AccueilLa UNELa Tunisie ne sait pas quoi faire des terroristes rapatriés!

La Tunisie ne sait pas quoi faire des terroristes rapatriés!

Un examen des dix pays qui ont accueilli le plus grand nombre d’individus affiliés à Daesh  a révélé des niveaux variables d’engagement en matière de rapatriement et de poursuites judiciaires.

- Publicité-

Au cours des deux années qui se sont écoulées depuis que l’État islamique (Daesh) autoproclamé a perdu son dernier bastion physique à Raqqa, en Syrie, des centaines de combattants étrangers qui sévissaient sous son étendard, ainsi que leurs femmes et leurs enfants, sont restés dans les limbes, pour la plupart sous la garde des Irakiens ou dans des camps de détention kurdes dans le nord-est de la Syrie.

La question est maintenant de savoir ce que l’on va faire d’eux, une question qui est devenue urgente à la suite d’un briefing du Conseil de sécurité des Nations Unies le mois dernier sur la résurgence de Daesh en Syrie.

D’après le site de journalisme d’investigation Frontline, environ 40 000 personnes ont rejoint l’État islamique autoproclamé depuis 81 pays. Certains ont combattu en Irak et en Syrie pour son compte, tandis que d’autres, dont des femmes et leurs enfants, ont été victimes de violences. Qu’ils soient venus de leur plein gré ou non, ceux qui restent – quelque 64 000 personnes originaires de 57 pays, pour la plupart des femmes et des enfants – vivent dans des conditions désastreuses que les groupes de défense des droits de l’homme ont décrites comme un terrain propice à une future radicalisation.

Ce qui devrait arriver ensuite aux combattants est relativement clair, selon les experts en droit international. « Tous les crimes terroristes doivent être poursuivis », a déclaré Naureen Fink, directrice exécutive du Soufan Center, un institut de recherche sur la sécurité mondiale, faisant écho à un sentiment exprimé par les 17 experts de l’extrémisme et du contre-terrorisme avec lesquels FRONTLINE s’est entretenu. 

Quelle juridiction serait compétente ?

La question de savoir qui doit être chargé d’organiser ces procès n’est pas aussi simple. Il n’existe aucun tribunal international ayant pour mandat de poursuivre les crimes liés à Daech et la Cour pénale internationale n’est pas compétente en Irak ou en Syrie. L’Irak a jugé plus de 20 000 cas de crimes liés à l’ISIS.

Pendant ce temps, un examen par FRONTLINE des 10 États qui ont fourni le plus grand nombre de combattants étrangers de Daesh  et de membres de leur famille a révélé que la plupart de ces pays, en particulier en Europe et au Moyen-Orient, sont réticents à rapatrier leurs citoyens. Les enfants et les femmes – ces dernières étant souvent considérées comme des victimes – ont été les principales exceptions, notamment dans les pays d’Asie centrale.

Pour certains dirigeants européens, « rapatrier des terroristes serait un suicide politique », a déclaré Thomas Renard, chargé de recherche à l’Institut royal Egmont pour les relations internationales en Belgique. Les pays européens affirment également que les tribunaux des pays d’origine pourraient ne pas être en mesure de poursuivre avec succès les combattants en raison d’un manque de preuves sur le champ de bataille, a déclaré Renard. 

C’est un problème que l’ONU a tenté de résoudre en 2018 en créant une équipe d’enquête, l’UNITAD, dont le mandat est de recueillir des preuves criminelles et d’identifier et de ramener des témoins pour qu’ils témoignent devant les tribunaux de leur pays. À ce jour, l’UNITAD, a fourni des preuves pour 30 procès dans 10 pays.

Quid de la Tunisie !

La Tunisie compte le plus grand nombre de combattants labellisés Daesh par habitant au monde. Sa frontière commune avec la Libye, où l’organisation terroriste  des territoires, a servi de point d’entrée clé pour les combattants étrangers et nationaux. 

La Tunisie n’a pas pris de position publique sur le rapatriement. « Plus de 800 de [ses] combattants sont déjà rentrés – et un assez grand nombre d’entre eux n’ont pas été détectés », a déclaré le Dr Hans-Jakob Schindler, directeur principal au Counter Extremism Project, basé à Genève, cité par Frontline. En février 2019, Human Rights Watch a qualifié de « maigres » les efforts de la Tunisie pour rapatrier ses ressortissants et a indiqué que le nombre de combattants rentrés pourrait être plus proche de 1 500. En juillet 2019, au moins 970 rapatriés ont été identifiés.

Les accusations courantes retenues contre les rapatriés qui sont poursuivis – un nombre qui n’est pas public – comprennent l’appartenance à une organisation terroriste et la mise en danger de la sécurité nationale, qui relèvent toutes deux d’une loi sur le terrorisme qui a été largement critiquée pour sa portée excessive. « Quand vous la lisez, vous pouvez l’appliquer aux manifestants », a déclaré Schindler. 

En janvier 2020, la Tunisie a rapatrié de Libye six enfants orphelins de parents affiliés à l’ISIS, les plus récents rapatriements reconnus publiquement. Le gouvernement tunisien n’a pas répondu à la demande de commentaire de FRONTLINE.

2 Commentaires

  1. les autorités doivent les rapatrier au pays de les juger ainsi leurs commanditaires qui les ont encouragés et facilités leurs départs vers la Syrie l’Irak et la Libye ceux victimes des réseaux d’endoctrinement de et les envois qui étaient prospères pendant la troïka doivent être rééduqués pour être des citoyens ordinaires dans leur pays avec une surveillance soutenue pendant au moins cinq ans pour les protéger tout en luttant efficacement contre l’extrémisme religieux dans le pays

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,675FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,456SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles