Tags Posts tagged with "Grande-Bretagne"

Grande-Bretagne

par -

Une mission d’hommes d’affaires du secteur agro-alimentaire à Londres se tient du 10 au 12 octobre 2018 pour identifier de nouvelles sources d’approvisionnement en produits tunisiens et impulser l’investissement britannique en Tunisie, a indiqué le CEPEX dans un communiqué publié vendredi.
Cette mission conforte l’intérêt que porte la Tunisie au marché britannique et au souhait de renforcer les échanges commerciaux. L’économie britannique est la sixième économie mondiale avec un taux de croissance annuel de 1,6%. Le Royaume-Uni est le 7ème client et le 15ème fournisseur de la Tunisie, avec un volume d’échanges annuel de 1,4 Milliard de Dinars.
“Le choix du secteur de l’agro-alimentaire n’est pas fortuit puisque qu’une récente étude élaborée par ” Coffey International “, intitulée ” Removing market access barriers and enhancing UK-Tunisia trade “, a retenu le marché britannique comme étant un marché cible pour les produits tunisiens, et le secteur de l’agroalimentaire comme un secteur prioritaire pour les perspectives de renforcement des échanges bilatéraux”, lit-on dans le communiqué.
Ainsi, le marché alimentaire au Royaume-Uni avec 61 millions de consommateurs reste un partenaire essentiel.
La même source rappelle que le packaging est primordial en Grande-Bretagne ; il y a beaucoup d’innovations (packagings biodégradables ou recyclable par exemple), et il est le vecteur le plus important en termes de communication auprès du consommateur: en effet, il véhicule le positionnement du produit et le moyen de se différencier des MDD.
La présence d’une forte population ethnique, représentant environ 10% de la population britannique, originaire d’Asie, du Moyen-Orient, d’Afrique et des Caraïbes pourrait présenter une opportunité pour les produits ethniques tunisiens.

par -
Le Royaume-Uni a perdu 52 milliards £ depuis sa sortie de l'UE

Le coût du Brexit ou ses gains, objet de toutes le supputations, de toutes les conjectures. Enfin pour les gains on repassera, les partisans de la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne sont revenus de leur rêve fou et feraient les choses autrement si c’était à refaire. Donc parlons des coûts pour les Britanniques. Et bien la facture est salée. Le magazine Challenges, en reprenant des informations de l’agence Reuters, a fait ses comptes ce dimanche 30 septembre 2018. Il parle d’une perte de 500 millions de livres (soit 560 millions d’euros) par semaine, 52 milliards de livres au total en 2 ans. Ce montant astronomique pulvérise pour l’instant toutes les économies qu’a faites le Royaume-Uni en arrêtant sa contribution d’Etat-membre de l’UE.

Le Center for European Reform (CER), un groupe d’études spécialisé sur l’UE, a accentué la désillusion des partisans du Brexit en affirmant que la taille de l’économie britannique est d’à peu près 2,5 % inférieure à ce qu’elle aurait été si le «oui» au maintien dans l’UE l’avait raflé au référendum de juin 2016. Les finances publiques du pays ont été rognées de 26 milliards de livres par an, ajoute le CER, une tendance qui ne cesse de s’accentuer selon lui…

par -

Les résultats des échanges commerciaux de la Tunisie avec l’extérieur aux prix courants durant les huit mois de l’année 2018 montrent que les exportations continuent de s’accroître à un rythme soutenu. En effet, elles ont augmenté de 20,2% contre 18,1% durant la même période en 2017. En valeur, les exportations ont atteint le niveau de 26358,8 MD contre 21927,3 MD durant la même période de l’année dernière. De même, les importations maintiennent un rythme de croissance important, enregistrant une hausse de 20,4% contre 19,3% durant les huit mois de l’année 2017, pour une valeur de 38519,2 MD contre 31995,8 MD durant la même période en 2017.

  • Un peu plus de pétrole et toujours moins de phosphate

L’augmentation observée au niveau de l’exportation (+20,2%) durant les huit mois de l’année 2018 concerne la majorité des secteurs. En effet, le secteur de l’agriculture et des industries agroalimentaires a enregistré un accroissement de 63,0%. Cela, suite à l’augmentation de nos ventes des huiles d’olives (1590,3 MD contre 553,2 MD) et des dattes (518,0 MD contre 375.2 MD), de celles du secteur des industries manufacturières de 24,6%, du secteur textile , habillement et cuir de 18,7% , du secteur des industries mécaniques et électriques de 15,2% et du secteur de l’énergie de 1,2% En revanche, les exportations du secteur mines, phosphates et dérivés demeurent en baisse avec un taux de 3,8%.

  • Hausse des importations, en biens d’équipement et matières premières

L’augmentation des importations de 20,4% est due essentiellement à la hausse enregistrée au niveau de tous les secteurs. Ainsi, l’énergie a affiché une hausse de 40,9%, les matières premières et demi produits de 22,6%, les produits agricoles et alimentaires de base de 18,5%, les biens d’équipement de 14,4% et le secteur des mines, phosphates et dérivés de 6,9%. Les importations hors énergie ont augmenté de 17,6%.

Notons, contrairement à ce qu’on pourrait croire, que toutes les importations ne sont pas mauvaises choses et que si elles augmentaient, c’en est même une bonne. Une hausse de 12,1 de l’importation de biens d’équipement et de presque 23 % des produits intermédiaires, signifie d’abord que l’appareil de production recommence à tourner et pourrait laisser voir une probable hausse des exportations dans un avenir proche.

  • Moins d’exportation vers la Grande-Bretagne

Les exportations tunisiennes vers l’Union européenne (72,9% du total des exportations) ont augmenté de 17,7%. Cette évolution est expliquée par la hausse de nos exportations vers certains partenaires européens, tels que l’Espagne de 60,4%, l’Allemagne de 22,6% et la France de 16,0%. D’autre part, les ventes tunisiennes sont en diminution vers d’autres pays européens, notamment le Royaume Uni de -14,9%. Cette diminution des exportations tunisiennes vers le Royaume Uni pourrait s’expliquer par le Brexit lui-même qui fait perdre à la Tunisie ses privilèges en matière d’exportation vers le Royaume-Uni qui ne fait plus partie de l’Union Européenne.

Avec les pays arabes, les exportations ont augmenté avec le Maroc de 32,3%, l’Egypte de 22,8%, et la Libye de 18,6%. En revanche, nos exportations vers l’Algérie ont baissé de 12,3%.

Pour les importations, les échanges commerciaux des biens avec l’Union européenne (53,8% du total des importations) ont enregistré une hausse de 20,6% pour s’établir à 20739,1 MD. Les importations ont augmenté de 24,2% avec la Belgique, de 19,3% avec l’Italie et de 18,2% avec la France.

  • Chine, Russie, Turquie, l’Algérie et l’Italie creuse le déficit de 2 milliards DT

Le solde de la balance commerciale est déficitaire de 12160,5 MD suite au déficit enregistré avec certains pays, tel que la Chine (-3488,2 MD), l’Italie (-1775,1 MD), la Turquie (-1417,4 MD), l’Algérie (-1078,5 MD) et la Russie (-824,6 MD). Il est aussi bon de rappeler qu’on n’importe pas de Chine que des articles de consommation bas de gamme, mais aussi des équipements et de la matière première. Dans une tentative de juguler ce déficit, le chef du gouvernement tunisien avait discuté la possibilité d’un accord Swap avec la Chine.

Le grand déficit commercial avec la Russie pourrait s’expliquer par le fait que la Tunisie en importe notamment du blé, une denrée qui a coûté plus de 1,33 Milliard DT en août dernier. Avec la Turquie, il y a la baisse de la valeur de la Livre turque qui vaut désormais 0,44 DT, puisque la Tunisie n’y a exporté que pour l’équivalent de 338,755 MDT contre 1,567 Milliard DT. Et on pourrait même imaginer, l’INS ne faisant pas de Benchmark par année ou période, que la baisse de la valeur de la monnaie turque aurait même contribué à augmenter les importations tunisiennes de ce pays.

En revanche, le solde de la balance commerciale a enregistré un excédent avec d’autres pays, principalement avec notre premier partenaire, la France, de 2135,1 MD, la Libye de 592,5 MD et le Maroc de 235,1 MD. Suite à cette évolution au niveau des exportations (+20,2%) et des importations (+20,4%), le solde commercial s’établit au niveau de 12160,5 MD contre 10068,5 MD durant la même période en 2017. Le taux de couverture a enregistré une légère baisse de 0,1 point par rapport aux huit mois de l’année 2017 pour s’établir à des taux respectifs de 68,4% et 68,5 %.

par -

Les autorités russes devront encore s’expliquer suite à deux cas d’empoisonnement en Grande-Bretagne, rapporte Reuters. Le coupable est le même que pour Sergueï et Ioulia Skripal : le Novitchok, un puissant agent neurotoxique conçu par l’armée soviétique durant la Guerre froide.
Londres avait accusé Moscou d’avoir empoisonné les Skripal, ce qui avait provoqué la pire crise diplomatique entre les deux capitales depuis la fin de la Guerre froide. Plus de 100 diplomates russes avaient été priés de quitter la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et d’autres pays occidentaux. La Russie avait répondu à la hauteur de l’attaque.

Il est inacceptable que nos compatriotes soient des cibles délibérées ou accidentelles“, a déclaré le ministre britannique de l’Intérieur, Sajid Javid. Ce dernier ne dit pas formellement que c’est le même lot de Novitchok qui a encore frappé, mais il prévient que si l’Etat russe est effectivement mouillé dans cette affaire, Londres n’en restera pas là.
En début de matinée, Ben Wallace, ministre britannique de la Sécurité, avait demandé aux Russes de collaborateurs avec les enquêteurs britanniques.
La Russie pourrait rectifier le tir, elle pourrait nous dire ce qui s’est passé, ce qu’elle a fait et donner des réponses aux questions que nous nous posons encore“, a-t-il confié jeudi matin au micro de la BBC.
Ils (les Russes) sont ceux qui pourraient fournir toutes les clefs permettant de garantir la sécurité du public. J’attends un coup de fil de l’Etat russe“, a-t-il ajouté.

par -

Ce jour au Quartier général de la MINUSMA à Bamako, le Représentant spécial du Secrétaire général et Chef de la MINUSMA, M. Mahamat Saleh ANNADIF, a officiellement signé avec l’ambassadeur du Royaume-Uni au Mali, Mme Catherine Angela Evans, une convention de financement d’un montant d’environ 2.3 millions de dollars américains au Fonds Fiduciaire, administré par la MINUSMA en soutien à la paix et la sécurité au Mali.

« Notre contribution au Fonds Fiduciaire est un exemple concret du soutien du Royaume-Uni à la stabilisation au Mali et au processus de paix et à la MINUSMA, qui joue un rôle essentiel pour la paix et la sécurité du pays. Elle s’inscrit dans le cadre d’un programme global de soutien du Royaume-Uni aux activités de consolidation de la paix, de dialogue et de stabilisation au Mali et complète nos programmes de développement et humanitaires », a déclaré l’ambassadeur du Royaume-Uni au Mali.

Une première contribution faite en 2013 à hauteur de 2.7 millions de dollars américains et la deuxieme en 2017 à hauteur d’environ 1 million de dollars américains par le Royaume-Uni, avaient entre autres permis la mise en œuvre d’une campagne de sensibilisation sur l’accord de paix, la construction de sites de pre-cantonnement suite aux accords préliminaires de Ouagadougou, la mise en œuvre des projets pour réduire des tensions inter et intra-communautaires au sein de la région de Mopti et de relever les défis multiples des régions frontalières et de leurs populations et un appui au programme des Nations Unies pour le retour de l’autorité et de l’état de droit au nord du Mali.

Le Chef de la MINUSMA a souligné que « Cette contribution du Royaume-Uni permettra à la MINUSMA de mettre en œuvre des projets visant la réduction des conflits et les activités de stabilisation dans le centre du Mali et dans les régions frontalières du Mali, en mettant l’accent sur le soutien au Plan de Sécurisation Intégrée des Régions du Centre (PSIRC) du Gouvernement malien. De tel projets joueront un rôle important afin de mettre en place les conditions favorables pour la mise en œuvre de l’accord de paix ».

Au terme de la cérémonie, le Chef de la MINUSMA a adressé ses remerciements à l’ambassadeur du Royaume-Uni pour la confiance renouvelée en la MINUSMA et l’importante contribution en appui à la paix et à la sécurité au Mali.

Pour rappel, le Fonds Fiduciaire des Nations Unies en Soutien à la Paix et la Sécurité au Mali a été créé à la demande du Conseil de Sécurité (Résolution 2085 (2012)) pour soutenir les efforts du Gouvernement du Mali à faire face à la crise et garantir les perspectives de développement à long-terme du pays, telles que le retour de l’autorité de l’Etat, l’ordre constitutionnel, la promotion du dialogue national, la réforme du secteur de sécurité, la coopération régionale, les Droits de l’Homme, le soutien aux élections, le processus de Désarmement-Démobilisation-Réintégration et des projets socio-économiques.

L’Allemagne, l’Australie, le Canada, le Danemark, l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Suède, la Suisse et la Turquie en sont les principaux bailleurs de Fonds.

par -

La Tunisie se vend bien et attire le marché familial qui compte pour 44% des réservations à ce jour“, annonce le tour-opérateur britannique Thomas Cook, ajoutant que pour répondre à la demande des clients, Thomas Cook Airlines a décidé d’augmenter le nombre de ses vols hebdomadaires vers la Tunisie qui passeront de 3 à 11 vols pour cet été.

Selon le rapport 2018 de Thomas Cook, les recherches en ligne pour la destination Tunisie se sont multipliées par 8, soit une hausse de 790%, et ce au 13 février dernier, jour de la reprise des vols de Thomas Cook à destination de la Tunisie.

L’été 2018 voit le retour en Afrique du Nord et les favoris de la Méditerranée orientale pour les vacanciers britanniques“, précise le rapport de vacances du tour-opérateur.

Chris Mottershead, DG de Thomas Cook UK, a déclaré: “Avec seulement une semaine avant le début officiel des vacances d’été, l’Egypte et la Tunisie se vendent aussi bien avec le prix et la qualité, ce qui rend ces destinations très appréciées“.

par -
Photo «Express »

«Hammamet, l’un des premiers sites touristiques de Tunisie, est considérée comme l’une des régions les plus sûres du pays. Malgré l’attentat terroriste de Sousse en 2015, cette partie est également considérée comme la plus sûre, la sécurité ayant été renforcée depuis ». C’est ce que rapporte le site du journal anglais «Express» dans un article qui se demandait «les vacances en Tunisie cherchent à gagner en popularité à nouveau en 2018, car les fournisseurs de vacances tels que TUI et Thomas Cook reprennent leurs vols vers cette destination. Mais où est-il sûr d’aller pour les touristes? ».

par -

Ce qui fait grand bruit en ce moment au Royaume-Uni ce n’est pas le Brexit, mais un fait plutôt insolite qui en dit long sur le respect des convenances : Lord Michael Bates, le ministre du Développement international, a officiellement rendu son tablier,  “avec effet immédiat“, pour un retard d’une minute à une séance de questions au gouvernement au Parlement. L’affaire a eu lieu mercredi 31 janvier 2018. Le ministre a présenté ses excuses en bonne et due forme, avant de présenter sa démission…

Ce retard d’une minute a suffi pour que Lord Michael Bates rate une question sur les inégalités des revenus, et c’est un autre de ses collègues qui a dû s’y coller pour apporter la réponse. C’est plus que Bates ne pouvait en supporter. Il a alors demandé la parole, en fin de séance, pour présenter ses “sincères excuses” pour son “manque de courtoisie” et s’est dit “vraiment honteux” de ne pas avoir honoré ce rendez-vous, selon BFM TV.
Durant les cinq années au cours desquelles j’ai eu l’honneur de répondre aux questions au sein de cette assemblée au nom du gouvernement, j’ai toujours considéré que nous devions offrir et présenter la plus grande courtoisie et le plus grand respect en répondant au nom du gouvernement aux questions légitimes des parlementaires“, a-t-il déclaré devant les élus.

Fin mot de l’histoire : Theresa May, la Première ministre, a refusé cette démission, en estimant qu’il en avait assez fait avec ces excuses publiques. Lord Bates a accepté de continuer sa mission, rapporte la BBC…

par -

La Grande-Bretagne est peut-être sortie de l’Union européenne, avec les dégâts que l’on sait pour son économie, ses finances, mais pour autant elle n’a pas enterré ses rêves de grandeur. Le tonitruant chef de la diplomatie britannique, Boris Johnson, a fait sensation au sommet anglo-français, jeudi 18 janvier 2018, en proposant à E-verser-a-lue-entre-40-et-45-milliards-mmanuel Macron de bâtir un pont de 22 miles (à peu près 35 kilomètres) qui surplomberait la Manche et relierait la France et le Royaume-Uni, rapporte The Guardian.

Certes pour le moment l’idée est un peu folle, mais après tout on disait ça aussi du tunnel sous la Manche. On voit son utilité aujourd’hui dans les échanges entre les deux pays. Alors Johnson s’est dit pourquoi pas une deuxième liaison. Il a estimé qu’il était “ridicule” que deux des poids lourds économiques du monde n’échangent qu’à travers une ligne de chemin de fer. Le président français a, parait-il, bien reçu la trouvaille du ministre britannique des affaires étrangères. Il lui a même rétorqué “Let’s do it” (d’accord, faisons-le).

Johnson, pas peu fier d’avoir bluffé Macron, qui est lui-même très fertile, a tweeté une photo avec le chef de l’Etat français, avec des mots bourrés d’énergie : “En marche ! De belles rencontres avec des homologues français aujourd’hui.” Il a ajouté : “Je suis particulièrement heureux que nous établissions un groupe d’experts pour étudier ensemble les grands projets. Notre succès économique dépend d’une bonne infrastructure et de bonnes connexions. Et si le tunnel sous la Manche n’était qu’un premier pas ?”

L’idée d’une deuxième liaison franco-britannique n’est pas nouvelle, Johnson, qui par ailleurs s’exprime parfaitement en français, avait défendu dans le temps un deuxième tunnel sous la Manche, mais il semble qu’il ait jeté son dévolu sur le pont. D’ailleur des prouesses de ce type existent déjà en Asie. Par exemple en Chine un pont maritime de 42 kilomètres fait la jonction entre la ville de Qingdao et l’île de Huangdao.

par -

Passe d’armes entre le ministre britannique des Affaires étrangères, le bouillant Boris Johnson et des députés du Parlement de l’Est de la Libye. Johnson, qui n’a pas sa langue dans sa poche, c’est notoire, a eu la mauvaise idée de suggérer aux Libyens de ramasser les cadavres avant de songer à développer leur pays. Propos qui ont provoqué l’ire des parlementaires de l’Est, qui exigent ce jeudi 05 octobre 2017 des excuses formelles de la part du chef de la diplomatie britannique…

Ce dernier, qui a pris la parole mardi dernier devant le congrès du Parti conservateur, a évoqué un “projet brillant” d’investisseurs britanniques pour faire de la ville libyenne de Syrte un “nouveau Dubaï” mais à condition, a-t-il ajouté, que les Libyens s’attaquent au problème des cadavres qui peuplent les rues, rapporte l’agence Reuters. Cette sortie a valu à Johnson des ennuis dans son pays, en effet des appels à la démission ont fusé du côté de l’opposition travailliste. Acculé, le ministre a dû indiquer qu’il parlait des dépouilles piégées laissées par Daech lors de l’offensive qui a permis de reprendre Syrte en 2016. Rien n’y fait, ces explications ne passent pas. Les élus de la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants, le Parlement installé dans l’est de la Libye depuis qu’un groupe rival l’a obligé à fuir la capitale, Tripoli, en 2014, demande “une clarification de la Première ministre britannique et des excuses au peuple libyen“, lit-on dans une déclaration publiée ce jeudi.

par -

Le président Paul Kagame, qui a éloigné le spectre du terrible génocide au Rwanda et règne sans partage depuis 2000, s’est attiré les foudres de la Grande-Bretagne. Cette dernière a dénoncé hier vendredi le “harcèlement et l’arrestation” de leaders de l’opposition depuis le scrutin présidentiel du 4 août 2017, ou plutôt un simulacre d’élection que Kagame a remportée, pour la 3ème fois d’affilée, après avoir modifié en 2015 la Constitution pour faire sauter la limite des deux mandats.

Il est inquiétant de voir que des figures de l’opposition sont ciblées. Je suis préoccupé par les arrestations et les difficultés judiciaires des dernières semaines“, a affirmé dans un communiqué l’ambassadeur britannique à Kigali, William Gelling, rapporte BBC Afrique. Le diplomate a par ailleurs déploré le “manque de clarté dans le processus d’enregistrement” des candidatures à la présidentielle, ce qui a barré la route à certaines personnalités de l’opposition. Il a également pointé des “irrégularités dans le comptage et la compilation des résultats“.

Pour rappel, Kagame a remporté le scrutin avec 99%, ce qui en dit long sur le poids réel des deux faire-valoir en face qui faisaient office de challengers.
Et dès le début de ce mois de septembre, le pouvoir, non content d’écraser complètement la vie politique du pays, a commencé à réduire au silence l’opposition. Diane Rwigara, qui avait été recalée à la présidentielle, a été cueillie par la police, puis libérée.
La semaine dernière, au moins sept dirigeants de deux formations politiques non reconnues par les autorités, dont le FDU-Inkingi de l’opposante incarcérée Victoire Ingabire, ont été arrêtés. La police leur a collé l’accusation de collusion avec “des groupes armés opérant dans un pays voisin“.

par -

L’Ambassade du Royaume-Uni à Tunis lance un appel à candidature pour obtenir la bourse Chevening pour l’année universitaire 2018/2019 ; elle est destinée aux futurs leaders souhaitant décrocher un Master dans une prestigieuse université Britannique.
La période de soumission des demandes pour la Bourse Chevening 2018/19 restera ouverte jusqu’au 7 Novembre 2017, précise l’ambassade dans un communiqué rendu public vendredi.
La Bourse est décernée aux candidats dotés d’un potentiel en matière de leadership et qui sont motivés pour une carrière menant à un poste de responsabilité dans leur pays, désirant poursuivre leurs études au Royaume-Uni pendant un an, à partir de septembre 2018, dans l’objectif de décrocher un Master à l’université Britannique de leur choix.

Sept bourses seront accordées cette année aux candidats tunisiens afin de financer leurs études de Master dans l’un des domaines suivants : Administration publique, bonne gouvernance et transparence, Participation politique et relations internationales, Journalisme et promotion des médias professionnels, L’Etat de Droit et Droits de l’Homme, Sécurité et lutte contre le terrorisme.
Les bourses Chevening visent à soutenir la volonté commune du Royaume-Uni et de la Tunisie à entretenir des relations positives et durables avec de futurs leaders d’opinions et décideurs des deux pays, souligne le communiqué.

La Bourse Chevening est un prestigieux programme mondial de bourses d’études du gouvernement Britannique, financé par le Ministère Britannique des Affaires Etrangères et du Commonwealth (FCO) dans 118 pays.
La bourse Chevening permet également l’accès à un réseau d’Alumni (les anciens de Chevening) influents, reconnus et respectés dans le monde entier. La communauté d’Alumni Chevening compte aujourd’hui plus que 44.000 membres à travers le monde. Les candidats Chevening ont eu un excellent bilan et occupent des postes de leadership dans plusieurs secteurs, y compris la politique, la gestion des affaires, les médias, la société civile et les disciplines académiques.
Pour postuler ou pour plus d’informations sur La bourse Chevening les candidats sont appelés à consulter le site http://www.chevening.org/, selon le communiqué.

par -
Selon le site « generation-nt.com »

Google a présenté, lundi 20 mars 2017, ses excuses pour avoir laissé s’afficher des messages publicitaires accolés à des vidéos au contenu haineux, alors que des annonceurs comme Marks & Spencer et HSBC ont retiré leurs publicités des sites du moteur de recherche en Grande-Bretagne.

Selon Reuters, le gouvernement britannique a suspendu ses annonces sur YouTube après que des messages publicitaires de groupes ou services publics sont apparus à proximité des vidéos contenant des messages homophobes et antisémites, une initiative suivie par un certain nombre de marques.

La Grande-Bretagne est le premier marché de Google, filiale d’Alphabet, en dehors des Etats-Unis. En 2016, elle a représenté un chiffre d’affaires de 7,8 milliards de dollars (7,3 milliards d’euros), principalement généré par la publicité, soit presque 9% du CA global du géant américain.

par -

La Grande-Bretagne a accepté d’accorder à l’Irak des prêts totalisant 10 milliards de livres sterling (11,57 milliards d’euros) sur une période de dix ans pour financer d’importants projets d’infrastructure, a annoncé Reuters.

Seules des compagnies britanniques seront autorisées à nouer des contrats avec les autorités irakiennes dans le cadre de ces projets.

Certains d’entre eux se situeront dans les secteurs des égouts et de l’approvisionnement en eau.

Quatorze ans après la chute de Saddam Hussein et l’invasion militaire conduite par les Etats-Unis, l’Irak souffre toujours de gros problèmes d’infrastructure, notamment dans les services d’eau et d’électricité. Le pays manque aussi d’hôpitaux et d’écoles.

par -

Les documents des archives Snowden, fournies par l’ancien consultant de la NSA à Glenn Greenwald et Laura Poitras et consultés par le journal « Le Monde », en collaboration avec « The Intercept », montrent notamment que, loin de se consacrer exclusivement à la traque des organisations terroristes, les services de renseignement britanniques et américains consacrent une large part de leurs ressources à l’espionnage économique et diplomatique. Et bénéficient pour ce faire d’un gigantesque réseau de surveillance électronique, qui s’appuie aussi, en Afrique, sur d’importants moyens de surveillance des communications par satellite.

Le vaste système de collectes d’informations des services américains et britanniques est très loin de se limiter aux groupes armés et terroristes : dans une vingtaine de pays, ce sont les élites politiques, militaires et économiques africaines qui sont ciblées. Sans oublier, bien sûr, leurs représentations diplomatiques, et celles d’autres pays sur place dont des ambassadeurs français.

par -

La diplomatie tunisienne multiplie les efforts afin de convaincre le Foreign Office de lever les restrictions de voyage vers la Tunisie, imposées depuis l’attentat de Sousse. C’est ce qu’a annoncé la ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Salma Elloumi Rkik.

Rencontrée lors de l’ouverture de « Yatch Med Festival », la ministre s’est montrée optimiste, affirmant que son département n’épargne aucun effort pour atteindre cet objectif, dont les répercussions seront positives sur le secteur touristique.

La précision vient à un moment où le quotidien britannique ” The Gardian” a annoncé une levée progressive de ces restrictions de voyage, qui sera appliquée par étapes.

Pour certains observateurs, cela est tout à fait envisageable, notamment avec l’amélioration de la situation sécuritaire ces derniers temps.

par -

La Grande-Bretagne, l’Union européenne et la Banque mondiale ont annoncé mercredi un plan visant la création de 100 000 emplois en Ethiopie pour aider à lutter contre la crise des migrants, rapporte la chaîne BBC.

 Deux parcs industriels seront construits dans le pays pour un coût estimé à 500 millions de dollars. L’Ethiopie, initiatrice du projet, devra accorder des permis de travail à 30 000 réfugiés. Un certain nombre de nouveaux postes sera réservé aux jeunes Ethiopiens demandeurs d’emploi.

D’après la même source, la Première ministre britannique, Theresa May, a déclaré qu’il s’agit d’un projet-pilote pour voir comment aider les pays pauvres qui abritent un grand nombre de migrants.

L’Ethiopie accueille plus de 700 000 demandeurs d’asile, principalement du Soudan du Sud, d’Erythrée et de Somalie. Beaucoup d’entre eux tentent de faire le voyage de l’Afrique du Nord vers l’Europe en traversant la Méditerranée.

par -

Le rapport accuse notamment le gouvernement britannique d’avoir échoué à identifier les factions islamistes radicales au sein de la rébellion, rapporte le site « lepoint.fr ».

L’intervention militaire britannique en Libye en 2011 était basée sur des « postulats erronés », accusent des parlementaires britanniques dans un rapport publié hier mercredi qui critique sévèrement l’ancien Premier ministre David Cameron.

La commission des Affaires étrangères a relevé plusieurs erreurs dans le processus décisionnel qui a amené Londres à intervenir militairement avec la France en 2011, officiellement pour protéger les civils réprimés par le dictateur Mouammar Kadhafi, a ajouté  la même source.

par -

D’après le site « Les Echos »,  le marché automobile britannique est resté stable en juillet, se reprenant quelque peu après son recul de juin, la bonne tenue de la demande de la part des entreprises ayant compensé le quatrième recul de suite des ventes aux particuliers, selon des données publiées jeudi.

Selon la fédération du secteur, la SMMT, les ventes de voitures neuves se sont établies en juillet à 178.523 (+0,06%) après -0,8% en juin, qui avait constitué seulement le deuxième mois de recul des ventes en plus de quatre ans. Les données publiées par la SMMT sont les premières à prendre en compte un mois entier après la décision des électeurs britanniques, lors du référendum du 23 juin, de quitter l’Union européenne. Redoutant les effets du “Brexit” sur la demande, la SMMT a exhorté le gouvernement à soutenir le deuxième marché automobile européen.

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

La loi antiraciste vient d'être votée par le Parlement, avec son lot de sanctions qui en refroidit plus d'un (fortes amendes et même peine...

INTERVIEW

Slim Feriani, le ministre de l'Industrie et des PME et de l'Energie par intérim, a récemment accordé à Africanmanager une interview exclusive où il...

AFRIQUE

Selon des sources bien informées citées par le site TelQuel Arabi , le gouvernement marocain a décidé de taxer les entreprises qui réalisent des...

Reseaux Sociaux

SPORT