AccueilLa UNEPrix de l’immobilier: A bride abattue!

Prix de l’immobilier: A bride abattue!

Les prix de l’immobilier ont enregistré, durant les huit dernières années, une hausse vertigineuse. Entre l’inflation et la baisse du pouvoir d’achat, il est devenu difficile à un citoyen lambda d’acquérir un logement  En parallèle, les promoteurs ne peuvent pas abaisser leurs prix, car ils ont des coûts à couvrir !

- Publicité-

La directrice des échanges commerciaux de l’Institut national de la statistique, Anisa Najjar a déclaré, mercredi 26 mai 2021, lors de son intervention sur une radio de la place , que l’INS calcule l’indice des prix de l’immobilier à partir des données obtenues auprès de l’Administration générale des paiements: les comptes d’achat et de vente de terrains, de maisons et d’appartements.

Sur  le même registre, elle  a expliqué que pour le premier trimestre de l’année 2021, l’indice des prix de l’immobilier a connu une augmentation de l’ordre de 7% en  glissement annuel.

Elle a indiqué qu’en ce qui concerne les terrains, ils ont connu une augmentation de l’ordre de 6,2%, et les appartements de 6,1%. Quant aux prix des maisons, ils ont augmenté de 14,4% par rapport à la même période en 2020.

Le directeur des échanges commerciaux de l’Institut national des statistiques a confirmé qu’à la fin de l’année 2020, le volume des échanges avait diminué en raison de la pandémie de COVID-19, notant que l’immobilier connaissait toujours une augmentation de ses prix.

Des hausses agglomérées

« Durant le troisième trimestre 2020, l’indice des prix de l’immobilier (IPIM année de base 2015) avait enregistré déjà une augmentation de 6% par rapport à la même période de l’année précédente ». C’est ce qu’indiquent les chiffres de l’INS en 2020. Ce dernier n’explique pas que dans cette hausse, l’acquéreur a payé la hausse des matériaux de construction, devenus plus chers sous l’effet de celles des coûts à l’importation. Mais aussi les coûts financiers qui ont aussi augmenté sous l’effet des salaires et des banques.

Ceci est d’ailleurs confirmé par le président de la chambre syndicale nationale des promoteurs immobiliers Fahmi Chaabane. Pour lui, « la hausse de l’indice général des prix de l’immobilier en Tunisie est due à la hausse des prix des matières premières, notamment importées. Le coût élevé de la main-d’œuvre, en plus du taux d’intérêt initial, s’est ajouté aux intérêts composés en raison de la récession du secteur en 2020 ».

« En calcul trimestriel du changement, l’indice des prix de l’immobilier a connu une hausse de 0,1% au 3ème trimestre 2020, contre une baisse de 6,0% au deuxième trimestre 2020. Cela est en partie dû à l’augmentation des prix des terrains résidentiels de 4 %. En revanche, le prix des appartements a baissé de 0,3% au troisième trimestre 2020 par rapport au deuxième trimestre de la même année », dit l’INS. Et les explications demeurent les mêmes.

L’INS a  souligné à cet égard que « les prix des appartements ont enregistré une augmentation de 3,7% au troisième trimestre de 2020 par rapport à la même période de l’année dernière (la moyenne enregistrée au cours des cinq dernières années 2015-2019 a été de 9,5%), les prix des logements ont augmenté de 8,3% (5,4% la moyenne pour la période 2015-2019) et le prix du foncier résidentiel a augmenté de 6,2% (6,1% la moyenne pour la période 2015-2019) ».

A vrai dire, la hausse des prix et la baisse du pouvoir d’achat ont fini par rattraper le secteur immobilier. Les délais de construction sont de plus en plus longs, les matériaux et prestataires de plus en plus chers, alors qu’en parallèle le Tunisien peine de plus en plus à joindre les deux bouts.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,577SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles