AccueilAfriqueLe filon en or des zones de transformation agroalimentaire

Le filon en or des zones de transformation agroalimentaire

« Les zones de transformation agroalimentaire (ZTA) joueront un rôle majeur dans le développement de l’agriculture des pays africains« , a affirmé la directrice du financement agricole et du développement rural à la Banque Africaine de Développement (BAD), Atsuko Toda.
Elle a ajouté, à l’occasion d’un séminaire de valorisation des connaissances sur les défis et opportunités liés à l’aménagement et à la mise en œuvre des ZTA dans les pays africains, organisé à Tunis, à l’initiative du département de l’Agriculture et de l’agro-industrie de la BAD, que les ZTA visent à transformer le paysage rural africain en zones économiques de prospérité et à accroitre la capacité ainsi que l’efficacité de la production alimentaire et la valeur ajoutée de l’agriculture, voire à promouvoir le commerce local, régional et international et à booster les investissements dans l’agro-industrie.
Les ZTA permettent, également, d’accroitre la contribution du secteur agricole au PIB et la création d’emplois.
Atsuko Toda a noté que les ZTA doivent reposer sur un cadre politique et réglementaire facilitant le partenariat public privé (PPP) et à même d’améliorer le climat des affaires. Elles doivent être soutenues, également, par le gouvernement et mises en œuvre par le secteur privé.

- Publicité-

De son côté, l’expert en réduction de la pauvreté à la BAD, Justin Murara, a considéré que les ZTA demeurent essentielles pour la valorisation des produits agricoles et la création d’emplois pour les jeunes.
Et d’ajouter que l’agriculture constitue, en effet, une importante source de revenus en Afrique et un grand pourvoyeur d’emplois, cependant son potentiel non exploité s’est traduit par la persistance de la pauvreté et la détérioration de la sécurité alimentaire et des conditions de vie des populations.
Justin Murara a fait savoir que 49% de la population africaine vit au-dessous du seuil de pauvreté (soit 420 millions de personnes), dont plus de la moitié en zones rurales et que la facture nette des importations alimentaires de l’Afrique dépasse les 35 milliards de dollars par an.
L’expert a souligné que ce séminaire vise à créer une synergie entre les pays africains pour stimuler les échanges de vues, établir une dynamique de partage continu d’expériences et à explorer avec les participants les opportunités de financement et de gestion les plus prometteuses pour les futures ZTA ainsi que les futurs plans d’action.
Ce séminaire va permettre, selon lui, d’évoquer les dispositifs institutionnels à mettre en place et l’infrastructure intelligente à bâtir. Les participants auront également à définir le rôle des investisseurs privés pour le développement des chaînes de valeurs agricoles et à identifier des mécanismes innovants de financement des entreprises au sein des zones de transformation dans les pays africains.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,741FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,472SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles