Tags Posts tagged with "ministre"

ministre

par -

Le ministre nigérian des Affaires étrangères a déclaré que sa visite en Tunisie se veut une occasion pour examiner l’évolution de la coopération bilatérale et les moyens de la renforcer dans les différents domaines.
Lors d’une réunion avec la présidente de l’UTICA, Wided Bouchamaoui, au siège de l’UTICA, le ministre nigérian des Affaires étrangères, Geoffrey Onyeama, qui effectue une visite de travail en Tunisie du 21 au 23 juin 2017, a souligné l’importance de la coopération entre les secteurs privés tuniso-nigérians, mettant l’accent sur les potentialités réelles de cette coopération, ce qui peut profiter aux deux pays, a ajouté le ministre.
Les deux parties ont abordé, au cours de cette réunion, les domaines d’activités qui s’offrent au partenariat tuniso-nigérian, mettant l’accent sur les opportunités d’investissement dans les deux pays. Les deux parties ont également mis l’accent sur l’importance des liaisons aériennes directes entre la Tunisie et les pays subsahariens pour la promotion des échanges bilatéraux.
Bouchamaoui a présenté aux invités nigérians l’environnement des affaires en Tunisie, notamment la nouvelle loi sur l’investissement exprimant le souhait que le Nigeria et la Tunisie œuvrent ensemble pour le renforcement du climat des affaires et pour le développement de la coopération bilatérale et son renforcement dans les différents domaines qui offrent des opportunités de coopération aux secteurs privés des deux pays.

par -

Le ministre de l’Education Neji Jalloul a annoncé mercredi 5 avril 2017 que l’enseignement de la langue arabe sera intégré dans le programme éducatif français.

Et d’ajouter qu’à partir de l’année scolaire prochaine une école tunisienne ouvrira ses portes à Paris.

par -

“Plus de 20 millions de dinars ont été mobilisés, cette année, par la société civile pour aider le ministère de l’éducation à améliorer l’infrastructure de plusieurs établissements scolaires à travers l’ensemble du pays “, a indiqué, mardi à la TAP, le ministre de l’éducation, Néji Jalloul.
” Des hommes d’affaires, des artistes, des institutions médiatiques et des ambassades ont participé au mois de l’école 2 et ont fait don d’une valeur de plusieurs milliers, voire millions de dinars pour embellir, rénover et même créer de nouveaux établissements scolaires “, a souligné le ministre.
Toujours en collaboration avec la société civile, le ministère de l’éducation, a-t-il dit, a pu assurer le transport de 18 mille élèves et garantir le petit déjeuner à 400 mille autres.
Le ministre a aussi fait savoir qu’entre 40 et 50 écoles olympiques verront le jour dans le cadre d’un projet réalisé en collaboration avec le comité olympique international.
Néji Jalloul a reconnu que beaucoup d’écoles manquent encore de terrains sportifs appelant, dans ce contexte, à revoir et à restructurer le sport scolaire afin que les professeurs d’éducation physique ainsi que l’infrastructure et les équipements sportifs existants soient sous la tutelle du ministère de l’éducation et non pas sous celle du ministère de la jeunesse et des sports.
Le ministre a aussi estimé que le sport et le renforcement des clubs artistiques et culturels sont le seul moyen de lutter contre la violence.
Dans ce contexte, Néji Jalloul a fait savoir qu’un nouveau centre culturel baptisé ” Centre culturel El Messaadi ” sera inauguré le 20 octobre en cours à Tunis (près du Lycée Carnot).
D’une capacité d’accueil de 500 places, ce centre sera dédié à tous les élèves afin qu’ils puissent y exposer leurs tableaux et présenter leurs différentes œuvres artistiques.
A rappeler qu’une bibliothèque, la plus grande en Afrique du Nord a été inaugurée, récemment, à Tataouine. Une bibliothèque similaire sera inaugurée dans deux semaines à Sousse, a fait savoir le ministre.
Par ailleurs, Néji Jalloul a indiqué que dans les établissements scolaires le nombre de clubs scolaires reste encore limité en raison du manque de cadres, saluant toutefois l’effort de plusieurs enseignants qui se sont portés volontaires pour animer de tels clubs dans leurs établissements.

par -

L’ancien ministre de Ben Ali, Mabrouk Bahri vient de rejoindre le mouvement de Machroû Tounes (Mouvement du Projet pour la Tunisie). C’est ce qu’a été annoncé sur la page officielle du parti.

Mabrouk Bahri  est actuellement directeur général d’une société de développement agricole et président de l’Association maghrébine de l’agriculture et des industries alimentaire.

Il était ministre de l’Agriculture, ambassadeur de Tunisie à Tripoli et président de l’Union tunisienne de l’agriculture et de la pêche (Utap).

Bahri avait également occupé le poste de gouverneur de plusieurs gouvernorats dont celui de Kébili, Kasserine, Ben Arous et Sousse.

par -

D’après des sources bien informées rapportées par le site spécialisé en Tic, Tunisie Haut Débit (THD), “le nouveau ministre des TIC Anouar Maârouf est sur le point de mettre un terme au projet m-Dev initié par le ministère des TIC en 2015 pour la formation des jeunes au chômage, notamment dans les régions, aux techniques de développement d’applications sur le mobile”.

THD rappelle que le programme m-Dev est soutenu financièrement par l’ONG allemande GIZ (Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit) qui a pris à sa charge les frais de ce programme, surtout le déplacement et l’organisation des sessions de formation dans les régions. A noter que la GIZ s’est déjà engagée à soutenir financièrement m-Dev jusqu’à 2018 et que c’est le CIFODECOM, une entité étatique qui assure le volet logistique pour le compte du ministère.

La même source rappelle aussi “que lors de la première édition du m-Dev (qui vient de s’achever), 8600 jeunes ont été formés et presque 1100 applications ont pu être déposées dans les Stores”.

par -

Kamel Ayadi, ministre de la Fonction publique, de la Gouvernance et de la Lutte contre la Corruption, a déclaré , ce lundi 15 août 2016 à Mosaïque fm,  avoir reçu il y a quelques jours une note de suspicion de corruption qui concerne un ministre.

Sans citer le nom du concerné, Ayadi a toutefois dit qu’il a chargé une équipe pour faire des investigations sur le sujet. Et d’ajouter qu’il prend quotidiennement des décisions qui renforcent la lutte contre la corruption.

Il dit que le nombre de dossiers complets sont directement dirigés à la justice et que certains autres, nécessitant des investigations, sont légués à l’instance.

par -

Néji Jalloul, ministre de l’Education nationale, n’a aucune envie de quitter son poste. Il l’a fait savoir ce mardi 9 août 2016 sur Express FM.

Le ministre le plus apprécié des Tunisiens – d’après tous les sondages sur les personnalités politiques – explique sa posture par le fait que les réformes qu’il a mises en branle dans l’éducation commencent à donner des résultats et que ce n’est pas le moment de quitter le navire.

«J’espère poursuive dans l’éducation car il y a réellement un projet qu’on a commencé avec nos partenaires de l’UGTT et du réseau “Ahd”», a-t-il déclaré, précisant que quoi qu’il se passe, il ne lâchera pas la politique ni l’engagement partisan.

par -

Selon le baromètre politique d’EMRHOD rendu public ce mardi 24 mai 2016, le rendement du ministre de l’Education, Néji Jalloul a été jugé positif par 48,9% des Tunisiens. Arrivent très loin, le ministre de la Santé Said El Aydi (25,4%), le ministre de l’Intérieur, Hédi Majdoub (12%), le ministre de la Défense, Farhat Horchani (7,1%) et le ministre de la Jeunesse et des Sports, Maher Ben Dhia (2,6%).

Le Baromètre Politique d’EMRHOD est une enquête quantitative réalisée chaque mois depuis la révolution du 14 Janvier 2011 auprès d’un échantillon représentatif de la population Tunisienne en âge de voter (18 ans et plus).

Cette enquête a été réalisée entre le 16 Mai et le 19 Mai 2016 en interrogeant 1022 personnes, par téléphone dans les 24 Gouvernorats (zones urbaines et rurales).

par -

Le ministre turc des Transports Binali Yildirim, fidèle compagnon de route du président Recep Tayyip Erdogan, a été désigné pour succéder à Ahmet Davutoglu à la tête du parti au pouvoir et du gouvernement, un choix qui renforce le pouvoir du chef de l’Etat.

La décision a été annoncée jeudi par le porte-parole du Parti de la justice et du développement (AKP), Omer Celik, à l’issue d’une réunion du comité directeur exécutif de cette formation islamo-conservatrice.

Yildirim, 60 ans, ministre des Transports presque sans discontinuer depuis 2002, ne s’est jamais écarté de la ligne tracée par  Erdogan et aura pour principale mission de mener à bien le projet de présidentialisation du régime que le chef de l’Etat appelle de ses voeux.

Dans son discours d’acceptation jeudi à Ankara, Yildirim a annoncé la couleur en s’engageant à “travailler en harmonie totale” avec le président Erdogan, qu’il accompagne depuis l’élection de ce dernier à la mairie d’Istanbul en 1994.

Le candidat désigné par l’AKP doit être formellement élu à la tête du parti lors d’un congrès extraordinaire dimanche, moins de trois semaines après l’annonce du retrait du Premier ministre Ahmet Davutoglu, victime, selon les observateurs, de divergences avec  Erdogan.

Après l’élection du nouveau chef de l’AKP dimanche,  Davutoglu devrait, selon les médias turcs, remettre sa démission dès lundi à  Erdogan qui confiera à son successeur la tâche de former un nouveau gouvernement.

Davutoglu et Erdogan s’étaient notamment opposés sur la reprise des négociations avec le PKK et le placement en détention provisoire de journalistes en procès, et le choix d’un homme lige du président permet à ce dernier d’asseoir sa domination sur l’exécutif.

par -

« La Tunisie peut devenir un partenaire et un portail des entreprises chinoises dans la région » a indiqué le président de la République Béji Caïd Essebsi lors de son entretien vendredi avec le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi.

Tout en se félicitant des bonnes relations d’amitié et de coopération établies entre la Tunisie et la Chine, Caïd Essebsi a souligné le souci de la Tunisie de hisser sa coopération avec la Chine à des paliers supérieurs.

Selon un communiqué de la présidence de la République, Wang Yi a de son côté mis l’accent sur les grandes opportunités qui s’offrent pour renforcer la coopération tuniso-chinoise particulièrement dans les domaines du commerce et de l’investissement.

Il a également salué le rôle important que joue la Tunisie dans l’approfondissement de la coopération dans le cadre du Forum de coopération sino-arabe et du Forum de coopération Afrique-Chine, compte tenu de la place de choix qu’elle occupe dans son environnement arabe et africain.

par -
Trois nouveaux projets de thermalisme entreront

 « On n’a pas de date précise pour la signature d’un accord portant sur la réalisation de la station thermale à El-Khbayet dans la délégation d’El Hamma à Gabès ». C’est ce qu’a indiqué le ministre de la Santé Said Aidi

Dans une déclaration exclusive accordée ce lundi 9 mai 2016, à Africanmanager, il a par ailleurs assuré que les négociations se poursuivent pour la réalisation de ce mégaprojet.

Une précision qui vient à un moment où la signature de l’accord en question entre le gouvernement tunisien et un investisseur autrichien, d’une convention d’investissement prévue pour fin avril relative à la réalisation de cette station thermale n’a pas encore eu lieu.

A noter que la station thermale « El-Khbayet » constitue l’un des grands projets en Tunisie, et en Afrique.

Ce projet dont le coût est estimé à 700MDT,  comporte deux centres de thermalisme, trois unités hôtelières, sept unités d’hébergement, 10 espaces de sport, d’animation et de loisirs, un terrain de golf et des aires de camping, répartis sur un terrain de 24 millions de mètres carrés.

par -

Le conseil scientifique de la faculté des Lettres et des Sciences Humaines à Kairouan a accepté de fermer l’établissement durant une semaine et cela suite aux évènements violents survenus la veille et la tentative d’un étudiant de s’immoler par le feu dans le bureau du doyen, rapporte shems fm.

Un communiqué de la fédération générale de l’enseignement annonce qu’il a été décidé avec le ministre de l’Enseignement Supérieur d’intervenir et de sécuriser l’établissement universitaire.

À noter que l’étudiant qui a tenté de se suicider avait protesté contre la perte de son diplôme par l’administration de la faculté, a ajouté la même source.

par -

Jamais certainement, ministre de la seconde République en Tunisie n’aura «réussi» à faire le buzz en si peu de temps. Mohsen Hassen avait été nommé ministre du Commerce, le 6 janvier 2016. Presqu’un mois, presque jour pour jour, le ministre de l’UPL (Union Patriotique Libre) tenait sa première conférence de presse.

Le ministre a fait moult annonces. D’abord celle de ne pas revoir les prix des produits de base ou de lever la compensation. Ensuite, son intention de limiter le taux d’inflation à 3,5% sur toute l’année 2016. Mais aussi la réforme de l’Office du commerce de la Tunisie (OCT), la constitution d’une équipe de travail pour la révision de la marge bénéficiaire des commerçants de détail des fruits et légumes, la préparation des grandes saisons de consommation, notamment le mois de Ramadan 2016, la modernisation des entreprises de tutelle, la création d’une  agence régionale du Cepex à Kasserine, la réduction de la durée d’accostage dans les ports commerciaux à moins de 17 jours, le changement du régime relatif au consultant d’export, la création d’un grand marché à Sidi Bouzid pour offrir près de 630 postes d’emplois directs et enfin 13 autorisations de grandes surfaces.

Sauf que, faute peut-être de pouvoir s’approprier la baisse du taux d’inflation du mois de janvier dont il ne pourrait pas se prévaloir, Mohsen Hassan annonce la baisse du prix du thé. On ne sait pas pourquoi le choix de ce produit et pas un autre, pour annoncer sa baisse et pas l’autre. D’autres produits  dont le poids est plus lourd dans le couffin de la ménagère, comme le sucre, le lait ou le pain, auraient pu figurer dans cette annonce de baisse de prix du nouveau ministre du Commerce. Le  dira-t-il  un jour, lors d’une autre conférence de presse ?

On ne sait pas non plus pourquoi il a fait le choix du thé (cette boisson est nettement moins consommée que le café, mais importée comme le café). Il est vrai que l’INS annonçait, il y a quelques jours, que les prix du groupe des «boissons & alimentation» en janvier 2016, n’a pas baissé, mais juste enregistré une baisse de son trend haussier. En fait, il y a eu hausse, mais de 1,4 % au lieu de 7 % en janvier 2015.

Toujours est-il que cette annonce, qui faisait pourtant d’un attelage bouquet de 12 décisions, dont celle de n’augmenter aucun produit compensé, sera la seule à être retenue par les amateurs des réseaux sociaux. Ce choix des réseaux sociaux ne semblait pas avoir de cause bien particulière, sauf peut-être la personne même du ministre. On pourrait, à ce sujet, rappeler que le ministre Mohsen Hassan n’avait pas trouvé l’appui populaire à sa candidature, qui aurait pu le mettre à l’abri de toute critique. C’était, à la limite, comme si les détracteurs du nouveau ministre n’attendaient que la première apparition publique du nouveau ministre pour «lui sauter dessus».

Le fait est que cette annonce de la baisse du prix du thé ne vaudra au ministre que moqueries. Durant plus de deux jours, les «facebookers» s’en donnent à cœur joie, avec force caricatures, slogans, vidéos et autres dessins sarcastiques. Une campagne de dénigrement qui fait rire, mais qui est aussi risible, et qui fera oublier toutes les autres mesures annoncées par le ministre Hassan et dont certaines étaient d’importance. Etait-ce cela la finalité de cette campagne ?

Facebook a ses raisons que la raison, mais aussi parfois la bienséance, les convenances, le politiquement correct et même la simple politesse ignorent !

Commentant cette campagne, un collègue à Hassan dont on taira le nom, a estimé que cela démontre au moins un degré de créativité, insoupçonné et inexploité, chez le Tunisien. D’ailleurs, on a bien ri dans les chaumières, comme s’en sont fait l’écho les légions d’internautes qui ont fait leurs choux gras de cette sortie du ministre. La vidéo que voici le montre:

[youtube=”https://www.youtube.com/watch?v=rXIHWeN_A0k&feature=youtu.be”]

par -

Né en 1952, le nouveau ministre des Affaires religieuses, Mohamed Khelil est diplômé en droit et en philosophie de la faculté de théologie et de la faculté de droit de Tunis. Il complète son cursus avec un DEA en études islamiques et un doctorat d’université en langue et littérature arabes, selon Shems Fm.

En 1977, Mohamed Khelil a entamé sa carrière comme attaché au Cabinet du Mufti de la République. Il devient professeur de l’enseignement secondaire et chargé de Cours à la Faculté de Théologie.

En 1984 il est attaché du cabinet du ministre de la famille et de la promotion de la femme puis attaché auprès du parlement.

Il poursuit sa carrière comme professeur principal de théologie et de langue arabe à l’institut supérieure des sciences appliquées et de technologies de Tunis. Il est producteur et présentateur de plusieurs émissions religieuses à la télévision tunisienne dans différentes chaînes nationales et privées.

par -

Kamel Ayadi est née en 1960.Il est titulaire d’un diplôme d’ingénieur de l’ENIT, d’un diplôme d’études supérieures spécialisées en Droit, et un diplôme de langue anglaise de l’Université de Cambridge. Expert international en stratégie de gestion de l’intégrité et de lutte anti-corruption et formateur certifié par des institutions américaines en éthique, gouvernance, leadership et stratégie d’intégrité. Il a assumé plusieurs responsabilités dont en particulier celle de Président de l’Instance Nationale des Télécommunications et de Secrétaire d’Etat au Ministère de l’Equipement et de l’Aménagement du Territoire. Il fut également Secrétaire Général puis Président de l’Ordre des Ingénieurs de Tunisie, avant d’assurer successivement les fonctions de vice-président, puis Président de la Fédération Mondiale des Organisations d’Ingénieurs de 1999 à 2013.Il a reçu le Prix International ‘’Georges Washington’’ pour l’année 2011 décerné par l’Union des Ingénieurs Américains, en reconnaissance de ses efforts de leadership international et ses travaux pour la lutte contre la corruption. Kamel Ayadi est très actif, avant et après la révolution, dans les domaines du développement régional, de la gouvernance, de la lutte anti-corruption et de la science et de la technologie. Il a fondé et présidé des institutions agissant dans ces domaines, telles que le Centre de Réflexion Stratégique pour le Développement Régional, le Centre International pour la Lutte Contre la Corruption et l’Institut Mondial de l’Ethique et du Leadership. Il a participé à la réalisation de plusieurs études et des consultations sur ces sujets. Il est actif depuis vingt ans au niveau international .IL a présidé, animé et contribué à des groupes de travail pour la réalisation de travaux et études pour le compte d’institutions internationales telles que l’ONU, (groupe de travail science et technologie,) l’UNESCO,( rapport international sur l’ingénierie), Projet Mondial de la Justice, Brookings Institutions, L’Alliance Mondiale des Nations Unies pour les technologies de l’information et des communications au service du développement .Il a contribué de manière active à des évènements de l’ONU dont en particulier le Sommet Mondial sur la Société de l’Information et a été élu en tant que membre du bureau international de la société civile relevant des Nations Unies de 2001à 2005 représentant la communauté internationale science et technologie .Il est également membre correspondant de l’Académie Pana américaine de l’ingénierie et membre honoraire du forum mondial de l’Innovation. Il a été de 2007 à 2013 le président fondateur de la commission internationale permanente pour la lutte contre la corruption. Il est également conseiller et représentant du Centre Britannique pour la Lutte Contre la Corruption auprès de la région MENA.Il contribue en tant que membre du groupe de travail chargé par l’Organisation Internationale de la Normalisation au développement de la norme internationale sur la corruption. Il a contribué de très près au développement de la première norme Anti-bribery pour le compte du British Standard Institute. Depuis 2005 il est à la tête d’un réseau d’experts internationaux dans le domaine de l’éthique et la lutte contre la corruption. Il a développé et géré des projets de renforcement des capacités dans le domaine de lutte contre la corruption financés par le PNUD, la Banque Mondiale (Global Partnership for Social Accountability), le Ministère des Affaires Etrangères du Royaume des Pays Bas, le Projet Mondial de la Justice. Il a donné plus de 150 conférences dans des congrès et séminaires internationaux dans 70 pays. Il a présidé, organisé et contribué à plus de 100 congrès internationaux en Tunisie et dans d’autres pays(Inde2007, Brésil2008, Kuweit 2009, Argentine 2010, Genève2011)

par -

La ministre du tourisme et de l’artisanat Salma Elloumi Rekik s’est engagée, mercredi, au milieu des protestations des citoyens et des représentants de la société civile, à créer une unité de gestion ou un commissariat régional au tourisme dans le gouvernorat de Béja.
Le gouvernorat de Béja compte 26 km de cotes et un nombre importants de sites archéologiques, dont Douga classée patrimoine mondial et un nombre de villes andalouses, outre des circuits touristiques, mais ne possède que 6 unités touristiques d’une capacité de 234 lits.
Dans une déclaration à la correspondante de l’agence TAP, en marge de la tenue du conseil régional du tourisme de Béja, la ministre a souligné qu’une série de décisions seront prises au cours d’une réunion de suivi.
Et d’ajouter que son département examinera un projet touristique à Ezzouaraa.
Elloumi a souligné que le gouvernorat de Béja dispose de plusieurs atouts favorisant le tourisme environnemental, culturel et balnéaire, précisant que la promotion de la situation du tourisme tunisien reste tributaire de la diversification du produit touristique.
Elle a appelé les députés à soutenir les efforts du ministère visant à changer la vocation des terres agricoles à Béja pour la construction de gîtes ruraux et des maisons d’hôtes.
Les données présentées lors du conseil régional du tourisme montrent que le nombre de visiteurs (notamment les chasseurs ) a régressé de 40%.

INTERVIEW

Le Directeur général de l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII), Samir Bechoual, a appelé à l’institutionnalisation de la campagne d’interpellations et...

AFRIQUE

Mohammed VI n'est pas content et l'a fait vertement savoir aux ministres, qu'il a réunis hier dimanche 25 juin 2017 à Casablanca, pour le...

SPORT

Reseaux Sociaux