AccueilActualitésLe patronat tape du poing sur la table : On ne nous...

Le patronat tape du poing sur la table : On ne nous écoute pas assez!

L’UTICA et le Centre International pour l’Entreprise Privée (CIPE) ont organisé, Jeudi 6 Décembre 2018 à Tunis, une conférence sur le thème « La Voix des Affaires en Tunisie : moteur essentiel à la réussite des politiques de croissance économique et au développement des entreprises ».

- Publicité-

 A l’ouverture des travaux de cette conférence, Khaled Sallemi, membre du bureau exécutif de l’UTICA, a affirmé que la démocratie et la stabilité politique permettent aux entreprises privées d’investir, de créer de la croissance et ainsi de résorber le chômage. La Tunisie, a ajouté Sellami, dispose d’un riche potentiel de ressources humaines dont bon nombre ont créé leurs propres entreprises et nombreux parmi eux sont ceux qui souhaitent conquérir le monde de l’entreprenariat.

 Dans cet environnement entrepreneurial, l’UTICA, constitue une force de proposition qui a toujours été consultée durant les quelques décennies de son existence. Mais « proposer » ne veut pas toujours dire « être écouté » a souligné le représentant de l’UTICA.

Il a  ajouté que si certaines administrations travaillent en étroite collaboration avec l’UTICA et accordent une réelle importance à ses avis, d’autres ne la consultent que pour lui faire assumer une part de responsabilité pour des politiques décidées d’avance.

C’est la raison pour laquelle il est important qu’il existe une force de plaidoyer à même de convaincre les partenaires publics de l’importance et de la pertinence des avis du secteur privé qui ne demande à l’Etat que des lois transparentes et appliquées.

Seules, une concurrence équitable, une lutte contre l’informel et des incitations notables avec un plan de relance des investissements privés, stable sur la durée, pourront faire renouer avec la croissance a conclu Sellami.

 Andrew Wilson, Directeur Exécutif du CIPE et M. Gregory Simpson, Directeur Régional, Moyen-Orient et Afrique du Nord, ont ensuite pris la parole pour présenter la raison d’être des organisations solides et indépendantes représentant la voix des affaires (VOB).

De leur côté, Jaroslav Romanchuck et Luis Larrain Arroyo, Executive Manager, Libertad y Desarrollo, ont présenté des exemples spécifiques de plaidoyer du secteur privé en Biélorussie et au Chili.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,567SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles