Tags Posts tagged with "gouvernorats"

gouvernorats

par -

Les quantités de pluies, en millimètres, qui tombent depuis hier dimanche 1er octobre à 07h du matin jusqu’à ce matin du lundi 2 Octobre 2017 sont les suivantes, selon Mosaïque FM :

Gouvernorat de Bizerte
1 à Bizerte
Gouvernorat de Zaghouan
De 2 à 69 à Bir Mcherga
Gouvernorat de Nabeul
De 1 à 27
Gouvernorat de Bèja
De 1 à 3
Gouvernorat de Jendouba
De 1 à 4
Gouvernorat du Kef
De 1 à 6
Gouvernorat de Siliana
De 1 à 3
Gouvernorat de Sousse
30 à Bouficha
Gouvernorat de Monastir
1 à Monastir
Gouvernorat de Kairouan
De 4 à 29
Gouvernorat de Sidi Bouzid
De 2 à 15
Gouvernorat de Kasserine
De 1 à 13

par -

Le président de la République, Béji Caïd Essebsi, que le dernier baromètre politique d’Emrhod consulting a certainement requinqué, va faire du terrain prochainement, et pas peu. En effet il va se rendre dans trois gouvernorats, dont Sousse. Noureddine Ben Ticha, son conseiller, en a fait l’annonce jeudi 21 septembre 2017, sur Jawhara Fm.

Ben Ticha a indiqué que le chef de l’Etat viendra avec des “cadeaux”, précisément des mesures et décisions qui devraient faire le bonheur des populations locales. Si c’est pas Chahed, c’est BCE !

par -

Zaghouan, Le Kef, Bizerte, Ben Arous, Siliana, Kasserine et Kairouan sont les régions qui viennent d’être déclarées sinistrées à cause de la sécheresse qui a affecté les grandes cultures durant l’actuelle saison 16-2017. Le gouvernorat qui a été le plus touché est celui du Kef, avec 100% des grandes cultures déclarées sinistrées.
Les zones sinistrées, reconnues en vertu du décret du 29 août 2017, feront l’objet de l’intervention du fonds national de garantie (FNG) qui prendra en charge les intérêts résultant du rééchelonnement des crédits contractés par les agriculteurs.

Les agriculteurs issus des zones sinistrées munis d’un certificat délivré par le commissariat régional au développement agricole (CRDA) concerné et confirmant le dégât dû à la sécheresse bénéficient de ce rééchelonnement, qui s’effectue au cas par cas et ne couvre pas les agriculteurs se trouvant dans les périmètres irrigués.
Selon le même décret, les communes et les délégations du gouvernorat de Zaghouan ont été touchées à des degrés divers allant de 4 à 100%. Parmi les régions les plus affectées figure également le gouvernorat du Kef.
La récolte de céréales en Tunisie pour la saison agricole 2016-2017 s’élève à environ 17,86 millions de quintaux, soit une hausse de 33% par rapport à la campagne 2016.

par -

Le sud-ouest a enregistré le taux de chômage le plus élevé en Tunisie atteignant 25,6% au cours du deuxième trimestre de 2017 avec 54 mille chômeurs dans les régions de Gafsa, Tozeur et Kébili.
Des statistiques de l’Institut national des statistiques (INS) fournies à l’agence TAP ont révélé que la région de Tataouine occupe la première place au niveau national avec un taux de chômage atteignant 32,4%.
Les mêmes données indiquent que le taux de chômage au niveau national a atteint 15,3% et 626,1 mille chômeurs.

S’agissant de la répartition géographique, il ressort que le sud-est (Gabès, Médenine et Tataouine) est classé en seconde position avec un taux de chômage de 24,3% et plus de 80 mille chômeurs.
En revanche, le centre-est (Sfax, Mahdia, Sousse et Monastir) a enregistré le taux de chômage le plus faible avec 9,7% et 93,3 mille chômeurs.
Dans le Grand Tunis (Tunis, Ben Arous, Ariana et Manouba) le taux de chômage enregistré est de 17% et le nombre des sans emploi est de 191,1 mille.

A souligner que le nombre des diplômés du supérieur au chômage recensé au cours du deuxième trimestre de 2017 est de 250,6 mille contre 259,6 au cours du premier trimestre de la même année soit un taux de chômage de 30,3% au deuxième trimestre et de 31,2% au premier trimestre chez la catégorie des diplômés du supérieur.

par -

L’IACE organise le samedi 12 novembre 2016 de 10h à 11h, à La Maison de l’Entreprise, une Conférence de Presse à l’occasion de la publication de la 2ème édition du Rapport Annuel sur l’Attractivité Régionale. Cette nouvelle édition a pour objectifs de dégager des « indices d’attractivité locale » pour chaque gouvernorat et d’évaluer, à travers les réglementations en vigueur, l’environnement d’affaire qui encadre les entreprises locales et d’identifier les gouvernorats les plus compétitifs.

L’« indice d’attractivité régionale » s’est référé à la structure utilisée par la Banque Mondiale dans ses rapports sur le climat des affaires ou par le Forum de DAVOS lors de l’élaboration de son rapport sur la compétitivité des économies. Il a été donc conçu sur la base des données qualitatives recueillies à travers une enquête lancée auprès de plus de 500 entreprises privées situées dans les différentes délégations des 24 gouvernorats et des variables quantitatives basées sur des informations fournies par les pouvoirs publics, les universités,  la société civile…

Ces données combinées mettant en évidence les principales entraves à l’activité économique, ont évalué la réglementation des affaires locales, dans tous les gouvernorats du territoire Tunisien, via six domaines : les services municipaux, l’approche participative, la transparence et l’accès à l’information, les services non-municipaux, le cadre de vie et la disponibilité de la main d’œuvre.

Ces derniers ont donné une appréciation précise de l’environnement des affaires locales dans tous les gouvernorats du territoire tunisien et ont permis de suivre l’évolution de l’environnement des affaires et le cadre de vie dans chaque gouvernorat par rapport au classement de l’année dernière.

par -
Dans le cadre de la préparation de sa Stratégie agricole et agro-alimentaire 2015-2019

Le Conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé un prêt de 180 millions d’euros, destiné à la réduction des disparités régionales en Tunisie. Ce prêt, qui constitue la première phase d’un appui budgétaire programmatique, entre dans le cadre du Programme d’appui au développement régional inclusif (PADRI). Il permettra de stimuler le développement régional dans 16 gouvernorats prioritaires à travers la relance de l’investissement, l’inclusion sociale et la promotion de la gouvernance locale, indique un communiqué de la BAD.

Le PADRI vise ainsi à contribuer à la réalisation d’une croissance durable et inclusive à travers la réduction des disparités régionales. Soutenant les axes structurant du Plan stratégique 2016-2021, le programme permettra entre autres d’améliorer l’attractivité des gouvernorats prioritaires à travers la relance de l’investissement public et son exécution. Il contribuera également à promouvoir l’employabilité des jeunes et d’assurer l’accès aux ressources d’investissement dans les gouvernorats prioritaires. Il s’efforcera en outre d’améliorer le cadre de vie des populations à travers le développement du capital humain. Il devrait enfin instaurer les bases du cadre institutionnel des collectivités locales en les dotant de ressources adéquates.

Selon Sunita Pitamber, directrice par intérim du département du Développement humain de la BAD : « Le programme permettra d’accroître l’investissement public de 64,4% (2011-2015) à 70% dans les 16 gouvernorats prioritaires au cours des cinq prochaines années. Il permettra également d’attirer l’investissement privé et d’améliorer les capacités d’exécution et l’inclusion sociale dans ces régions. Il contribuera à ramener la proportion de population vivant au-dessous du seuil de pauvreté de 1/6 en 2015 à 1/10 en 2021. Le PADRI aura également un impact sur les 242 000 ménages qui bénéficieront du programme consolidé d’aide sociale aux familles défavorisées. Une attention particulière sera accordée aux femmes, aux jeunes et aux groupes vulnérables tels que les 13 000 diplômés de l’enseignement supérieur (dont 66% de filles). »

C’est le quatrième programme de réforme en soutien au développement régional financé par la BAD entre 2011 et 2016. Les trois premiers programmes, d’un montant total de 769 millions d’euros, sont : le Programme d’appui à la gouvernance et au développement inclusif (2011) ; le Programme d’appui à la relance économique et au développement inclusif (2012) et le Programme d’appui au développement régional et à la création d’emploi (2015). Le nouveau programme approuvé par la BAD consolide les acquis des trois précédentes interventions. Ces programmes ont contribué à la restauration d’une stabilité socio-économique pour soutenir la transition démocratique en Tunisie et ont permis au pays d’apporter des réponses à la demande sociale émanant de la révolution.

En mettant le focus sur les 16 régions les plus en retard par rapport à l’indice de développement régional, le PADRI apporte une valeur ajoutée à l’inclusion sociale et économique dans ces gouvernorats et améliore la qualité de vie des populations les plus défavorisées. Les gouvernorats prioritaires concernés sont : Jendouba, Kasserine, Kairouan, Siliana, Sidi Bouzid, le Kef, Tataouine, Béja, Gafsa, Médenine, Mahdia, Gabes, Kebili, Zagouan,Tozeur et Bizerte.

par -

Le ministère de l’Agriculture, de la pêche et des ressources hydrauliques, a décidé de consacrer une enveloppe de 5 millions de dinars sous forme de crédits saisonniers destinés aux céréaliculteurs dans les gouvernorats de Béja, Jendouba, le Kef, Siliana Bizerte, Manouba et Zaghouan.
Dans un communiqué publié, mardi à Tunis, le ministère précise que ces crédits seront octroyés par le biais des commissariats régionaux au développement agricole dans chaque région.
La banque tunisienne de solidarité (BTS) s’est engagée à débloquer le crédit au bout d’une semaine, à partir de la date de réception de la liste des agriculteurs bénéficiaires.
Le ministère a ajouté que la direction générale de financement, des investissements et des structures professionnelles se chargera de la distribution de cette enveloppe entre les gouvernorats. Cette décision intervient après une séance de travail tenue mardi entre le ministère de l’agriculture et la BTS, précise le communiqué.

par -

Après plusieurs années de blocage, les investissements déclarés dans les zones de développement régional retrouvent des couleurs comme en témoignent les derniers chiffres de l’Agence de promotion de l’Industrie et de l’innovation (APII). Il s’agit certes de la principale revendication de la Révolution. Beaucoup sont ceux qui se sont déjà révoltés contre les disparités régionales et la marginalisation des zones de l’intérieur et de développement régional. C’est dans cet optique que s’inscrit la réunion du chef du gouvernement, Youssef Chahed ce dimanche, avec un ensemble d’investisseurs. Lors de cette réunion, Chahed a incité les investisseurs tunisiens à investir en masse dans les régions.

S’agissant des chiffres de l’APII, il est à signaler que les sept premiers mois 2016 ont été caractérisés par une hausse au niveau de l’investissement déclaré dans les zones de développement régional de 31,2% avec 792,5 MD contre 604,1 MD lors des sept premiers mois 2015. La part de ces zones dans l’ensemble des gouvernorats est passée de 41,6% à 45,6% durant les sept premiers mois 2016.  L’augmentation ainsi enregistrée au niveau des investissements déclarés dans les zones de développement régional est imputable essentiellement au gouvernorat de Siliana dont les investissements ont atteint 107,1 MD. De même, les investissements déclarés dans le gouvernorat de Kairouan sont passés de 28,4 MD à 76,4 MD. ll en est de même du gouvernorat de Jendouba où les investissements ont atteint 47,3 MD, contre 10,1 MD. Idem pour le gouvernorat de Béja où les investissements déclarés ont atteint 71,7 MD contre 56,4 MD. Ont également augmenté les investissements déclarés dans le gouvernorat de Kébili, Sfax.

Le nombre de projets bénéficiaires de la prime d’investissement au titre du développement régional est passé de 162 (pour un investissement total de 359 MD) à 147 projets (pour un investissement total de 257,6 MD) durant les sept premiers mois 2016. Ces projets vont permettre la création de 4294 postes d’emplois, contre 3734 postes d’emplois durant les sept premiers mois 2015. La prime d’investissement accordée a atteint 35,3 MD contre 36,4 MD lors des sept premiers mois 2015, soit une baisse de 3%.

Le nombre de projets bénéficiaires de la participation de l’Etat et des primes d’investissement au titre des nouveaux promoteurs et des PME est passé de 27 (pour un investissement de 59,4 MD) à 17 projets (pour un investissement total de  40,1 MD) durant les sept premiers mois 2016. Ces projets vont permettre la création de 530 postes d’emplois, contre 783 postes d’emplois durant les sept premiers mois 2015. La participation de l’Etat et les primes d’investissement accordées ont atteint 5,1 MD contre 9,2 MD lors des sept premiers mois 2015, soit une diminution de 44,9%.

Le nombre des sociétés juridiquement constituées dans les guichets uniques de l’Agence lors des sept premiers mois 2016 a atteint 3882 contre 3438 lors de la même période de l’année 2015, enregistrant ainsi une hausse de 12,9%

Globalement, les investissements déclarés dans le secteur industriel durant les sept premiers mois 2016 ont a atteint le montant de 1737,2 MD, contre 1453,4 MD lors des sept premiers mois 2015, enregistrant ainsi une hausse de 19,5%. C’est ce que ressort des derniers chiffres de l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII).
Le nombre de projets déclarés a atteint 2180 au cours des sept premiers mois 2016 contre 2071 lors des sept premiers mois 2015, soit une augmentation de 5,3%.
Ces projets permettront la création de 32314 postes d’emplois, contre 29890 postes d’emplois durant la période correspondante de 2015, soit une progression de 8,1%.

par -

Le salon de la création d’entreprises, qui cible prioritairement les jeunes promoteurs des 14 gouvernorats du Nord et du Centre-Est de la Tunisie, a ouvert ses portes ce lundi 24 mai à l’hôtel le Palace Gammarth. L’événement est organisé par l’Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation (APII). Le but de ce rendez-vous est de donner aux jeunes porteurs de projets des outils pour monter leurs propres entreprises, ce qui à terme est le meilleur moyen de résoudre le problème aigu du chômage qui frappe les diplômés de l’enseignement supérieur.

La rencontre est axée sur 5 points essentiellement :

– Promouvoir l’esprit d’entreprise en suscitant une convergence entre les organismes d’accompagnement et de financement afin de mettre toutes les chances du côté des jeunes entrepreneurs.

– Aider les jeunes à étoffer leurs réseaux d’affaires en créant un brassage et des échanges entre le secteur public et les professionnels du privé et ce, dans les espaces aménagés dans le salon à cet effet (Espace start-up pour les entreprises nouvellement créées, Espace lauréats innovation, Espace Business).

– Créer des opportunités d’affaires à travers les rencontres B2B pour garantir le financement des projets

– Discuter des sujets prioritaires pour les jeunes entrepreneurs dans les différents workshops.

Enfin sachez que cette rencontre concerne les jeunes de Tunis, Ariana, Ben Arous, La Manouba, Zaghouan, Nabeul, Bizerte, Beja, Jendouba, Le Kef, Siliana, Sousse, Mahdia, Monastir et qu’elle s’achève demain mercredi 25 mai.

par -

La liste des blessés de la révolution est prête pour 22 gouvernorats, a annoncé Majdouline Cherni, présidente de l’Instance générale des martyrs et blessés de la révolution et des opérations terroristes.
Elle a ajouté à Africanmanager que les efforts sont en cours pour déterminer la liste dans les deux autres gouvernorats restants.
Majdouline Cherni a par ailleurs noté que l’Instance est en train de coordonner avec le ministère des Affaires Sociales afin de déterminer le taux d’incapacité physique.
De même, les efforts se conjuguent pour finaliser les procédures administratives permettant aux blessés de la révolution de bénéficier des avantages additionnels.

par -

Le ministre des Technologies de l’information, de la Communication et de l’Economie numérique, Noômen Fehri, a déclaré devant la presse hier vendredi 22 avril que d’ici un an tous les gouvernorats de la Tunisie disposeront des services de la 4G.

Il a ajouté qu’en 2017, 20% des besoins en connexion à haut débit des populations seront satisfaits.
« D’ici 3 ans, 85%  des citoyens profiteront de la 4G et nous nous engageons à connecter toutes les familles tunisiennes à internet, d’ici 5 ans, car comme l’électricité, Internet est désormais devenu une nécessité », a affirmé le ministre en conclusion.

par -

Des commissions régionales seront mises en place dans les gouvernorats du sud-est du pays pour prendre toutes les précautions nécessaires face à d’éventuels développements de la situation en Libye.
Ces commissions dont la création a été ordonnée vendredi par le chef du gouvernement Habib Essid auront pour mission d’élaborer un plan d’action à l’échelle de chaque gouvernorat pour mieux se préparer à toute éventualité et parer à toute situation exceptionnelle.
Selon un communiqué de la présidence du gouvernement, Essid a également souligné la nécessité de prendre toutes les mesures nécessaires pour favoriser la coordination et la complémentarité entre toutes les parties concernées. Ces commissions régionales vont travailler de concert avec la commission nationale dont la création a été décidée à l’issue de la réunion de la cellule de coordination sécuritaire et de suivi tenue mardi dernier, ajoute-t-on dans le communiqué.

TAP

Le meilleur des RS

Dans un récent statut sur sa page officielle, l’économiste Ezzeddine Saidane dit «Non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas de reprise économique»....

INTERVIEW

Le président de la Conect (Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie), Tarek Cherif, a accordé à Africanmanager une interview exclusive dans laquelle il a...

AFRIQUE

La FAO organise en partenariat avec le Centre de Compétences pour les Changements Climatiques (4CMaroc), un atelier d’échange régional sur l’accès au Fonds Vert...

Reseaux Sociaux

SPORT

Le Comité exécutif de l'Union arabe de football (UAFA), a tenu mercredi à Ryadh (Arabie saoudite), une réunion sous la présidence de l'algérien Mohamed...