Tags Posts tagged with "Ahmed Karam"

Ahmed Karam

par -

“Malgré la stabilité de nos ressources, nous avons pu réaliser, en 2016, un résultat positif de l’ordre de 90 MDT, soit en hausse de 48,87% et ce grâce à la maîtrise de nos charges financières et opératoires”. C’est ce qu’a déclaré le directeur général d’Amen Banque Ahmed Karam, lors de l’Assemblée générale ordinaire de la banque tenue, vendredi 28 avril 2017 au siège de la Banque.

“Le billet est orienté vers les particuliers c’est pour cela qu’on a voulu asseoir la stratégie opérante pour augmenter la part des engagements des particuliers dans le bilan de la banque. C’est ainsi que la part des crédits accordés aux particuliers a atteint 23% du total des engagements alors qu’elle été de l’ordre de 18 ou 19% trois ou quatre mois avant”, a expliqué Ahmed Karam.

Selon le DG de la Banque, la situation économique difficile a également amené la banque à faire un effort exceptionnel pour recouvrir le risque tout en constituant les provisions qu’il faut, principalement dans les secteurs les plus risqués comme le tourisme, et tout en dépassement ce que prévoit la banque centrale de Tunisie (BCT).

En termes de chiffres, Amen Bank a réalisé un chiffre d’affaires de 621,7 MDT contre 602,4 MDT en 2015, soit une augmentation de 19,3MDT ou 3,21%. Parallèlement, les charges d’exploitation bancaires ont enregistré une baisse de 18,6 MDT ou 5,36%, ce qui permis au produit net bancaire d’augmenter de 37,9 MDT ou 14,82%. Les charges d’exploitation bancaire ont enregistré une baisse de 18,6 MDT ou 5,36%, passant ainsi de 346,4 MDT en 2015 à 327,9 MDT en 2016. Le résultat net réalisé par la banque a enregistré une progression de 48,87% en passant de 60,5 MDT à 90 MDT.

À fin décembre 2016, le total bilan de la banque s’est établi à 8242,9 Millions de dinars contre 7940,1 MDT à fin décembre 2015, soit une progression de 302,8 MDT. L’évolution des dépôts et avoirs de la clientèle a été impactée par les effets conjugués de la conjoncture économique, du redressement de la liquidité et par la stratégie arrêtée par la Banque pour renoncer aux dépôts rémunérés à des taux élevés et ce, en vu de mieux maîtriser le coût des ressources.

La quote-part des dépôts collectés auprès des institutionnels est passé à 14,85%, connaissant ainsi une régression de 8,79 points par rapport à fin 2015. Comparés à décembre 2015, les placements à terme ont diminué de 188,2 MDT, suite à la baisse des placements à terme en dinars pour 278,5 MDT, partiellement compensée par la hausse des placements à terme en devises pour 90,3 MDT. Par ailleurs, l’augmentation des dépôts à vue de 18,3MDT est imputable à l’augmentation des dépôts à vue en devises pour 35 MDT, atténuée par la baisse des dépôts à vue en dinars convertibles pour 16,7MDT. Quant aux dépôts de l’épargne, ils se sont accrus de 148,1 MDT au 13,03% et ce , suite à l’accroissement de l’encours des comptes d’épargne en dinars pour 140,1 MDT et des comptes d’épargne en devises pour 8 MDT.

Les emprunts et les ressources spéciales ont augmenté de 2,5 MDT ou 0,28%, passant ainsi de 911,9 MDT à fin décembre 2015 à 914,4 MDT à fin décembre 2016. Cette variation s’explique principalement par l’émission d’un nouvel emprunt pour 70 MDT l’amortissement des emprunts AMEN Bank pour 34,1 MDT et la régression des ressources spéciales extérieures et budgétaires de l’ordre de 32,5 MDT.

Les créances à la clientèle sont passés de 5971,5 MDT à fin décembre 2015 à 5893,7 MDT à fin décembre 2016, enregistrant ainsi une baisse de 77,8 MDT.  Le taux de créances classées s’est établi à 15,40% contre 15,15% à fin décembre 2015. Quant au taux de couverture des créances classées, ils s’est élevé à 64,11% contre 62% à fin décembre 2015. Par ailleurs, la dotation nette de l’exercice s’est élevée à 88,6MDT et une reprise de provision sur les créances radiées et cédées de 37,9MDT, soit un impact de 50,6MDT.

Il est à signaler à ce propos que l’AGO a également validé, lors de cette réunion la distribution, à partir du 9 mai prochain, des dividendes de l’ordre de 1,150 MDT.

par -

Le directeur général d’Amen Banque Ahmed karam accompagné du directeur de la zone Tunis, Sami Hriga ont rendu visite technique et de courtoisie au nouveau centre médical multidisciplinaire d’Ennasr, lequel est composé d’un laboratoire d’analyse, de cabinet de radiologie de kinésithérapie, d’orthophonie de nutritionniste, ainsi que d’autres spécialités médicales et chirurgicales neurologie ophtalmologie, pédiatrie dermatologie, chirurgie dentaire , cardiovasculaire et d’autres .

Ce complexe est situé à Ennasr II, 212 avenue de 1ére nouvelle en face de la clinique Ennasr. Il a été réalisé grâce à l’aide et au soutien de la banque, Amen Bank.

par -
Ahmed El Karam

Ahmed El Karam, vice-président directeur général d’Amen Bank, affirme que les menées fomentées actuellement par certaines parties contre le système bancaire tunisien sont injustifiables précisant que les structures économiques du pays ont été créées et fonctionnent grâce aux banques. Et d’ajouter : « A l’indépendance, nous n’avions aucun capitaine d’industrie. Nous n’avions d’ailleurs même pas une industrie, mais et c’étaient les banques de développement qui avaient privilégié les considérations du financement de l’économie par rapport aux celles relatives aux risques »

Dans une déclaration à Africanmanager, il relève que la situation actuelle jugée difficile est la conséquence d’une politique volontariste pour créer une nouvelle économie.

Interrogé sur la dégradation de la notation de la Tunisie par Standard & Poors, au titre du système bancaire tunisien, Ahmed Karam constate que malgré son impact, il ne faut pas attacher beaucoup d’importance à ce genre de classement. Selon lui, « le classement est l’un des éléments de réflexion, et il nous interpelle », avant d’ajouter : « On voit des signaux, mais il faudrait agir en conséquence. De toutes les façons, ce n’est pas une chose dramatique qui nous va amener à changer radicalement notre manière de gérer l’économie, notre manière de nous assurer que cette gestion s’insère dans les objectifs de création d’emplois et de l’équilibre régional »

W.T

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux