Tags Posts tagged with "Benjamin Netanyahu"

Benjamin Netanyahu

par -
Trump croit enfin aux vertus d'un Etat palestinien, et a même un plan !

Il lui en a fallu du temps, mais in fine il a fait comme tous ses prédécesseurs, ou presque, comme tous les dirigeants responsables de cette terre qui veulent une vraie paix au Moyen-Orient : Le président américain, Donald Trump, se dit maintenant convaincu des vertus de la solution à deux Etats, un israélien et un palestinien. Après avoir mis le feu aux poudres en décembre dernier en reconnaissant unilatéralement Jérusalem comme la capitale de l’Etat hébreu, Trump crée la surprise. Il peaufine même un plan de paix qu’il va déballer dans deux à trois mois, rapporte Reuters.
Cela nous change de sa tiédeur habituelle sur l’éventualité d’un Etat palestinien, en se bornant à dire, du bout des lèvres, qu’il appuierait la solution à deux Etats si les deux protagonistes l’acceptaient, un scénario de toute façon hautement improbable vu l’énergie que déploie Tel Aviv pour démolir les espoirs des Palestiniens.

J’aime bien une solution à deux Etats. Je pense que c’est ce qui marcherait le mieux (…) C’est ce que je ressens“, a-t-il déclaré lors d’une rencontre aux Nations unies avec le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, mercredi 26 septembre 2018.
Mon rêve, ce serait que cela soit fait avant la fin de mon premier mandat” en janvier 2021. “Je crois vraiment que quelque chose va se passer” a-t-il ajouté.
Puis il a invité Israël à tendre la main aux Palestiniens…
Je pense que beaucoup de progrès ont été faits. Je pense qu’Israël veut faire quelque chose et aussi que les Palestiniens veulent vraiment faire quelque chose“, a déclaré un Trump très étonnant.

Quant à Netanyahu, il en reste, pour le moment, à sa vieille rengaine qui torpille toute avancée vers la paix depuis son arrivée au pouvoir : Pour que le “rêve” de Trump devienne réalité, “l’Etat palestinien devra être démilitarisé et devra reconnaître Israël comme l’Etat du peuple juif“…

Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne, va s’exprimer demain jeudi à la tribune de l’ONU. On verra ce qu’il pense de la lumière qui est apparue au président américain…

par -

La femme du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, Sara, 59 ans, a du souci à se faire. En effet elle a été formellement inculpée ce jeudi 21 juillet 2018 pour fraude, indique le ministère israélien de la Justice, cité par l’agence Reuters. Elle devra démontrer qu’elle n’a à voir avec les détournements de fonds publics qu’on lui met sur le dos.

La justice attend surtout des explications sur plus de 100.000 dollars de deniers publics dépensés pour des plats commandés et servis à la résidence officielle du chef du gouvernement à Jérusalem, précise le communiqué du ministère.

A noter que ces commandes avaient été faites dans des restaurants, une entorse au règlement puisque les Netanyahu ont à leur disposition, à temps plein, un cuisinier.
Sara Netanyahu est accusée “de fraude aggravée et d’abus de confiance“, d’après l’acte d’inculpation repris par le communiqué transmis aux médias par le ministère de la justice.
Le Premier ministre, cité lui aussi dans des affaires de corruption, est monté au front pour défendre son épouse, qualifiant d'”absurdes et sans fondement les accusations” à son encontre…

par -

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, obsédé – terrorisé est plus juste – par l’Iran et son programme nucléaire, on le savait, mais ce qui est nouveau c’est sa débauche d’énergie, à coups de vidéos, photos, graphiques et tout le toutim, pour démontrer que Téhéran est réellement dangereux et qu’il faut s’en soucier. C’est la très improbable démonstration à laquelle s’est livré Netanyahu lundi 30 avril 2018 dans la soirée. Une mise en scène qui rappelle les contorsions du secrétaire d’État américain, Colin Powell, le 5 février 2003 devant le Conseil de sécurité de l’ONU, avec sa fameuse fiole et ses photos, pour “vendre” la guerre contre Saddam Hussein, un hameçon auquel personne n’avait mordu.

Pourtant Netanyahu était de sortie ce mardi, dans plusieurs chaînes américaines, pour marteler qu’Israël ne veut pas d’une guerre contre l’Iran, rapporte Reuters. Mais peut-on le croire ?
Nul ne cherche ce genre de développement“, a-t-il déclaré sur CNN après son exposé la veille des éléments de preuve sur la réalité d’un programme nucléaire militaire clandestin en Iran.
L’Iran est le pays qui change les règles dans la région“, a-t-il indiqué. Une accusation que ne renierait pas le président américain, Donald Trump.
Le Premier ministre israélien a affirmé lundi que l’Iran ne s’est pas débarrassé de ses installations et techniques de fabrication depuis l’accord de Vienne et continue depuis juillet 2015 de hausser “son savoir-faire en matière d’armes nucléaires“.

Fait inquiétant : Netanyahu a dit ce matin sur Fox News, le canal de prédilection du président américain et des républicains, qu’il est convaincu que Trump prendrait “la bonne décision“. Quelle décision ? Bombarder l’Iran ?
Le régime (iranien) avait un programme d’armes nucléaires secret et tente dans le cadre de ce très mauvais accord de se doter d’un arsenal nucléaire. Il ne devrait pas le pouvoir. Il faut vraiment un nouvel accord“, a-t-il dit, our nuancer. Mais les craintes d’une action militaire, même ponctuelle, ne sont pas dissipées pour autant, avec les risques que l’on sait pour la région et le monde. L’Iran n’est pas la Syrie !

par -
CP : TOI

Les avocats du Premier Ministre israélien Benjamin Netanyahu cherchent à tout prix à arrêter la diffusion d’un enregistrement très embarrassant de son fils, évoquant le coup de pouce fourni par son père pour faciliter un contrat gazier de 20 milliards de dollars.

L’enregistrement de la conversation qui a eu lieu devant un club de strip-tease remet en avant les liens suspects de la famille Netanyahu avec des hommes d’affaires fortunés, des liens qui font déjà le sujet d’affaires en justice contre le PM, rapporte The Guardian.

Selon la chaîne israélienne ILTV, l’enregistrement avec les voix de Yair Netanyahu et Ori Maimon (fils du guru gazier Kobi Maimon, actionnaire dans Isramco, propriétaire des champs gaziers Tamar) évoque une discussion à propos du paiement de l’addition d’un club de strip-tease qui s’élève à 400 Shekels (soit près de 116 dollars). “… Mon père a fait une bonne affaire pour ton père, ils s’est bien battu pour cette affaire au Knesset, frère…”, semble avoir dit Netanyahu junior. “… Papa a arrangé une affaire de 20 milliards de dollars pour ton père, et toi tu ne veux pas payer 400 shekels pour moi ?” poursuit-il.

L’enregistrement semble remonter à 2015, alors qu’Israël était en pleine controverse au sujet des permis d’exploitation des champs de gaz naturel récemment découverts.

Netanyahu, père d’un fils de 26 ans réputé pour son comportement grossier, fait déjà le sujet d’une vague de colère pour ses relations suspectes avec des hommes d’affaires fortunés.

La diffusion de l’enregistrement parvient alors que le Premier Ministre israélien attend les résultats des investigations menées par la police au sujet de deux affaires de corruption à son encontre, connue sous l’affaire 1000.

Les israéliens se sentent préoccupés par la lenteur d’avancement des investigations, et organisent des démonstrations hebdomadaires appelant à la démission de Benjamin Netanyahu.

Yossi Cohen, défendant la famille Netanyahu, a envoyé une lettre urgente à Israel Television News lundi, l’appelant à retirer tous les enregistrements mis à la disposition du public.

Cohen parle d’un enregistrement qui vient dans un contexte de “chasse aux sorcières” qualifiant la prise de l’enregistrement d’une conversation entre “deux jeunes entrain de boire de l’alcool” comme un geste “bas”.

par -

On ne sait pas si cela relève de la Méthode Coué, mais le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, semble croire “que tous les pays européens, ou la plupart d’entre eux, vont transférer leurs ambassades à Jérusalem, reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël et s’engager fermement” aux côtés d’Israël “pour la sécurité, la prospérité et la paix“. Il a tenu ces propos ce lundi 11 décembre 2017, peu avant sa réunion à Bruxelles avec les ministres des Affaires étrangères des Vingt-Sept, , rapporte l’agence Reuters.

Pour lui, le fait que Trump brise le statu quo de ses prédécesseurs sur le statut de Jérusalem est une excellente chose pour la paix au Proche-Orient.”Cela rend la paix possible parce que reconnaître la réalité est la substance de la paix, le fondement de la paix“, a affirmé Netanyahu, droit dans ses bottes, lors d’un point presse. “Il y a aujourd’hui un effort de l’administration américaine pour promouvoir une nouvelle proposition de paix“, a-t-il ajouté. Une initiative pour la paix que lui et le président américain sont les seuls à voir pour le moment…

Le Premier ministre israélien a invité les Palestiniens à reconnaître Israël comme l’Etat juif et à avaliser le fait que Jérusalem est la capitale de cet Etat. “Il est temps que les Palestiniens reconnaissent l’Etat juif et qu’ils reconnaissent qu’il a une capitale. Elle s’appelle Jérusalem“, a-t-il asséné. “Je pense que même si nous n’avons pas d’accord pour le moment, cela peut intervenir dans l’avenir“, a-t-il indiqué.

A noter que c’est cela fait 22 ans qu’un responsable israélien n’avait pas mis les pieds au siège l’Union européenne, c’est dire les sentiments que l’UE inspire à l’Etat hébreu, des Européens qui ont la réputation d’être plutôt du côté des Palestiniens. La chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, a d’ailleurs rappelé que l’UE est toujours sur sa ligne traditionnelle, celle du “consensus international” pour déterminer le sort de Jérusalem et qu’il n’est pas question pour le moment de le reconnaitre comme la capitale d’Israël.
L’UE, a-t-elle ajouté, s’en tient à la solution des deux Etats, l’un palestinien et l’autre israélien. Dans ce sens, les initiatives pour la paix vont se poursuivre et une rencontre avec Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne, est programmée à janvier 2018.

par -

La police israélienne a fait savoir hier dimanche 29 mai qu’elle avait bouclé l’enquête sur le Premier ministre Benjamin Netanyahu et sa femme, Sara, ou plutôt sur l’usage qu’ils font de l’argent public. Le dossier a été remis à la justice, mais les médias israéliens n’ont pas attendu les conclusions des juges pour affirmer que l’épouse du Premier ministre israélien devra rendre des comptes pour avoir dépensé les deniers publics dans des projets privés.

Cette affaire explose quelques jours après la sortie d’un rapport officiel dans un autre dossier, qui a trait aux déplacement en avion de Benjamin Netanyahu et sa famille. On évoque de probables conflits d’intérêts. Une chose est sûre : Les nuages s’accumulent au-dessus des Netanyahu.

Sara Netanyahu avait été questionnée en 2015 par les policiers après des accusations selon lesquelles le couple avait piqué dans les caisses pour s’offrir des meubles de jardin et financer des réparations électriques dans leur résidence privée de Césarée (dans l’Ouest). Dans le texte du communiqué émis hier, la police a précisé que cette enquête, qui a commencé en février 2015, avait passé à la loupe les « soupçons de perpétration d’actes criminels, y compris pour obtention frauduleuse d’avantage, fraude et abus de confiance ». C’est du lourd !

« Toutes les preuves (…) ont été transmises au procureur du district de Jérusalem qui a suivi l’enquête, afin qu’il puisse étudier le dossier et prendre une décision (de poursuivre ou non) », a indiqué la police, ne souhaitant pas donner plus de détails sur cette petite bombe. La presse par contre, qui certainement se base sur des sources proches du dossier, comme d’habitude, avance que Sara Netanyahu et d’autres complices devraient être inquiétés par la justice, mais pas formellement le Premier ministre. Mais il est évident que si sa femme venait à être condamnée, le crédit politique de Benjamin Netanyahu serait sérieusement écorné.

Les Netanyahu ont intérêt à monter patte blanche!

Les Netanyahu ont toujours réfuté énergiquement les accusations de fraude. Mardi dernier, dans le rapport du contrôleur de l’État sur les voyages à l’étranger du Premier ministre, dont certains avec sa femme et ses enfants, entre 2003 et 2005, quand il pilotait le ministère des Finances, on lit ceci : « Des voyages de Benjamin Netanyahu et sa famille, financés par des organisations externes (au gouvernement) pendant la période où il était ministre des Finances, ont contrevenu aux règles en vigueur en la matière et pourraient ainsi donner l’impression qu’il en a tiré bénéfice ou qu’il s’agit d’un conflit d’intérêts ». Là aussi les Netanyahu démentent formellement. Mais ils ont intérêt à prouver assez rapidement leur innocence car la justice israélienne ne badine pas avec les questions de moralité publique. La preuve : La descente aux enfers de l’ex-Premier ministre Ehud Olmert, qui purge depuis février 2016 une peine de prison de 19 mois de prison suite à deux condamnations pour des malversations dans des affaires immobilières, à l’époque où il était maire de Jérusalem.

Certes c’est un dossier où les charges sont plus lourdes que dans les affaires des Netanyahu, mais enfin il y a de quoi faire exploser la carrière politique de l’actuel Premier ministre. Sans parler des retombées pénales. Et ça le couple l’a très bien compris…

par -

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a déclaré ce dimanche 17 avril que la zone occupée du plateau syrien du Golan “restera pour toujours dans les mains d’Israël”. Il a tenu ces propos à l’entame du Conseil des ministres hebdomadaire, qui a eu lieu, pour la première fois, sur le plateau du Golan depuis son invasion par Israël en 1967.

Netanyahu a bien calcule son coup puisqu’en ce moment même sont organisés à Genève des pourparlers sur la configuration de la Syrie après une guerre sanglante (plus de 270 000 morts) dont la communauté internationale souhaite voir le bout le plus rapidement possible.

“Il est temps que la communauté internationale reconnaisse la réalité, il est temps qu’après 50 ans elle reconnaisse enfin que le Golan restera à jamais sous souveraineté israélienne”, a dit un Netanyahu plus belliqueux que jamais dans une déclaration reprise par la radio publique. “Quelque soit ce qui se passe de l’autre côté (en Syrie), la frontière ne bougera pas”, a-t-il asséné.

De la pure tactique

Le Premier ministre israélien, selon les médias locaux, anticipe tactiquement une probable pression de la communauté internationale sur Israël pour l’amener à lâcher le morceau du Golan en cas de signature d’un accord sur l’avenir de la Syrie. A signaler que l’ONU n’a jamais avalisé l’annexion d’une partie de cette localité syrienne par Israël en 1981.

“Nous ne nous opposerons pas à un accord sur la Syrie à condition qu’il ne se fasse pas aux dépens de l’Etat d’Israël et que les forces de l’Iran, du Hezbollah (libanais) et de Daech soient expulsées” de Syrie, a ajouté Netanyahu.

La radio publique a précisé que le Premier ministre israélien a clairement signifié su secrétaire d’Etat américain, John Kerry, la position de l’Etat hébreu sur le Golan et qu’il a l’intention de remettre ça sur la table ce jeudi 21 avril lors de son entretien à Moscou avec le président russe, Vladimir Poutine, le grand ‘ami’ du régime syrien…

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

La loi antiraciste vient d'être votée par le Parlement, avec son lot de sanctions qui en refroidit plus d'un (fortes amendes et même peine...

INTERVIEW

Slim Feriani, le ministre de l'Industrie et des PME et de l'Energie par intérim, a récemment accordé à Africanmanager une interview exclusive où il...

AFRIQUE

Cinquante-cinq personnes ont été tuées cette semaine dans des violences intercommunautaires entre jeunes chrétiens et musulmans dans le nord du Nigeria, a déclaré le...

Reseaux Sociaux

SPORT

Résultats et classement à l'issue de 4e journée de la Ligue 2 professionnelle de football, disputée samedi et dimanche: POULE A Dimanche A Oued Ellil : AS Oued...