Tags Posts tagged with "WASHINGTON"

WASHINGTON

par -
La Chine annule les négociations commerciales avec Washington

La Chine a annulé la nouvelle série de négociations commerciales prévue prochainement avec les États-Unis ainsi que le déplacement à Washington du vice-Premier ministre, Liu He, prévu la semaine prochaine, a rapporté vendredi le Wall Street Journal, citant des sources informées.

Une délégation de représentants chinois devait se rendre à Washington en amont de la visite de Liu He, mais ce voyage a été annulé, a ajouté le journal, cité par Reuters.

En début de semaine, Pékin a annoncé qu’il imposerait à partir de lundi de nouveaux droits de douane sur 60 milliards de dollars (51 milliards d’euros) d’importations américaines, en représailles à la décision de Donald Trump de taxer 200 milliards de dollars d’importations chinoises.

Dans un communiqué publié lundi dernier, Donald Trump avait précisé que si la Chine ripostait à ces nouveaux droits de douane, il taxerait immédiatement 267 milliards de dollars de produits chinois supplémentaires.

Le Président américain a réitéré sa menace vendredi soir, avant l’annonce de Pékin, lors d’un meeting de campagne d’un candidat républicain aux élections de mi-mandat dans le Missouri.

par -

L’administration américaine a annoncé ce vendredi qu’elle ne financerait plus l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA). Après avoir «attentivement examiné la question», le gouvernement «a décidé que les États-Unis ne feraient pas de contribution supplémentaire à l’UNRWA», a annoncé la porte-parole du département d’État Heather Nauert dans un communiqué.

Il a accusé l’agence d’augmenter «sans fin et de manière exponentielle» le nombre de Palestiniens éligibles au statut de réfugié. Selon la diplomatie américaine, «ce n’est simplement pas viable», a-t-il dit.

Washington entend «intensifier le dialogue avec les Nations unies» et les autres acteurs pour trouver «de nouveaux modèles et de nouvelles approches, qui peuvent inclure une aide bilatérale directe des États-Unis et d’autres partenaires».

par -

Le ministre des Affaires étrangères, Khémaies Jhinaoui, effectue une visite officielle à Washington du 25 au 28 juillet, à l’invitation du secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo.
Jhinaoui aura des rencontres avec des hauts responsables de l’administration et du Congrès américains, indique mardi un communiqué du ministère des Affaires étrangères.
Le ministre aura, également, des rencontres avec des représentants de Think Tanks, de médias américains et des milieux d’affaires américains.
Cette visite s’inscrit dans le cadre de la volonté des deux parties de renforcer davantage les relations de coopération et d’amitié qui unissent les deux pays et d’identifier les moyens susceptibles de consolider le partenariat stratégique entre la Tunisie et les Etats-Unis, souligne la même source.
La visite sera aussi une occasion de se “concerter et d’échanger les points de vue au sujet des questions régionales et internationales d’intérêt commun“.

par -

Le vice-président de la Banque mondiale pour la Région Moyen-Orient et Afrique du Nord, Hafez Ghanem, a fait part de la volonté de la Banque de continuer à appuyer la Tunisie dans la réalisation de ses projets de réforme, afin de booster la croissance et répondre aux besoins socio-économiques du pays, et ce, lors d’une rencontre qu’il a eue avec le ministre du Développement, de l’investissement et de la coopération internationale, Zied Ladhari, en marge des Réunions du printemps de la Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International (du 19 au 22 avril à Washington).

Selon un communiqué publié vendredi par le département du Développement, Ghanem a exprimé, par la même occasion, sa satisfaction quant à l’évolution progressive de plusieurs moteurs de l’économie tunisienne.
Les deux responsables ont évoqué, lors de cette rencontre, la coopération financière et technique entre la Tunisie et la Banque Mondiale, mettant l’accent sur l’avancement des réformes économiques et stratégiques en Tunisie, et les programmes futurs visant à impulser la croissance et à assurer la maîtrise des équilibres macroéconomiques.

Ils ont évoqué aussi le programme d’appui au budget de l’Etat et les mécanismes à mobiliser pour soutenir les projets de partenariat public-privé et le programme d’appui aux politiques sociales inclusives en Tunisie.

Ladhari a eu une rencontre, également, avec des représentants de grands groupes d’investissement américains, exerçant dans des activités prometteuses et ce, dans le cadre de la coopération avec la Chambre de commerce arabo-américaine.

Le ministre a présenté, à cette occasion, un exposé sur le climat d’affaires et d’investissement en Tunisie et les réformes mises en place afin de renforcer la compétitivité du pays et attirer les investisseurs étrangers.

Il a rappelé que la Tunisie dispose de plusieurs avantages, en l’occurrence la compétence des ressources humaines, l’infrastructure, la position géographique et stratégique…, ce qui fait d’elle une plateforme pour la conquête des marchés européens et africains.

par -

Pour sa quatrième édition, le sommet Powering Africa (www.PoweringAfrica-Summit.com) se tiendra au Marriott Marquis Hotel, à Washington, du 28 février au 2 mars 2018. On y débattra des opportunités de mise en œuvre de projets énergétiques sur le continent africain et des investissements associés.

Les agences intergouvernementales américaines qui ont confirmé leur présence au sommet, notamment OPIC, Power Africa et USAID, élargissent leurs objectifs pour le continent africain, et renforcent leur implication dans le développement de projets à partir d’un éventail plus varié de technologies.

Lors des nombreuses conversations avec EnergyNet, le Département d’État et le Département de l’Énergie ont clairement exprimé leur détermination à s’impliquer davantage en Afrique, à travers la promotion de partenariats commerciaux et en faisant avancer les accords à un rythme accéléré, qui sera adapté pour aider à surmonter plus efficacement les goulots d’étranglement.

Alors que le marché a connu des ralentissements dans certaines économies clés, l’Ouganda, la Côte d’Ivoire, le Sénégal, la Zambie et le Ghana sont en plein essor avec des projets tels que l’oléoduc Ouganda-Tanzanie, un projet de plusieurs milliards de dollars qui suscite un vif intérêt chez les investisseurs.

Simon Gosling, directeur général d’EnergyNet, déclare :

« Au cours des 24 derniers mois, l’Afrique du Sud s’est efforcée de finaliser les PEI renouvelables. Ces projets progressent maintenant en raison de la localisation accrue et de l’engagement de la BPE, ce qui permettra enfin la signature de ces PPA dans les semaines à venir. Cela déclenchera le Programme GAS IPP, qui offrira une excellente opportunité aux investisseurs étrangers et aux fournisseurs de gaz, tout en transformant le développement du pays.

Lors d’un récent voyage en Afrique du Sud, le secrétaire d’État américain à l’Énergie, Rick Perry, a expliqué comment l’énergie améliorait la sécurité des jeunes. Un corollaire évident est la manière dont une sécurité accrue améliore la confiance, qui favorise un meilleur apprentissage, des idées et des emplois plus solides et, en fin de compte, un consommateur mieux préparé et plus compétent, ce qui permettra d’éclairer réellement l’ensemble du continent. “

De ce point de vue, l’Afrique devrait être encouragée à négocier un plus grand volume d’accords, et un nombre important de ces conversations commenceront lors du 4e sommet Powering Africa.

par -

L’administration Trump envisage de séparer les enfants de leurs parents lorsque des familles sont arrêtées sans papiers à leur arrivée aux Etats-Unis, dans le but de décourager l’immigration clandestine, ont rapporté plusieurs médias américains citant des responsables sous couvert d’anonymat.

Le ministère américain de la Sécurité nationale (DHS) a “examiné des changements de procédure, de politique, de régulation” pour contrer l’immigration clandestine et certaines mesures “ont été approuvées”, a déclaré sans plus de détails Tyler Houlton, porte-parole du DHS, au Washington Post tel que rapporté par Lefigaro.fr

par -

Les États-Unis ont annoncé mardi 26 décembre avoir sanctionné deux responsables nord-coréens, dans la foulée d’une résolution de l’ONU durcissant les mesures de rétorsion contre Pyongyang, rapporte l’AFP.

Les sanctions s’inscrivent dans une campagne de pression maximale pour isoler la Corée du Nord et faire en sorte que la péninsule coréenne soit entièrement dénucléarisée.

Les quinze membres du Conseil de sécurité ont adopté vendredi à l’unanimité un texte américain durcissant les sanctions contre Pyongyang, en ciblant surtout le pétrole et les travailleurs nord-coréens installés à l’étranger.

par -

La Tunisie participe à un colloque international sur la récupération de l’argent spolié, organisé par les USA et la Grande Bretagne, du 04 au 06 décembre 2017 à Washington, avec l’appui de l’initiative privée de récupération des avoirs spoliés, qui est un partenariat entre le groupe de la Banque mondiale et l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (UNODC), précise un communiqué du ministère des domaines de l’Etat et des affaires foncières.
Ce colloque, auquel participera une délégation tunisienne présidée par Mabrouk Korchid, ministre des domaines de l’Etat et des affaires foncières, examinera plusieurs questions relatives aux moyens de récupérer les avoirs, l’application du mécanisme de confiscation pour le recouvrement des avoirs spoliés à l’extérieur et les mécanismes permettant à l’Etat demandeur (Tunisie) de demander ses droits sur l’argent confisqué.

Il s’agit, en outre, de mettre en place une nouvelle stratégie basée sur l’enquête et la recherche sur l’argent déposé à l’étranger, outre la présentation de recommandations permettant de lever les obstacles entravant la récupération de l’argent spolié.
Le programme prévoit une séance plénière au cours de laquelle Korchid prononcera un discours au nom de l’Etat tunisien. La délégation tunisienne aura des entretiens bilatéraux avec des représentants d’un nombre de pays participants.
A rappeler que la Tunisie a œuvré, depuis 2011, à récupérer l’argent spolié par Ben Ali et sa belle famille, déposé en Suisse et dans plusieurs autres pays.

par -

D’éminents dirigeants de grandes entreprises, investisseurs africains et internationaux se réuniront au Sommet Mondial sur le Commerce et l’Investissement en Afrique du 24 au 26 juin 2018 à Washington, DC pour explorer des opportunités d’affaires en Afrique.

Organisée par GAA Exhibitions & Conferences, la première édition du Sommet Mondial sur le Commerce et l’Investissement en Afrique réunira les 24, 25 et 26 juin 2018 à Washington, DC plus de 2000 acteurs économiques venus de plus de 70 pays, dont des délégations gouvernementales, des leaders africains de renom, des développeurs de projets ainsi que des investisseurs internationaux. Conçu pour promouvoir et faciliter le commerce international entre les Amériques, l’Asie, l’Europe, les Émirats arabes unis et l’Afrique, cet événement de trois jours offrira un cadre unique pour échanger sur les opportunités d’investissement et permettra aux participants de développer leurs réseaux d’affaires.

« Le volume d’échanges commerciaux en Afrique subsaharienne devrait quadrupler d’ici 2030. Les marchés africains sont dans le radar des investisseurs car ils offrent de nombreuses opportunités encore inexploitées tant pour les investisseurs que pour les exportateurs et les entreprises. ATIGS vise à créer un environnement propice aux rencontres. Ce rendez-vous exceptionnel permettra aux participants de tisser des liens avec les principaux acteurs pour lancer leurs projets et étendre leurs activités en Afrique », a déclaré Bako Ambianda, Directeur, GAA Exhibitions & Conferences.

Plus de 150 conférenciers, 160 exposants et 350 investisseurs mondiaux assisteront au Sommet. 16 secteurs économiques dont l’industrie manufacturière, l’agroalimentaire, l’énergie, la construction notamment, mais aussi les transports, les technologies de l’information, le tourisme, les télécommunications et les ressources naturelles seront mis en exergue, mais pas seulement. Des projets à fort potentiel en Afrique seront également présentés aux investisseurs internationaux, des expositions, présentation de pays et autres figureront à l’ordre du jour.

ATIGS, ce sont aussi 13 événements spécifiques dont des événements bilatéraux, le Forum des industriel américano-africain, le Forum des affaires UAE-Afrique, le Forum économique Afrique-Chine, le Congrès des affaires internationales UE-Afrique et plus encore. La 27e Conférence mondiale sur le gaz avec plus de 12 000 délégués et le Sommet sur l’investissement Select USA 2018 avec plus de 1 200 investisseurs mondiaux ; de nombreuses autres opportunités offertes aux participants.

Les entreprises intéressées sont invitées à s’inscrire pour assister ou exposer à l’évènement à travers le site: ATIGS2018.com.

par -

Les réunions annuelles de la Banque Mondiale (BM) et du Fonds Monétaire international (FMI) ont eu lieu du 11 au 15 octobre 2017 à Washington, aux États-Unis. A pris part à cette réunion Zied Laâdhari, le ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, en la présence de l’Ambassadeur de Tunisie à Washington. Laâdhari s’est entretenu avec le secrétaire d’Etat adjoint au Trésor des USA, M. Eric Meyer, le secrétaire d’État adjoint du ministre du Commerce américain, Stemard JOHNS, la directrice adjointe de la JICA, Chie MIYAMADA, le directeur exécutif de l’agence internationale du développement américain (USAID), Mark GREEN, la Vice-présidente par intérim chargée du suivi des programmes, Kyeh Kim, et un nombre du conseil américain des affaires.

Le ministre a eu également des rencontres avec des responsables de la Banque islamique du développement (BID), de la Banque Internationale pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord ainsi que de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD). Les émissaires de ces institutions financières et établissements de crédit ont réaffirmé, lors de ces rencontres, leur engagement à soutenir la Tunisie et l’accompagner pour réaliser ses objectifs de croissance et de développement.

En marge de ces rencontres, Laâdhari a signé avec Marie Françoise Marie-Nelly, directrice du département Maghreb et Malte à la Banque Mondiale, un accord de financement de 52,7 Millions d’euros. Il s’agit d’un crédit remboursable sur 30 ans à un taux d’intérêt de 1% avec 5 années de grâce. Ce crédit sera consacré à un projet d’intégration économique au profit des jeunes des régions défavorisées dans l’objectif de soutenir leurs initiatives privées. Il va concerner, dans une première étape, les gouvernorats de Jendouba, Kasserine, Kairouan, Siliana et Manouba et dans une deuxième phase Kebili et Sfax.

Le ministre de la Coopération internationale a également signé deux autres accords de financement avec le président du groupe de la BID. La première convention est d’une valeur de 57 Millions d’euros, remboursables sur 20 ans à un taux d’intérêt de 2% et avec 5 années de grâce ; alors que l’autre est sans intérêt et porte sur 15 millions d’euros.

Ces crédits seront alloués à l’achèvement du projet de construction de deux barrages dont l’un à Saida, au Cap Bon et l’autre à El Kalaâ Kebira ainsi qu’à la construction des réseaux pour le transport d’eau. Il s’agit d’un projet destiné à couvrir le déficit de l’eau et pour répondre entre autres aux besoins du Grand-Tunis, du Sahel, du Cap-Bon et de Sfax, jusqu’en 2030.

par -

Le ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, Zied Laadhari, a présenté, à Washington, lors d’une rencontre avec le directeur exécutif de l’Agence américaine pour le développement international (USAID), Mark Green, les réformes annoncées en Tunisie pour améliorer le climat des affaires et les mesures incitatives pour attirer les investissements étrangers, notamment les investissements américains.
Selon un communiqué, publié, par le ministère, Laadhari s’est entretenu, également, avec l’adjoint du ministre au commerce américain, Steward Johnson.
L’accent a été mis sur la nécessité de programmer les prochains événements de la Commission économique mixte et d’œuvrer pour activer les négociations relatives à la convention cadre du commerce et de l’investissement, pour les négociations commerciales et d’investissement. Laadhari s’est également entretenu avec M. Amr Bakara, représentant de l’Algérie, de l’Afghanistan, du Ghana, de l’Iran, du Maroc et de la Tunisie à la Banque mondiale (BM). L’entretien a porté sur l’évolution de la situation économique dans le pays et les réformes profondes qu’elle nécessite, outre le soutien des partenaires de la Tunisie.
Le ministre a également rencontré le membre de la commission des crédits au Congrès américain, Robert Sirjer. L’entrevue a, notamment, permis de passer en revue la coopération financière et économique entre la Tunisie et les Etats unis d’Amérique et les moyens de la développer et de la diversifier dans l’intérêt commun.
Ces rencontres se sont tenues dans le cadre de la participation du ministre du développement, de l’investissement et de la coopération internationale, Zied Laadhari, aux réunions annuelles de la BM et du FMI qui se tient du 11 au 15 octobre courant à Washington.

par -

Des combattants syriens soutenus par Washington n’étaient dimanche qu’à quelques kilomètres de la ville de Deir Ezzor, où le régime combat déjà les jihadistes du groupe Etat islamique (EI), a rapporté l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) cité par lexpress.fr

Le “Conseil militaire de Deir Ezzor”, groupe armé rattaché aux combattants arabes et kurdes des Forces démocratiques syriennes (FDS), a lancé samedi une offensive pour chasser les jihadistes d’une partie de la province de Deir Ezzor.

Son objectif est de conquérir la rive est du fleuve Euphrate, qui coupe en diagonale la province de Deir Ezzor. Sa capitale du même nom, d’où les forces du régime syrien tentent actuellement de déloger des jihadistes de l’EI, se situe sur la rive ouest.

Les forces du Conseil militaire de Deir Ezzor ont progressé (…) et contrôlent désormais une colline à moins de 7 km de la rive est de l’Euphrate, face à la ville de Deir Ezzor”, a indiqué à l’AFP le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Leur avancée rapide s’explique par le fait que “l’est de la province de Deir Ezzor est une région désertique et peu peuplée”, a-t-il précisé.

Fers de lance de la lutte anti-EI en Syrie, les Forces démocratiques syriennes, soutenues par la coalition internationale dirigée par Washington, progressent déjà contre l’EI à Raqa, dans le nord du pays.

par -

La ministre des Armées, Florence Parly, a annoncé mardi 5 septembre sa décision de doter d’armement les Reapers français, qui ne servaient jusque-là qu’au renseignement. L’Hexagone doit encore obtenir l’autorisation de Washington, rapporte Liberation.fr

Le sujet faisait de moins en moins débat au sein de la communauté de la défense et le pouvoir politique s’est laissé convaincre. La ministre des Armées Florence Parly a annoncé mardi matin son souhait d’armer les drones utilisés par l’armée de l’air française. «Le processus d’armement est lancé», a-t-elle déclaré depuis Toulon, en conclusion de l’université d’été de la Défense qui réunit militaires, industriels et parlementaires. Jusqu’ici, ces engins pilotés à distance servaient uniquement à des missions de renseignement, indique la même source.

La France possède six drones dits Male (moyenne altitude longue endurance) qu’elle compte désormais doter d’armement.

par -

Les services de renseignement américains avaient alerté l’Espagne en mai d’un risque d’attentat sur les Ramblas de Barcelone, où un jihadiste a écrasé 14 piétons le 17 août.

Selon l’AFP, le centre national anti-terrorisme (National counterterrorism center NCTC), qui associe notamment la CIA, la centrale américaine de renseignement, et la police fédérale FBI, avait adressé cet avertissement à la centrale espagnole de renseignement CNI, à la police espagnole, et aux Mossos d’Esquadra, la police régionale catalane.

Le 17 août dernier, un jeune Marocain vivant en Espagne a foncé dans la foule sur les Ramblas au volant d’une camionnette, faisant 14 morts et plus de 120 blessés.

Au total, lui et ses complices présumés ont fait 16 morts à Barcelone et dans la station balnéaire de Cambrils, à 120 km plus au sud.Les deux attentats ont été revendiqués par le groupe Etat islamique.

par -

Les autorités américaines ont annoncé, mardi 29 août, avoir inculpé trois nouveaux agents de sécurité du président turc, Recep Tayyip Erdogan, accusés de violences à Washington en marge d’une récente visite de ce dernier aux Etats-Unis, relate l’AFP.

Dix-neuf suspects, dont 15 agents de sécurité turcs et gardes du corps du dirigeant, sont soupçonnés d’avoir agressé le 16 mai des manifestants kurdes pacifiques dans la capitale fédérale.

Les violences s’étaient déroulées devant la résidence de l’ambassadeur de Turquie, où l’homme fort d’Ankara s’était rendu après son entretien à la Maison Blanche avec son homologue américain, Donald Trump. La rixe s’était soldée par un bilan de 12 blessés, dont un policier.

par -

Des dizaines de milliers de soldats participent depuis ce lundi aux exercices militaires menés conjointement par la Corée du Sud et les États-Unis, rapporte l’AFP.

Dans un contexte difficile, Pyongyang a prévenu que ces manœuvres ne feraient qu’aggraver les tensions dans la région. Largement fondé sur des simulations par ordinateur, l’exercice militaire se déroule en Corée du Sud et doit durer deux semaines.

Les deux alliés présentent ces manœuvres comme purement défensives, mais, aux yeux de Pyongyang, elles sont la répétition provocante de l’invasion de son territoire. Chaque année, il brandit la menace de représailles militaires.

L’édition 2017 survient dans un contexte de tensions exacerbées et de guerre rhétorique entre Washington et Pyongyang. Pyongyang a testé deux missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) en juillet, des essais qui semblent mettre à sa portée une bonne partie du continent américain.

En réaction, le président américain Donald Trump a menacé de déchaîner « le feu et la colère » sur le Nord. À quoi Pyongyang a répliqué en promettant de tirer une salve de missiles à proximité du territoire américain de Guam, dans le Pacifique.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a mis ce projet sur pause, mais a prévenu que sa mise à exécution ne dépendait que du comportement de Washington.

par -

Le moins qu’on puisse dire est que la première rencontre officielle entre la chancelière allemande, Angela Merkel et le président américain, Donald Trump, a été glaciale. En tout cas c’est ce qui sautait aux yeux le vendredi 17 mars 2017, à Washington. Trump, qui est pourtant adepte des poignées de main fermes et interminables devant les objectifs des caméras (le Premier ministre japonais s’en souvient encore, son homologue canadien s’y était préparé et s’était donc mieux défendu), a refusé d’offrir ce “privilège” à Merkel…

Il s’est un peu rattrapé durant la conférence de presse, en déclarant ceci : “sur le plan économique, je pense que nous allons faire de belles choses avec l’Allemagne”. Cela suffira-t-il pour gommer l’image désastreuse de cette visite officielle ? L’avenir, et surtout l’aspect économique entre les deux puissances, nous le diront…

Il est vrai que les deux chefs d’exécutif ont multiplié les passes d’arme ces derniers temps, et cela a visiblement laissé des traces. Le président américain ne se gêne pas pour dire, et répéter, que l’Allemagne est un concurrent économique et qu’il faut la traiter en tant que tel, c’est-à-dire sans ménagement. Par ailleurs Trump, sans doute parce qu’il fait le contraire dans son pays, a durement attaqué la politique migratoire de Merkel, taxée de laxiste et irresponsable. D’après lui, la seule chose qui la lie à la chancelière allemande c’est d’avoir été espionné par Barack Obama. Des amabilités que Merkel, qui a le cuir épais et qui en a terrassé plus d’un, lui a rendues au quintuple…

par -

Le plus haut responsable de la diplomatie chinoise effectuera une visite lundi et mardi aux États-Unis, le premier déplacement à ce niveau entre les deux puissances depuis l’arrivée au pouvoir du président Donald Trump, a annoncé l’agence “Chine nouvelle”.

La même source source a annoncé tard dimanche que le conseiller d’Etat Yang Jiechi, un diplomate plus influent même que le ministre des Affaires étrangères Wang Yi, se rendrait aux Etats-Unis lundi et mardi, le premier déplacement à ce niveau d’un responsable chinois depuis la prise de fonction de Donald Trump le 20 janvier.

Cette annonce survient alors que les deux premières puissances économiques mondiales se sont rapidement rapprochées ces dernières semaines, après une glaciation provoquée par les propos de Donald Trump sur la concurrence économique chinoise et sur les liens avec Taïwan.

par -

En pleine crise diplomatique entre Mexico et Washington, les Mexicains sont appelés aujourd’hui à manifester contre le président américain Donald Trump et son projet de construire un mur à la frontière, rapporte Lefigaro.fr

Sous le mot-clé #VibraMéxico (Vibre, Mexique), largement relayé sur les réseaux sociaux, les habitants d’une vingtaine de villes sont invités à défiler à la mi-journée, vêtus de blanc ou arborant le drapeau rouge, blanc et vert du Mexique. “Il est temps que nous les citoyens nous unissions nos forces et nos voix pour manifester notre rejet et notre indignation face aux intentions du président Trump, tout en cherchant des solutions concrètes au défi que celles-ci impliquent”, clament dans un communiqué les organisateurs, près de 80 associations civiles, entreprises et universités, indique la même source.

Cet appel survient au moment où les Etats-Unis et le Mexique traversent leur plus grave crise diplomatique depuis des décennies. Montée en puissance pendant la campagne du candidat républicain, qui avait traité certains Mexicains de “criminels”, de “violeurs” ou de “bad hombres” (“mauvais hommes”) et accusé d’autres de voler les emplois des Américains, cette crise a éclaté au grand jour peu après la prise de fonction de Trump, le 20 janvier.

par -

Les Etats-Unis ont exhorté samedi le Fonds monétaire international (FMI) à se faire “davantage entendre” sur des questions cruciales de l’économie mondiale, comme les taux de change, même si cela le rend “impopulaire”.

“Le FMI doit intensifier son analyse et se faire davantage entendre sur des questions cruciales pour la croissance et la stabilité du système économique mondiale: les taux de change, les déséquilibres des balances des comptes courants et les insuffisances dans la demande globale”, a assuré dans une déclaration écrite le secrétaire américain au Trésor, Jacob Lew.

“Cela rendra parfois le FMI impopulaire (…) mais l’institution sera plus efficace sur le long terme”, a-t-il ajouté à l’issue de l’assemblée annuelle du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale à Washington.

Les Etats-Unis attendent notamment du FMI, dont ils sont les premiers actionnaires, qu’il incite davantage les pays comme l’Allemagne à utiliser leurs excédents pour stimuler la croissance mondiale.

“J’exhorte le FMI à être plus actif pour presser les pays dotés de capacités excédentaires d’engager des mesures budgétaires”, écrit ainsi M. Lew.

La patronne du FMI, Christine Lagarde, semble avoir entendu le message cette semaine et a appelé ouvertement l’Allemagne à activer le levier budgétaire, s’attirant une fin de non-recevoir de Berlin.

Les Etats-Unis ont aussi appelé la Banque mondiale, dont ils sont également les premiers actionnaires, à “mieux gérer” l’impact de la demande croissante des pays-membres sur ses ressources.

“Nous reconnaissons que les difficultés de l’économie mondiale contribuent à une forte demande des pays (pour des prêts) et que cela pèse sur le capital disponible de la Banque”, a écrit M. Lew dans une déclaration écrite distincte.

L’institution doit mieux gérer cet impact en étant plus “sélective” et en faisant preuve de “plus de discipline” pour parvenir à des niveaux de prêts viables, a assuré M. Lew.

Jeudi, le président de la BM Jim Yong Kim avait reconnu que les ressources de son institution étaient mises à rude épreuve par les nouvelles missions qui lui étaient confiées notamment sur le changement climatique et les réfugiés.

“C’est difficile d’envisager que nous puissions répondre à toutes ces demandes sans une augmentation de capital”, a-t-il assuré.

FOCUS 🔍

Les chiffres des immatriculations de nouvelles voitures pour le mois de septembre 2018, laissent voire que les ventes des véhicules particuliers de la marque...

Le meilleur des RS

Imed Heni est un cadre de l’OACA. On ne mettra pas sa photo, pour ne pas utiliser celle du petit garçon qu’il affiche sur...

INTERVIEW

L'expert en économie et ancien ministre des Finances Houcine Dimasi a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont...

AFRIQUE

Après la disgrâce du président sud-africain, Jacob Zuma, destitué par le Parlement pour des faits de corruption, son successeur, Cyril Ramaphosa, est dans la...

Reseaux Sociaux

SPORT

Programme de la 8e journée de la ligue 1 professionnelle de football, prévue les vendredi 23, samedi 24 et dimanche 25 novembre à partir...