Chalghoum a osé concocter son plan sans l’UGTT !

Chalghoum a osé concocter son plan sans l’UGTT !

par -

La stratégie gouvernementale de réforme des entreprises publiques s’articule autour de quatre axes dont le premier porte sur le développement de systèmes de pilotage de ces entreprises, selon le ministre des Finances, Ridha Chalghoum.
Le ministre a précisé mercredi, dans sa réponse aux questions des députés lors d’une plénière à l’ARP, sur le projet de l’accord de crédit conclu entre la Tunisie et l’Agence Française de Développement (AFD), (100 millions d’euros, soit plus de 350 millions dinars) destiné au financement du programme de la gouvernance des entreprises publiques, que l’initiative de prise décision par les conseils d’administration sera libéralisée sans attendre la décision des autorités centrales.

Le deuxième axe de la réforme de la gouvernance à l’intérieur des établissements publics souffrant de plusieurs défaillances consiste à dynamiser le rôle des conseils d’administration afin de renforcer les systèmes de contrôle public.
S’agissant du troisième axe, la stratégie adoptée vise à développer le système de gestion des ressources humaines, à améliorer le climat social des entreprises et à réactiver leur responsabilité sociale et environnementale afin de développer leur production.
Quant au quatrième axe, il se résume en la restructuration des entreprises publiques à travers l’identification de leurs problèmes administratifs et financiers et l’adoption de solutions radicales dans ce domaine.

Chelghoum a affirmé que plusieurs entreprises publiques en difficulté sont acculées à demander des aides financières auprès de l’Etat pour débourser les salaires de leurs agents ou rembourser un crédit ou même financer leurs activités.
Il a souligné que le crédit de l’AFD contribuera à renforcer la stratégie de l’Etat en matière de gouvernance des entreprises publiques pour que celles-ci reprennent leurs activités normalement et par conséquent améliorer les ressources financières de l’Etat .
L’ARP a adopté le projet de loi relatif à l’accord de crédit signé le 31 janvier 2018, entre la Tunisie et l’AFD, pour financer le programme de la gouvernance des entreprises publiques.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire