AccueilLa UNECoronavirus: Une lueur d’espoir, la courbe commence à s’aplatir

Coronavirus: Une lueur d’espoir, la courbe commence à s’aplatir

Cela fait à peu près une semaine que les bilans quotidiens du ministère de la Santé rendant compte des cas des contaminations et des décès des suite du covid-19, marquent un reflux dont il est unanimement espéré qu’il sonnera le glas de cette immonde pandémie. Pas plus tard que dimanche, 667  nouvelles contaminations ont été recensées parallèlement à 43 décès, donnant la mesure de l’important écart qui se creuse au regard de  la situation antérieure à cet épisode où le bilan des morts tournait autour de la centaine.

- Publicité-

On ne cependant pas en dire autant de la vaccination où le nombre des inscrits est encore faible, comme l’a déploré le président du comité de pilotage, Hachemi Louzir, mettant cette relative désaffection sur le compte du caractère facultatif de la vaccination, tout en  concédant que « l’on ne peut pas forcer les gens à se faire vacciner, nous comptons sur la prise de conscience des citoyens de l’importance de ce geste de prévention indispensable pour protéger leur santé »

Pourtant, l’Organisation mondiale  de la santé estime que « si 2020 a été une année unique et difficile pour la région de la Méditerranée orientale, 2021 a apporté une lueur d’espoir avec le lancement des vaccins COVID-19 ». Au  demeurant , dans le cadre de la Facilité COVAX – un mécanisme mondial dirigé par l’OMS, Gavi et la Coalition pour la préparation aux épidémies et les innovations (CEPI), pour une distribution juste et équitable des vaccins pour COVID-19 dans le monde entier – plus de 37 000 doses du vaccin Pfizer atteindront les personnes les plus à risque et les plus vulnérables vivant dans le territoire palestinien occupé, et près de 94 000 doses atteindront la Tunisie pour les personnes les plus à risque et les plus vulnérables à la mi-février.

Actuellement, le vaccin Pfizer/BioNTech est le seul vaccin figurant sur la liste des utilisations d’urgence de l’OMS, d’autres vaccins étant en cours d’examen dans les semaines et les mois à venir. De 46 à 56 millions de doses supplémentaires de vaccins AstraZeneca/Oxford devraient être disponibles au cours du premier semestre 2021 pour les personnes vivant dans 20 pays de la région de la Méditerranée orientale, à savoir l’Afghanistan, le Bahreïn, Djibouti, l’Égypte, la République islamique d’Iran, l’Irak, la Jordanie, le Liban, Oman, la Libye, le Maroc, la Palestine, le Pakistan, le Qatar, le Soudan, l’Arabie saoudite, la Somalie, la Syrie, la Tunisie et le Yémen.

« Alors que les premiers vaccins sont mis en place par l’OMS et ses partenaires, nous travaillons dur pour nous assurer que les personnes les plus vulnérables de notre région sont vaccinées en premier, le reste de la population devant être vacciné dans le courant de l’année. C’est une bonne nouvelle pour nous, et pour les milliers de personnes qui sont les plus exposées au risque d’infection. Au fur et à mesure que les vaccins commencent à être déployés, les possibilités d’aplatir la courbe de la pandémie dans la Région sont plus probables », a déclaré le Dr Ahmed Al-Mandhari, directeur régional de l’OMS pour la Méditerranée orientale.

  Le sacrosaint impératif de protection

Parallèlement, de nombreux pays de la région ont également pris des mesures pour protéger leurs populations en approuvant plusieurs vaccins COVID-19 pour une utilisation d’urgence par l’intermédiaire de leurs autorités réglementaires nationales.

Des campagnes de vaccination sont en cours dans 9 pays de la région depuis le début de l’année, ciblant les groupes à haut risque, notamment les travailleurs de la santé, les personnes de plus de 60 ans et les personnes souffrant de problèmes de santé sous-jacents. Jusqu’à présent, plus de 2,9 millions de doses de divers vaccins ont été administrées aux Émirats arabes unis, au Bahreïn, en Arabie saoudite, à Oman, au Koweït, en Jordanie, en Égypte, au Qatar et récemment au Maroc. Le 14 janvier 2021, les réfugiés syriens vivant dans le camp de Zaatari en Jordanie ont été vaccinés, ce qui fait de la Jordanie l’un des premiers pays à vacciner les réfugiés.

Le Bureau régional de l’OMS pour la Méditerranée orientale suit l’utilisation des vaccins, les réglementations et autres développements dans les pays de la région et fournit un soutien technique si nécessaire. Toutefois, les vaccinations ne sont efficaces que lorsqu’elles sont associées à des stratégies de santé publique. Ces stratégies comprennent le confinement et la quarantaine, le suivi et la localisation, ainsi qu’une communication efficace.

1 COMMENTAIRE

  1. oui la courbe en permanence commence à s ‘aplatir depuis une semaine mais il faut comparer le comparable il faut maintenir un nombre journalier des analyses constant et la comparaison sera logique le ministère a réduit le nombre journalier des tests au tiers de ce qui est avant .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,438SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles