Le FMI ne rassure plus sur l’économie algérienne

Le FMI ne rassure plus sur l’économie algérienne

par -

C’est un tableau peu confortant que le Fonds monétaire international a dressé sur les perspectives de l’économie algérienne dans son analyse qui s’étale sur une période de 5 années, jusqu’en 2023, rapporte elmoudjahid.

Le FMI qui ne partage pas la vision des autorités algériennes sur bien des plans, notamment en ce qui concerne les subventions et la politique de financement, n’a pas innové en la matière puisque la majorité de ses analyses sur notre pays se ressemblent. Cette fois-ci, les critiques de l’institution de Bretton Woods ciblent la manière dont l’Algérie a opéré souverainement pour faire face à la crise financière. Des perspectives loin d’être rassurantes, car selon le FMI la croissance devrait très fortement ralentir dès 2020, ce qui accroîtra le taux du chômage, indique la même source.

Les mises en garde du FMI sont justifiées par une persistance des déficits budgétaires et externes, comme conséquences qui vont écarter progressivement toutes les marges de manœuvre dont dispose encore l’Algérie, cela en ramenant les réserves de change à moins de 5 mois d’importation dès 2022 et à 12 milliards de dollars, soit 3 mois d’importation en 2023. Aussi, dans le cas où «le très ambitieux assainissement des finances publiques annoncé pour 2019 et au-delà ne se déroule pas comme prévu, les déséquilibres pourraient rapidement devenir non-soutenables car les politiques actuelles affaiblissent la résilience de l’économie au lieu de la renforcer».

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire