Tags Posts tagged with "logements,"

logements,

par -

L’APTBEF, association professionnelle tunisienne des banques et des établissements financiers, vient de prendre une décision qui pourrait être comprise comme contraire à celle de la BCT (Banque Centrale de Tunisie) d’augmenter son taux directeur de 100 points de base, dans un souci de lutter contre l’inflation, mais qui s’insère réellement dans un autre plan de mesures d’accompagnement, mis au point par les autorités financières tunisiennes. C’est ainsi que dans un communiqué rendu public ce jour, l’APTBEF annonce que «tout en marquant son adhésion à la politique monétaire visant la maitrise de l’inflation, l’APTEBEF reste sensible au renchérissement des coûts de financement pour les ménages et plus particulièrement ceux de la classe moyenne bénéficiaires de crédits d’acquisition et de construction de logement. Elle décide ainsi de suspendre l’application de l’augmentation du taux d’intérêt sur cette catégorie de crédits et de clients ». L’APTEBEF précise cependant, que «cette décision revêt un caractère exceptionnel et fera l’objet d’une évaluation périodique, en fonction de l’inflation et des mesures de politique monétaire »

par -

Les effets de la loi de finances 2018 n’ont pas tardé à pointer le nez. Après des prix à la consommation qui ont augmenté de 0,7 % plafonnant l’inflation à 7,6 % et les différentes augmentations en impôts et taxes, l’impact de cette loi est désormais visible sur certains produits de consommation, comme l’automobile, pourtant aussi moyen indispensable de transport et outil de production, comme pour le cas des véhicules utilitaires, et même les logements. Pour ces deux biens, les premiers chiffres 2018 indiquent un trend baissier des ventes

C’est ainsi que, selon les derniers chiffres de l’ATT (Agence tunisienne du transport terrestre), le nombre des véhicules automobiles qui ont été importés et immatriculés par les concessionnaires a drastiquement baissé à la fin du 1er trimestre 2018.

En mars 2017, c’était 4.344 véhicules qui ont été immatriculés, compte non tenu du marché parallèle. En mars 2018, il n’y avait plus que 3.023 véhicules. A la fin du premier trimestre 2017, les immatriculations des concessionnaires avaient été de 10.710 véhicules. A la fin du 1er trimestre de l’année en cours, les mêmes concessionnaires n’avaient pu immatriculer que 8.046 véhicules automobiles. Une baisse de 20% en seulement 3 mois. La baisse est plus importante dans le secteur des voitures particulières où la baisse trimestrielle a été de 25%. Toutes les marques, ou presque, ont été touchées par cette baisse en voitures particulières, même les petites cylindrées classiques, comme Renault, Peugeot ou Citroën encore et même la fameuse DMax pourtant très demandée pour tous genres de commerce, même transfrontalier.

Effet du coût des voitures ou des dernières restrictions douanières concernant la facilité du FCR pour les voitures RS, le marché parallèle des voitures enregistrait aussi une baisse, quoique moins importante, mais quand même de 16 % à la fin du 1er trimestre 2018. La baisse a touché, entre autres, des marques de grosses voitures, comme la BMW (-56 %), l’Audi (-33 %), la Porsche ou la Jaguar (respectivement -35 % et -33 %)

Par distributeur, la DMax reste pourtant le véhicule le plus vendu par «Afrique Auto», laquelle reste le distributeur le plus vendeur à la fin mars 2018. Il est suivi par Artes et Aures, pour le trio des meilleurs distributeurs.

En individuel et dans le brand des voitures particulières, c’est Renault qui, avec 896 immatriculations, trône à la 1ère place des meilleures ventes malgré une baisse de 35 % des unités écoulées. Juste derrière, en seconde place, c’est Toyota dont les ventes grimpent de 155 %. A la 3ème place et malgré une toute légère baisse de 1 % de ses ventes il y a Citroën, suivie par Kia qui a immatriculé 748 VP (Voitures Particulières) en 3 mois. On notera cependant la prochaine entrée, dans la catégorie des VP, de Mahindra qui a manifestement déjà introduit un exemplaire pour certification. Mais aussi la toute petite montée en puissance de Wallyscar qui a déjà commercialisé 6 VP.

  • Baisse des ventes de logements chez Essoukna et Simpar

Courant les trois premiers mois de l’année 2018, la société a réalisé un chiffre d’affaires de 4,194 MDT. En pareille période de l’exercice 2017, la société filiale de la BNA avait réalisé un chiffre d’affaires de plus de 5 MDT. La baisse de cette année a surtout concerné la vente de logements qui est revenue de 4,968 MDT à seulement 4,038 MDT. Le total des ventes et promesses fermes a atteint au 31/03/2018 une valeur de 6,370 MDT (ventes : 4,194MDT ; promesses : 2,176 MDT).

Baisse du chiffre d’affaires aussi chez le second promoteur immobilier coté en bourse, au premier trimestre 2018. Cette baisse est expliquée, selon le management de la Simpar, par le fait que «la vente pendant le premier trimestre 2018 a été conditionnée par l’apparition tardive de la note commune n°22 /2018 datée du 02 avril 2018 relative à la taxe sur la valeur ajoutée sur les ventes de logements».

Il est vrai cependant qu’il n’y avait pas que cela.

Un communiqué de la Simpar indique par ailleurs que 50% des promesses de vente concernent le projet “La Brise” aux Jardins de Carthage dont le procès-verbal de récolement est prévu pour le dernier trimestre 2018. Les promesses de vente fermes au 31 Mars 2018 s’élèvent à 4 millions de dinars. Avancement des travaux de construction des projets situés à El Mourouj 5, et le projet HSC 1-4- 3, situé aux jardins du Lac et du lotissement situé à Sousse. Le chiffre d’affaires prévisionnel des deux premiers projets avoisine les 27 millions de Dinars. Le stock des travaux en cours a évolué de 64% entre Mars 2017 et Mars 2018.

La baisse n’a pas concerné que ces deux entreprises. Régression, en effet aussi, de 3 Millions de Dinars soit une baisse de 70 % des ventes, chez la partie immobilière du groupe Poulina, selon les derniers chiffres de ce groupe, relatifs au 1er trimestre 2018.

Les trois entreprises, témoins de tout un secteur parce que les seules à publier leurs états et indicateurs financier du fait de leur cotation en bourse, font certes toujours du chiffre d’affaires (CA) et vendent. Il est cependant un fait que leurs CA diminuent. Et derrière cette baisse, il est impossible de ne pas voir la hausse des impôts, directs et indirects et aussi la hausse du TMM pour un secteur où l’achat, presqu’en grande partie conditionné par l’accès au crédit, devient de plus en plus cher.

par -

Les promoteurs immobiliers n’attendront pas la publication par la Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales d’une note commune, qui devrait leur permettre de bénéficier de la déduction de la TVA, sur les immeubles déjà bâtis, au 31 décembre 2017, conformément à l’article 9 du code de la TVA.
Ils procéderont dans l’immédiat à l’application de cet article, afin d’éviter que le citoyen ne supporte l’augmentation de la TVA prévue par la loi des finances 2018 (+13%) et relancer les ventes bloquées depuis deux mois, a affirmé le président de Chambre Syndicale Nationale des Promoteurs Immobiliers (CSNPI), Fahmi Chaâbane, dans une déclaration aux médias.

Il a fait remarquer, en marge d’une assemblée générale de la chambre, que les promoteurs immobiliers attendent, depuis deux mois, la publication de la note, mais leur attente ne pourra pas se poursuivre encore, indiquant que le retard accusé dans la résolution de ce problème a mis dans la confusion aussi bien les promoteurs que le citoyen, aggravant ainsi, la crise du secteur.
Et d’ajouter que suite à la déduction de la TVA, le citoyen supportera donc une augmentation entre 1% et 3% dans le prix final du logement.

Les promoteurs immobiliers déposeront un inventaire de leurs stocks en logements à usage d’habitation aux recettes des finances, avant, le 31 mars 2018, pour bénéficier de la déduction de la TVA, a t-il encore dit, rappelant que le secteur est confronté à plusieurs difficultés dont la libéralisation du secteur du ciment, l’augmentation de 27d du prix de l’acier, cette année, outre la hausse des prix des carburants, des produits de carrière, de la céramique et de la main d’œuvre.

Selon les dispositions de l’article 9 du code de la TVA, les promoteurs immobiliers disposant de stocks d’immeubles ou de terrains destinés à la construction de logements ont le droit à cette déduction de la TVA.

La loi de finances pour l’exercice année 2018 a soumis la vente des logements bâtis par les promoteurs immobiliers à une TVA de 13% sur les ventes réalisées, à partir du 1er janvier 2018 et à une TVA de 19% pour les ventes réalisées, à partir du 1er janvier 2020.

Au sujet du programme du premier logement, lancé en février 2017, Chaâbane a fait savoir que la chambre, le ministère de l’Equipement et les banques ont convenu d’augmenter le revenu mensuel brut plafonné de 10 à 15 fois le SMIG, de permettre l’acquisition d’un logement, dont le prix ne dépasse pas les 250 mille dinars contre 200 mille dinars, auparavant, et de permettre aux personnes qui ont hérité des biens immobiliers ou des parts dans des biens immobiliers de bénéficier du programme.

La version finale amendée du programme du premier logement sera examiné et adopté par la présidence du gouvernement. Entre temps seulement 400 logements ont été vendus dans le cadre dudit programme et des procédures de vente de 200 autres logements sont en cours.

TAP

par -

Le groupement professionnel des promoteurs immobiliers relevant de la CONECT (Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie) appelle à consacrer le droit des promoteurs immobiliers à bénéficier de la déduction de la TVA sur leur stock en logements à usage d’habitation construits, avant le 1er janvier 2018, ou sur ceux en cours de construction, a déclaré le président du groupement, Nebil Azouz.
Intervenant, mercredi 07 février 2018, à Tunis, au cours d’une conférence, Azouz a appelé à tenir compte de la date d’obtention du permis de construire dans l’application de la déduction de la TVA.

Le Groupement recommande de constituer un groupe technique pour étudier avec l’administration l’article 9 du code de la TVA qui stipule que la taxe sur la valeur ajoutée qui a effectivement grevé les éléments (acquisitions, importations et livraisons des biens pour la construction) du prix d’une opération imposable est déductible de la taxe sur la valeur ajoutée applicable aux opérations taxables ainsi que la taxe sur la valeur ajoutée retenue à la source.
Azouz a avancé que la non déduction de la TVA aura des répercussions sur la durabilité du secteur qui fait face à la stagnation des ventes, au cours des dernières années, ainsi que la hausse des prix et la détérioration du pouvoir d’achat des citoyens. Le groupement a appelé la commission des finances, de la planification et du développement relevant de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) à une séance d’audition afin d’examiner les recommandations du groupement.
Et de rappeler que le secteur de l’immobilier représente 14% du total des investissements en Tunisie, 12,6% de la valeur ajoutée de l’économie et 8% des crédits bancaires.

Pour sa part, Skander Sellami, conseiller fiscal et président du Groupement professionnel des conseillers fiscaux relevant de la CONECT, a souligné que l’approche de l’Etat dans la compréhension de la loi de finances concernant la soumission des logements à usage d’habitation à la TVA est différente de la philosophie de l’article 9 du code de la TVA qui stipule la simultanéité du droit à la déduction avec la soumission d’une activité ou d’un produit à la TVA.
Et d’ajouter que l’administration a pensé à ne pas faire bénéficier les promoteurs immobiliers de la déduction de la TVA 9, car l’imposition des logements à usage d’habitation en vertu de la loi de finances pour l’exercice année 2018 causera l’endettement du secteur auprès de l’Etat vu la stagnation des ventes du secteur.
Il a souligné que l’administration aurait dû élaborer des études d’impact et consulter l’avis du tribunal administratif pour avoir une position juridique claire afin de préserver les droits de toutes les parties.

La loi de finances pour l’exercice année 2018 a soumis la vente des logements bâtis par les promoteurs immobiliers à une TVA de 13% sur les ventes réalisées, à partir du 1er janvier 2018 et à une TVA de 19% pour les ventes réalisées, à partir du 1er janvier 2020.
Il convient de noter que le président de la Chambre syndicale nationale des promoteurs immobiliers (CSNPI), relevant de l’UTICA, Fehmi Chaâbane, avait déclaré, le 5 janvier courant, que le conseil supérieur de la fiscalité aurait pris la décision de ne pas faire bénéficier les promoteurs immobiliers de la déduction de la TVA sur les immeubles déjà bâtis, au 31 décembre 2017, selon des informations qui sont parvenues à la CSNPI.
Chaâbane avait annoncé que la CSNPI portera l’affaire en justice, en cas de publication d’une note portant sur cette décision.

TAP

par -

Dans un communiqué rendu public ce mardi 16 janvier 2018, les promoteurs immobiliers ont revendiqué la déduction de la TVA ayant géré leurs stocks immobiliers au 31 décembre 2017.

“Malgré nos réserves, l’article 44 de la loi de finances 2018 a élargi le champ d’application de la TVA aux contrats de vente des logements à usage d’habitation et construits par des promoteurs immobiliers”, explique la chambre des promoteurs immobiliers

“Avec l’entrée en vigueur de cette loi, la chambre syndicale nationale des promoteurs immobiliers (CSMPI) respecte cette mesure et revendique la déduction de la TVA ayant géré leurs stocks immobiliers au 31 décembre 2017, et ce, conformément à l’article 9 du code de la TVA qui prévoit que la TVA”, ajoute la chambre, notant que l’article 9 du code de la TVA est clair de façon à éviter toute erreur d’interprétation.

par -

Les promoteurs immobiliers déposeront un inventaire de leurs stocks en logements à usage d’habitation aux recettes des finances, avant le 31 mars 2018 pour bénéficier de la déduction de la TVA, a fait savoir mercredi, la Chambre syndicale nationale des promoteurs immobiliers.
Les promoteurs immobiliers ont, ainsi, réitéré leur refus de la position de l’administration fiscale qui s’oriente vers l’application de la TVA sur leur stock en logements à usage d’habitation construits avant le 31 décembre 2017. Ils se disent déterminés à appliquer l’article 9 du Code de la TVA, qui exonère du paiement de la TVA, les contrats et promesses de vente signés avant cette date.
La chambre a souligné que “malgré nos réserves, l’article 44 de la loi des Finances 2018 a élargi le champ d’application de la TVA aux logements à usage d’habitation et construits par des promoteurs immobiliers. Les logements à usage d’habitation étaient exonérés de cette nouvelle taxation de 13% applicable depuis la date du 1er janvier courant, et qui atteindra 19% à partir du 1er janvier 2020“.

par -

Le président de la Chambre syndicale nationale des promoteurs immobiliers (CSNPI), Fahmi Chaâbane, est passé sur Express FM ce mardi 02 janvier 2018 pour faire la lumière sur son secteur, concerné par les hausses de prix dans le cadre de la Loi de finances 2018.
Il a affirmé que le droit de consommation de certains matériaux de construction, qu’ils soient locaux ou importés, tels que la céramique et le marbre, a été révisé à la hausse, ce qui a impacté les prix des logements. Il a aussi évoqué la dépréciation du dinar et la montée du coût de la matière première parmi les facteurs de renchérissement de l’habitat.

«Nous, les promoteurs immobiliers, sommes toujours accusés de gonfler les prix des logements, alors que ces augmentations nous pénalisent en premier. Le pouvoir d’achat des clients a aussi fondu. En outre, nous devons honorer des échéances de remboursement de dettes auprès des banques, ces crédits sont évalués à 4000 Millions de dinas», a-t-il indiqué.

Le président de la CSNPI a tenu à préciser que la nouvelle TVA de 13% sur les logements commercialisés par les promoteurs immobiliers (à l’exception des logements sociaux) va faire monter les prix de 3% à 6%.
«On voudrait rassurer les Tunisiens sur le fait que l’augmentation effective moyenne est de 5% pour les projets en cours. La TVA de 13% ne concerne que les stocks immobiliers. Par ailleurs, un nouveau dispositif sera prochainement mis en place ; il s’agit d’une caisse nationale de garantie dédiée aux personnes n’ayant pas un revenu fixe, afin de leur faciliter l’accès à des crédits immobiliers et d’aménagement. Un décret sera publié dans les semaines à venir, pour déterminer les personnes ciblées par cette mesure ainsi que la fourchette des prêts octroyés et la nature du logement» a déclaré Chaâbane.

par -

La Loi de finances 2018 a programmé une montée de la TVA, on y est et ce, dès ce 1er janvier. En conséquence les prix vont augmenter.

La hausse des prix des logements va se situer entre 3 et 4 % et va concerner tous les logements commercialisés par les promoteurs immobiliers, rapporte Mosaïque FM.

Les prix du carburant vont monter de 50 millimes.

Les tarifs d’assurance de voiture enregistreront une hausse de 2%.

Les cartes téléphoniques vont coûter 40 millimes de plus.

par -

Les logements commercialisés par les promoteurs immobiliers seront désormais soumis à une TVA de 13% au lieu de 19% initialement fixée dans le cadre du projet de la loi de finances pour l’exercice 2018, append Africanmanager d’une source du ministère des Finances. Seront exclus de cette taxe, les promesses de vente signées avant le 1er janvier 2018.

Fortement contestée par les promoteurs immobiliers, cette nouvelle taxe a été rejetée au niveau de la commission des finances de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) et l’article y afférent a été renvoyé au ministère des Finances pour le rectifier.

Dans une déclaration récente à Africanmanager, le président de la chambre des promoteurs immobiliers, Fahmi Chaâbane a assuré qu’il est impossible aujourd’hui, à la lumière de la crise qui sévit dans le secteur, d’instaurer cette taxe de 19%, soulignant que cette TVA n’impactera pas seulement les promoteurs immobiliers mais aussi le citoyen qui se trouve aujourd’hui dans l’incapacité d’acheter un bien immobilier. ” Cela va alourdir le coût sur le citoyen dont le  pouvoir d’achat est déjà en nette dégradation”, a-t-il dit. De plus, le secteur de l’immobilier souffre, selon lui, de l’endettement excessif, de la baisse des ventes et d’une difficulté de commercialisation même auprès des étrangers dont le nombre a connu une baisse remarquable durant ces dernières années.

La chambre avait en effet proposé l’application d’une TVA de 7% au lieu de 19%.

par -

Le président de la Chambre syndicale nationale des promoteurs immobiliers (CSNPI), Fahmi Chaâbane a mis en garde contre la détérioration du secteur de l’immobilier suite à la soumission, dans le cadre du projet de la loi de finances pour l’exercice 2018, des logements commercialisés par les promoteurs immobiliers à une TVA de 19%.”Si ce projet de loi vient à être approuvé, le secteur de la construction se dégradera mais aussi ceux de la promotion immobilière, des banques, de la main d’œuvre, des usines, des importateurs, des industriels,  des ingénieurs, des bureaux d’études et de contrôle des travaux : ” c’est un grand secteur et si on veut le toucher,  tout va se détériorer”, a averti Chaâbane, reprenant l’adage “Quand le bâtiment va, tout va”.

Dans une déclaration accordée à Africanmanager, Fahmi Chaâbane a assuré qu’il est impossible aujourd’hui, à la lumière de la crise qui sévit dans le secteur, d’instaurer cette taxe de 19%, rejetant ainsi l’application de ce taux assez élevé dans un climat d’affaires en nette stagnation.

Il a par ailleurs expliqué que cette TVA n’impactera pas seulement les promoteurs immobiliers mais aussi le citoyen qui se trouve aujourd’hui dans l’incapacité d’acheter un bien immobilier. ” Cela va alourdir le coût sur le citoyen dont le  pouvoir d’achat est déjà en nette dégradation”, a-t-il dit. De plus, le secteur de l’immobilier souffre, selon lui, de l’endettement excessif, de la baisse des ventes et d’une difficulté de commercialisation même auprès des étrangers dont le nombre a connu une baisse remarquable durant ces dernières années.

“Nous proposons 7%”

Fahmi Chaâbane a, à cet effet, proposé l’instauration d’une TVA de 7% au lieu de 19%. ” L’application d’une TVA de 7% nous paraît logique et acceptable”, a-t-il souligné,  appelant toutefois à exclure de cette TVA les promesses de vente signés depuis le début de cette année jusqu’au 31 décembre 2017 et à donner un délai d’un an aux promoteurs immobiliers jusqu’à la soumission de leurs listes de projets auprès des bureaux de contrôle de la fiscalité sachant que le lancement d’un projet prend entre 3 et 5 ans, selon ses dires.

Outre ces recommandations, le président de la chambre des promoteurs immobiliers a proposé que cette TVA de 7%  soit appliquée à  toutes les catégories de logement sans exception : social, économique ou autre. ” L’instauration de cette TVA dans le projet de la LF 2018 est en contradiction avec la réalité. L’année dernière, le gouvernement lançait le projet du premier logement pour encourager le secteur. Aujourd’hui, on instaure une taxe de 19%. C’est illogique”, a-t-il dit.

Il a tenu à préciser que la chambre a déjà présenté ses propositions au chef du gouvernement, au ministre de l’Emploi, au président du Parlement, au président de la commission des finances à l’ARP, mais aussi au ministère des Finances et à la Direction Générale des Études et de la Législation Fiscales.

500 bénéficiaires à ce jour!

Interrogé sur le programme du “premier logement”, lancé l’année dernière par le chef du gouvernement,  Fahmi Chaâbane a reconnu qu’un grand retard a été enregistré entachant sa mise en œuvre, expliquant  cela par le fait que les banques ont pris beaucoup de temps pour ajuster leurs applications informatiques et faire intégrer cette nouvelle composante dans leurs réseau informatique.

“Mais actuellement”, a-t-il dit, le projet a été de nouveau relancé et les demandes émanant des personnes désireuses  d’acquérir un bien immobilier n’ont cessé d’augmenter : “Nombreux sont ceux qui  ont cru que ce projet a été annulé et c’est pour cela qu’on a récemment lancé un site web dédié à ce  projet de premier logement”, a-t-il dit.

Citant des chiffres, le président de la chambre des promoteurs immobiliers a indiqué que dans le cadre de ce programme du premier logement, les clés ont été remis à près de 300 familles alors que 200 autres dossiers sont en phase d’étude au niveau des banques, certains sont en attente de l’accord préliminaire et d’autres sont en train d’achever les procédures et les garanties.

Comme nouveautés, Chaâbane a annoncé que la chambre a proposé dans le cadre du projet de premier logement d’augmenter le revenu mensuel brut plafonné de 10 à 15 fois le SMIG, espérant que cette proposition sera acceptée afin de permettre à la classe moyenne de bénéficier d’un logement.

par -

Le président de la Chambre syndicale nationale des promoteurs immobiliers (CSNPI), Fahmi Chaâbane a mis en garde contre la détérioration du secteur de l’immobilier suite à la soumission, dans le cadre du projet de la loi de finances pour l’exercice 2018, des logements commercialisés par les promoteurs immobiliers à une TVA de 19%.

Dans une déclaration accordée à Africanmanager, Fahmi Chaâbane a assuré qu’il est impossible aujourd’hui, à la lumière de la crise qui sévit dans le secteur, d’instaurer cette taxe de 19%.

Il a par ailleurs expliqué que cette TVA n’impactera pas seulement les promoteurs immobiliers mais aussi le citoyen qui se trouve aujourd’hui dans l’incapacité d’acheter un bien immobilier.

Fahmi Chaâbane a, à cet effet, proposé l’instauration d’une TVA de 7% au lieu de 19%.

par -

Le ministère de l’Equipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire prépare le cadre législatif relatif à la création du “Fonds de garantie des crédits accordés aux catégories disposant de revenus irréguliers“. Il s’agit de faire bénéficier à ces catégories qui sont exclues du système de crédit bancaire des financements leur permettant d’acquérir ou de construire un logement en leur offrant la garantie du fonds.
Ce projet, qui démarrera en 2018, a pour objectif de faciliter l’acquisition d’un logement et consacrer la solidarité sociale, a précisé le ministre l’équipement, de l’habitat et de l’aménagement du territoire Mohamed Salah Arfaoui.
Le ministère a également entamé la révision du système de gestion du territoire en soumettant à la ARP un nouveau projet du code de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme et le développement des programmes de réhabilitation des quartiers populaires qui concernent actuellement 146 quartiers moyennant 635 millions de dinars.

par -

La société nationale immobilière de Tunisie (SNIT) a programmé la construction d’environ 1300 logements pour l’année prochaine, alors que la société de promotion des logements sociaux (SPROLS) construira entre 500 et 600 logements, selon le directeur général de l’habitat au ministère de l’équipement, de l’habitat et d’aménagement du territoire Néjib Senoussi .
Il a souligné, vendredi, dans une déclaration à l’agence TAP, que l’année prochaine enregistrera la poursuite de la réalisation du programme spécifique du logement social qui concerne les logements rudimentaires et le logement social.
Concernant le logement rudimentaire, il sera exécuté à travers les promotions immobilières et la construction personnelle, alors que le logement social, sera réalisé par des promoteurs publics et privés, estimant qu’entre 6 et 7 mille logements sociaux seront réalisés, au cours de l’année prochaine.
Senoussi a indiqué qu’au cours du mois d’août 2016, la législation relative au fonds de promotion du logement pour les salariés (FOPROLOS) a été révisée, tout en introduisant une grande flexibilité pour assurer aux salariés un financement leur permettant d’acquérir des logements.
Dans ce contexte, il a indiqué que, depuis le début de l’année jusqu’à maintenant, 800 logements ont été agrées, dans le cadre du FOPROLOS et réalisés par des promoteurs immobiliers au profit des salariés, dont le revenu varie entre une fois et quatre fois le SMIG.
Entre 1000 et 1500 logements seront réalisés dans le cadre du programme de FOPROLOS, a-t-il souligné.
Senoussi a indiqué que le ministère œuvre à faire face à la modestie du patrimoine foncier en Tunisie et à la révision du système d’urbanisation et d’aménagement du territoire, en vue d’assurer des réserves foncières répondant aux besoins du pays.

par -

Depuis le début de cette année, la Société de promotion des logements sociaux (SPROLS) a vendu 225 logements d’une valeur estimée à 22 millions de dinars, d’après les derniers chiffres dévoilés à Africanmanager.
Ce chiffre devrait augmenter d’ici la fin de cette année, pour atteindre 280 logements d’une valeur de 28 millions de dinars. Avec ces estimations, ladite société réussirait à réaliser son business plan 2016.
Il est à noter que ces logements seront répartis sur plusieurs régions de la Tunisie dont Nabeul, Sousse, Douar Hicher, Monastir, Ben Arous, Sousse et Nabeul.

par -

L’association tunisienne pour la défense des droits des occupants des logements squattés de la Société de Promotion des Logements Sociaux (SPROLS) ont observé, jeudi, un sit-in devant le siège du gouvernement à la Kasbah pour revendiquer l’application de la loi pour la cession des logements au profit des habitants avec le prix du coût initial et en prenant en compte les loyers payés comme des intérêts.
A ce propos, Hichem Ben Hadia, président de l’association, a revendiqué le droit des occupants de quatre cités de la SPROLS qui sont “Romana” “La Marsa” “Manar2″et “Menzeh 8” à devenir propriétaire des logements qu’ils habitent depuis 1983 en soulignant, à ce propos, “la réalité sociale difficile des locataires”.
Ben Hadia a appelé à cet égard le gouvernement et les autorités concernées à tenir compte de la situation des habitants, mentionnant que 548 familles sur un nombre total de 824 familles vivent une situation sociale difficile.
“80% des chefs de famille sont retraités, 15% sont veufs et 5% portent un handicap”, révèle-t-il
Lors de ce mouvement de protestation, les habitants ont scandé des slogans appelant le gouvernement à satisfaire leurs revendications estimant que les prix de vente proposés pour l’achat des appartements sont “irréalistes”.

par -

Les habitants de la région d’El Kantara ont décidé d’observer une grève générale aujourd’hui, mercredi 5 octobre 2016.

Les administrations, institutions éducatives ont fermé leurs portes alors que les protestataires ont maintenu le blocage au niveau de la route régionale numéro 73 reliant les villes de Siliana et Kairouan, rapporte Mosaique Fm.

Les protestataires réclament la satisfaction de leurs revendications relatives à l’emploi, logements sociaux et au développement, indique la même source.

par -

La Société de promotion des logements sociaux (SPROLS) a vendu depuis le début de cette année, 106 logements d’une valeur estimée à 12 millions de dinars, apprend Africanmanager d’une source bien informée à la société.

Notre source a dans le même contexte indiqué que ladite société a réussi à réaliser 52% des prévisions de son business plan 2016 visant la vente d’environ 365 logements d’une valeur estimée à 28 millions de dinars.
Ces logements seront répartis sur plusieurs régions de la Tunisie dont Nabeul, Sousse, Douar Hicher, Monastir, Ben Arous, Sousse et Nabeul.

par -
Depuis le 1er janvier 2016 jusqu’à ce jour, 106 logements ont été vendus pour une valeur estimée à 12 millions de dinars, apprend Africanmanager d’une source bien informée relevant de la Société de promotion des logements sociaux (SPROLS).
Notre source a dans le même contexte ajouté que ladite société a réussi à réaliser 52% du programme fixé pour cette année. Ce programme, rappelle-t-on, vise la vente d’environ 365 unités au cours de 2016 dont la valeur est estimée à 28 millions de dinars.
Ces logements seront répartis sur plusieurs régions de la Tunisie dont notamment Nabeul, Sousse, Douar Hicher, Monastir, Ben Arous, Sousse et Nabeul.

par -

62 logements ont été vendus depuis le 1er janvier 2016 jusqu’à ce jour pour une valeur estimée à 7,5 millions de dinars, d’après les derniers chiffres dévoilés par la Société de promotion des logements sociaux (SPROLS) à Africanmanager.
Ces logements sont repartis sur plusieurs régions dont notamment Nabeul, Sousse et Jendouba.
Toujours selon la même source, ces logements font partie d’un programme fixé par ladite société visant la vente d’environ 370 unités au cours de cette année dont le coût est estimé à 40 millions de dinars.
Ces logements seront répartis sur plusieurs régions de la Tunisie dont notamment Nabeul, Sousse, Douar Hicher, Monastir, Ben Arous, Sousse et Nabeul.

par -

Le ministère de l’Equipement, de l’habitat et de l’aménagement du territoire a annoncé avoir  élaboré une feuille de route stratégique visant l’amélioration de l’infrastructure routière, le lancement de nouveaux programmes relatifs aux projets d’autoroutes, de logements, à l’incitation des bailleurs de fonds à investir davantage en Tunisie et à l’aménagement des pistes vicinales dans les zones intérieures du pays.

Dans une interview accordée, ce lundi 9 ai 2016 à Africanmanager, le ministre de l’Equipement, de l’habitat et de l’aménagement du territoire, Mohamed Salah Arfaoui,  a annoncé  que son département a élaboré  une feuille de route stratégique visant l’amélioration l’infrastructure routière en Tunisie.

Il a ajouté qu’un budget de 2600 millions de dinars a été consacré au titre de l’année en cours à la réalisation  de nombreux projets importants. Il s’agit entre autres de  la réhabilitation de plus 600 kilomètres de  routes dans  tous les gouvernorats du pays, a affirmé le ministre.

De même, un budget de 90 MD sera également alloué à la réalisation des pistes vicinales dans les différentes régions intérieures de la Tunisie, a-t-il noté ajoutant que le gouvernement et le ministère de l’Equipement accordent un grand intérêt pour les zones rurales du pays . Et de signaler que de nouveaux programmes sont en cours avec des investisseurs étrangers afin de réaliser des pistes vicinales dans les gouvernorats à vocation agricole.

Sur un autre volet, le ministre de l’Equipement, de l’habitat et de l’aménagement du territoire Mohamed Salah Arfaoui,  a annoncé que l’appel d’offres international pour le projet Taparoura vient d’être lancé afin de trouver un investisseur international pour la réalisation de ce projet en collaboration avec l’Etat tunisien, a-t-il précisé.

Il a ajouté que l’Etat tunisien aura son investisseur international d’ici deux mois, ajoutant qu’il s’agit d’ un projet très important et attendu par tous les Sfaxiens.

Des investisseurs étrangers très intéressés par la Tunisie

En effet, le ministre nous a affirmé qu’il a reçu, aujourd’hui, des investisseurs qui veulent investir dans des projets en Tunisie. « Je viens de recevoir, ce matin 9 mai 2016,  quatre investisseurs étrangers qui sont très intéressés par plusieurs projets en Tunisie, comme ceux  du pont de Bizerte, de l’autoroute de Sud, de Gafsa, de Jelma, du projet Taparura et de la Sebkha de Sijoumi », a déclaré le ministre.

Il a ajouté que « me gouvernement a tissé de très bonnes relations avec les bailleurs de fonds, les banques internationales, les investisseurs. Nous souhaitons que les investisseurs reprennent de nouveau leur activités comme auparavant. Nous ne sommes pas dans une crise économique, car il y a des indices de relance économique qui montrent que les investisseurs sont de retour en Tunisie. C’est vrai que nous avons passé de mauvais moments en 2015/2016 comme par exemple la prolifération du terrorisme, cependant nous sommes sur le bon chemin. Avec un taux de croissance de 0.8 % qui est n’est pas catastrophique,  la Tunisie pourrait consolider de nouveau son économie et attirer encore des investisseurs, a-t-il dit.

FOCUS 🔍

Comme à l’accoutumée, la BIAT- Banque Internationale Arabe de Tunisie – lance sa campagne estivale à destination des Tunisiens Résidents à l’Etranger « TRE...

Le meilleur des RS

Notre rubrique «Le meilleurs des réseaux Sociaux », début de la saison estivale oblige, choisit de mettre en lumière une initiative citoyenne, soutenue par un...

INTERVIEW

Walid Ben Salah, expert comptable, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont l'augmentation et à plusieurs reprises...

AFRIQUE

Une attaque terroriste menée par le groupe Boko Haram sur le lac Tchad a fait au moins 18 victimes jeudi soir. "Les éléments de Boko...

Reseaux Sociaux

SPORT

L'Italien Fabio Fognini a remporté le 7ème titre ATP de sa carrière en s'imposant dimanche en finale contre le Français Richard Gasquet, 29ème mondial,...