Libye : 32 éléments des forces de sécurité du gouvernement d’union tués

Libye : 32 éléments des forces de sécurité du gouvernement d’union tués

par -

Le bilan de l’attentat à la voiture piégée et des affrontements entre les forces de sécurité du gouvernement libyen d’union nationale (GNA) et Daech s’est alourdi. Les derniers chiffres officiels livrés hier mercredi 18 mai font état de 32 morts au sein des forces libyennes.

Le premier bilan évoquait 18 décès, on est passé à « 32 martyrs tombés aujourd’hui, et 50 blessés », a précisé mercredi 18 mai le centre de presse des forces du GNA.

Les combats sanglants se sont produits à proximité d’Abou Grein, une localité située à 130 km à l’ouest de Syrte. Mardi dernier, cette ville aurait été arrachée par les forces du GNA à l’organisation de l’Etat islamique (EI). D’après la page Facebook du centre de presse, la voiture piégée a explosé dans le village de Bouairat El-Hassoun, à à peu près 60 km à l’ouest de Syrte.

La communauté internationale veille

Ce carnage coïncide avec le plaidoyer des nouvelles autorités libyennes pour obtenir de la communauté internationale qu’elle assouplisse l’embargo sur les ventes d’armes, demande qui a été agréée. Les Américains ont été les premiers à admettre qu’il était temps de desserrer l’étau de l’embargo sur les armes pour donner aux troupes libyenne les moyens d’en finir avec les jihadistes.

Depuis son installation dans la capitale, Tripoli, il y a un mois et demi, un processus accompagné par les Nations unies, le GNA peine à pacifier un territoire gangréné par les affrontements entre miliciens et le danger jihadiste, qui enfle chaque jour un plus depuis que Daech a installé ses quartiers en Libye en 2014.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire