Gabon : Le régime fait fi de toute diplomatie et attaque frontalement...

Gabon : Le régime fait fi de toute diplomatie et attaque frontalement l’UE!

par -

Le moins qu’on puisse dire est que les avis et résolutions du Parlement européen en direction du Gabon, en lien avec l’agitation politique depuis la réélection contestée d’Ali Bongo, ne sont pas du tout du goût du régime. Ce dernier a dénoncé hier vendredi 22 septembre un “acharnement” en réaction de la résolution du Parlement européen appelant Libreville à arrêter “harceler, intimider et persécuter” les opposants, rapporte l’AFP.

Le Gouvernement de la République joint sa voix à celle du Sénat gabonais pour dénoncer cet acharnement que rien ne justifie”, a déclaré le porte-parole du gouvernement, Alain-Claude Bilie-By-Nze, indiquant que cette résolution “induit de manière insidieuse, qu’il y aurait des souverainetés au-dessus des autres”.

L’affaire a commencé à monter dès mercredi, avec la sortie de la présidente d’un groupe en charge des affaires européennes du Sénat qui dénonçait la “prétention des euro-députés à s‘ériger en permanence en donneurs de leçons”.

Le billet d’humeur “Makaya” du journal gabonais l’Union, acquise à la cause de la présidence de la République, à lui tapé plus fort, jeudi dernier, en qualifiant les euro-députés de “ramassis” de “racistes”, de “députés de seconde zone par rapport aux vrais du palais Bourbon ou (du) Bundestag”, les Parlements français.

Autre son de cloche du côté de l’opposition. Dans une conférence de presse organisée hier vendredi à Libreville, Zacharie Myboto, président de l’Union nationale (UN), qui a fédéré les poids lourds de l’opposition autour de la candidature de Jean Ping, s’est réjoui de la résolution “dans laquelle (son parti) se reconnaît globalement”.
L’idée de lire la page Gabon, avant de la tourner, semble désormais habiter l’ensemble de la communauté internationale”, a ajouté Myboto.

Dans une résolution adoptée à Strasbourg, le 14 septembre 2017, les députés européens avaient invité les autorités gabonaises à “libérer immédiatement toutes les personnes encore détenues illégalement”. C’est la suite d’un long bras de fer entre le Parlement européen et l’exécutif gabonais. Déjà en décembre dernier, une Mission d’observation électorale (MOE) de l’Union européenne avait tiré la conclusion que l’élection présidentielle d’août 2016, gagnée, officiellement, par Bongo face à l’opposant Jean Ping, avait été émaillée “d’anomalies” lesquelles “mettent en question l’intégrité du processus de consolidation des résultats et du résultat final de l‘élection”. Le 31 août 2017, le président de la délégation du Parlement européen au sein de la MOE, Jo Leinen, avait appelé à des sanctions contre le clan présidentiel suite à l’expédition sanglante au quartier général de Ping lors de la présidentielle…

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire