31 C
Tunisie
jeudi 24 septembre 2020
Accueil La UNE Il en deviendrait presque sympathique !

Il en deviendrait presque sympathique !

Elyes Fakhfakh est officiellement parti. Il restera encore quelque temps pour « expédier les affaires courantes », comme s’il y en avait, et s’en retournera à ses affaires, en espérant que la plainte déposée contre lui par l’Inlucc et l’enquête parlementaire sur le conflit d’intérêts ne lui pourriront pas l’existence. La justice en Tunisie est un plat qui se mange froid, parfois même congelé, comme ceux avant lui qui en traînent le boulet depuis 10 ans sans jugement définitif.

Celui de Fakhfakh aura finalement été le gouvernement le plus éphémère de la 2ème république en Tunisie. Poussé au suicide politique par Kais Saïed, en l’amenant au pouvoir pour l’en chasser quelques mois après, la tête dure qu’il a été se découvre une âme de Vercingétorix dans la guerre des Gaules, et met tout de suite en pratique la tactique de la terre brûlée. Sitôt sa démission déposée, bon gré ou mal gré, il met à exécution sa menace d’un remaniement qui sortira tous les ministres Nahdhaouis du gouvernement, et annonce qu’il remettra même en cause toutes les nominations faites par ces ministres.

Fakhfakh en deviendrait presque sympathique, aux yeux de tous ceux qui combattent l’islamisme politique et l’invasion, par le parti islamiste Ennahdha, de la vie politique. Et ce n’est certainement pas Abir Moussi qui dira le contraire. La pratique a soulevé un tollé chez les responsables d’Ennahdha, et l’ancien ministre de la Santé Abdellatif Mekki, refusait toujours son renvoi. Les mauvaises langues diraient qu’ils méritaient ce qui leur arrive, car ayant toujours été au courant du dossier du conflit d’intérêts de Fakhfakh [ar] et n’en auraient pipé mot.

Les ouailles qu’il gouvernait en pousseraient presque, de leur côté, un ouf de soulagement. Que ne serait-il en effet capable de faire, s’il avait remporté son duel contre Rached Ghannouchi ? Au mieux, le conflit d’intérêts deviendrait une futilité, dont personne ne se soucierait plus !

Sa mise à exécution de sa politique de la terre brûlée est déjà assez insolite, tant il s’agissait de décisions prises à la faveur d’un vide constitutionnel constaté. Fakhfakh savait, en effet, que l’expression de « gouvernement d’expédition des affaires courantes » n’existe nulle part dans la Constitution. D’autres, comme Habib Essid ou Youssef Chahed, le savaient, mais n’osaient pas trop outrepasser la pratique, qui est de s’abstenir de nommer, ou de renvoyer, et encore moins de prendre des décisions qui engageraient l’Etat. Fakhfakh, l’enfant prodige de Saïed, l’a fait. Le dicton dirait que « celui qui vole un œuf, vole un bœuf », ou qui peut le plus, peut le moins !

Abbou, bicyclette à terre !

A côté de la tombe, politique, cela s’entend, de Fakhfakh, force est de constater que la cérémonie d’enterrement (politique) du chef de gouvernement démis [sionnaire], pourrait très bien entraîner son principal acolyte dans la fosse de l’oubli politique. L’avocat, époux  de l’avocate dénonciatrice occasionnelle du « Fassed » lorsque son mari n’est pas ministre, s’était déjà essayé au gouvernement. Son passage sous Hammadi Jbali n’a duré que 6 mois et 6 jours. Il s’était essayé aux partis politiques, et avait dû passer par le CPR perdant, pour finir en bicyclette orange. Il s’était même essayé aux présidentielles, juste pour récolter 3,6 %.

Revigoré par les 22 sièges remportés aux législatives de 2016, il est de nouveau tenté par le pouvoir. Son passage au même ministère de la Réforme administrative n’aura duré que 4 mois et 18 jours. Le pouvoir et Abbou, c’est une histoire d’amour de plus en plus courte dans le temps.

Ceux qui penseraient à lui proposer encore un ministère se rappelleront certainement sa défense d’un Fakhfakh que tout accuse dans l’affaire du conflit d’intérêts, son silence sur l’affaire des masques médicaux et son laxisme sur l’affaire de la Q5 du ministre Nahdhaoui Anouar Maarouf. Bicyclette désormais à terre, Abbou en tirera-t-il les bonnes conclusions et se retirera-t-il comme d’autres de ses semblables l’ont fait ? On lui prêterait l’ambition de remplacer son ami Fakhfakh

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

104,613FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,300SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles