiel des combattants islamistes sont des nationaux. Une majorité d’entre-deux ont rejoint ces groupes non pas pour des raisons idéologiques, mais politiques ou sociales. »

Le Burkina Faso en proie au jihadisme depuis 2013, s’engage ainsi dans cette démarche inclusive et soutient qu’un « plan de réinsertion dans la société à travers des activités professionnelles sera mis en place pour ces jeunes burkinabè qui déposeraient les armes ».

« Par exemple, si vous souhaitez refaire ce que vous faisiez avant, à savoir l’élevage, on va trouver le moyen de vous accompagner pour que vous puissiez démarrer. Si vous souhaitez faire l’agriculture ça sera pareil » a assuré Yéro Boly.

Selon le régime de Paul Henri Damiba Sandaogo, qui s’est emparé du pouvoir après le putsch contre l’ancien président de la République Roch Marc Christian Kaboré le 24 janvier 2022, « c’est là une opportunité pour accompagner ces initiatives de dialogue endogène, qui doivent nous permettre d’aboutir à un apaisement et à un retour de la paix dans notre pays, le Burkina Faso. »

Mais il ne s’agit point d’une négociation entre le gouvernement burkinabè et les groupes armés terroriste, s’empresse de préciser le ministre d’Etat, mais plutôt « des initiatives endogènes pour instaurer une communication entre les filles et les fils du Burkina en rupture de dialogue avec la nation et les notabilités de leurs localités respectives ».

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,006SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -