De superbes villas, bâties illégalement à Carthage, seront rasées

De superbes villas, bâties illégalement à Carthage, seront rasées

par -

Un nombre “de 10 à 11 constructions anarchiques”, bâties sur toute la zone limitrophe du site historique de Carthage, feront, à priori, l’objet d’une décision de destruction qui sera bientôt exécutée, sur des étapes, en coordination entre les instances municipales, sécuritaires et celle en charge du patrimoine en Banlieue nord de Tunis.
La priorité sera donnée à la zone du Cirque de Carthage comme étant une partie de haute importance située au cœur du site historique et archéologique en Banlieue de Tunis classé patrimoine mondial de l’Humanité par l’Unesco depuis 1979. L’urgence de traiter le cas des constructions illégales sur ce site historique et archéologique important est aussi dictée par sa dégradation notable ces dernières années, nécessitant ainsi une intervention immédiate.

Cette décision a été annoncée au cours d’une réunion, tenue mardi, au siège de la commune de Carthage, entre les différents intervenants concernés par la mise en application de cette décision. Une lecture dans les données fournies par la commune de Carthage permet de constater un nombre de décisions de destruction variable d’une année à l’autre, avec une nette évolution entre 2017 et 2018.

Suivant un cheminement chronologique, les décisions ont été au nombre de 16 en 2013, dont 9 exécutées, alors qu’en 2014, seulement 2 décisions ont été prises et exécutées. Pour les années suivantes, 2015 et 2016, le nombre de décisions de destruction est respectivement de 18 et 26 décisions qui ont été prises, dont 4 exécutées pour 2015 et 6 cas de construction interrompus en leur retirant le permis de bâtir pour 2016.
Pour l’an 2017, les décisions de destruction des constructions anarchiques s’élèvent à 67. Seulement 44 décisions ont été appliquées alors que le reste (23) est demeuré inappliqué. En 2018, les décisions de destruction ont concernées quelque 57 constructions dont uniquement 36 exécutées. Les 20 restants non pas été touchées alors qu’un (1) cas a reçu l’ordre d’interrompre les travaux.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire