Tags Posts tagged with "Grande-Bretagne"

Grande-Bretagne

par -

La Tunisie a fermement, condamné dimanche 5 juin 2017, les attaques terroristes perpétrées samedi 3 juin2017, dans un quartier de la ville de Londres en Grande Bretagne, faisant plusieurs morts et blessés parmi les civils.
Dans un communiqué, publié dimanche, le ministère des Affaires étrangères a indiqué que le président de la République, Béji Caïd Essebsi, a adressé un message de condoléances à la reine Elizabeth II, dans lequel il a souligné la nécessité d’unir les efforts de tous les pays afin d’éradiquer le terrorisme.
De leur côté, le chef du gouvernement, Youssef Chahed et le ministre des affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui, ont, selon le même communiqué, adressé leurs condoléances à leurs homologues britanniques et exprimé la solidarité de la Tunisie avec ce pays, cible de plusieurs attaques terroristes.
Samedi 3 juin, une attaque menée dans la capitale britannique, par trois assaillants au véhicule bélier et au couteau a fait sept morts et 48 blessés.

par -

Voici un article, dont nous reproduisons traduction, du très sérieux journal anglais «The Independent». Il confirme que le touriste anglais n’a cure des Warning du ministère des Affaires étrangères de Sa Majesté et que les compagnies aériennes, anglaises ou françaises, reprennent déjà la route de la Tunisie.  «Malgré les problèmes persistants en Tunisie, les liens aériens vers le pays nord-africain frappé par le terrorisme se développent rapidement. Le dernier bulletin du Foreign Office indique aux voyageurs britanniques que l’état d’urgence a été prolongé d’un mois et avertit que “les terroristes sont très susceptibles d’essayer d’effectuer des attaques en Tunisie», affirme le journal, lequel ne semble pas être au courant des multiples démantèlements tunisiens de cellules terroristes, ni du plus mauvais classement de l’Angleterre, en matière de risques terroristes, que la Tunisie.

Pourtant, Londres a maintenant un lien quotidien avec la capitale, Tunis. La compagnie aérienne nationale, Tunisair, a ajouté un service Gatwick supplémentaire. Quatre vols chaque semaine proviennent d’Heathrow et les trois autres sont de Gatwick. Un porte-parole de British Airways a déclaré que la restauration du lien de la compagnie aérienne avec Tunis n’est pas à l’ordre du jour : “Nous évaluons constamment notre réseau d’itinéraires et la demande de nos clients, mais nous n’avons pas de plans actuels.”
Mais la compagnie aérienne sœur de BA, Vueling, a lancé une liaison de Barcelone vers la capitale tunisienne et prévoit un deuxième service hebdomadaire à partir du mois prochain. The Independent a analysé les informations du spécialiste du calendrier de l’aviation OAG, en comparant les vols pour juin 2017 à décembre 2016. Seuls les itinéraires vers et depuis la capitale ont été remis en cause. Air France, par contre, a ajouté deux vols supplémentaires par semaine de Paris. De Francfort, Lufthansa a augmenté les services de sept à 11 vols par semaine. Tui, propriétaire de Thomson, a de nombreux vols de vacances d’Allemagne en Tunisie, tels que Francfort à Enfidha et Berlin à Djerba».

par -

La Tunisie gagnerait à promouvoir davantage le potentiel de son marché, qui demeure peu connu par les principaux acteurs de la City, et à profiter de la nouvelle donne qu’offrent la transition tunisienne et le Brexit, pour intensifier ses relations et échanges avec ses partenaires britanniques “. Tel était le principal message de Louise De Sousa, Ambassadeur de Grande-Bretagne en Tunisie, lors d’une rencontre tenue, lundi, avec les médias nationaux.
Cette rencontre qui intervient en préparation de la visite en Tunisie du lord-maire de Londres, Andrew Parmeley, programmée pour les 10 et 11 avril 2017, a aussi, porté sur les opportunités de coopération entre les deux pays, qu’ouvre une telle visite, notamment dans le domaine financier, ” là où réside le plus grand potentiel de coopération entre les deux parties “, selon De Sousa.

Elle a, par ailleurs, rappelé que “depuis la dernière visite en Tunisie de l’ancienne lord-maire de la City de Londres, Fiona Wool, en 2014, le contexte a beaucoup changé, du côté tunisien comme du coté britannique. En Tunisie, le focus est actuellement, mis sur la relance économique. En Grande Bretagne, c’est le processus de sortie de l’Union européenne qui est à l’ordre du jour. Et cette nouvelle donne offre énormément d’opportunités de coopération entre les deux pays, en dehors des contraintes qui pesaient auparavant sur les relations Tunisie-UE “.

Des partenariats en vue

L’ambassadrice britannique a également fait savoir qu’Andrew Parmeley sera accompagné, outre Fiona Wool, d’une délégation d’entreprises britanniques, dont deux opérant dans le domaine du paiement mobile et digital, une troisième dans le secteur de l’énergie, une quatrième dans le domaine du conseil et qui a manifesté un intérêt particulier pour le marché africain, ainsi qu’un fonds d’investissement spécialisé dans l’énergie.

L’Ambassadeur de Grande-Bretagne a ainsi souligné que le focus sera mis, lors de cette visite, sur le secteur financier et l’énergie, avec une approche favorisant l’innovation et la technologie. Cette visite sera couronnée par la signature d’un protocole d’entente entre le ministère britannique des Affaires étrangères, le ministère tunisien des Finances et la Banque centrale ; l’accord servira de cadre global pour la future coopération entre les deux pays dans le domaine financier.

Ce protocole servira également de cadre pour un projet de coopération avec la Banque Mondiale pour l’assistance technique au ministère des Finances en matière de modernisation du secteur Financier mais aussi d’un projet de coopération avec la Banque Africaine de développement, pour promouvoir l’entrepreneuriat et l’investissement privé.
Il prévoit encore un programme de formation pour les agents et officiers de la douane en matière de planification stratégique et un appui technique aux cadres de la Banque Centrale en matière de stabilité financière. Il couvrira un projet de coopération, qui sera finalisé, au cours de cette semaine, avec la Bourse de Tunis, visant à faciliter l’accès des PME, aux financements non bancaires ( Bourse, Private Equity…).

Toujours selon De Sousa, la visite de la délégation britannique s’inscrit dans le cadre du suivi des résultats de la conférence “Tunisia 2020”, rappelant que l’approche britannique, lors de cette conférence, n’était pas de faire des dons, mais de faciliter l’accès aux financements privés, et d’inciter la partie tunisienne à promouvoir davantage son offre en matière d’investissement auprès des principaux acteurs de la City et à exposer les avancées en matière de facilités accordées aux investisseurs.
Un rappel a été fait aussi à propos des deux projets de coopération retenus dans le cadre de cette conférence, à savoir le projet de mise en place d’un hôpital à Gabès, qui enregistre un avancement avec l’allocation du terrain nécessaire par l’Etat, et la construction d’un hôpital à Béja, qui attend toujours d’être débloqué.
De Sousa a aussi insisté sur la nécessité d’assurer le suivi nécessaire des accords et des projets conclus, faisant remarquer que “ce suivi fait parfois défaut en Tunisie “.

Interrogée sur les raisons empêchant le décollage souhaité des relations tuniso-britanniques qui demeurent en-deçà des attentes et du potentiel de coopération existant, De Sousa a affirmé que ” le montant du budget alloué à la Tunisie a beaucoup évolué depuis la révolution et que le staff de l’ambassade est passé de 5 avant la révolution à 30 actuellement, ce qui dénote de l’intérêt accordé à la coopération bilatérale “.
Et d’ajouter ” avec le nouveau contexte aussi bien en Tunisie qu’en Grande Bretagne, je pense que notre stratégie de coopération est désormais plus claire. On ne veut pas dupliquer ce que les autres pays sont en train de faire aussi, mais plutôt avoir notre propre apport dans les domaines où nous sommes les plus compétitifs à savoir le secteur financier, l’énergie, les nouvelles technologies…

Au sujet de la décision de la Grande-Bretagne d’interdire les ordinateurs portables et tablettes en cabine sur les vols en provenance d’un certain nombre de pays arabe dont la Tunisie, De Sousa a précisé que ” cette interdiction s’inscrit dans le cadre de la stratégie sécuritaire globale de son pays et qu’elle ne cible pas la Tunisie d’une manière particulière “. Cette décision est ” motivée par l’importance des menaces terroristes qui pèsent sur le transport aérien, mais elle n’aura pas d’effet sur les relations de coopération entre les deux pays “.
De Sousa qui dit comprendre ” le mécontentement et les préoccupations des Tunisiens face à cette interdiction ” a indiqué que ” les autorités de son pays restent favorables à une révision de ces mesures, si la situation s’améliore et si les menaces terroristes s’atténuent “.

par -
Selon le site « generation-nt.com »

Google a présenté, lundi 20 mars 2017, ses excuses pour avoir laissé s’afficher des messages publicitaires accolés à des vidéos au contenu haineux, alors que des annonceurs comme Marks & Spencer et HSBC ont retiré leurs publicités des sites du moteur de recherche en Grande-Bretagne.

Selon Reuters, le gouvernement britannique a suspendu ses annonces sur YouTube après que des messages publicitaires de groupes ou services publics sont apparus à proximité des vidéos contenant des messages homophobes et antisémites, une initiative suivie par un certain nombre de marques.

La Grande-Bretagne est le premier marché de Google, filiale d’Alphabet, en dehors des Etats-Unis. En 2016, elle a représenté un chiffre d’affaires de 7,8 milliards de dollars (7,3 milliards d’euros), principalement généré par la publicité, soit presque 9% du CA global du géant américain.

par -

La Grande-Bretagne a accepté d’accorder à l’Irak des prêts totalisant 10 milliards de livres sterling (11,57 milliards d’euros) sur une période de dix ans pour financer d’importants projets d’infrastructure, a annoncé Reuters.

Seules des compagnies britanniques seront autorisées à nouer des contrats avec les autorités irakiennes dans le cadre de ces projets.

Certains d’entre eux se situeront dans les secteurs des égouts et de l’approvisionnement en eau.

Quatorze ans après la chute de Saddam Hussein et l’invasion militaire conduite par les Etats-Unis, l’Irak souffre toujours de gros problèmes d’infrastructure, notamment dans les services d’eau et d’électricité. Le pays manque aussi d’hôpitaux et d’écoles.

par -

Les documents des archives Snowden, fournies par l’ancien consultant de la NSA à Glenn Greenwald et Laura Poitras et consultés par le journal « Le Monde », en collaboration avec « The Intercept », montrent notamment que, loin de se consacrer exclusivement à la traque des organisations terroristes, les services de renseignement britanniques et américains consacrent une large part de leurs ressources à l’espionnage économique et diplomatique. Et bénéficient pour ce faire d’un gigantesque réseau de surveillance électronique, qui s’appuie aussi, en Afrique, sur d’importants moyens de surveillance des communications par satellite.

Le vaste système de collectes d’informations des services américains et britanniques est très loin de se limiter aux groupes armés et terroristes : dans une vingtaine de pays, ce sont les élites politiques, militaires et économiques africaines qui sont ciblées. Sans oublier, bien sûr, leurs représentations diplomatiques, et celles d’autres pays sur place dont des ambassadeurs français.

par -

La diplomatie tunisienne multiplie les efforts afin de convaincre le Foreign Office de lever les restrictions de voyage vers la Tunisie, imposées depuis l’attentat de Sousse. C’est ce qu’a annoncé la ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Salma Elloumi Rkik.

Rencontrée lors de l’ouverture de « Yatch Med Festival », la ministre s’est montrée optimiste, affirmant que son département n’épargne aucun effort pour atteindre cet objectif, dont les répercussions seront positives sur le secteur touristique.

La précision vient à un moment où le quotidien britannique ” The Gardian” a annoncé une levée progressive de ces restrictions de voyage, qui sera appliquée par étapes.

Pour certains observateurs, cela est tout à fait envisageable, notamment avec l’amélioration de la situation sécuritaire ces derniers temps.

par -

La Grande-Bretagne, l’Union européenne et la Banque mondiale ont annoncé mercredi un plan visant la création de 100 000 emplois en Ethiopie pour aider à lutter contre la crise des migrants, rapporte la chaîne BBC.

 Deux parcs industriels seront construits dans le pays pour un coût estimé à 500 millions de dollars. L’Ethiopie, initiatrice du projet, devra accorder des permis de travail à 30 000 réfugiés. Un certain nombre de nouveaux postes sera réservé aux jeunes Ethiopiens demandeurs d’emploi.

D’après la même source, la Première ministre britannique, Theresa May, a déclaré qu’il s’agit d’un projet-pilote pour voir comment aider les pays pauvres qui abritent un grand nombre de migrants.

L’Ethiopie accueille plus de 700 000 demandeurs d’asile, principalement du Soudan du Sud, d’Erythrée et de Somalie. Beaucoup d’entre eux tentent de faire le voyage de l’Afrique du Nord vers l’Europe en traversant la Méditerranée.

par -

Le rapport accuse notamment le gouvernement britannique d’avoir échoué à identifier les factions islamistes radicales au sein de la rébellion, rapporte le site « lepoint.fr ».

L’intervention militaire britannique en Libye en 2011 était basée sur des « postulats erronés », accusent des parlementaires britanniques dans un rapport publié hier mercredi qui critique sévèrement l’ancien Premier ministre David Cameron.

La commission des Affaires étrangères a relevé plusieurs erreurs dans le processus décisionnel qui a amené Londres à intervenir militairement avec la France en 2011, officiellement pour protéger les civils réprimés par le dictateur Mouammar Kadhafi, a ajouté  la même source.

par -

D’après le site « Les Echos »,  le marché automobile britannique est resté stable en juillet, se reprenant quelque peu après son recul de juin, la bonne tenue de la demande de la part des entreprises ayant compensé le quatrième recul de suite des ventes aux particuliers, selon des données publiées jeudi.

Selon la fédération du secteur, la SMMT, les ventes de voitures neuves se sont établies en juillet à 178.523 (+0,06%) après -0,8% en juin, qui avait constitué seulement le deuxième mois de recul des ventes en plus de quatre ans. Les données publiées par la SMMT sont les premières à prendre en compte un mois entier après la décision des électeurs britanniques, lors du référendum du 23 juin, de quitter l’Union européenne. Redoutant les effets du “Brexit” sur la demande, la SMMT a exhorté le gouvernement à soutenir le deuxième marché automobile européen.

par -
Le taux de chômage au Royaume-Uni a baissé à 5

Les ressortissants de pays membres de l’Union européenne arrivant en Grande-Bretagne ne seront peut-être pas autorisés à y demeurer, a prévenu dimanche le ministre britannique chargé de la sortie de l’Union européenne, David Davis.

“Nous pourrions devoir dire que le droit de demeurer (en Grande-Bretagne) pour une durée indéterminée ne s’applique qu’avant une certaine date”, a-t-il déclaré au Mail on Sunday.

Le coup d’envoi de la 3ème édition d'une conférence internationale "ELT Conférence" dédiée à l’enseignement de la langue anglaise, a été donné vendredi à Alger.

L’Ambassadeur de Grande Bretagne en Algérie, Andrew Noble, a annoncé ce vendredi, lors du coup d’envoi de la 3ème édition d’une conférence internationale “ELT Conférence” dédiée à l’enseignement de la langue anglaise, que plus de 200 hommes d’affaires britanniques séjourneront en Algérie à partir de mi-mai prochain « afin d’explorer avec leurs homologues algériens les opportunités de coopération économique et de partenariat entre les deux pays », a annoncé vendredi à Oran a rapporté ce vendredi l’agence algérienne APS.

« Nous voulons créer des relations solides entre les citoyens algériens et britanniques, et pas seulement entre les opérateurs économiques », a affirmé l’Ambassadeur.

Revenant sur la récente visite en Grande Bretagne de la Ministre de l’Éducation nationale et sa participation au forum mondial de l’éducation, qui s’est tenu à Londres en janviers dernier, le directeur du British Council s’est félicité de l’approbation de la Ministre pour élargir le programme d’éducation et d’enseignement de la langue anglaise en Algérie, signalant que les échanges universitaires connaissent également des “avancées remarquables”, avec quelque 50 étudiants algériens en phD poursuivant leur cursus en Grande Bretagne.

par ailleurs, l’agence APS a rappelé que cinq millions d’apprenants algériens suivent nos programmes éducationnels sur la BBC Arabic et Radio Algérie, entre autres, et plus d’un million à travers les sites d’enseignement de l’Anglais sur Internet, ainsi que plus de 1.000 apprenants au niveau au centre d’enseignement du British Council à Alger. (APS)

par -

Le président de la Chambre de commerce et d’industrie Tuniso-britannique (CCIT), Mehdi Ben Abdallah, a annoncé lors de son passage lundi 25 avril 2016 sur Express Fm que des négociations sont en cours pour faciliter les procédures d’octroi des visas : « Il existe différents obstacles qui inhibent le développement des échanges commerciaux entre les deux pays notamment en ce qui concerne la perception des Britanniques envers l’environnement sécuritaire en Tunisie ou encore les difficultés rencontrées par les Tunisiens pour l’obtention des visas vers la Grande-Bretagne », a-t-il dit.

Il a par ailleurs souligné la nécessité de renforcer les relations entre les deux pays et de rapprocher les communautés d’affaires respectives.

par -

“Les relations touristiques dans le domaine du tourisme reprendront dans les meilleurs délais”, a affirmé, vendredi, à Tunis, Andrew Murisson, envoyé du premier ministre britannique David Cameron pour le commerce avec la Tunisie et le Maroc.

Il a déclaré à l’agence TAP à son départ de Tunis, qu’il œuvrera auprès des responsables britanniques pour une reprise, le plus rapidement possible, des relations bilatérales touristiques, eu égard à la place que le tourisme occupe dans l’économie nationale.

“L’actualisation régulière par les autorités britanniques de l’alerte déconseillant aux touristes anglais de se rendre en Tunisie, n’est pas une interdiction de la visite de cette destination touristique”, a-t-il fait remarquer, tout en ajoutant que ce conseil est néanmoins respecté par les britanniques.

Murisson a signalé, à ce propos, que les tour-opérateurs anglais, programmant la Tunisie, prendront les dispositions qui s’imposent mais resteront prudents par rapport à la sécurité, cette dernière étant, a-t-il dit, le gage de la prospérité.

L’attaque perpétrée dans la zone touristique de Sousse en juin 2015 avait fait 30 victimes britanniques.

Concernant les investissements britanniques en Tunisie, Murisson a précisé qu’après avoir été axés sur l’énergie, ils seront étendus à la santé et aux technologies de l’information et de la communication (TIC), “surtout que la Tunisie va devenir un hub régional”.

Murrison était en visite d’une journée dans la capitale tunisienne, dans l’objectif “de renforcer les relations commerciales tuniso-britanniques et de hisser les relations bilatérales à un palier supérieur”.

Il a eu, au cours de cette courte visite, des rencontres avec les responsables tunisiens et des hommes d’affaires ainsi qu’avec les représentants de la chambre tuniso-britannique du commerce.

par -

Un Tunisien, immigrant illégal en Grande-Bretagne, a été condamné à 16 ans de prison ferme pour viol répété sur une femme et agression sexuelle contre une autre, rapporte le journal « Western daily press »

Dénommé Fathi Dridi, le prévenu avait menti sur son pays d’origine à son arrivée en Grande-Bretagne. Il a jeté son dévolu sur des  femmes vulnérables qu’il a rencontrées dans un supermarché Tesco.  Agé de 32 ans, il lui a été signifié qu’il sera certainement expulsé du pays sitôt qu’il aura purgé sa peine.

Le représentant du ministère public, Charles Thomas, a relaté à la « Crown Court »  (Cour d’assises) de Swindon  comment Dridi a rencontré ses deux victimes au supermarché Tesco.  L’accusé a nié les  quatre chefs d’accusation de viol retenus contre lui,  une tentative de viol et une agression sexuelle, mais a été reconnu coupable. Le procureur a souligné que l’accusé  a demandé l’asile en Grande-Bretagne, affirmant qu’il est Palestinien alors qu’en réalité il était un «migrant économique» de nationalité tunisienne.

Son avocat,  Rob Ross, a soutenu que son client a toujours protesté de son innocence, invoquant de « claires différences culturelles ».

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Le président français, Emmanuel Macron, est décidément très actif sur le contient africain. Après avoir parrainé la force conjointe anti-djihadiste des pays du Sahel,...

Reseaux Sociaux