AccueilLa UNELe sort tragique des enfants des terroristes coincés à l'étranger

Le sort tragique des enfants des terroristes coincés à l’étranger

Selon des statistiques récemment avancées par l’Association de sauvetage des Tunisiens bloqués à l’étranger, jusqu’à présent 105 dossiers de ressortissants tunisiens bloqués dans des zones de conflit armé, dont 83 enfants et 22 mères, ont été collectés. 50% des enfants bloqués dans les zones de conflit armé sont actuellement en Libye, 32% en Syrie, 4% à Mossoul, en Irak et 7% dans d’autres régions. 26% de ces enfants sont âgés de moins de deux ans, 24% sont âgés entre deux et quatre ans, 34% sont âgés entre 4 et 6 ans et 16% sont âgés de plus de 6 ans.

- Publicité-

Ces gamins sont des Tunisiens et ne sont pas des terroristes, ils ont été tout simplement entrainés par leurs parents. Il faut intervenir dans les plus brefs délais et résoudre ce problème. Les parents des enfants font l’objet de soupçons d’actes de terrorisme ou de meurtres, et ces enfants sont principalement détenus dans les prisons de Syrte et Sebrata.

D’après l’association en question, les autorités tunisiennes n’ont pas fourni suffisamment d’efforts pour rapatrier ces personnes, malgré le fait que de nombreux mouvements de protestation ont été organisés par les familles de ces enfants afin de réclamer l’intervention des autorités concernées par cette affaire.

L’association de sauvetage des Tunisiens bloqués à l’étranger a appelé, dans ce contexte, à la création d’une commission permanente au ministère des Affaires étrangères pour examiner ces dossiers, connaitre le sort de ces personnes et faciliter, par la suite, leur intégration sociale.

Dans une Libye en proie au chaos et à la dégradation de la situation sécuritaire, des Tunisiens ont été incarcérés dans les prisons et même torturés pour des délits qu’ils n’ont pas commis. Plusieurs autres sont portés disparus et les associations tunisiennes de protection des droits de l’Homme n’ont pas pu collecter des informations sur le sort de ces personnes étant donné qu’il n’y a pas une large coopération bilatérale entre la Libye et la Tunisie. On rappelle dans ce contexte que le gouvernement tunisien n’a de cesse de renouveler ses appels à ses ressortissants en Libye à la prudence, à quitter le territoire si nécessaire, et à ne pas se rendre dans ce pays dans les conditions actuelles, sauf nécessité absolue.

Pour sa part, le ministère des Affaires étrangères avait annoncé depuis quelques années la formation d’une cellule de crise pour le suivi de la situation des Tunisiens en Libye. Cette cellule doit protéger les vies des Tunisiens en Libye et garantir, entre autres, leur sécurité pour parer à toute éventualité durant la prochaine période.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,573SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles