AccueilLa UNEQuand la quête de vie digne éclipse les acquis politiques !

Quand la quête de vie digne éclipse les acquis politiques !

La Tunisie est loin de l’espoir de changement, d’une nouvelle ère de prospérité et de liberté qui l’animait voici dix ans. Ces  moments spectaculaires de joie et de libération se sont évanouis pour révéler une réalité sobre. Un petit pays lutte pour trouver sa voie malgré la stagnation économique, la corruption persistante et une polarisation politique et culturelle marquée.  « Ils disent que nous avons maintenant la liberté d’expression », dit une citoyenne de 32 ans, originaire de Sidi Bouzid et étudiante au moment de la révolution. « C’est peut-être une bonne chose. Mais pour les autres, pas pour nous. Pas pour les pauvres. Ça ne nous donne pas assez à manger ». C’est là l’un des instantanés dont le quotidien londonien «The Independent» a garni le reportage de son correspondant international Borzou Daragahi qui a couvert l’essentiel des événements majeurs qui ont secoué la région MENA depuis 2002.

Il y présente la Tunisie comme « un pays qui a changé de manière spectaculaire en dix ans… organisé de nombreuses élections, changé toute sa forme de gouvernement pour renforcer le parlement, et adopté une nouvelle constitution qui consacre les libertés civiles et les droits des femmes tout en limitant le pouvoir des forces armées ». Mais aussi un pays qui « a souffert d’une série d’attaques terroristes et d’assassinats ». On estime que 6 000 Tunisiens ont fini par rejoindre Daech,  ce qui représente peut-être la plus forte concentration de tous les pays du monde. Pourtant, la Tunisie a réussi à faire passer le pouvoir d’un gouvernement islamiste à un gouvernement laïc, puis a négocié des compromis entre les deux factions – une rareté dans la plupart des pays du monde, relève The Independent. 

« La Tunisie était une société largement apolitique où les gens discutaient de football, d’art ou de questions de vie quotidienne, mais personne ne discutait de politique », a déclaré Yousef Cherif, un analyste politique basé à Tunis, cité par la même publication. « Maintenant, chaque personne dans la rue a son mot à dire en politique, que ce soit sur Facebook ou sur les places publiques. C’est la grande différence. C’est le grand changement ».

La rapidité avec laquelle le régime s’est effondré a montré la fragilité du pouvoir de Ben Ali. Le 14 janvier, l’ancien ministre de l’intérieur et sa famille ont fui vers l’Arabie Saoudite, après avoir été poussés à partir par sa propre armée. Quelques jours plus tard, Rached Ghannouchi, le leader en exil du parti islamiste Ennahdha, arrive à Tunis.  « La révolution a une signification très profonde pour moi », a déclaré Ghannouchi dans une interview accordée à The Independent. « Sans la révolution, je ne serais pas dans mon pays aujourd’hui. La révolution est tout pour moi, et pour ma vie, et aussi pour les générations de Tunisiens qui ont lutté pour la liberté ».

Les changements qui ont eu lieu par la suite ont été considérables. La Tunisie est passée de l’une des nations les plus statiques du monde à l’une des plus dynamiques. Des protestations ont submergé la capitale et d’autres villes. Les islamistes, les laïques et les gauchistes se sont battus les uns contre les autres. 

Et pourtant….

Et pourtant, même dix ans plus tard, les divisions rigides qui sillonnent la société tunisienne n’ont guère changé. Les vieux préjugés subsistent. Les villes côtières restent riches et cosmopolites. L’intérieur des terres est pauvre et replié sur lui-même. Les deux parties se regardent avec suspicion et préjugés. 

Les islamistes disent une chose au parlement et aux médias internationaux, tout en continuant à alimenter l’extrémisme de certains de leurs partisans affamés de  domination musulmane par le biais des médias sociaux et des forums locaux. Les laïcs francophones et les libéraux autoproclamés accusent les islamistes et leurs partisans d’être des ignorants. 

« La gauche et la bourgeoisie laïque libérale n’ont pas du tout évolué », a déclaré Cherif.  « Cette section laïque libérale est toujours dans le même état d’esprit qu’il y a quatre ou dix ans ».

De nouvelles forces potentiellement dangereuses émergent également parmi les laïcs : un mouvement à l’allure populiste probablement soutenu par les Émirats arabes unis et ayant bénéficié d’une tribune dans les médias du Golfe, qui soutient que la révolution était une erreur et qu’un retour au type de régime des hommes forts illustré par le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi était préférable à une démocratie désordonnée. 

« Ce sont des Tunisiens de droite qui disent que le printemps arabe était une grande conspiration », a déclaré  Cherif. « Beaucoup de Tunisiens laïques pourraient finir par voter pour ces groupes populistes pro-autoritaires même s’ils pensent que la démocratie est préférable à la dictature ».

Même à Sidi Bouzid, certains sont tellement frustrés par la hausse des coûts et la diminution du pouvoir économique qu’ils regrettent le jour où Bouazizi s’est mis le feu. 

C’est que l’économie tunisienne a beaucoup souffert ces dix dernières années, les investisseurs internationaux étant effrayés par l’instabilité politique.  La pandémie de coronavirus fait encore plus de mal que prévu, selon la Banque mondiale, qui indique que l’économie du pays s’est contractée de 21 % et que le chômage des jeunes a grimpé à près de 20 % au cours du deuxième trimestre de 2020. Les revenus du tourisme ont diminué de 47 % et les exportations ont chuté de 27 % depuis le milieu de l’année. La dette publique est montée en flèche, limitant les dépenses publiques potentielles. Le pays est actuellement en pourparlers avec le Fonds monétaire international pour obtenir une aide financière accrue, et est également en pourparlers avec les banques de développement dirigées par la Chine.

Ghannouchi a déclaré que la révolution avait atteint son premier objectif, à savoir la liberté politique pour le pays. La Tunisie est largement célébrée comme le seul succès du Printemps arabe pour une transition vers la démocratie qui est parmi les plus rapides au monde dans l’histoire récente. Mais la réussite économique reste insaisissable.

Ce qui leur manque aujourd’hui, ce n’est pas la capacité de s’exprimer ou de participer au processus politique, mais la prospérité économique, l’emploi, l’éducation, les soins de santé et les services publics. Et ce qui n’a pas été réalisé aujourd’hui menace de saper les acquis.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,002SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -