Tags Posts tagged with "conseil de sécurité"

conseil de sécurité

par -
M. Mohamed Ibn Chambas, Représentant Spécial du Secrétaire Général et Chef du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS), présentera au Conseil de Sécurité ce jeudi 23 juillet 2017 son rapport d’activités qui couvre la période du 1er janvier 2017 au 30 juin 2017.

De nombreux développements politiques, sécuritaires et humanitaires ont marqué le premier trimestre 2017 dans la région de l’Afrique de l’Ouest et du Sahel.

Dans son intervention, M. Ibn Chambas mettra l’accent sur la persistance des menaces sécuritaires telles que les activités terroristes, la criminalité transfrontalière, ainsi que le trafic de drogues, d’armes et des personnes. Il parlera  aussi de la situation sécuritaire et humanitaire dans le Bassin du Lac Tchad qui reste préoccupante malgré les efforts entrepris pour lutter contre Boko Haram.

M. Ibn Chambas abordera aussi la résolution pacifique de la crise post-électorale en Gambie, les réformes politiques en cours et l’organisation des élections à venir au Liberia, en Sierra Leone et au Sénégal.

La mise en œuvre de a Stratégie Intégrée des Nations Unies pour le Sahel(SINUS) et la nécessité de  renforcer la coordination avec les différents partenaires sera aussi abordée.

Pour plus d’information, vous pourrez suivre l’intervention de M. Mohamed Ibn Chambas, au Conseil de Sécurité, sur http://webtv.un.org, le jeudi 13 juillet 2017 à 16 heures GMT.

Par ailleurs, le rapport du Secrétaire Général sur les activités du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS), pour la période du 1er janvier au 30 juin 2017,  est disponible sur notre site : https://unowas.unmissions.org/sites/default/files/n1718087.pdf.

par -
L’ambassadrice Nikki Haley, représentante permanente des États-Unis auprès des Nations unies, s’est exprimée ce matin lors d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU sur la coopération entre les Nations unies et l’Union africaine.

« L’Union africaine dispose d’une capacité unique en son genre d’anticipation de crise, de médiation de conflits et de déploiement de militaires et policiers dans un court délai. Et ce, qui plus est, dans certains des environnements les plus difficiles au monde. Nous nous félicitons du leadership croissant dont l’UA a fait montre en contribuant aux opérations de paix et en luttant contre les groupes terroristes et d’insurgés. »

« Nous sommes encouragés par la perspective d’opérations de paix plus efficaces, autonomes et menées par l’Afrique. Nous comprenons toutefois que des progrès supplémentaires prendront du temps. Par conséquent, avant d’envisager une avancée vers une résolution cadre concernant le soutien financier par l’ONU, nous chercherons d’abord à voir les mises en œuvre et les résultats concrets sur base des références et échéances propres de l’UA. »

par -

Le Conseil de sécurité nationale a approuvé, mercredi 15 mars 2017, au Palais de Carthage, deux propositions relatives aux poursuites judiciaires dans les crimes de consommation de drogue, rapporte la TAP.
Le Conseil s’est réuni avec sa nouvelle composition désignée par décret gouvernemental de janvier 2017, en présence du président de la République Béji Caid Essebsi.
La première proposition porte sur la révision immédiate des critères de grâce pour les consommateurs débutants, en direction de la suppression de la peine d’un mois de prison. Une proposition à mettre en application à l’occasion de la fête de l’indépendance, le 20 mars courant.
La commission de grâce n’attendra plus les grandes occasions pour se réunir. Elle se réunira désormais tous les mois, ont, également, convenu les membres du Conseil.
La deuxième proposition concerne la présentation d’un projet d’amendement partiel et exceptionnel de la loi n°52, en attendant de compléter la révision globale de cette loi et son adoption par l’Assemblée des représentants du peuple.
Le président de la République avait promis, lors d’un entretien accordé le 19 février dernier à une chaîne TV privée, qu’il convoquera une réunion du Conseil national de sécurité pour demander l’abandon les poursuites judiciaires à l’encontre des consommateurs de cannabis en attendant une solution juridique radicale à ce type d’affaires.
La situation sécuritaire locale, régionale et internationale ainsi que la stratégie nationale de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme ont été évoquées lors de la réunion du Conseil.

par -

Dans le bras de fer qui oppose les autorités marocaines au secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, une manche à zéro en faveur de ce dernier. En effet le Conseil de sécurité a voté hier vendredi 29 avril, après des débats passionnés, une résolution ordonnant le retour au Sahara occidental de la mission de l’ONU, expulsée par Rabat après les déclarations fracassantes de Ki-moon sur le statut “d’occupation” du Sahara.

Le texte est passé avec 10 voix pour, 2 contre et 3 abstentions. Ce sont les États-Unis, pourtant alliés du Maroc dans ce lourd dossier autour de l’indépendance du Sahara occidental, qui avaient présenté la résolution. Ainsi, légalement du moins, la mission de l’ONU au Sahara occidental (Minurso) pourra être prolongée jusqu’à fin avril 2017, comme l’avait demandé Ki-moon dans son rapport, alors que Rabat avait soutenu mordicus que c’en était fini de cette présence onusienne et que sa décision était “irrévocable”.

Le Conseil de sécurité « déplore que la capacité de la Minurso de s’acquitter pleinement de son mandat ait été limitée » après l’ordre de départ en mars de 75 membres civils de la mission. Le texte de la résolution « souligne qu’il est urgent que la Minurso puisse de nouveau exercer pleinement ses fonctions ».

Le secrétaire général de l’ONU a maintenant 90 jours pour déminer le terrain et s’éviter les foudres des autorités marocaines, qui ont dû fulminer en apprenant la décision du Conseil de sécurité. Pour le moment il n’est pas question d’imposer la présence de la Minurso au Sahara. Commencent donc des négociations très serrées avec Rabbat pour que le personnel de l’ONU puisse accomplir sa mission dans un climat apaisé. On verra ce que le Maroc demandera en échange de ses largesses. Cela pourrait très bien être une mise au placard par l’ONU des velléités d’indépendance du Sahara occidental, portée depuis des décennies par le front Polisario dont la diplomatie, très active, trouble la quiétude du royaume chérifien…

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux