One Planet Summit : La France assoit son leadership et casse sa...

One Planet Summit : La France assoit son leadership et casse sa tirelire !

par -

Le “One Planet Summit “a donné l’occasion à la France d’initier de nouvelles actions et de prendre des engagements qui consistent, essentiellement, à amplifier le financement de l’adaptation au changement climatique et la résilience.
Le pays prévoit, ainsi, de mobiliser 1,5 MD€/an en 2020, pour l’adaptation au dérèglement climatique dans les pays en développement en guise de solidarité avec les pays les plus vulnérables.
Il s’engage aussi à mobiliser la recherche et la jeunesse en faveur du climat en encourageant les lauréats de l’initiative ” Make Our Planet Great Again ” lancée par le président français, Emmanuel Macron, en juin dernier à mieux comprendre l’impact du changement climatique, mais aussi à travers la création d’un Observatoire spatial du climat et le soutien au projet Polar Pod, porté par le Dr Jean-Louis Etienne.

1 M€ par an, c’est le montant de la contribution supplémentaire de la France au budget de fonctionnement du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), jusqu’en 2022. Cela représente, selon les années, jusqu’à 15% du budget.
La France s’est également engagée à accélérer la transition vers une économie décarbonée. Elle compte ainsi atteindre la neutralité carbone en 2050. Elle participe par ailleurs à la Coalition des pays, villes et acteurs privés s’engageant vers la neutralité carbone et s’engage à créer deux nouvelles facilités par l’Agence Française de Développement (AFD) pour aider des pays partenaires à mettre en place une trajectoire de développement résiliente et bas carbone à l’horizon 2050. Il s’agit aussi d’établir des plans de financement pour mettre en œuvre les engagements pris dans le cadre de l’accord de Paris. Les premiers pays à en bénéficier seront le Niger, les Comores et la Tunisie.

En matière d’énergies renouvelables, la France s’est engagée à accélérer le développement de ces énergies propres et à arrêter la production d’électricité à partir de charbon d’ici la fin du quinquennat. Elle s’engage également à voter la loi ” hydrocarbures ” avant la fin de l’année. Cette loi interdit tout nouveau permis d’exploration et de recherche d’hydrocarbure et planifie la fin de la production d’ici 2040 et l’augmentation du recours aux garanties publiques afin de développer les énergies renouvelables dans les pays en développement.
Le pays envisage aussi d’adopter un prix du carbone compatible avec l’Accord de Paris. Un objectif qui sera atteint par l’adoption d’une trajectoire ambitieuse d’augmentation du prix du carbone applicable à la consommation d’énergie fossile : 44€/tonne en 2018, 65€/tonne en 2020 et l’engagement, aux côtés de l’Allemagne, des Pays-Bas, du Royaume-Uni et de la Suède, à étudier l’augmentation du prix du carbone européen dans certains secteurs.

Il envisage ainsi de mobiliser des investisseurs pour le climat à travers la signature d’une charte par toutes les institutions financières publiques, mais aussi par l’Etat actionnaire, qui s’engage à assurer la cohérence de leurs activités avec les objectifs de l’Accord de Paris, la Promotion des produits d’épargne verte et responsable auprès des épargnants français, la mise en place d’un conseil d’évaluation des obligations vertes françaises afin de contrôler le reporting sur les impacts environnementaux des dépenses éligibles.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire