L’ambassadeur de France n’en a pas fini avec l’affaire des armes !

L’ambassadeur de France n’en a pas fini avec l’affaire des armes !

par -

Dans cette Tunisie post-révolutionnaire qui s’enflamme plus que de raison pour un rien, l’affaire des armes convoyées par la délégation diplomatique française en partance pour la Libye a eu son quart d’heure de gloire, et même un peu plus puisque l’Ambassade de France à Tunis en a remis une bonne louche jeudi 18 avril 2019 dans la soirée. Pourtant on avait cru que les explications qu’elle avait fournies le 15 avril suffisaient amplement à dégonfler cette histoire ! Il est vrai aussi que les autorités tunisiennes n’y sont pas allées avec le dos de la cuillère, elles en ont fait des tonnes, surfant sur cette affaire qui n’en est pas une pour montrer à une opinion publique qui doute de tout et demande toujours à voir que les forces de sécurité du pays sont aux aguets et qu’elles maitrisent leurs dossiers, à côté d’une Libye qui bouillonne et est au bord du précipice. Montrer les muscles en ces temps de péril sécuritaire chez le voisin libyen ça ne mange pas de pain, et c’est excellent pour la com d’un gouvernement qui a très peu de bonnes nouvelles par ailleurs. Mais là les autorités tunisiennes en ont trop fait, pour des broutilles finalement; en effet il n’est pas concevable que l’escorte sécuritaire de l’Ambassadrice de France en Libye fasse des déplacements dans une zone aussi dangereuse par les temps qui courent sans un minimum de protection, ne serait-ce que pour sa défense. Manifestement l’Ambassade de France en Tunisie n’a toujours pas digéré le raffut que les autorités locales ont fait autour de cet incident…

Les services d’Olivier Poivre d’Arvor ont rendu publique jeudi soir une nouvelle mise
au point sur l’affaire des 13 personnes de nationalité française sous couverture diplomatique entrées en Tunisie en provenance de Libye à bord de 6 véhicules 4X4.
Alors que nos deux pays doivent faire face à de réels enjeux de sécurité, dans le contexte de la crise libyenne, un certain nombre d’allégations déplacées et de fausses informations ont nourri de vaines et absurdes polémiques“, note l’ambassade de France dans cette mise au point dont une copie a été reçue par l’agence TAP.
Comme l’a indiqué l’Ambassade de France en Tunisie dans son communiqué de presse du 15 avril 2019, un déplacement des membres du détachement qui assure la sécurité de l’ambassadrice de France pour la Libye à Tripoli s’est effectué par la route, dimanche 14 avril, en direction de Tunis. L’évolution rapide de la situation en Libye a justifié l’organisation d’un pareil déplacement dans des délais contraints“, ajoute le communiqué.

D’Arvor mouille les autorités tunisiennes

L’ambassade précise que “ce détachement transportait dans ce cadre des équipements adaptés à son rôle, à savoir assurer la sécurité personnelle de l’Ambassadrice et la sécurité physique des locaux où elle travaille à Tripoli“.
J’ai veillé à ce que la préparation de son déplacement s’effectue en étroite coordination et en toute transparence avec l’ensemble des autorités tunisiennes concernées. Les Ministères des Affaires étrangères, de la Défense nationale et de l’Intérieur ont ainsi été formellement sollicités et informés à différents niveaux et en temps réel“, ajoute le communiqué citant l’ambassadeur Olivier Poivre d’Arvor.
Il a fait remarquer que “les formalités et contrôles d’entrée du détachement et de ses équipements sur le territoire tunisien se sont déroulés en présence d’un membre de l’Ambassade de France en Tunisie et ce, évidemment, dans le plus strict respect de la souveraineté de la République tunisienne et des règles diplomatiques en vigueur“.

Comme je m’y suis engagé auprès des autorités tunisiennes et avec leur accord, les matériels et équipements du détachement vont être rapatriés vers la France dans les jours qui viennent“, a précisé l’ambassadeur, qui a remercié “les partenaires tunisiens de leur coopération pour le bon déroulement de ce déplacement” et salué plus largement le travail des forces de sécurité et de défense tunisiennes.

La com qui a irrité l’Ambassade de France

En déplacement mardi 16 avril, dans le gouvernorat de Médenine, le ministre de l’Intérieur Hichem Fourati, avait indiqué que des mesures sécuritaires sont prises lors du passage via les postes frontières. “Elles concernent également les missions diplomatiques“, a-t-il ajouté.
Il a souligné à cet égard que “la Tunisie respecte les traditions diplomatiques. Elle veille à faciliter le déplacement des missions étrangères de passage en Tunisie en direction de leur pays et l’acheminement des équipements dont ils disposent“.
Tout en œuvrant à faciliter le déplacement des missions diplomatiques, sécuritaires et onusiennes, les services sécuritaires accomplissent les tâches qui leur incombent“, a-t-il dit.

Le ministre de la Défense, Abdelkarim Zbidi, avait confirmé également dans une déclaration à la presse qu’un groupe de 13 personnes de nationalité française sous couverture diplomatique à bord de 6 véhicules 4*4 est entré en Tunisie via la frontière terrestre tuniso-libyenne dimanche, 14 avril 2019. “Malgré leur refus, les armes et munitions qui étaient en leur possession ont été sécurisées en coordination avec le ministère de l’Intérieur et de la sécurité des frontières“, avait-il précisé. Zbidi a, dans ce contexte, tenu à souligner que les unités militaires sont en état d’alerte depuis quelques mois, en collaboration avec le ministère de l’Intérieur, en ce qui concerne le renforcement des mesures sécuritaires et militaires sur
les frontières terrestres ou encore maritimes.
Nos frontières terrestre, maritime et aérienne sont toutes sécurisées à l’aide de radars qui nous permettent de repérer le moindre mouvement suspect“, a-t-il expliqué.

SL-TAP

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire