AccueilActualités - Tunisie : Actualités en temps réelLa levée des freins au financement des Tunisiens en Afrique, objet de...

La levée des freins au financement des Tunisiens en Afrique, objet de débat

Une conférence-débat intitulée « La diplomatie économique tunisienne en Afrique, financement et perspectives », notamment rehaussé par la présence de l’ambassadeur du Sénégal en Tunisie, Mme Ramatoulaye Bâ Faye, a été organisée à Tunis. Il s’agissait, lors de cette rencontre, de débattre de la problématique financière de la diplomatie économique tunisienne en Afrique et de la collaboration entre partenaires publics et privés. Mme Hela Chaari, directrice de Centre a rappelé que « la diplomatie économique vise à promouvoir les produits et services tunisiens à l’étranger et n’est pas la chasse gardée du département des Affaires étrangères », soulignant la nécessité de multiplier également les efforts pour attirer les IDE en Tunisie.

L’annonce récente du gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie de la promulgation d’un nouveau Code des changes qui sera dévoilé en juillet 2022 a laissé entrevoir, chez les opérateurs économiques, un espoir pour l’amélioration des procédures dont certains textes datent de plusieurs décennies et constituent des freins au développement des opérations d’investissement ou d’exportation, notamment vers l’Afrique. « Ce nouveau code prévoit d’annoncer un meilleur engagement d’une levée des restrictions restantes aux opérations de change » s’est réjouie Mme Donia Jemail, présidente du FTTP, rappelant qu’il permettra « une meilleure adéquation avec les mutations technologiques et la levée de toute incohérence dans certains textes ».

« La BCT est plus que jamais convaincue de moderniser le Code des changes pour faciliter la mobilité des personnes et des capitaux et également pour l’introduction des nouveaux systèmes de payement » a souligné de son côté Mme Raoudha Boukadida. La responsable au sein de la BCT a expliqué que cela concernait l’évolution économique de manière générale et surtout les relations financières entre la Tunisie et les pays étrangers.

Ce futur Code témoigne donc de l’engagement ferme de la BCT de lever les restrictions qui existent dans la réglementation des changes. Cette libéralisation va cependant tenir compte du contexte actuel de l’économie tunisienne mais les messages à percevoir sont très forts à l’endroit des investisseurs étrangers en Tunisie et des exportateurs.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,004SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -