Tags Posts tagged with "Olivier Poivre d’Arvor"

Olivier Poivre d’Arvor

par -

L’ambassadeur de France en Tunisie, Olivier Poivre d’Arvor, a célébré le 60ème anniversaire de la République tunisienne à sa manière : Il a fait une virée sur les plages du Cap Bon, avec ses potes. Dans une vidéo publiée sur sa page Facebook hier mardi 25 juillet 2017, Olivier Poivre d’Arvor s’extasie devant la beauté des étendues de sable fin.

«Bonne fête de la République. Tahhya el joumhouriya ethaniya» a écrit l’ambassadeur, avant d’ajouter qu’il fête l’événement au Cap Bon, «un merveilleux jardin du monde».
Ensuite il a enchainé avec des détails sur son passage à Kélibia et Haouaria : «Nuit à Kelibia la blanche, citronnade au Sidi Bahri, fête foraine, calèches cheval-néon, et le matin bain de rêve à Sidi Mansour… puis en route vers El Haouaria, déjeuner au Pêcheur (Dali, le patron, est top)… et rencontre sur le retour avec un Olivier beaucoup plus âgé que moi !». On a également appris son émoi devant l’olivier «d’Echraf, un arbre vieux de 2500 ans qui a été planté par les Carthaginois»…

Enfin l’ambassadeur, après avoir magnifié une «journée de rêve entre la route de Kelibia et Haouaria” et “des plages bleue turquoise et une vue panoramique incroyable», a appelé les habitants de Tunis et de Paris à se «précipiter» sur ces endroits sublimes.

par -

L’ambassadeur de France en Tunisie, Olivier Poivre D’Arvor, a annoncé vendredi 2 juin 2017 sur Express fm qu’un Conseil de haut niveau entre la France et la Tunisie sera créé afin de renforcer la coopération entre les deux pays.

Il a également précisé que ce conseil se réunira une fois par an et qu’il sera présidé par les chefs des deux Etats ou les chefs des gouvernements et en présence des ministres des Affaires étrangères et des ministres des Finances.

La première réunion aura lieu en Tunisie entre septembre et novembre 2017.

Dans le même contexte, il a également ajouté que les discussions au cours de cette réunion annuelle seront principalement centrées sur la coopération commune dans le domaine économique.

Il a ajouté que la France a converti des dettes d’une valeur de 80 millions d’euros en investissements dans des projets de développement, ajoutant que ce chiffre pourrait augmenter dans les années à venir.

par -

“Les chiffres des touristes français en Tunisie sont plutôt très bonS pour le début de 2017. Leur fréquentation a doublé par rapport à 2016 “, a indiqué ce dimanche l’ambassadeur de France en Tunisie, Olivier Poivre d’Arvor.

La Tunisie a fait savoir qu’elle avait besoin du retour des touristes européens ” c’est pourquoi ils sont de plus en plus nombreux “, a-t-il dit.

Dans une déclaration à l’agence TAP en marge de sa participation à la manifestation ” Djerba invite la France “, Poivre d’Arvor a salué les efforts des forces de sécurité et du gouvernement dans le maintien de la sécurité en Tunisie. ” Ils ont fait vraiment leur maximum “, a-t-il insisté, soulignant que les conditions de sécurité sont optimales en Tunisie. ” Nous avons souffert, en Tunisie mais également en France, des attentats qui nous ont frappés; alors c’est très important de pouvoir dire aux touristes qu’ils seront en sécurité en Tunisie “, a-t-il rassuré.

Sur le pèlerinage annuel juif de la Ghriba, Olivier Poivre d’Arvor a indiqué que c’est à la fois un événement rituel et religieux et un lieu de rencontre de gens venant des quatre coins du monde. ” C’est comme les fêtes de Pâques à Séville où viennent des centaines de milliers de touristes et où les villes et les communes vivent au rythme d’une histoire millénaire et en même temps accueillent des tas de gens “, a-t-il relevé, estimant que la Ziara de la Ghriba est un moment spectaculaire partagé par des juifs venus du monde entier.

” On a besoin de ces archaïsmes, rituels et costumes et on a besoin des œufs à mettre dans la synagogue pour contrer la modernité d’Internet “, a-t-il soutenu. Selon lui, les rituels de la Ghriba, répondent à une culture parfois oubliée dès lors qu’on travaille avec des portables et des ordinateurs.

Poivre d’Arvor a souligné l’importance de ce rendez-vous pour Djerba et pour le tourisme djerbien : ” C’est très important pour les djerbiens qui sont nés ici et reviennent mais aussi pour d’autres qui viennent assister au pèlerinage et repartent avec un message très simple : ici on est en sécurité, ici c’est bienveillant et tolérant et ici on a envie de revenir pour la nature, pour la culture et pour le tourisme “. Selon l’ambassadeur, le tourisme est de plus en plus exigeant ” on n’a plus envie de tremper ses pieds dans l’eau mais on a aussi envie de tremper sa tête dans la culture des autres “.

par -

L’Ambassadeur de France en Tunisie Olivier Poivre d’Arvor a annoncé, lundi 27 mars 2017, la mise en place en Tunisie d’un observatoire français de la migration et de la mobilité entre les deux pays.

Poivre d’Arvor a indiqué lors d’une conférence de presse que l’observatoire permettra de publier chaque année, et d’une manière exacte et objective, les chiffres de la migration entre les deux pays “très interconnectés”, rapporte Jawhara Fm.
L’observatoire a été constitué en réunissant les différents services de l’ambassade, le consulat, l’office français de l’immigration et de l’intégration mais aussi Campus France.
La migration des Tunisiens vers la France est un sujet serein et bien maîtrisé, s’est félicité l’ambassadeur en soulignant que le taux de refus des demandes de visa déposées par les Tunisiens est relativement bas.
700 mille Tunisiens sont en France et 30 mille Français sont en Tunisie, a rappelé Poivre d’Arvor.

par -

L’ambassadeur de France en Tunisie Olivier Poivre d’Arvor effectue une visite de deux jours au gouvernorat de Gafsa où il a été reçu lundi par le gouverneur Mondher Laâribi, rapporte Jawhara Fm.

L’évaluation de la coopération entre le gouvernorat de Gafsa et la région française Pays de la Loire a été au centre de l’entretien entre les deux hommes qui ont abordé la possibilité d’une nouvelle coopération, avec un autre département français.

La visite de l’ambassadeur a également été une occasion pour lancer des projets communs dans les domaines éducatif et culturel. Il se rendra ce mardi dans quelques sociétés de la régions afin de développer des outils de coopération.

par -

Le président de l’Assemblée nationale française, Claude Bartolone effectuera une visite en Tunisie en janvier 2017, a annoncé, lundi, l’ambassadeur de France à Tunis, Olivier Poivre d’Arvor.
” La visite de Bartolone en Tunisie intervient en réponse à l’invitation du président de l’ARP, Mohamed Ennaceur “, a déclaré Poivre d’Arvor à l’agence TAP.
” Je suis venu aujourd’hui rencontrer les présidents des partis politiques à l’ARP ” a indiqué Poivre d’Arvor à l’issue de son entretien avec le président de l’ARP.
” La France a beaucoup d’admiration pour la manière dont l’ARP a construit cette vie démocratique avec le peu de moyens qu’elle avait “, a-t-il dit.
Selon Poivre d’Arvor, cette rencontre a offert l’occasion de discuter des moyens de booster la coopération tuniso-européenne particulièrement dans le domaine parlementaire et de préparer la prochaine visite du président de l’Assemblée nationale française.

par -

L’écrivain Olivier Poivre d’Arvor, bientôt 58 ans, qui va endosser son costume d’ambassadeur de la France en Tunisie le 10 septembre 2016, a une passion pour le pays du jasmin. Et ça date. Dans un entretien avec Jeune Afrique paru ce jeudi 04 août, il évoque ses liens très spéciaux avec ce pays avec lequel il va faire un bout de chemin vers sa mue démocratique. Morceaux choisis :

Le rapport à la Tunisie

« C’est d’abord une affaire ancienne d’auteurs que j’ai pu lire, de cinéastes, de culture au sens large, d’Histoire, et un pays découvert à 20 ans. Après, il y a eu les amitiés avec des photographes, des réalisateurs, des producteurs, des gens qui faisaient le pont entre Paris et Tunis. En 2011, à Radio France, nous avons été la première radio occidentale à faire une matinale en direct de Tunis, deux jours après le départ de Ben Ali. Et nous avons fait de même après l’attentat du Bardo. La Tunisie, c’est la bonne nouvelle de la région : révolution, écriture d’une Constitution, organisation d’élections libres et transparentes, réformes… Il reste beaucoup de grain à moudre, notamment sur les questions de sécurité et avec notre ambassade en Libye [fermée depuis juillet 2014], dont j’imagine qu’un jour elle rejoindra Tripoli. »

Le job d’ambassadeur

« Un ambassadeur est un chef d’équipe, et il peut se reposer sur de très grands professionnels. Je travaille avec les services compétents en matière de sécurité depuis quelque temps, et ce sera pour moi une priorité. Ce dont la Tunisie a besoin, ce n’est pas tant de financements supplémentaires, mais plutôt de pouvoir poursuivre ses réformes. S’il existe un pays qui peut montrer l’exemple, c’est bien celui-là, et même de manière relativement rapide. Je suis aussi frappé par le nombre de gens qui, en France, ont envie de faire quelque chose avec la Tunisie, et j’aimerais trouver un mécanisme qui leur permette de s’engager en faveur de cette transition démocratique. »

Ce qu’il pense de Ben Ali

« Cette période est terminée. Ce qu’avait fait Bourguiba en matière d’éducation s’est perdu sous Ben Ali. On ne peut pas regretter cette révolution. Peut-être que les Égyptiens s’interrogent sur le résultat de la leur, mais je crois qu’il n’y a qu’une infime minorité de Tunisiens qui pensent que Ben Ali c’était mieux que le président Essebsi. Il fallait en passer par là. À l’ambassade, François Gouyette a replacé la France dans un rapport respectueux, ni arrogant ni complice, ouvert sur le champ politique, recevant l’ensemble des responsables sans en diaboliser aucun. »

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux